• Mes albums récents

    • Album : Publicités
      <b>Retroproj 03</b> <br />
    • Album : Images projetées
      <b>Anatomie 2</b> <br />
    • Album : Lanternes et Projecteurs
      <b>LMnoir 09</b> <br />
    • Album : Illustrations et Gravures
      <b>Chromo roue 3</b> <br />
  • Articles récents

  • Archives

  • Accueil
  • > Archives pour juillet 2012

L’éclairage à arc électrique pour les décors de théâtres et d’opéras

Posté par Patrice Guerin le 30 juillet 2012

L’éclairage à arc électrique pour les décors de théâtres et d’opéras dans Images projetees Regulateur-15-105x300  Le régulateur à arc électrique, inventé par Léon FOUCAULT en 1849, et fabriqué par Jules DUBOSCQ pendant près de cinquante ans, est le précurseur de la plupart des systèmes d’éclairage utilisés pour produire des “effets spéciaux” au théâtre et à l’opéra pendant une centaine d’années.

Voir : Régulateur à arc électrique FOUCAULT DUBOSCQ - Le régulateur à arc électrique DUBOSCQ

 

Regulateur-13-101x150 dans Projections pour Spectacles Planche de physique sur les lampes à arc

Cet appareil, considéré comme le meilleur de son époque, a eu de nombreux concurrents, comme celui de monsieur SERRIN – le grand rival de DUBOSCQ -, ou encore ceux de messieurs SIEMENS (assez employé en Allemagne et en Angleterre), BRUSH, BÜRGIN, CARRE, CROMPTON, GAIFFE, GÜLCHER, DE MERSANNE, RAPIEFF, WESTON, etc.

Regulateur-14-300x95 dans Sources lumineuses  NB Les schémas de ces différents régulateurs ne sont pas tous à la même échelle

« Les effets les plus remarquables de lumière électrique qu’on ait produits au théâtre ont été combinés par monsieur Jules DUBOSCQ. Il a organisé pour cela, au nouvel Opéra (construit de 1861 à 1875), toute une salle où sont disposés les piles et autres engins nécessaires. Sans nous arrêter à l’effet du soleil levant du “Prophète” que tout le monde a admiré dans l’original créé en 1849 et qui n’était que le résultat d’un mouvement ascensionnel donné au régulateur… Sans parler encore de l’application de l’arc voltaïque à la projection d’une vive lumière sur certains points de la scène… Nous pouvons dire que les rayons intenses de la lumière électrique ont servi à reproduire sur la scène certains phénomènes physiques sous leur aspect tout à fait naturel , tels que les arcs-en-ciel, les éclairs, les clairs de lune, etc… ainsi que les apparitions fantasmagoriques qui impressionnent tant le public ». Source : L’éclairage électrique, par le comte Théodore Du Moncel – Librairie Hachette et Cie Paris 1880.

Voir : Projection de la chevauchée des WALKYRIES

Regulateur-11-300x183  Apparition de l’arc-en-ciel dans le 1er acte de Moïse et Pharaon ou le Passage de la mer Rouge en 1860 – Opéra en 4 actes de Gioachino ROSSINI (1792-1868), livret d’Étienne de JOUY, créé le 26 mars 1827 à l’Opéra de Paris.

« L’appareil électrique dont l’arc est alimenté par une pile de 100 éléments de Bunsen » dit monsieur SAINT-EDME* « est placé sur un échafaudage de hauteur convenable à 5 mètres du rideau et perpendiculairement à la toile qui figure le ciel sur lequel l’arc-en-ciel doit apparaître. Les premières lentilles de l’appareil donnent un faisceau parallèle qui passe ensuite par un écran découpé en forme d’arc. Ce faisceau est reçu par une lentille biconvexe à très court foyer, dont le double rôle est d’augmenter la courbure de l’image et de lui donner une extension plus considérable. C’est au sortir de cette dernière lentille que les rayons lumineux traversent le prisme qui doit les décomposer et par suite engendrer l’arc-en-ciel. »

