• Accueil
  • > Archives pour décembre 2012

Best Wishes and Greetings with magic lantern

Posté par Patrice Guerin le 29 décembre 2012

Best Wishes and Greetings with magic lantern dans Lanternes magiques chromous10a-300x183  chromous10b-300x183 dans Lanternes magiques  chromous10c-300x187

Une belle série de cartes gaufrées américaines des années 1900 !

D’autres chromos avec des lanternes magiques sont à voir ci dessous :
Chromos fantaisies lanterne magique
Chromos lanterne magique enfants
Chromos lanterne magique série Pierrot, Colombine et Arlequin

Publié dans Lanternes magiques | Pas de Commentaire »

Le COMICSCOPE et les B.D. américaines des années 40

Posté par Patrice Guerin le 25 décembre 2012

Le COMICSCOPE et les B.D. américaines des années 40 dans Projecteurs jouet comicscope-01-300x140  comicscope-02-98x150 dans Projecteurs petit format  Document G.V.

Le 20 mars 1940 Robert W. FARRELL et Victor S. FOX déposent à New-York le brevet n°2,301,114 pour un “projecteur optique” (délivré le 3 novembre 1942). Il s’agit d’un « projecteur optique simple et peu coûteux à construire qui peut être facilement assemblés par des enfants à partir de quelques éléments séparés ».

comicscope-03-300x209  comicscope-21-207x300

Le Comicscope se compose d’une boîte en carton épais (19x18x8cm) munis de plusieurs ouvertures permettant d’introduire l’objectif (un simple tube de carton de 2,7cm de diamètre muni d’une lentille bi-convexe), les vues opaques provenant de bandes dessinées collées sur des cartons de 8cm de large et la lampe qui n’est pas fournie avec l’appareil (un éclairage ordinaire avec ampoule de 50 à 60w).

comicscope-04-150x97  Malgré la simplicité d’utilisation, l’appareil est livré avec une notice illustrée en 8 étapes. De plus, celle-ci précise que l’on peut dessiner ses propres images ou même « projeter des photographies de soi-même, de ses amis et de sa famille ».

comicscope-05-102x150  comicscope-06-150x87 comicscope-07-150x72  Comicscope peut s’interpréter ainsi : “Voir des bandes dessinées”.

Ce petit projecteur “totalement inefficace” permet de projeter les Comics-Strip parues dans les journaux américains des années 1940 dont les fameux héros patriotiques “Captain Freedom” et “Captain America”.

comicscope-16-108x150  comicscope-14-107x150  comicscope-15-101x150

Le Comicscope est une réminiscence des lanternes magiques pour enfants du XIXe siècle, mais il n’en a plus les qualités et ne projette que des documents opaques, ce qui nuit d’autant plus à la luminosité de l’image sur l’écran. « Afin d’obtenir une bonne orientation de l’image, il faut glisser la bande dessinée à l’envers. Mais dans ce cas ce qui est à gauche passe à droite et le texte apparaît à l’envers. De tout façon vous auriez du mal à lire le texte, car seule une image circulaire est projeté qui ne couvre qu’une partie du sujet».

Voir : Lanterne magique et projections familiales – ToverlantaarnLa lanterne magique ou le spectacle amusant

comicscope-09-150x114  comicscope-08-90x150

Fabriqué par Remington Morse “Quality Products” – département de Hamilton Ross Industries New York Chicago – le Comicscope est vendu par correspondance dans les journaux de BD américains. Le prix est dérisoire “Only 25 cents”, mais les enfants qui veulent obtenir un Comicsope doivent envoyer non seulement l’argent (au départ 15 cents), mais aussi des coupons découpés dans cinq titres différents appartenant au même éditeur ainsi que 3 cents en timbres. A l’époque, un magazine de BD coûtait environ 10 cents.

comicscope-17-112x150  comicscope-18-111x150  comicscope-19-112x150  comicscope-20-111x150  Dans ces pages extraites de “Wonderworld” n°14 de juin 1940, on voit en couverture une annonce “Gift offer Giant Comicscope”, puis à l’intérieur 2 annonces pour le Comicscope ainsi qu’une annonce destinée à promouvoir les bandes dessinées de Fox Publishing inc. dans lesquelles il convient de découper des coupons.

