• Mes albums récents

    • Album : Publicités
      <b>Retroproj 03</b> <br />
    • Album : Images projetées
      <b>Anatomie 2</b> <br />
    • Album : Lanternes et Projecteurs
      <b>LMnoir 09</b> <br />
    • Album : Illustrations et Gravures
      <b>Chromo roue 3</b> <br />
  • Articles récents

  • Archives

Appareil de famille et de classe MOLTENI, modèles postérieurs

Posté par Patrice Guerin le 28 avril 2014

Molteni famille 01

En 1873 Jules & Alfred MOLTENI déposent un brevet pour cet appareil, caractéristique de la production MOLTENI, qui figurera au catalogue jusqu’au début du XXe siècle.

Voir : Appareil de famille et de classe MOLTENI, le brevet

Molteni famille 02 Modèle N°4 : corps en tôle peinte vernie “monté très solidement”, boîtier en noyer, condensateur double de 110mm, objectif double achromatique monté à chemise et crémaillère sur un cône en cuivre.

Voici les principales caractéristiques de l’Appareil de famille, définies par Alfred MOLTENI dans son livre “Instructions Pratiques sur l’emploi des Appareils de Projection ». Une annotation précise même que cette lanterne fut conçue pour répondre à la demande du docteur Gustave LE BON (1841-1931), anthropologue, psychologue et sociologue remarquable « qui en a fait plusieurs fois usage dans ses cours et conférences. »

1° – éviter la nécessité d’une lampe spéciale, ne pouvant plus servir si on n’est pas à même de renouveler facilement les mèches, verres ou pièces qui viennent à s’abimer ;

2° – Pouvoir se servir du premier éclairage venu : huile, pétrole, gaz ordinaire, lumière oxhydrique, etc. ;

3° – Occuper peu de place et être très portatif ;

4° – Construire, sur ce principe, un modèle pouvant servir simplement à l’amusement et d’autres modèles susceptibles d’être appliqués à l’enseignement.

Molteni famille 03

L’appareil se compose d’une boîte en noyer soigneusement fabriquée (A) ayant une ouverture à sa partie supérieure, qui peut être fermée par une planchette mobile munie d’une poignée qui la rend portative. A l’arrière se trouve une paroi coulissante (B) qui donne accès à la lanterne. A l’intérieur se trouve, de manière démontée, le corps de lanterne (C), la cheminée (E), l’objectif (F) et le réflecteur (G).

Molteni famille 04  Sur cette vue, la lanterne est équipée du lampe VISSEAUX fonctionnant au gaz de ville

Pour installer l’appareil, on introduit une lampe d’éclairage domestique (huile, pétrole ou gaz) par l’ouverture supérieure, puis on place le corps de la lanterne sur le dessus en la fixant à l’aide de deux boulons fournis. Il suffit ensuite de visser l’objectif à l’avant, de fixer le réflecteur à l’arrière et de placer la cheminée sur le dessus.

Après avoir allumé la lampe, il faut régler sa position en hauteur pour que le centre de la flamme corresponde au foyer des lentilles. Pour cela on se sert de la planche supportant la poignée que l’on introduit à la hauteur voulue « grâce à un double rang de crémaillères analogues à celles qui supportent les rayons d’une bibliothèque ». Sur les modèles plus simples, on peut utiliser quelques livres de différentes épaisseurs pour rehausser la lampe.

Molteni famille 05

Suivant la distance à laquelle on opère, ce projecteur peut donner une projection carrée de 1m50 à 1m75 de côté. En s’éloignant davantage on obtient une image plus grande, mais, dans ce cas, l’insuffisance de la source de lumière ordinaire devient manifeste et oblige à avoir recours à la lumière oxhydrique. Le catalogue MOLTENI de 1892 présente différents modèles de cet appareil ainsi que d’autres lanternes plus importantes.

Voir : Les lanternes de projection MOLTENI

Molteni famille 06  Molteni famille 07  Molteni famille 08  Il existe différentes versions de cet appareil de famille et de classe

Le modèle de base (au centre), possède un corps en fer blanc verni, un condensateur de 95mm et un objectif simple coulissant à frottement dans un support en métal. « Ce modèle ne saurait guère être employé que comme amusement, les images n’étant pas assez parfaites pour pouvoir servir aux démonstrations scientifiques ». Il est contenu dans boîte en noyer, sans rainure. Prix sans lampe : 35 frs.

Voir : Appareils de famille MOLTENI, premiers modèles

 

Molteni famille 31 Modèle N°3 : corps en tôle peinte vernie, boîtier en noyer, condensateur double de 110mm, objectif double achromatique monté à crémaillère.

