• Mes albums récents

    • Album : Publicités
      <b>Retroproj 03</b> <br />
    • Album : Images projetées
      <b>Anatomie 2</b> <br />
    • Album : Lanternes et Projecteurs
      <b>LMnoir 09</b> <br />
    • Album : Illustrations et Gravures
      <b>Chromo roue 3</b> <br />
  • Articles récents

  • Archives

Colorisation des plaques de verre

Posté par Patrice Guerin le 15 janvier 2012

Colorisation des plaques de verre dans Images projetees PlaqueCouleur-01-150x127  Panorama de Malaga

A la fin du XIXe siècle, les plaques photographiques en noir & blanc sont une première approche du réalisme en projection. Elles paraissent cependant bien ternes à côté des plaques de lanterne magique dessinées à la main et vivement colorées. Quelques procédés de photographies en couleurs se développeront progressivement mais il faudra attendre les années 1950 pour que la photographie couleur entre définitivement dans une majorité de familles par le biais de la fameuse diapositive Kodachrome.

Voir : Plaques photographiques pour la projectionLa projection de photographies en couleurs, procédé TRICHROME -

PlaqueCouleur-02-150x106 dans Images projetees  PlaqueCouleur-03-150x106  PlaqueCouleur-04-150x106  Exposition Universelle de Paris 1900

Une première possibilité de mise en couleur consistait à faire “virer” les plaques noir et blanc en sépia, bleu ou vert afin de leur donner un aspect plus doux. Ces colorations chimiques pouvaient même s’appliquer partiellement sur certaines parties de l’image « les ciels se colorent en bleu en trempant la plaque d’abord dans du ferrocyanure à 2 ou 3 %, puis dans une solution faible d’un sel de fer. Pour obtenir un certain modelé, on prend soin, avec un second pinceau imbibé d’eau, d’affaiblir la solution sur les nuages par exemple ».

PlaqueCouleur-05-148x150 Whisky au pub  PlaqueCouleur-06-148x150 Pigeons à Venise  PlaqueCouleur-07-150x127 Général Franchet d’Esperey

Un second procédé consistait à peindre à la main la photographie avec différentes couleurs  à l’aide de procédés variés : vernis colorés, peinture à l’aquarelle et au fiel de bœuf, couleurs anilines, etc. « Quel que soit le procédé employé, nous noterons que la gamme des tons doit être peu étendue et que les teintes doivent être très douces. Il y a lieu de noter cependant qu’elles devront être plus vives pour les tableaux destinés aux éclairages intensifs ».

PlaqueCouleur-08-131x150 PlaqueCouleur-09-150x106  PlaqueCouleur-10-118x150  PlaqueCouleur-11-139x150  PlaqueCouleur-12-150x126  PlaqueCouleur-13-95x150

Pour colorer les photographies on trouvait dans les catalogues des principaux fournisseurs de lanternes quelques accessoires permettant la mise en couleurs, tels que cette “Boîte pour le coloris des positifs sur verre garnie de 7 flacons de couleur, 1 flacon de préparation pour étendre les couleurs, 1 palette en porcelaine, 1 lave-pinceau et 2 pinceaux, prix 12 francs”. Certaines de ces boîtes comportaient même un pupitre avec verre dépoli pour retoucher les images. Il existait aussi des petits pupitres avec verre dépoli et miroir permettant d’obtenir une bonne luminosité par transparence.

Voir : Montage des vues sur verre

Il existait une solution simple pour faire des projections colorées : placer un filtre de couleur à l’avant de la lanterne.

Voir : Colorisation des projections lumineuses

 

 

Laisser un commentaire

 

2ndeavicenne |
kadscen |
entre terre et mer |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Histoire-Géographie-Educati...
| Oppidum anglicus: the city ...
| Joie en Dieu et Descendance...