• Accueil
  • > Archives pour juillet 2014

Le laryngoscope CADIER fabriqué par la Maison MOLTENI

Posté par Patrice Guerin le 23 juillet 2014

Laryngo 01

Le 26 février 1878 le docteur CADIER présente à l’Académie de Médecine un nouveau modèle de laryngoscope, destiné à obtenir un éclairage concentré pour les examens de la gorge.

Laryngo 02

Cet appareil est décrit dans le “Cours de laryngoscopie et de laryngologie” du docteur CADIER, édité en 1879, et dans le “Manuel pratique de Laryngoscopie” du docteur G. POYET, édité en 1883. Il est présenté à la même époque à la fin d’un ouvrage de la Maison MOLTENI qui en est le constructeur.

Laryngo 03  Laryngoscope en cuivre bronzé avec cône garni peau – Collection association des amis du patrimoine médical de Marseille

Ce laryngoscope se compose d’un miroir réfléchissant concave réglable, à l’arrière duquel se trouve un contrepoids pour équilibrer l’appareil.  A l’avant, un objectif conique en cuivre, équipé de deux lentilles, l’une plan convexe du côté de l’éclairage, l’autre biconvexe à l’avant du tube, permet de faire converger les rayons lumineux vers l’endroit à examiner. Un manchon muni de deux tourillons avec pas de vis pour adapter la hauteur permet de placer l’appareil sur n’importe quelle lampe à huile ou à essence minérale courante. Sa simplicité en fait un appareil très mobile et peu onéreux « Il n’est pas plus dispendieux que la plupart des laryngoscopes en usage et permettra ainsi la vulgarisation des études laryngoscopiques. Il pourra également servir à l’éclairage pendant l’examen d’autres cavités telles que le nez ; les oreilles ou le vagin, d’où le nom de “Polyendoscope” qui pourrait aussi lui être donné. »

Laryngo 04

A la même époque, la Maison MOLTENI fabrique un laryngoscope plus puissant, équipé d’un éclairage oxhydrique. Il s’agit d’un appareil totalement autonome constitué d’une boîte à lumière surmontée de la classique cheminée ronde, à l’avant de laquelle se trouve un objectif à long foyer équipé d’une cuve à eau pour absorber la chaleur de l’éclairage. Charles FAUVEL indique dans son “Traité pratique des maladies du larynx” édité en 1876, que « comme éclairage il se sert tantôt d’une simple lampe à huile, tantôt, à sa clinique toujours si obligeamment ouvertes aux confrères, de la lumière oxhydrique avec l’appareil Drummond dans un appareil fort ingénieux qu’il a fait construire par MOLTENI et qui, muni d’un tube d’une longueur de deux mètres, permet à un grand nombre d’assistants de se placer les uns derrière les autres et de voir en même temps ».

Fort semblable aux lanternes de projection de l’époque, cet appareil ne dispose pas d’emplacement pour introduire des vues.

Laryngo 05  Source Gallica

En novembre 1899, E. LOMBARD, assistant de laryngologie à Lariboisière, présente dans la “Revue internationale d’Electrothérapie” une “lampe électrique à arc pour la laryngoscopie” fabriquée par A. MOLTENI. « L’appareil se compose d’une lampe de projection adaptée pour recevoir une lampe à arc à réglage automatique. Cette lampe est fixée sur un socle et montée sur des colonnes en cuivre. Elle est munie sur une de ses faces d’un condensateur. La distance des deux foyers, conjugués à la lentille est de 18 centimètres. Pour obtenir le déplacement du faisceau lumineux dans toutes les directions, on reçoit les rayons sur un miroir plan incliné à 45°, qui les réfléchit perpendiculairement à leur direction première. Ainsi la lumière peut passer par dessus l’épaule de l’opérateur, qui tourne le dos au miroir. Celui-ci est mobile dans sa monture autour d’un axe horizontal, la monture elle-même pouvant se déplacer dans le sens vertical. Ces deux mouvements sont commandés par une vis de rappel placée à l’extrémité du levier, qui entraine la monture autour de l’axe vertical. Le miroir étant situé à 4 mètres du malade, un faible déplacement de la vis détermine une extension assez considérable du faisceau lumineux. On fait varier l’intensité lumineuse et les dimensions du champ à l’aide de diaphragmes. »

 

Publié dans Accessoires et divers | Pas de Commentaire »

Les saturateurs d’éclairage intensif LAWSON et MAZO

Posté par Patrice Guerin le 18 juillet 2014

Lawson 01

Dans les années 1890, un nouveau type d’appareils d’éclairage oxhydrique apparaît. Dénommé “saturateur” ou “carburateur”, il s’agit d’appareils compacts auxquels il suffit de brancher une bouteille d’oxygène pour qu’ils fonctionnent, le réservoir d’essence ou d’éther étant intégré à l’appareil. Ces saturateurs sont placés directement à l’intérieur de la lanterne. « Pendant longtemps ce mode d’éclairage n’était guère employé, à cause du danger d’explosions. Aujourd’hui les dispositions adoptées dans les nouveaux appareils écartent d’une manière complète ce danger. » Source “La lanterne à projections” par Eugène TRUTAT 1897.

