”LE VIEUX STYLE” n°31 extrait de la collection ”LE BON GENRE”

Posté par Patrice Guerin le 27 mars 2011

L’original de cette gravure mise en couleur à la main date de 1807 et a été publiée par l’éditeur de La Mésangère. Elle fait partie de la collection ”Le Bon Genre” qui contenait 115 gravures. Celle-ci est la n°31 intitulée “Le Vieux Style”.

bongenre01.jpg bongenre02.jpg

Dans cette vue, la lanterne magique permet de montrer des images ”du passé”  telles que l’Artiste sans Prétention, la Jeune Fille Laborieuse, le Jeune Homme Studieux et la Mère Institutrice.

«  On appelle Le bon ton (ou bon genre), Le caractère du langage et des manières du monde cultivé, poli … » Dictionnaire de l’Académie française de 1798.

Le Bon Genre a été l’une des premières séries d’estampes illustrant les tendances sociales et les loisirs des Parisiens à la fin de la révolution française qui a vu l’émergence d’une nouvelle ère républicaine, avec l’apparition des “Incoyables” et “Meveilleuses” (on ne prononçait pas les R synonymes de Révolution).

bongenre04.jpg

« Voulant se faire remarquer davantage, plusieurs Merveilleuses imaginèrent de se montrer, dans les promenades et les jardins publics, couvertes seulement de toilettes de gazes transparentes, de robes si légères, si diaphanes, en quelque sorte plus indécente qu’une entière nudité, que le public s’éleva soudain contre ces excès de la mode. »

C’est la plus importante documentation sur ce qu’était la mode à cette époque. Par le biais de ses caricatures, elle illustre la montée de la vie moderne à Paris avec ses arrivistes post révolutionnaires, la mode bourgeoise, les loisirs et les coutumes pittoresques du quotidien. Sa popularité a influencé les revues de mode qui suivirent, ainsi que les albums satiriques typiques du milieu du XIXe siècle en France.

bongenre03.jpg

«  Un homme du bon genre doit avoir en main une badine, avec laquelle, lorsqu’il ne la porte pas à sa bouche, il frappe à tort et à travers sur tous les meubles qui sont autour de lui ; et s’il n’est pas vautré sur un sofa en présence de toutes les femmes, il se trouve debout devant une glac, sur laquelle ses yeux sont constamment fixés. Il s’enthousiasme des charmes de sa personne et, tout en fredonnant quelque air fade et langoureux, il s’occupe négligemment à réparer les désordres d’une Titus ébouriffée. Enfin tout ce qui est ridicule, outré, insipide et féminin, doit se trouver réuni dans ce qu’on appelle un homme du bon genre… » Dictionnaire du bas-langage, Charles Louis d’Hautel, 1808, tome 2.

Voir :  Lanternes magiques précurseurs

Les planches Le Bon Genre ont été rééditées en 1931 par Albert LEVY en 750 exemplaires. Elle sont gravées par DOISTAU, imprimées par TANBURRO et colorées à la main (au pochoir) par Jean SAUDE.

Publié dans Gravures et Chromos | Pas de Commentaire »

Lanternes magiques Ernst PLANK

Posté par Patrice Guerin le 20 mars 2011

En 1866 Ernst PLANK fonde la “Fabrik Optischer und Mechanischer Waren”. C’est l’un des premiers constructeurs de moteurs à vapeur en réduction, qu’il commercialise sous forme de petites machines individuelles ou à l’intérieur de locomotives ou de bateaux.

plank01.jpg plank02.jpg plank03.jpg

La “Fabrik” est aussi connue comme étant un important constructeur de lanternes magiques en Allemagne. Progressivement, il devient même le deuxième plus grand fabricant de lanternes magiques à Nuremberg après BING. Cette ville est un centre important de production et d’exportation de jouets en métal dans la dernière partie du XIXe siècle et jusqu’à la Première Guerre mondiale.

