• Mes albums récents

    • Album : Publicités
      <b>Retroproj 03</b> <br />
    • Album : Images projetées
      <b>Anatomie 2</b> <br />
    • Album : Lanternes et Projecteurs
      <b>LMnoir 09</b> <br />
    • Album : Illustrations et Gravures
      <b>Chromo roue 3</b> <br />
  • Articles récents

  • Archives

Projection de SPECTRES VIVANTS et de FANTOMES au théâtre

Posté par Patrice Guerin le 29 mars 2013

L’apparition de spectres translucides et impalpables est un phénomène – réel ou artificiel -  qui existe depuis la plus haute antiquité et fascine les esprits les plus crédules, « Apparition de spectres, Fantômes et Revenants, tels qu’ils ont dû et pu apparaître dans tous les temps, dans tous les lieux et chez tous les peuples » ROBERTSON.

Voir : Fantasmagorie dans l’antiquité

Projection de SPECTRES VIVANTS et de FANTOMES au théâtre dans Projections pour Spectacles spectres-01-300x183  Gravure figurant en frontispice du livre “Mémoires récréatifs scientifiques et anecdotiques” de E.G. Robertson – 1840

Ce type d’illusion a été très utilisé à la fin du XVIIIe siècle et l’on en retrouve des descriptions précises dans les “Mémoires” du physicien Etienne-Gaspard ROBERT dit ROBERTSON (Voir PORTRAITS) qui imagina à l’époque divers spectacles de fantasmagories.

Voir : Spectacle de fantasmagorie ROBERTSON

Tombé en désuétude quand les stratagèmes de ROBERTSON furent dévoilés, ce genre de spectacle revient à la mode dans les années 1850, lorsqu’un illusionniste, Henri ROBIN (1803-1874), présente sur scène l’image de personnages vivants vivement éclairés à la lumière électrique.

spectres-02-113x150 dans Projections pour Spectacles  Tambour fantôme et Robin – 1852 – Collection Christian Fechner

« Ce fut en 1845 que j’eus l’idée d’une nouvelle invention pour produire ces sortes d’apparitions. Ayant rencontré des obstacles sans nombre à l’exécution, je dus attendre jusqu’en 1847 pour arriver à un résultat satisfaisant. C’est à cette époque que, pour la première fois, je les présentai au public sur les théâtres de Lyon et de Saint-Etienne sous le nom de Fantasmagorie vivante. A mon grand étonnement je fis peu d’effet. Il manquait à ces apparitions pour obtenir l’illusion complète, le perfectionnement que j’y ai introduit depuis. Arrivé enfin à mon but, je les donnai avec beaucoup de succès à Venise, à Rome, à Munich, à Vienne, à Bruxelles, mais comme ces expériences me causaient grand embarras, je me vis forcé de les mettre de côté pendant quelque temps. »

Source Artefake cliquer ici

spectres-03-150x95  Armoire spirite théâtre Robin – 1867 – Collection Christian Fechner

En 1862 Henri ROBIN crée son propre théâtre situé boulevard du Temple à Paris. Cependant ROBERT-HOUDIN précise que le “truc” des spectres fut imaginé en 1863 par M. PEPPER, directeur du Polytechnic Institution de Londres.

Voir : Ghosts Geister & Fantômes in the theater

robertson-11-150x91

En 1863 au Chatelet, cette technique est utilisée dans “Le secret de miss Aurore” puis en 1868, au théâtre de l’Ambigu, des spectres apparaissent lors du dénouement de la pièce intitulée “La Czarine”. Les effets sont réglés par ROBERT-HOUDIN lui-même qui en décrit le processus dans son livre posthume intitulé “Magie et physique amusante” chez Calmann Lévy 1877. « Un savant, M. de Kempelen, dévoué à la czarine, parvient, à l’aide de procédés scientifiques, à déjouer les projets criminels du faux prétendant… et pour achever de le confondre, il annonce qu’il va évoquer l’ombre de Pierre III ».

Pour voir ce livre cliquer ici

spectres-04-300x193  Cette gravure se trouve, entre-autres, dans le livre de MOLTENI “Instructions pratiques sur l’emploi des appareils de projection” et en couverture du livre de Julien LEFEVRE “L’électricité au théâtre” – Collection P.G.