Regulateur-12-150x132  Lanterne Duboscq équipée d’accessoires semblables à ceux utilisés pour créer un arc-en-ciel

Voir : Lanterne de projection DUBOSCQ

Si l’on veut envoyer la lumière électrique sur de très larges surfaces, telles qu’un pan de mur ou un jardin, on peut supprimer la lanterne et placer simplement la lampe à arc sur un support articulé à l’arrière duquel se trouve un miroir argenté en verre de 30 cm de diamètre qui peut coulisser sur un support vertical.

regulateur-16-83x150

Dans ses catalogues de 1864 et 1877 Jules DUBOSCQ présente les diverses applications de la lumière électrique et plus particulièrement celles menées à l’Opéra. Il conclut ainsi son chapitre consacré la lumière électrique « Depuis lors, il est rare qu’un ballet ou un opéra, exigeant une mise en scène importante, ait été montré sans l’intervention d’un effet quelconque de lumière électrique. Les théâtres impériaux et ceux de premier ordre rebondirent sous l’impulsion partie de l’Opéra et l’arc voltaïque passa définitivement dans les coutumes scéniques ». Parmi les nombreux spectacles de l’Opéra, des décors lumineux ont été utilisés dans le ballet « Sylvia » de Léo DELIBES, créé en 1876,  l’opéra  « Esclarmonde » de MASSENET, créé en 1889 et « La Walkyrie », de WAGNER créé en 1893.

Voir : Projection de décors au théâtre et à l’opéraLes EFFETS SPECIAUX au théâtre durant le XIXe siècle

__________________

* SAINT-EDME est le pseudonyme de E.Th. BOURG qui travailla à l’époque pour plusieurs journaux et plus particulièrement aux “Tablettes Universelles”.

Publié dans Images projetees, Projections pour Spectacles, Sources lumineuses | 1 Commentaire »

Régulateur à arc électrique FOUCAULT DUBOSCQ

Posté par Patrice Guerin le 29 juillet 2012

Régulateur à arc électrique FOUCAULT DUBOSCQ  dans Projections scientifiques Regulateur-01-300x192

Dès les années 1840, on est capable de provoquer une étincelle électrique permanente entre deux éléments conducteurs légèrement séparés l’un de l’autre. Il s’agit d’une sorte d’excitateur de LANNES, dont les boules sont remplacées par des baguettes de charbon que l’on règle à la main au fur et à mesure de leur usure. A l’époque le courant électrique est fourni par une série de piles Bunsen, allant parfois jusqu’à 40 ou 50 éléments.

Voir : Les premières piles électriques

Regulateur-02-150x150 dans Sources lumineuses

Pour en faciliter l’usage et éviter de régler à la main l’écartement des charbons, on a très vite imaginé des mécanismes permettant de maintenir une distance constante entre les deux charbons, au fur et à mesure de leur usure. Il s’agit du régulateur électrique dont le premier modèle a été imaginé par Thomas WRIGHT en 1845. « Ce n’est qu’en 1848, quand MM. STAITE et PETRIE en Angleterre et M. FOUCAULT en France, imaginèrent leurs régulateurs qu‘on y prêta quelque attention ; encore fallut-il que ces appareils soient susceptibles de quelque application comme l’on montré M. ARCHEREAU d’un côté et M. J. DUBOSCQ de l’autre, en les appliquant à  de nombreuses expériences de projection  ». Or pour la projection il fallait que le point lumineux provoqué par l’arc électrique soit parfaitement fixe et ne se déplace pas au fur et à mesure de l’usure des charbons qui n’était pas identique pour les deux.

Voir : La maison d’instruments d’Optique et de Précision SOLEIL – DUBOSCQ – PELLIN

Le régulateur inventé par monsieur FOUCAULT (voir PORTRAITS) en 1849 puis construit par Jules DUBOSCQ (voir PORTRAITS), est présenté à l’Académie des Sciences et à la Société d’Encouragement dans sa séance du 4 décembre 1850. Quelques mois auparavant, le 16 avril 1849, l’appareil est utilisé sur la scène de l’Opéra, pour imiter le soleil dans l’opéra “Le Prophète” de Giacomo MEYERBEER.