Lanternes magiques Ernst PLANK dans Lanternes magiques plank08.vignette  Plank-09-105x150 dans Projecteurs jouet  Ces lanternes sont généralement identifiables par  les lettres “EP”. Celles-ci sont surmontées d’une roue avec deux ailes. Ce logo a été conservé durant des décennies avec de légères modifications dans le dessin des ailes.

plank11-150x85  Plank-10-150x25

Comme beaucoup de jouets fabriqués en Allemagne au cours de cette période, le nom du produit qui figure sur la boîte ou dans la notice apparaît souvent dans trois ou quatre langues, car il est destiné à être vendu à travers l’Europe. Dans les années 1900 l’entreprise fabriquait environ 150 000 lanternes chaque année. Chaque modèle portait un nom tel que : Acme, Atlas, Climax, Evening Star, Globus, Gloria, Helios, Prophet, Skioptikon, Solid, Standard, Triumph, etc. 

Voir : La lanterne magique GLORIA de Ernst PLANK - Accessoires pour projections familiales

Ces lanternes ont été directement vendues par Ernst PLANK, mais aussi par des détaillants bien connus à Nuremberg. C’est pourquoi on trouve dans leurs catalogues des publicités pour des lanternes sur lesquelles on peut voir le sigle EP.

plank04b.jpg plank05b.jpg plank06b.jpg plank07b.jpg Collection F.B.

La société Ernst PLANK dépendant  beaucoup des exportations, elle rencontre de gros problèmes financiers lors de la crise économique mondiale de 1929. À partir de 1930, la diminution très importante des échanges internationaux est dramatique pour l’Allemagne qui est un grand pays exportateur de machines et d’objets. Au début de 1933, l’Allemagne compte six millions de chômeurs complets auxquels s’ajoutent huit millions de chômeurs partiels. Elle est achetée en 1935 par les frères Hans et Fritz SCHALLER de Nuremberg.

Voir : Projecteurs Noris

 

Publié dans Lanternes magiques, Projecteurs jouet | 2 Commentaires »

Projecteurs NORIS

Posté par Patrice Guerin le 20 mars 2011

En 1935 l’entreprise de lanternes magiques Ernst PLANK est achetée par les frères Hans et Fritz SCHALLER, peut-être à cause de l’anti-sémitisme qui se développait en Allemagne à l’époque, mais surtout à cause de la crise économique mondiale qui plonge de très nombreuses entreprises dans la faillite.

Fritz SCHALLER, travaille dans une grande banque et son frère Hans dirige une usine de lunettes de protection. Fritz, le marchand, et Hans le technicien, s’associent pour fabriquer sur des projecteurs de diapositives.

Voir : Lanternes magiques Ernst PLANK

Le département projection (photo et cinéma familial) prend alors le nom de NORIS.

planknoris01.jpg planknoris03.jpg planknoris04.jpg planknoris02.jpg

Noris Junior, équipé d’un passe-vues pour diapositives.

planknoris05.jpg planknoris06.jpg planknoris08.jpg

Noris Trumph, équipé d’un passe-vues pour pellicule 35mm et d’un second pour diapositives.

Projecteurs NORIS dans Projecteurs petit format planknoris09-150x116  Publicité associant les noms de Ernst PLANK et NORIS – 1955

Après la seconde Guerre Mondiale, l’entreprise est connue sous le nomNoris Projektion GmbH”.

Publié dans Projecteurs petit format | Pas de Commentaire »

Lanterne magique Lampascope

Posté par Patrice Guerin le 18 mars 2011

Le Lampascope est une lanterne magique sans éclairage fixe qui se pose sur une lampe à huile ou à pétrole, exactement comme un globe de cristal.

Voir : Les progrès de la lampe à huile à la fin du XVIIIe siècle

lampascope1.jpg  lampascopefb2.jpg

Pour ajuster le foyer lumineux avec l’axe optique on peut ajouter quelques rondelles en carton pour rehausser le lampascope. Ce système d’éclairage permet d’obtenir une lumière beaucoup plus puissante qu’avec les lanternes magiques ordinaires équipées de petites lampes peu lumineuses.