Lawson 03  Lawson 02  Source G.V.

Le 15 novembre 1892, William LAWSON « sujet de la Reine de Grande-Bretagne, résidant à Newton-le-Willows, Lancashire en Angleterre », dépose dans son pays un brevet (N° 20.628) qui sera suivi le 10 avril 1894 par le brevet (N°517.870) aux Etats-Unis.

Lawson 04

« Dans cette invention, je construis un réservoir ayant soit la forme de celui-ci (a), soit toute autre forme souhaitée. Je place transversalement à l’intérieur, et de préférence à proximité du fond dudit réservoir, un tube métallique (b) équipé d’une soupape. Je connecte le tube vertical (c) à la partie supérieure et le tube (d) à la partie inférieure du réservoir. J’ajoute un diaphragme (e) à l’extrémité inférieure du tube (d), ledit diaphragme étant fixé à une courte distance de la partie inférieure du réservoir (a). Je place dans l’espace (a’) un matériau saturant, qui est composé de substance absorbante en laine ou toute autre matière, chargé de pétrole léger, d’éther, ou d’autres fluide que l’on rempli en enlevant le bouchon situé au sommet du réservoir (a2/a3) et en ouvrant la vanne de connexion située en (f).

Je place sur le côté du réservoir où il y a la soupape précité (b), une vanne ou une connexion vissée (f) par laquelle le gaz est acheminé à partir de la bouteille d’oxygène vers le passage (g’) puis le tube (d). Sortant du diaphragme (e), le gaz traverse de manière égale toutes les parties de la matière saturante pour se mélanger au fluide en quantité identique de vapeur quelque soit l’endroit. Ce mélange gazeux monte ensuite vers le haut pour entrer dans le tube (c) puis redescendre dans le passage (l) d’où il est transporté à travers le passage (v) vers le jet (t). Certains appareils possèdent une valve (v) que l’on peu fermer pour augmenter la pression du mélange en (a’). Le gaz d’oxygène ainsi saturé produit des vapeurs très inflammables, identiques à celles obtenues de manière habituelle. »

Lawson 05  Lawson 06  Lawson 07  Lawson 08

L’appareil construit par MAZO, sur le modèle du brevet LAWSON, est très robuste et sa fabrication est faîte avec un soin extrême. Dans la partie inférieure du réservoir en cuivre massif, soudée en dessous, se trouvent des fragments de coke de cornue qui absorbent le combustible et permettent la vaporisation lorsqu’ils sont traversés par l’oxygène. Une poignée unique, située à l’arrière, permet d’ouvrir ou de fermer l’arrivée de l’oxygène sous pression en un quart de tour. Une longue tige sortant à l’arrière, permet de faire pivoter le bâton de chaux sur lui-même pour que son usure soit égale sur toute la périphérie.

Lawson 09  Publicité catalogue Mazo de 1896

« 100 à 120 grammes d’éther suffisent pour obtenir une lumière éclatante durant 2h30 ». L’oxygène provenant de la bouteille sous pression, traverse le réservoir et se sature de vapeur d’éther. Ce mélange de gaz permet d’obtenir une flamme très vive qui est projetée sur le bâton de chaux. Au contact d’une telle température, celui-ci devient incandescent et offre un point lumineux extrêmement petit et d’une très grande intensité.

Lawson 10  Double page extraite du livre “La lanterne à projections” par Eugène TRUTAT, Editions Charles Mendel Paris 1897

A la même époque, MOLTENI fabrique un saturateur semblable, dénommé “Securitas” (modèle GRIDIRON), qui a l’avantage d’être plus compact et dans lequel le cylindre de chaux est placé au dessus et non à l’avant du réservoir, ce qui évite tout échauffement excessif de celui-ci.

Voir : article à venir

Publié dans Brevets et inventeurs, Sources lumineuses | Pas de Commentaire »

 

2ndeavicenne |
kadscen |
entre terre et mer |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Histoire-Géographie-Educati...
| Oppidum anglicus: the city ...
| Joie en Dieu et Descendance...