Pour comprendre l’origine de cette invention, il faut savoir qu’à la fin des années 30, Robert W. FARRELL s’associe à Victor S. FOX pour créer la “Fox Publishing”, une société destinée à publier des comics-books tels que Wonder Comics (qui devient Wonderworld Comics au n°3), Mystery Men, Fantastic Comics

comicscope-12-117x150 D’autres versions de cet appareil existent telles que le “Color Comicscope” et le “Junior’s Television”.

On peut lire sur l’annonce ci-dessous que le Comicscope permet de projeter non seulement des bandes dessinées «  pour voir l’action en plein écran et lire chaque mot » mais aussi des photos Polaroïd et « vos photos préférées de sports, de stars de cinéma ou vos propres clichés de famille… grands comme la vie ! »

comicscope-22-101x150  comicscope-23-81x150  Publicité Batman –  1966

Dans les années 50, l’idée de petits projecteurs “promotionnels” en carton destinés aux enfants donnera le jour, en France, à quelques appareils tout aussi inefficaces que leurs prédécesseurs, pour la plus grande joie des bambins issus du baby-boom.

Voir : sujet à venir
Pour voir d’autres projecteurs jouets cliquer ici

A la même époque, un ingénieur suisse dépose un brevet pour le projecteur le plus perfectionné qui n’ait jamais existé jusqu’alors !
Voir : Le projecteur AUDAX – FOCA

Ce sujet a été partiellement illustré avec des documents provenant des sites suivants : BDzoom.comKirymuseum.org

Publié dans Projecteurs jouet, Projecteurs petit format | Pas de Commentaire »

Le projecteur AUDAX – FOCA

Posté par Patrice Guerin le 20 décembre 2012

Le projecteur AUDAX - FOCA dans Projecteurs petit format audax-01-150x105  Document G.V.

Le 28 octobre 1941, l’ingénieur suisse Rodolphe PECHKRANZ dépose à Genève un brevet concernant un « appareil de projection lumineuse à changement de vues commandé mécaniquement, pneumatiquement ou électriquement, éventuellement à distance ».

 audax-02-119x150 dans Projecteurs petit format  audax-03-150x139  Document G.V.

Les principales caractéristiques de ce projecteur est d’être équipé d’un magasin rectiligne contenant un certain nombre de clichés disposés parallèlement les uns à la suite des autres, et de posséder un mécanisme capable de faire avancer le magasin et de projeter automatiquement (ou pas) chaque vue les unes à la suite des autres.

audax-04-130x150  audax-05-150x97  audax-06-135x150Collection J.P.P.

« Si l’appareil doit fonctionner automatiquement, par exemple s’il est employé dans un but publicitaire, un dispositif compteur provoque périodiquement et automatiquement l’embrayage, chaque fois qu’un laps de temps déterminé et réglable s’est écoulé. » Ce projecteur peut aussi fonctionner en mode semi-automatique à l’aide d’un commutateur / télécommande (manquant et absent des schémas). Pour assurer une projection en continue, le magasin est automatiquement ramené à 0 après la projection de la dernière vue. La télécommande permet aussi d’amener directement le magasin dans la position voulue pour la projection d’un cliché occupant une place déterminée dans le magasin. Un couvercle amovible en forme de cloche, fixé automatiquement lorsqu’on soulève l’appareil, recouvre l’ensemble du mécanisme, hormis l’objectif et le panier visibles à l’avant.