Voir ci-dessous et : Lanternes magiques jouet

lampascopez9.jpg

De plus, la projection avec un lampascope ne nécessite aucun préparatif puisqu’il se pose directement sur les lampes à pétrole de tous modèles et de toutes formes utilisées par les familles pour s’éclairer quotidiennement. Il faut savoir que dans les années 1850-80 il n’y avait aucun réseau électrique et la seule possibilité pour avoir de l’électricité consistait à disposer de piles encombrantes et onéreuses.

lampascopepub.jpg lampascopepg1.jpg

Dans un numéro du “Journal Amusant” datant de 1862 (image ci-dessus à gauche) on peut lire cette annonce : « L’inventeur s’est engagé à adresser un Lampascope avec douze verres à toute personne abonnée au “Journal Amusant” qui enverra un bon de poste de 15 francs au lieu de 20 francs dans le commerce. L’appareil et les verres seront envoyés bien emballés, dans une caisse en bois et l’expédition sera faite port affranchi ».

Dans le même style d’appareil, le Lampadorama permet de projeter des vues opaques (cartes postales entre autres). Il possède souvent deux emplacements pour lampes à pétrole afin d’obtenir un éclairage plus puissant nécessaire à l’absorption de la lumière par le document opaque.

Voir : Mégascope LEFEVRE ou Lampadorama

Publié dans Lanternes magiques, Projecteurs jouet | Pas de Commentaire »

ZEISS IKON A.G.

Posté par Patrice Guerin le 12 mars 2011

ica31.jpg Prêt d’un collectionneur allemand P.S. !

La société allemande ZEISS IKON a été créée le 1er octobre 1926. Elle est issue du regroupement  de quatre grosses sociétés allemandes qui, elle-même, ont été formées par la fusion antérieure d’autres sociétés. Il s’agit de ICA  à Dresde fondée en 1909, Heinrich ERNEMANN à Dresde, C.P. GOERZ de Berlin et les usines CONTESSA à Stuggart ainsi que NETTEL à Sontheim.

Voir : Projektions Apparat – ICA Dresden

Dès la fin de la seconde Guerre Mondiale le siège de la société est transféré dans l’ancienne usine CONTESSA à Stuggart, qui est réaménagé avec la construction de nouveaux bâtiments permettant d’accueillir près de 2000 personnes. La fabrication du matériel cinématographie issu de la maison ERNEMANN est poursuivie dans une nouvelle usine située à Kiel. Ils furent les premiers à utiliser la lampe au Xénon pour équiper des projecteurs modernes destinés au cinéma professionnel et aux salles de projection.

zeissikon01.jpg zeissikon02.jpg zeissikon03.jpg

Ce projecteur pour film 35mm possède différents passe-vues permettant de projeter des films en bande ou des diapositives avec un passe-vues coulissant horizontal ou vertical et fonctionnant avec un petit levier.

zeissikon05.jpg zeissikon06.jpg zeissikon04.jpg

Le Mirax est une boîte à lumière fabriquée par ZEISS IKON dans les années 30 permettant de transformer un folding en agrandisseur utilisable horizontalement ou verticalement. Eventuellement, cet équipement permet de projeter les images sur un écran avec un taux d’agrandissement correspondant à l’objectif du folding.

Publié dans Projecteurs petit format | Pas de Commentaire »

Les projecteurs KODAK : RETINA et KODASLIDE model A

Posté par Patrice Guerin le 11 mars 2011

En 1928 l’allemand August NAGEL, fondateur de Contessa et co-fondateur de Zeiss Ikon, crée sa propre usine d’appareils photos dans sa ville natale de Stuttgart. Il devient vite célèbre grâce à un appareil photo de petit format “Nagel-Pupille”.

Voir : ZEISS IKON A.G.

