• Accueil
  • > Archives pour novembre 2012

La manufacture d’instruments d’optique BURON

Posté par Patrice Guerin le 19 novembre 2012

La manufacture d’instruments d’optique BURON dans Lanternes magiques buron-01-150x77

En 1788, BURON père fonde la “Manufacture d’instruments d’optique et de mathématiques” située au 10 rue des trois Pavillons à Paris (actuelle rue Elzévir dans le IIIe arrondissement). A partir de 1818, l’entreprise est dirigée par BURON fils qui obtient de nombreuses récompenses aux expositions publiques des produits de l’industrie française : médaille d’argent en 1834 et 1839 et médaille d’or en 1844.

buron-02-110x150 dans Lanternes magiques Source BNF-Gallica

« Les instruments établis par M. BURON sont bien exécutés. Tout se fabrique chez lui, verres et montures. Il emploie dans ses ateliers 75 à 80 personnes. Les outils y sont mus par une machine à vapeur. Plus de la moitié de ses produits s’exporte… Une très grande partie des lunettes qui se vendent comme “lunettes anglaises”, soit en France soit en dehors, sortent de la fabrique de monsieur BURON ». Extrait du rapport du jury central de l’exposition de 1839.

buron-03-150x109  Source BNF-Gallica

« Sa fabrique est devenue une véritable manufacture. Les ateliers sont divisés en plusieurs sections distinctes placées sous la direction de contre-maîtres spécialisés. L’une des sections est spécialement affectée aux travaux de l’optique proprement dite, c’est-à-dire des verres qui sont confectionnés avec des procédés d’une extrême précision. »

buron-04-99x150  buron-05-101x150  buron-06-110x150

Les principaux appareils fabriqués par la manufacture BURON sont : des lunettes de campagne, de marine ou astronomiques ; des microscopes ; des chambres claires et daguerréotypes ; des loupes et autres verres d’optique ; des règles, boussoles, niveaux, compas, rapporteurs, etc. Pour l’Exposition de l’Industrie française de 1944 « monsieur BURON a construit une grande Lunette qui a 8 mètres de longueur, dont l’objectif, formé d’un flint de M. GUINAND et d’un crown de M. BONTEMPS, a 36 centimètres d’ouverture efficace. »

BURON fils est ingénieur opticien, chevalier de l’ordre royal de la Légion d’Honneur en 1844, membre de la société d’encouragement pour l’industrie nationale.

buron-07-101x150  buron-08-101x150  buron-09-101x150

Voir : Fantascope en forme de lanterne magique

Il est l’un des tous premiers à publier un catalogue illustré pour présenter les instruments construits dans ses ateliers. Son catalogue de 1844 contient pas moins de 310 gravures « Pendant le cours d’une longue carrière industrielle, j’ai bien des fois été à même de constater que la difficulté la plus réelle qu’éprouvent les relations des fabricants avec leurs commettants provient des méprises ou des erreurs auxquelles donnent lieu trop souvent la connaissance imparfaite des articles de la fabrication et l’inexactitude dans les commandes ».

SOURCE : CNAM – Conservatoire NUMérique

Publié dans Lanternes magiques | Pas de Commentaire »

Projection de la chevauchée des WALKYRIES au XIXe siècle

Posté par Patrice Guerin le 10 novembre 2012

Projection de la chevauchée des WALKYRIES au XIXe siècle dans Images projetees walkyrie-00-150x94  Richard WAGNER composant “L’anneau du Nibelung” entre 1850 et 1860. Tableau de Lionello BALESTRIERI(1).

La Walkyrie est le deuxième des quatre drames lyriques qui constituent ”L’Anneau du Nibelung“ composés par Richard WAGNER (1813-1883) au milieu du XIXe siècle. La première de cet opéra est donnée à Munich le 26 juin 1870 et le roi LOUIS II de Bavière impose des chevaux et des écuyers de ses écuries pour figurer la chevauchée du 3e acte.

fichier mov Extrait musical

walkyrie-01-101x150 dans Projections pour Spectacles  Il faut attendre 1876 pour assister à la création de la tétralogie ”Der Ring des Nibelungen” à Bayreuth. Pour illustrer la chevauchée, le peintre Carl-Emil DOEPLER, responsable des costumes du “Ring”, propose de peindre des disques de verre à projeter au moyen d’une lanterne magique.

walkyrie-02-300x179   walkyrie-06-95x150

Le 12 mai 1893, La Walkyrie est présentée pour la première fois en France, à l’Opéra de Paris, avec Mme Rose CARON (Sieglinde), Mlle BREVAL (2) (Brunehilde), Mme DESCHAMPS (Fricka), M. VAN DYCK (Siegmund), M. DELMAS (Wotan), M. GRESSE (Hunding) comme principaux acteurs.

walkyrie-03-150x103  Le décor du troisième acte, représentant la chevauchée des Walkyries, est d’un effet grandiose. Il concourt pour une large part à l’immense succès que remporte l’œuvre de ce grand compositeur allemand.