Voir : L’éclairage à arc électrique pour les décors de théâtres et d’opérasLes EFFETS SPECIAUX au théâtre durant le XIXe siècle

Regulateur-03-300x168  Brevet du régulateur photo-électrique 1er modèle

« La lampe électrique de M. Jules DUBOSCQ, telle qu’elle est en usage depuis plusieurs années, peut être citée avantageusement comme ayant déjà donné des résultats très satisfaisants en raison de sa disposition, de sa forme et de la facilité de sa manœuvre… M. DUBOSCQ avait atteint ce but par la construction d’un premier appareil dans lequel les charbons étaient fixés à deux tiges métalliques verticales placées au-dessus l’une de l’autre, et qui, à l’aide d’un ressort, tendaient à rapprocher leurs extrémités sous l’effet d’un électro-aimant rectiligne placé dans le pied de l’appareil. Ce mécanisme avait pour fonction de fixer la position de l’arc en maintenant les deux charbons à une distance constante et en les rapprochant quand, par l’effet de la combustion, leur distance tendait à devenir plus grande ; mais il était impuissant pour écarter ces conducteurs quand ils arrivaient au contact, ce qui provoquait l’extinction de l’arc ». Extrait du rapport présenté en 1855 par monsieur Edmond BECQUEREL, au nom du comité des Arts Economiques, sur l’appareil Photo-Electrique de monsieur Jules DUBOSCQ, opticien.

Regulateur-04-56x150  Regulateur-08-80x150Régulateur 2e modèle    Duboscq-19-40x150 Collection G.V.

Dans le premier modèle, les charbons étaient actionnés par des chaines, or celles-ci se cassaient quelquefois ou s’enroulaient sur les poulies dans le mauvais sens si l’opérateur n’était pas familiarisé avec l’appareil, si bien que monsieur DUBOSCQ les a remplacé par des porte-charbons à crémaillère. « Pendant dix ans, de 1850 à 1860, c’est avec le régulateur de M. DUBOSCQ que l’on a fait toutes les expériences sur la lumière électrique » Source Les Merveilles de la Science par Louis Figuier.

Voir : Lanterne de projection DUBOSCQ

Regulateur-05-56x150   Regulateur-06-101x150Régulateur 3e modèle  Regulateur-07-58x150

En 1857, messieurs FOUCAULT et DUBOSCQ modifient le mécanisme du régulateur initial en adoptant une combinaison mécanique particulière, inspirée d’un mécanisme imaginé par HUYGHENS, dans lequel deux petites roues satellites (en bas du schéma) sont fixées sur une plus grande roue mobile. Dans ce modèle, il est possible d’adapter le pôle positif soit en haut pour les effets d’éclairage, soit en bas pour les expériences d’optique. Ce système permet en outre d’élever ou d’abaisser le point lumineux pendant le fonctionnement en faisant tourner à la main une des roues dentées du barillet principal. « Ce nouveau régulateur » précise monsieur DUBOSCQ « remplit donc les conditions exigées pour l’application de la lumière électrique aux expériences scientifiques et à l’éclairage des phares, des vaisseaux, des ateliers, des théâtres, etc ».

Voir : Le régulateur à arc électrique DUBOSCQ

Regulateur-09-150x121  Collection G.V.

Le 9 décembre 1870, monsieur DUBOSCQ, ingénieur opticien, présente à la Société d’encouragement pour l’Industrie Nationale « un régulateur de lumière électrique enfermé dans une boîte métallique qui ne laisse passer les rayons lumineux que d’un seul côté. Cette lanterne posée sur des pieds est destinée aux avant-postes, elle est facilement portative et fonctionne au moyen de la pile CHUTAUX, chimiste au 5 cité Bergère Paris . » Monsieur DUBOSCQ termine sa présentation en disant que « les expériences faites par le Génie militaire ont donné les meilleurs résultats ». Il faut cependant noter qu’il fallait « douze à quinze hommes pour transporter l’appareil de projection et la pile entière composée d’une vingtaine d’éléments ».