L’acteur, placé sous la scène, reçoit un faisceau lumineux très intense provenant d’une grosse lanterne de projection équipée d’un système d’éclairage à arc électrique. Entre lui et la lanterne se trouve une première glace sans tain inclinée à 45° qui fonctionne comme un miroir et renvoie l’image du personnage sur une seconde glace transparente parallèle à la première qui réfléchit cette image vers le spectateur « bien entendu on dissimule les bords de cette glace au milieu de décors et d’accessoires tels que simulacres de roches ou d’arbres ». La salle doit être plongée dans une obscurité totale pour que l’on ne voit aucun reflet sur le miroir afin d’avoir l’impression que le fantôme est réellement sur scène, comme on le voit à l’arrière de celle-ci.

robert-15-150x103  Spectacle vu par les spectateurs

Dans certain cas, la lanterne se trouve sous la scène et le figurant est placé dans une fosse côté spectateurs. Il n’existe alors qu’un seul miroir sur scène, mais le spectre vu par les spectateurs est alors inversé – de gauche à droite – par rapport au figurant. Dans tous les cas, l’éclairage de la scène est réglé de telle manière que l’on puisse voir simultanément le spectre diaphane par réflexion sur la vitre et les acteurs à travers celle-ci, en ayant l’impression qu’ils sont dans le même espace.

1-fantasmagorie-02-150x97  Dans ce type de représentation, il n’est pas  nécessaire que la lanterne soit mobile car elle ne projette pas une image, mais uniquement un faisceau lumineux

Les puissants régulateurs électriques, dont l’invention est due à monsieur DUBOSCQ dans les années 1850, ont progressivement permis de créer des effets de plus en plus spectaculaires « Le vif éclat de l’arc électrique le rend éminemment propre à fournir sur la scène des théâtres une brillante lumière, susceptible d’être utilisée dans une foule de circonstance ».

spectres-05-206x300  Voir : Régulateur à arc électrique FOUCAULT DUBOSCQAutres lanternes de projection DUBOSCQ PELLIN

Par la suite ce procédé a bien souvent été modifié pour produire d’autres illusions d’optique tels que le “Décapité parlant” exhibé pour la première fois en Angleterre par le colonel STODARE et les nombreuses imitations qui en ont été faites comme la “Demie-femme”, le “Buste isolé”, la “Femme à plusieurs têtes”, “Stella” etc.

 

Publié dans Projections pour Spectacles | Pas de Commentaire »

Pieds et supports pour lanterne de projection

Posté par Patrice Guerin le 12 mars 2013

Pieds et supports pour lanterne de projection dans Lanternes projection support-01-150x105

Pour être bien placée et éviter toute déformation de l’image sur l’écran, la lanterne de projection doit être surélevée de manière à ce que l’axe du faisceau lumineux soit perpendiculaire au centre de l’écran. « Trop souvent on se contente de poser la lanterne sur une table quelconque, en la haussant au besoin avec des cales de bois ou des livres. C’est là une très mauvaise méthode, car la lanterne peut bouger lors de son utilisation, voir même tomber ce qui risque de provoquer d’importants dégâts si l’on utilise un éclairage à flamme vive ».

support-03-300x204 dans Lanternes projection  support-02-150x78  Publicité Butcher & Son – 1898

Dans la littérature ancienne on trouve peu de descriptions de cet accessoire et les catalogues de fabricants ne proposent que quelques modèles souvent issus de la photographie. « Nous réprouvons absolument l’emploi des trépieds photographiques, quelque solides qu’ils soient, par ce que le plus léger choc peut suffire à faire basculer l’ensemble, lourdement chargé sur le dessus ».

support-04-102x150  support-14-111x150  support-13-95x150

A l’époque, le meilleur support est constitué par un fort pied d’atelier en bois à simple ou double crémaillère. Grâce à ses différents réglages, il est possible d’adapter la hauteur et l’inclinaison du plateau quelque soit le poids du projecteur.

support-05-93x150  support-06-102x150Livre et journal représentant le pied de studio en couverture.

Entre 1900 et 1910 la maison Mazo présente deux modèles de ce type. Un  premier modèle en hêtre noirci avec un montant central équipé d’une crémaillère incrustée et un second modèle à double montants à crémaillères, possédant une manivelle de réglage pour la hauteur et un volant permettant l’inclinaison de la planche supérieure.

support-07-91x150  support-08-92x150  support-09-95x150  support-10-99x150  Catalogues Mazo et Bonne Presse – 1905 / 1910

Certains fabricants proposent des ensembles “assortis” comprenant la lanterne et un solide table de projection pouvant être en bois ou en métal.

Voir : Les tables de projection

support-12-94x150  support-17-114x150

Il existe d’autres supports moins encombrant pouvant être posés sur une table et permettant d’orienter facilement l’appareil ou offrant la possibilité d’installer deux lanternes pour vues fondantes.