« Dans le 3e acte, au lieu des projections qui donnaient jusqu’alors et si médiocrement sur d’autres scènes, l’illusion de la chevauchée des Walkyries parmi les nuages, ce sont les Walkyries elles-mêmes que l’on voit s’envoler comme en rêve, emportées par de superbes chevaux dont les nuées enveloppent les silhouettes galopantes». Le Monde Illustré du 20 mai 1893.

walkyrie-04-150x110

« Le régisseur de l’Opéra de Paris, monsieur LAPISSIDA, a fort bien réussi à nous présenter de véritables personnages animés, traversant les nuées tourmentées par la tempête. Pour y parvenir, il a mis en œuvre différents effets de lumière en arrière plan de la scène qui représente un site sauvage rempli de rochers. Les nuages sont obtenus par un moyen  déjà connu au théâtre, mais fort peu employé : ceux-ci sont peints sur des plaques de verres que l’on fait défiler dans une lanterne électrique à projection ».

Voir : Projection de décors au théâtre et à l’opéra

« Le principe est simple et l’application facile lorsqu’il s’agit de produire un effet de courte durée ; mais ici il y avait une difficulté : c’est que le défilé de nuages devait durer environ une demi-heure et la plaque de verre était bien trop courte pour cela. On a conçus de grands disques de verre de 60 cm de diamètre, montés sur un axe, portant des nuages peints sur tout le pourtour, si bien qu’en faisant tourner le verre, on voit les nuages marcher toujours dans le même sens, aussi longtemps qu’on le désire… Pour couvrir toute la surface de la toile de fond, il y a plusieurs lanternes qui sont cachés à la vue des spectateurs par les décors qui représentent les rochers ».

walkyrie-05-300x209 Source : “La Nature” du 24 juin 1893

« L’écran de fond, en tulle peint en bleu, est très transparent. Derrière lui règne une obscurité absolue. Il masque une immense charpente appelée “praticable”, mis au point par le chef machiniste VALLENOT. Celle-ci mesure de 6 à 9 mètres de haut et occupe toute la largeur de la scène soit plus de 30 mètres de long. Sur le haut de ce praticable, formant en réalité des montagnes russes, glissent des chevaux de bois sur lesquels montent des jeunes filles, doublures des actrices, qui figurent les Walkyries. Ils sont éclairés vivement par un puissant projecteur électrique qui lance sur eux, parallèlement à la toile de fond, son faisceau lumineux. La chevauchée des Walkyries devient ainsi visible par les spectateurs à travers la toile et les nuages et paraît suspendue dans le ciel.

Voir : L’éclairage à arc électrique pour les décors de théâtres et d’opéras

walkyrie-07-104x150  walkyrie-08-300x209  walkyrie-09-118x150 1 Walkyries attendant leur tour – 2 Préparatifs de la chevauchée – 3 Machiniste endormi dans les coulisses pendant un cœur

« Huit chevaux de bois, de la taille d’un poney des Shetlands… sont montés sur des roues s’adaptant à des rails qui courent le long du plan en suivant les inégalités. Huit jeunes garçons, portant l’armure complète des Walkyries, gravissent une échelle et s’installe sur les chevaux… qui sont rassemblés sur la partie la plus basse du plan. Au lever du rideau, on tire avec des cordes et un treuil, les cavaliers jusqu’à la partie supérieure du plan, dans la position voulue pour qu’ils descendent la pente sur les rails au signal donné… en se levant et en se baissant alternativement, selon les ondulations du plancher, imitant ainsi l’allure d’un cheval au galop. En même temps, un jet électrique est dirigé d’en haut sur les figures en marche et un autre illumine latéralement le rideau de gaze. On a l’illusion parfaite de Walkyries chevauchant à travers les nuages. Ce spectacle, combiné avec la musique, l’ensemble du décor, les autres guerrières s’agitant sur le rocher, produit vraiment un effet saisissant de grandeur et de beauté. » Source : Le théâtre wagnérien in “Le Monde Moderne” juillet-décembre 1901

Cet acte se termine par un incendie, fort bien réglé par l’habile artificier RUGGIERI.  De grandes flammes courent le long des rochers ou jaillissent du sol en tous points, pendant que d’épaisses fumées, teintes en rouge par des feux de Bengale, se répandent dans l’air ».

Source : La Nature N°1047 du 24 juin 1893

A la fin du XIXe siècle la puissance d’éclairage des lanternes de projection permet d’utiliser les projections lumineuses dans d’autres spectacles.

Voir : Les projections lumineuses colorées dans la DANSE SERPENTINE

__________________

(1) Lionello BALESTRIERI (1872-1958) est un peintre italien qui s’installa à Paris en 1894. Il est principalement connu pour ses œuvres illustrant les grands musiciens tels que BEETHOVEN, GOUNOD, VERDI ou WAGNER.

(2) Lucienne BREVAL (1869-1935) débute à l’Opéra de Paris en 1892. L’année suivante, sous la direction d’Édouard COLONNE, elle incarne Brunehilde, l’un de ses meilleurs rôles, dans la Walkyrie de WAGNER à l’Opéra de Paris. Henri de CURZON écrit à l’époque : « Son jeune talent s’épanouit [...] avec une flamme audacieuse, une passion, une harmonie de visage et de gestes qui sont vraiment de toute beauté ».

 

Publié dans Images projetees, Projections pour Spectacles | Pas de Commentaire »

 

2ndeavicenne |
kadscen |
entre terre et mer |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Histoire-Géographie-Educati...
| Oppidum anglicus: the city ...
| Joie en Dieu et Descendance...