Trois ans plus tard, en 1931, Kodak fait l’acquisition de la société “Nagel Camera Company” afin de s’implanter en Allemagne. L’entreprise devient Kodak A.G., site de fabrication d’équipements Kodak pendant des décennies. Plus de 150 modèles différents seront fabriqués par Nagel et son successeur Kodak AG.

kodak02.jpg kodak03.jpg kodak04.jpg kodak11.jpg

Le “Retina Projektor Kodak” est le premier projecteur de cette marque fabriqué en Europe. Le corps cylindrique de l’appareil abrite une ampoule tube à ailettes (sans ref.). Il est muni d’un passe-vues pour diapositives 24x36mm qui peut se placer horizontalement ou verticalement. Celui-ci étant amovible, on peut supposer que l’appareil pouvait aussi être équipé d’un passe-vues pour films 35mm. L’objectif à vis est référencé “ Kodak Projecktionsanastigmat f:3,5 F=7,5cm N°1256372”.

kodak07.jpg kodak08.jpg kodak09.jpg kodak10.jpg kodak12.jpg kodak15.jpg

En 1937, Kodak commercialise aux Etats-Unis son premier projecteur de diapositives 24x36mm, le “KODASLIDE Model A”. Il s’agit d’un projecteur dans lequel les diapositives sont chargées une à une par le dessus et passent à l’aide d’un petit levier placé sur le côté de l’objectif.

En 1939, Kodak ajoute un service READY-MOUNT pour le film Kodachrome 35 mm. Ces montures en carton permettent de projeter les diapositives dès leur retour d’un laboratoire de traitement Kodak. A la même époque l’entreprise commercialise une jolie visionneuse sur pied, en métal chromé, fonctionnant avec une petite ampoule à baïonnette.

kodak13.jpg kodak14.jpg

Pour en savoir plus sur Kodak cliquer ici

Publié dans Projecteurs petit format | Pas de Commentaire »

Lanternes de projection scientifique MOLTENI

Posté par Patrice Guerin le 6 mars 2011

molteniscient01.jpg molteniscient02.jpg molteniscient03.jpg

Il s’agit de la lanterne de projection la plus caractéristique fabriquée par MOLTENI (voir PORTRAITS) durant une trentaine d’année.

Voir : La maison MOLTENI et Cie

Elle peut être équipée de différents systèmes d’éclairage et d’accessoires de projection, mais le modèle de base est toujours resté le même. «  De nombreux perfectionnements ont été apportés depuis le début de leur fabrication, toutefois celles qui ont été vendues il y a plus de trente en (vers les années 1880) fonctionnent encore aujourd’hui à l’entière satisfaction de ceux qui les emploient ».

Toutes ces informations sont extraites du catalogue “Projection Molteni : RADIGUET & MASSIOT N°89” datant des années 1910.

Voir : Les lanternes de projection MOLTENI

molteniscient06.jpgLa lanterne de projection

Cette lanterne est de construction particulièrement soignée pour satisfaire aux besoins particuliers des lycées, des salles de conférences, des facultés, universités, etc.

Ses principales caractéristiques sont :
- construction en tôle d’acier de 1mm d’épaisseur, avec des faces parfaitement planées et au rivures très soignées ;
- système optique et platines de support en cuivre massif avec des lentilles montées dans des barillets et contre-barillets à vis facilitant les remplacements et nettoyage ;
- optique de premier choix dont le foyer des condensateurs est exactement accordé à celui de l’objectif utilisé ;
- socle solide en acajou verni indéformable, permettant une assise stable.

Cette lanterne convient très bien la projection cinématographique. Elle peut être placée sur une table de projection parfaitement adaptée à un usage professionnel.

Voir : Les tables de projection

molteniscient04.jpg molteniscient05.jpg • Le système d’éclairage à arc électrique avec régulateur automatique

Le régulateur automatique permet de maintenir en permanence les charbons à la distance idéale pour obtenir un arc électrique, et cela quelque soit l’usure des charbons. De plus le point lumineux est rigoureusement fixe par rapport à l’axe de projection.

