Lanterne de projection FESCOURT

Posté par Patrice Guerin le 14 janvier 2011

fescourt01.jpg fescourt02.jpg fescourt03.jpg  Modèle 1898

Cette lanterne de projection fixe est « d’une construction irréprochable, permettant même aux petites bourses l’achat d’un appareil qui, vu son bon rendement, ne ressemble en rien aux anciennes lanternes magiques. »

fescourt05.jpg  Modèle 1901

Félix FESCOURT (voir PORTRAITS) est l’oncle du cinéaste Henri FRESCOURT (1880-1966), comme en témoigne cette citation « Un de mes oncles, Félix FESCOURT, spécialiste en mécanique de précision, s’intéressait aux constructions d’appareils cinématographiques. On lui demandait souvent d’envoyer dans les soirées mondaines et surtout dans les réunions enfantines un de ses employés avec un projecteur et des films, moyennant le paiement d’un cachet comme il est d’usage pour les comédiens, chanteurs, diseurs de monologues, etc., également convoqués à ces soirées. » Il s’agit en quelque sorte, d’une réminiscence des anciens montreurs de lanterne magique. Extrait de “La Foi et les montagnes, ou le 7e art au passé” de Henri FESCOURT, Editions Paul Montel, 1959.

fescourt04.jpg

Félix FESCOURT travaille à Paris vers la fin du XIXe siècle. En 1896, le catalogue consacré à l’exposition du théâtre et de la musique mentionne “Fescourt, appareil pour projections à l’acétylène, Paris 24 rue Violet”. Cette publicité de 1898 indique “Fabrique d’Appareils à Projection et de vues sur verre, au 75 rue de l’abbé Groult à Paris XVe”. Il est même précisé  que ”La maison est la seule qui fabrique l’appareil à projection et les vues sur verre en noir et en couleur sans aucun intermédiaire”.

fescourt06.jpg

En 1901 la maison FESCOURT commercialise un petit projecteur cinématographique dénommé Zoescope qui se place à l’avant d’une lanterne de projection à chariot. Grâce à différentes combinaisons, cette lanterne de projection peut servir de boîte à lumière pour le Zoescope, ou de lanterne pour vues fixes, ou encore d’agrandisseur photographique. Elle peut recevoir tous les systèmes d’éclairage existant au début du XXe siècle : arc électrique, carburateur acétone, lampe à acétylène, lampe à pétrole, etc.

L’Annuaire du Commerce et de l’industrie Photographiques et Cinématographiques de 1914 référence FESCOURT en tant que fabricant de lanternes de projections et d’un projecteur automatique pour publicité qui “fait une véritable révolution dans les appareils automatiques. Muni d’un dispositif révolver, il permet le passage successif de 50 vues avec une parfaite régularité et répété pendant une durée de deux heures et demie”.

Une Réponse à “Lanterne de projection FESCOURT”

  1. Yves Lebrec dit :

    Monsieur,
    j’écris actuellement un livre sur la photographie au Mont Saint-Michel et trouve beaucoup de renseignements sur votre site que je citerai dans les sources internet.
    Votre site est très bien fait, très riche et bien documenté. Bravo !

Laisser un commentaire

 

2ndeavicenne |
kadscen |
entre terre et mer |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Histoire-Géographie-Educati...
| Oppidum anglicus: the city ...
| Joie en Dieu et Descendance...