Voir : Le siège de Paris en 1870

 

Publié dans Projections scientifiques, Sources lumineuses | 3 Commentaires »

La maison d’instruments d’Optique et de Précision SOLEIL – DUBOSCQ – PELLIN

Posté par Patrice Guerin le 19 juillet 2012

La maison d’instruments d’Optique et de Précision SOLEIL – DUBOSCQ – PELLIN dans Lanternes projection Duboscq-31-97x150  Planche d’Optique provenant de l’Encyclopédie Diderot et D’Alembert publiée entre 1751 et 1772 (collection G.V.). Cette publication aida à développer l’esprit scientifique de nombreux savants.

Epoque SOLEIL 1819-1849

Duboscq-30-115x150 dans Lanternes projection  Tête de lettre de 1829. Collection G.V.

En 1819, l’ingénieur-opticien Jean-Baptiste-François SOLEIL (1798-1878) fonde la maison SOLEIL “Opticien du roi, passage Vivienne, grande galerie N°23 et sa manufacture rue des Poissonniers N°21, près de la barrière Poissonnière”. Il fabrique “toutes sortes d’instrumens d’optique et de mathématiques” dont “Chambres noires, Fantasmagorie, Lanternes magiques, etc”.

En 1825, il s’installe au 21 rue de l’Odéon à Paris VIe. L’entreprise est spécialisée dans la fabrication “d’instruments d’optique et de précision” destinés  aux plus grands savants de l’époque FRESNEL, ARAGO, FOUCAULT, BABINET, etc.

Parmi ses nombreuses inventions, on trouve l’héliostat de SILBERMANN (1843) mais aussi « un phare lenticulaire de premier ordre à éclypses, destiné pour Belle-Ile (Morbihan), d’après le système de feu monsieur A. FRESNEL » ou encore « une grande lentille annulaire, ou verre ardent, au moyen duquel on peut fondre et volatiliser sous le ballon différentes substances et même le platine » et encore « divers objets d’optique tels que baromètres, thermomètres, lunettes de campagne, lorgnettes jumelles, cassettes de mathématiques, etc ».

Duboscq-32-120x150  Il obtient de nombreuses récompenses aux expositions nationales de 1839 et 1841 et par la Société d’Encouragement en 1841 et 1847. Lors de sa succession en 1849, la maison est divisée en deux branches confiées l’une à Henri SOLEIL son fils, et l’autre à Jules DUBOSCQ, son gendre.

Duboscq-33-107x150  Henri SOLEIL “Elève et successeur de son père” est située au 21 rue de l’Odéon «  fondée en 1825 sur le même emplacement et n’ayant jamais eu de succursale ».

Comme activité, il indique “Opticien-Mécanicien pour les pièces en cuivre des phares de Fresnel” et effectue diverses réalisations dans ce domaine. En 1852, l’atelier SOLEIL est racheté par Louis SAUTTER (1825-1912) qui fabrique des lentilles de Fresnel pour les phares. Il fonde l’entreprise Sautter et Cie, puis Sautter-Lemonnier et Cie, puis Sautter-Harlé. « L’origine de l’Etablissement de MM. Sautter père et fils, Lemonnier et Cie remonte à l’année 1825, où il fut fondé par l’opticien SOLEIL, pour la construction des phares lenticulaires que venait d’inventer Augustin FRESNEL. Mais le développement de cette industrie ne commença réellement qu’à partir de 1852 où elle passa aux mains de M. Louis SAUTTER, dont le concours important et l’autorité reconnue en cette matière, contribuèrent à l’adoption de ce nouveau système d’éclairage par la plupart des nations maritimes ». Présentation faite à l’occasion de l’Exposition Universelle de 1889. Après 1881, Louis SAUTTER se consacre aux œuvres philanthropiques et religieuses.