Ce système d’éclairage à arc électrique très puissant (de 10 à 50 ampères) fournit une lumière suffisamment intense pour obtenir une image de 3m50 de côté, sans qu’il soit utile de faire l’obscurité dans la salle.

Ces régulateurs sont construits spécialement pour fonctionner sur un courant déterminé, soit alternatif, soit continu. Leur intensité est variable dans des proportions moindres que les arcs à main qui peuvent aller jusqu’à 125 ampères.

molteniscient07.jpg Sur ce schéma, le bouton A permet le réglage en hauteur, le bouton B celui d’avant en arrière et le bouton C permet le centrage de gauche à droite.

molteniscient08.jpgAppareil de projection “Universel” grand modèle

Cet appareil de projection est constitué d’une partie fondamentale et d’accessoires annexes qui peuvent être acquis progressivement en fonction des besoins ou du niveau d’enseignement.

molteniscient12.jpg

La partie fondamentale comporte une lanterne en tôle forte montée entre deux glissières réglables placées sur un socle en acajou. Le système optique est adapté pour recevoir des condensateurs de 110mm ou 150mm. Il comporte en son centre une cuve à eau, placée après le condensateur, destinée à absorber la chaleur des rayons lumineux concentrés par les lentilles.

molteniscient09.jpg Système 1 adapté à la projection des diapositives ou à la projection microscopique

molteniscient10.jpg Système 2 adapté à la projection des corps transparents placés horizontalement

molteniscient11.jpg Système 3 adapté à la projection des corps opaques

A l ‘époque on parlait de projections mégascopiques, apédiascopiques ou épiscopiques. Cela consistait à éclairer très fortement un objet opaque (livre, dessin, gravure, herbier, pièce d’anatomie, etc.) et à recueillir son image au moyen d’un objectif à grande ouverture.

molteniscient13.jpgAppareil universel à transformations instantanées : modèle des Facultés de Médecines

Devant la lanterne de projection se trouve une boîte en acajou comportant un dispositif à miroir commandé par une manette destiné à obtenir diverses sortes de projections.

molteniscient14.jpg

1ère possibilité : le miroir est relevé vers l’arrière, permettant aux rayons lumineux de traverser la caisse en bois directement jusqu’à un condensateur qui focalise la lumière vers un microscope de projection. Cet équipement peut être remplacé par différents accessoires tels que lentilles, prismes, etc., destinés aux expériences d’optique.

molteniscient15.jpg

2ème possibilité : le miroir est incliné à 45°, ce qui dévie les rayons lumineux vers un objectif placé verticalement au dessus duquel se trouve un second miroir à 45°. Ce système permet de projeter des préparations transparentes placées horizontalement, sous l’objectif.

molteniscient16.jpg

3ème possibilité : le miroir est incliné à 13° par rapport à la verticale, ce qui permet d’envoyer les rayons lumineux vers le plateau inférieur réglable de la caisse en bois avant d’être renvoyés vers un autre objectif de focale différente au dessus duquel se trouve un second miroir à 45°. Ce système permet de projeter des documents opaques, tout comme le fait un Episcope.

Cet appareil a été spécialement étudié en collaboration avec le docteur KALT, pour son cours d’ophtalmologie à l’hospice des Quinze-Vingt. Il a été fabriqué en plusieurs exemplaires pour l’amphithéâtre de pharmacologie de la faculté de Médecine de Paris, pour l’hôpital des Enfants Malades, pour l’hôpital de la Maternité, etc.

En complément, voir : Lanternes de projection MOLTENI télécommandée

Publié dans Lanternes projection, Projections scientifiques | Pas de Commentaire »

 

2ndeavicenne |
kadscen |
entre terre et mer |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Histoire-Géographie-Educati...
| Oppidum anglicus: the city ...
| Joie en Dieu et Descendance...