Voir : Spectacle d’ombres artistiques ou le théâtre chez soi

support-19-150x148  La caisse de transport de l’appareil peut faire un bon support.

Voir : Le KODIOPTICON, première lanterne de projection Kodak

support-15-150x139  Support en bois, moins encombrant qu’un pied, permettant de régler l’inclinaison de la lanterne.

support-16-150x85  Table à inclinaison  et socle centreur.

Enfin n’oublions pas qu’au XVIIIe siècle ROBERTSON avait fabriqué un support composé de 4 pieds munis de roulettes pour placer et même déplacer son fameux Fantascope ” : « au bas de l’appareil sont appliqués de chaque coté deux coulisseaux en buis ayant la forme D (fig. 2) de 2 pouces de long qui servent à reposer l’appareil et à le faire couler silencieusement sur deux règles de cuivre qui ont 12  pieds de longueur ».

support-18-90x150

Voir : Description et fonctionnement du Fantascope

Publié dans Lanternes projection | Pas de Commentaire »

Les tables de projection

Posté par Patrice Guerin le 11 mars 2013

Les tables de projection dans Lanternes projection support-31-106x150  support-32-79x150 dans Lanternes projectionJules Richard vers 1910 – Collection G.V.

Dans les années 1910, plusieurs fabricants proposent des tables de projection en bois ou en métal construites spécialement pour supporter les grosses lanternes qui se généralisent à l’époque avec leurs différents systèmes d ‘éclairage. « Lors de l’achat d’un appareil de projection, on attache souvent une importance considérable à la qualité de ses optiques, à la perfection de son système d’éclairage, à la finition de l’ébénisterie ou de la tôlerie et l’on néglige généralement l’installation même de cet appareil, le posant sur un simple guéridon manquant de rigidité et utilisant un drap quelconque, souvent plissé, en guise d’écran. » Avant cela on employait généralement des pieds provenant de la photographie, plus ou moins bien adaptés à la projection.

Voir : Pieds et supports pour lanterne de projection

support-21-300x193

La qualité d’une table de projection dépend tout d’abord du poids du matériel à supporter. Plus celui-ci est lourd plus la table doit être solide et rigide.  Elle dépend aussi du type et de la distance de projection. En effet il n’est pas nécessaire d’utiliser le même support pour une séance familiale ou pour une projection devant un nombreux public. Ces principales qualités sont les suivantes.

support-22-110x150Ica vers 1910

Voir : Lanterne universelle ICA Dresden

La table doit être parfaitement rigide, pour éviter toute trépidation lors de la manipulation des châssis. En effet chacune d’elle se trouve considérablement amplifiée par la distance de projection sur l’écran et produit un effet déplorable à chaque changement de vue.

support-23-150x111  support-24-110x150  Pathé vers 1910

Voir : Charles PATHE et les lanternes de projection

La table doit posséder une hauteur suffisante pour ne pas devoir incliner trop l’appareil, ce qui provoque des déformations importantes de l‘image surtout lors de projections à courte distance.

support-25-150x135  support-26-150x137  support-27-106x150  Ica vers 1915

Voir : Lanterne universelle ICA Dresden

La table doit être solidement construite et ajustée, avec un plateau supérieur suffisamment grand pour placer les agrandisseurs de projection dont le soufflet peut être déployé au maximum. De plus il est souhaitable qu’elle soit équipée d’étagères, voir même de tiroirs, permettant de ranger les différents accessoires et le petit outillage nécessaire à l’entretien de l’appareil. Elle peut aussi offrir la possibilité de supporter les bouteilles de gaz et autres sources d’énergie.

support-28-95x150  support-29-99x150  Radiguet & Massiot vers 1910

Voir : Lanternes de projection scientifique MOLTENI

La table de projection peut être pliante lors que le projectionniste est amené à se déplacer souvent avec son matériel. Cependant celle-ci doit être tout aussi solide et rigide qu’une table fixe pour éviter les problèmes évoqués précédemment.

support-30-99x150  Projecteur double pour cinéma et vues fixes

Bien sur ces tables de projection peuvent être utilisées pour la projection fixe comme pour la projection cinématographique, voir même pour les deux.