Le système électrique de l’appareil est principalement composé de 4 éléments.

audax-08-150x99audax-09-150x100  Un transformateur monophasé situé juste au dessus de la soufflerie, permet une alimentation réglable en 125 ou 220v. L’ampoule à baïonnette de petit diamètre – une “Tungsram 110v 200w”  sur cet appareil – peut aller jusqu’à 750w, compte tenu de l’important système de refroidissement.

audax-10-97x150  audax-20-101x150  Le transformateur, la lampe, les lentilles et la vue en cours de projection sont refroidies par l’air provenant du ventilateur et dirigé par des canaux appropriés.

audax-11-150x131  Un électro-aimant actionné par la télécommande permet d’embrayer ou de débrayer le passage automatique des vues et le déplacement du panier.

audax-12-300x179Si l’on retire la plaque de protection située sous le socle de l’appareil, on découvre un câblage assez complexe pour l’époque.

Le système optique se compose d’un certain nombre d’éléments.

audax-13-150x99  Un rideau métallique à déplacement vertical permet de masquer la lumière d’une ampoule à baïonnette de forte puissance, durant les changements des clichés. Devant le rideau (vers la gauche), une combinaison de 4 lentilles planes et convexes permet de focaliser les rayons lumineux et de répartir convenablement la lumière sur l’image à projeter. Un emplacement pour une vue de format 5x5cm est situé juste au dessus du panier. La vue est efficacement refroidie par une cheminée qui amène l’air frais propulsé par le ventilateur.

audax-14-150x124  L’objectif interchangeable se règle à l’aide d’un pas de vis hélicoïdal. Sur celui-ci est inscrit : “Boyer Paris . Rubis F :135 N° 116693”.

audax-15-150x102 Le magasin équipant ce projecteur contient 30 vues format 5x5cm, cependant l’emplacement dans l’appareil, réglable en profondeur, laisse supposer que l’on pourrait introduire des panier de 45 à 50 vues.

audax-16-150x150  audax-17-150x150  audax-18-150x150  Aucune autre référence que la marque ne figure sur l’appareil, si ce n’est le n°72 présent sur plusieurs pièces.

audax-19-101x150 Extrait du catalogue Grenier-Natkin 1954

Dans les années 50 il y a peu de traces de ce projecteur très “haut de gamme”, cependant le catalogue “Photo Ciné Labo Guide” Grenier-Natkin* de 1954 le présente sous l’appellation “AUDAX-FOCA”. Il peut être équipé d’objectifs allant de 50 à 200 mm. Son coût est de 178.385 Frs, soit plus de 10 fois le prix du Kodak Junior N°1 (15.600 Frs) et plus de 4 fois le prix du Super-Versailles III qui est pourtant un projecteur haut de gamme. Cependant, à l’époque, aucun projecteur de diapositives ne comporte de panier et de système automatique de passage des vues.

A la même époque, deux américains déposent un brevet pour le projecteur le plus simple et le plus économique qui n’ait jamais existé jusqu’alors !
Voir : Le COMICSCOPE et les B.D. américaines des années 40

———————

* La marque Grenier-Natkin est déposée au greffe du Tribunal de Commerce de Paris, le 22 janvier 1954 (n°438 312) par Grenier et Cie (sarl), 27, rue du Cherche-Midi et par Studios Natkin (sarl)15 av. Victor Hugo, Paris. Avant cela chacun de ces hommes a un long parcours dans la photographie. On comprend mieux la présence du projecteur AUDAX-FOCA dans leur catalogue de 1954, lorsque l’on sait qu’en 1939 le duc DE GRAMONT invite Gaston GRENIER à collaborer avec son bureau d’études pour la création d’un appareil français de petit format, le Foca.

Publié dans Projecteurs petit format | Pas de Commentaire »

 

2ndeavicenne |
kadscen |
entre terre et mer |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Histoire-Géographie-Educati...
| Oppidum anglicus: the city ...
| Joie en Dieu et Descendance...