Duboscq-34-129x150  Etablissements Sautter & Lemonnier 1889

Voir : Loupes, miroirs et prismes SOLEIL DUBOSCQ

Epoque DUBOSCQ 1849-1886

A partir de 1849, Jules DUBOSCQ (voir PORTRAITS) poursuit le développement de l’entreprise au 21 rue de l’Odéon “seule entrée au fond de la cour”. Il crée et construit, sous la direction des plus grands savants de l’époque : PASTEUR, JAMIN, DUPRE, FOUCAULT, BECQUEREL, etc. un grand nombre d’instruments d’optique et de précision employés dans les universités, les grandes écoles, les laboratoires scientifiques et industriels de France et de l’étranger. Durant cette période, les instruments sont marqués “Jules Duboscq”.

Duboscq-35-97x150  Publicité Jules Duboscq 1885

Parmi toutes ses inventions, il construit de nombreux appareils destinés à la projection et à de nombreuses expériences d’optique. « Il se fait en ce moment une heureuse révolution dans le mode d’enseignement public des sciences. En Angleterre et en France, on a compris l’immense avantage qu’il y a à substituer aux figures tracées sur le tableau noir des représentations agrandies des êtres, des phénomènes de la nature, obtenues par les procédés de la lanterne magique. M. Duboscq est entré le premier dans cette voie ; il a compris la nécessité absolue de substituer des images parfaites obtenues par la photographie sur verre transparent aux peintures grossières et informes seules usitées jusque dans ces derniers temps » Source : Histoire de la découverte de la photographie par G. Potonniée, publications Montel 1925.

Duboscq-36-150x111  duboscq04.vignette  duboscq05.vignette

Il construit le régulateur électro-magnétique et l’héliostat de Léon FOUCAULT, ainsi que diverses lampes électrique et lanternes de projection.

Voir : Régulateur à arc électrique FOUCAULT DUBOSCQEclairages DUBOSCQ PELLINLanterne de projection DUBOSCQ

A partir des années 1850, ses appareils d’éclairage et de projection sont utilisés dans les théâtres pour éclairer tout ou partie de la scène et pour réaliser de surprenants effets spéciaux.

Voir : Les EFFETS SPECIAUX au théâtre durant le XIXe siècle

En 1870, durant le siège de Paris, ses appareils rendent de nombreux services aux assiégés.

Voir : Le siège de Paris en 1870

Au début du XXe siècle les lanternes de projection scientifique Jules DUBOSCQ sont encore présentent dans les cabinets de physique de très nombreuses écoles.

Voir : La lanterne magique dans les cabinets de physique

Duboscq-37-98x150 Publicité Pellin 1900

Epoque PELLIN 1886-1940

François Philibert PELLIN (voir PORTRAITS) entre chez Jules DUBOSCQ vers la fin des années 1870 et prend le contrôle de la Maison en 1886 lors du décès de son propriétaire. Il maintient la tradition de qualité pour de nombreux instruments comme ceux fabriqués pour FERY ou LE CHATELIER. En plus du magasin situé au 21 rue de l’Odéon à Paris VIe, il possède aussi des ateliers non loin de là, au 30 rue Monsieur Le Prince à Paris VIe.

Duboscq-38-150x119  Publicité Pellin 1906

Les sommaires de ses catalogues indiquent les très nombreuses spécialités de la Maison : Sources lumineuses – Appareils de projection – Photométrie – Interférences, Diffraction –Polarisation, double Réfraction – Réflexion, Réfraction, Vision – Spectroscopie – Appareils de Mesure – Polarimétrie, Saccharimétrie, Colorimétrie – Acoustique en Projection – Météorologie.

Voir : Autres lanternes de projection DUBOSCQ PELLINChalumeau oxhydrique DUBOSCQ PELLIN

Duboscq-39-114x150  Source BNF

Comme ses prédécesseurs, François Philibert PELLIN obtient de nombreuses récompenses, comme il le mentionne dans un courrier de 1912 : 4 médailles d’or dont Paris en 1889 ; diplômes d’honneur Anvers 1894, Amsterdam 1896 ; Grand Prix Paris 1900, Saint-Louis 1904, Liège 1905, Milan 1907, Londres 1908 ; Hors concours membre du jury Bruxelles 1897 et 1910 (vice-président) ; membre du jury de classe Milan 1911.