Publié dans Lanternes projection | Pas de Commentaire »

Lanterne d’agrandissement CANTILEVER

Posté par Patrice Guerin le 4 mars 2013

Lanterne d’agrandissement CANTILEVER dans Lanternes projection cantilever-01-150x97

William HUME est un fabricant d’instruments scientifiques situé au n° 1 rue Lothian à Edimbourg en Ecosse. « Monsieur HUME appartenait à la vieille école des expérimentateurs, faisant des expériences pratiques dans plusieurs domaines scientifiques dont la photographie ». C’est ainsi que l’une de ses premières réalisations consista à  éclairer un théâtre avec des lumières électriques alimentées à partir d’un grand nombre de batteries Bunsen.

cantilever-02-81x150 dans Lanternes projection  cantilever-03-82x150  Dans les années 1890, il fait régulièrement de la publicité dans “Transactions of Edinburgh Photographic Society”, bulletin publié depuis 1880. C’est ainsi qu’en novembre et décembre 1890, il annonce son appareil d’agrandissement Cantilever, puis, de janvier à mai 1891, un agrandisseur un peu moins cher dénommé “Nimrod”. « L’amateur qui possède une lanterne pour projections bien construite, pourvue de condensateur et d’objectifs convenables, peut faire des agrandissements sans qu’il lui soit nécessaire d’ajouter quoi que ce soit à son instrument ».

cantilever-04-150x99  cantilever-05-97x150Catalogue Kodak 1894 – Collection G.V.

Dans le catalogue français Kodak, datant de janvier 1894, on trouve différents modèles de la lanterne Cantilever distribués en France par “The Eastman Photographic Materials C° Ltd”, la filiale anglaise de Kodak.

cantilever-06-150x150    cantilever-07-150x150  cantilever-19-123x150Collection G.V.

Appareil d’agrandissement Cantilever adapté pour des applications photographiques, mais aussi pour les dessinateurs et les ingénieurs. Prix pour ce modèle avec condensateur de 21cm : 325 frs.

cantilever-08-300x169  Lanterne Cantilever équipée d’une chambre 9x12cm pour faire des clichés de projection en réduction.

cantilever-09-137x150  Appareil adapté pour les projections scientifiques. Après avoir retiré le soufflet, il est possible de placer, entre le condensateur et l’objectif, différents accessoires de physique ou de chimie : « cet appareil peut démontrer les sections complètes, médicales et chirurgicales du cerveau et des poumons ! »

cantilever-10-150x118  Modèle “Indien” construit pour les climats tropicaux afin d’éviter les méfaits des insectes et de l’humidité. Cette lanterne peut être équipée de condensateurs de 14cm, 21cm, 23cm ou 25,5cm.

cantilever-11-150x92  cantilever-12-150x119Autres modèles de la lanterne Cantilever équipés pour la lumière oxhydrique. Sur la seconde vue, le chalumeau est alimenté par du gaz de ville (source murale) mélangé à de l’oxygène. « Convient parfaitement pour les travaux importants et commerciaux, afin d’obtenir des agrandissements aux tons chauds ou sépia avec des émulsions au chlorure d’argent ».

cantilever-13-300x171

Equipée d’un condensateur de 33cm ou de 41cm, la lanterne Cantilever permet d’effectuer des tirages de très grandes dimensions « sur commande seulement ».

cantilever-14-123x150    cantilever-15-150x132  Version simplifiée de la lanterne Cantilever sans soufflet, équipée d’un condensateur de 10cm. Prix en 1894 : 150 frs pour un modèle complet.  En 1896, l’appareil est de nouveau présenté dans une annonce publicitaire. Il est décrit comme pouvant fonctionner au pétrole, au gaz, avec un chalumeau oxhydrique ainsi qu’à l’électricité.

cantilever-16-150x108  cantilever-17-150x70  Vers 1900, William HUME annonce « La plus soignée et la meilleure série d’agrandisseurs présents sur le marché, avec trente tailles et modèles de Cantilever. Toutes les photos faites avec de bons appareils de prise de vues devraient être agrandies avec le Cantilever de Hume. Il fait également des diapositives très fines par réduction ».

cantilever-18-300x205

Contrairement à de nombreuses lanternes qui pouvaient être équipées de différentes sources d’éclairage (pétrole, gaz, électricité), les premières lanternes Cantilever étaient construite autour d’un système d’éclairage unique. La lampe à pétrole à 2 mèches était fixée sur un socle en bois recevant aussi le condensateur qui pouvait être de différents diamètres. Au dessus d’elle se fixait la chambre de combustion et la cheminée, tandis qu’à l’avant se plaçaient le soufflet d’agrandissement et l’objectif. « Le projecteur Cantilever est extrêmement bien conçu et de fabrication très soignée. Il a obtenu un succès commercial considérable tant en Grande-Bretagne qu’à l’étranger ».

 

Publié dans Lanternes projection | Pas de Commentaire »

 

2ndeavicenne |
kadscen |
entre terre et mer |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Histoire-Géographie-Educati...
| Oppidum anglicus: the city ...
| Joie en Dieu et Descendance...