Colorisation des projections lumineuses

Posté par Patrice Guerin le 28 octobre 2014

Tant que la photographie resta en noir et blanc, on chercha à agrémenter les projections lumineuses en colorant les vues, comme on le fit plus tard pour le cinéma. Pour cela il exista deux principales possibilités, soit en peignant manuellement les vues, soit en utilisant des filtres colorés lors de la projection.

Voir : Colorisation des plaques de verre

PlaqueCouleur 21  PlaqueCouleur 22

Un moyen pratique de colorer artificiellement les vues projetées consistait à placer devant l’objectif un teinteur à volets. Les anglais, très friand de ce procédé, l’appelait “tinter”. Cet accessoire se fixe sur le pare-soleil de l’objectif. Il est équipé de volets articulés « qui s’ouvrent et se ferment comme les feuillets d’un livre » sur lesquels on peut placer des feuilles de gélatine colorée. Logiquement on place le bleu en haut pour le ciel et le vert en bas pour la nature par exemple. On peut aussi utiliser des verres colorés, mais si l’on incline à demi le volet pour obtenir un dégradé, le verre a tendance à refléter une partie de la lumière.

PlaqueCouleur 25  PlaqueCouleur 24

Il existe aussi un accessoire composé d’un disque rotatif et d’une bague de fixation. Il se placer à l’avant de n’importe quelle lanterne à l’aide d’une bague munie d’une vis de serrage, qui se fixe à l’avant de l’objectif. Ce disque permet de disposer facilement de quatre couleurs (bleu, vert, rouge, jaune, plus une ouverture sans couleur). Mais chaque couleur couvre l’ensemble de l’image.

PlaqueCouleur 26  Ce système sera utilisé pendant des décennies dans le théâtre pour colorer certains éléments ou acteurs figurant sur scène.

Voir : Les projections lumineuses colorées dans la DANSE SERPENTINE

PlaqueCouleur 23

Enfin on pouvait placer, dans une fente située à l’avant de l’objectif, des verres de différentes couleurs. Ils étaient parfois contenus dans un petit étui en cuir. « Dans certains appareils, le parasoleil de l’objectif est muni d’une fente formant pochette dans laquelle on glisse des morceaux de verre ou de gélatine colorée… La seule chose que nous reprochons à la gélatine, c’est d’être un peu foncée comme teintes, surtout pour les paysages. » “La projection au XXe siècle” par Alber, Editions Mazo fin XIXe siècle.

 

Laisser un commentaire

 

2ndeavicenne |
kadscen |
entre terre et mer |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Histoire-Géographie-Educati...
| Oppidum anglicus: the city ...
| Joie en Dieu et Descendance...