Le modèle N°4 « monté très solidement », possède corps en tôle vernie noir, un condensateur double de 108mm et objectif double achromatique monté à chemise et à crémaillère sur un cône en cuivre. Prix sans lampe : 150 frs. Le modèle N°3 est assez semblable, mais de construction moins onéreuse ; il n’a pas de cône en cuivre. Prix sans lampe : 110 frs. Ces lanternes sont contenues dans des boîtes en noyer avec ouverture supérieure qui ont des dimensions adaptées aux projecteurs.

Molteni famille 32Support d’éclairage – Collection MNE Rouen

Outre les éclairages ordinaires, ces deux modèles peuvent recevoir les éclairages oxhydriques et oxycalciques grâce à un support adapté qui vient occulter l’ouverture située au fond de la lanterne, ainsi « elle est d’un bon emploi dans les établissements d’enseignement, dans les salles de conférences et pour les voyages ».

Molteni famille 09

La caisse de ce projecteur de famille “gros modèle” a été allongée (partie gauche plus sombre) pour contenir la lanterne qui est un peu plus longue que le modèle de base, peut-être pour y placer un système optique plus élaboré, avec objectif, tube allonge et cône de support en cuivre se vissant sur la lanterne.

Molteni famille 10  Grand in-8 cartonné pleine toile rouge avec 666 illustrations, 20 chromos et planches hors texte

 “Au hasard du chemin. Voyage de jeunes naturalistes de la Manche aux Alpes. Études pittoresques des bêtes, des plantes, des pierres. Leur description – Station – Classification – Moeurs – Usages – Récolte – Conservation” de M et Mme Stanislas MEUNIER (voir PORTRAITS). J. Rothschild éditeur à Paris 13 rue des Saint-Pères. Vers 1886.

Ce livre raconte les aventures de la famille BRAVANDAS, accompagnée de leur ami SCABIEUSE, au cours d’un voyage naturaliste à travers la France. « Mes amis ! Mes enfants ! Ce sont six mille francs que ce prix nous donne. Savez-vous à quoi nous les emploierons ? A des courses sans fin dans tous les coins de la France. »

En voici un extrait qui décrit parfaitement comment se préparait une projection lumineuse dans les années 1880/90. Au cours du trajet, SCABIEUSE explique ce qui les amènent à Coutances. «  Nous ne sommes pas riches. La perte de notre voiture à cheval nous plongerait dans une détresse inexprimable, si nous ne trouvions moyen de conjurer les coups du sort… Il m’est venu l’idée de faire ici une conférence. Nos voleurs nous ont laissés des animaux forts intéressants : un singe et des chiens savants. Nous les montrerons au public et lui raconterons sur eux toutes sortes d’anecdotes véridiques. Puis monsieur BRAVANDAS, qui est un artiste hors ligne, exécutera plusieurs morceaux de piano. J’éclairerai ma conférence de projections lumineuses : ce sera une vraie séance de lanterne magique…

Molteni famille 11  Affiche reproduite dans le livre, montrant l’appareil de famille utilisé pour cette conférence

- Pensez-vous que nous attirions la foule et que nous réaliserons de sérieux bénéfices ?
- J’en suis sûr. Les coutançais accueillent fort bien tout ce qui leur apporte une distraction. Quel local choisirez-vous pour votre conférence ?
- Celui que vous nous indiquerez.
- Il faut louer le théâtre.
- Diable ! Cela coûtera cher.
- Oui, mais vous aurez ainsi toutes les classes de la société : les riches dans les loges, les ouvriers au paradis, les petits commis, les écoliers au parterre. Je vous réponds que pas une place ne restera vide, et que la meilleure moitié du théâtre sera prise en location.
- N’importe ! C’est effrayant ! Nous possédons à peine de quoi payer notre hôtel pendant les quelques jours nécessaires à la préparation de la cérémonie, et en location de salle et d’appareils à projection, en éclairage, pose d’affiches, annonces par le tambour de ville, et bien des détails que je ne compte pas, nous nous mettrons sur les bras au moins trois cents francs de frais…

SCABIEUSE avait des relations avec la maison MOLTENI, à cause de quelques conférences gratuites avec projections faites par lui dans la banlieue de Paris. Il écrivit, demanda un appareil, du gaz oxygène et des vues sur verre ; ce qui lui fut expédié par la grande vitesse et lui arriva en fort bon état. »

 

Laisser un commentaire

 

2ndeavicenne |
kadscen |
entre terre et mer |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Histoire-Géographie-Educati...
| Oppidum anglicus: the city ...
| Joie en Dieu et Descendance...