Son fils Félix (Marie Philibert) PELLIN (1877-1940) entre dans l’entreprise en 1900. Il est nommé directeur technique en 1901 et directeur général en 1903. Associé à son père en 1912, il poursuit l’activité de l’entreprise jusqu’en 1940, date à laquelle la Maison “Soleil-Duboscq-Pellin” fusionne avec la Maison Deleuil, fondée par Louis-Joseph DELEUIL en 1820.

Duboscq-40-150x87

A la suite de ses prédécesseurs il obtient des grands prix à Saint-Louis 1904, Liège 1905, Milan 1906, Turin 1923, Gand 1925, Grenoble 1926, Madrid 1927, Athènes 1928, Liège 1930. Il est aussi hors concours et membre du jury à Londres 1908, Bruxelles 1910, Turin 1911, Gand 1913, Strasbourg 1919, Monaco 1921, Rio de Janeiro 1922, Strasbourg 1924, Arts Décoratifs 1925, Coloniale Paris 1931, etc.

Dans les années 30, les ateliers, magasins et bureaux sont situés au 59 avenue Jean Jaurès à Arcueil. Lors de l’Exposition Internationale de Liège en 1930, on peut lire « Anciens établissements Ph. et F. PELLIN, Félix PELLIN, ingénieur, successeur, 5 avenue d’Orléans Paris – Constructeur d’instruments d’optique et de précision pour les sciences et l’industrie ».

__________________

Chronologie des différentes appellations de la branche Duboscq :

Maison SOLEIL (1819 – 1849)
DUBOSCQ et SOLEIL (1849 – 1878)
J. et A. DUBOSCQ (1879 – 1880)
J. DUBOSCQ (1880- 1883)
Maison Jules DUBOSCQ et Ph. PELLIN (1883 – 1886)
Ph. PELLIN (1886 – 1900)
Etablissements PH. et F .PELLIN (1900 – 1911)

Publié dans Lanternes projection | 2 Commentaires »

Appareil de projection “Gros Modèle” MAZO

Posté par Patrice Guerin le 7 juillet 2012

Appareil de projection “Gros Modèle” MAZO dans Lanternes projection Mazo-grosse-01-97x150

Cette lanterne de projection “Gros modèle”  est présente dans les catalogues MAZO dès le début du XXe siècle. Elle est destinée aux professionnels « Spéciale pour les projections par transparence, elle peut aussi servir pour celles par réflexion ».

Voir : Histoire de l’entreprise MAZO

Mazo-grosse-02-127x150 dans Lanternes projection  Mazo-grosse-03-111x150Collection G.V.

Son corps en tôle russe pleine est monté sur un support en acajou verni et possède une porte en cuivre nickelé de chaque côté. Des regards munis de verres de couleur sont placés au centre de ces portes, à hauteur de la lumière, pour en faciliter le réglage. Elle est équipée d’un éclairage intensif soit par chalumeau oxhydrique, soit par arc électrique.

Mazo-grosse-04-114x150 Collection G.V.

Le dessus, revêtu d’une double enveloppe afin d’éviter toute déperdition de lumière, peut s’ouvrir en le basculant sur le côté et permet même l’utilisation d’un système d’éclairage à pétrole avec cheminée.

Mazo-grosse-05-150x116  Mazo-grosse-06-148x150  Mazo-grosse-07-150x123Collection G.V.

L’appareil “Gros modèle” est équipé d’un condensateur de 120mm de diamètre et d’un objectif de très grand diamètre (56mm) supporté par une monture en cuivre verni extrêmement solide.

Polyorama-09-97x150  Polyorama-08-129x150

Il existe une version double tout à fait semblable au modèle simple. Sa partie avant, entièrement en cuivre, est équipée d’un système de centrage rapide et précis qui permet de superposer parfaitement les deux images projetées.

Voir : Lanternes multiples ou POLYORAMAS

Publié dans Lanternes projection | Pas de Commentaire »

 

2ndeavicenne |
kadscen |
entre terre et mer |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Histoire-Géographie-Educati...
| Oppidum anglicus: the city ...
| Joie en Dieu et Descendance...