Recomposition de la lumière

Posté par Patrice Guerin le 12 janvier 2015

Prisme 21  Page de garde de “L’Optique” par Fulgence MARION

De même que l’on peut séparer les couleurs primaires composant la lumière à l’aide d’un prisme, on peut tout aussi bien les réunir de nouveau pour obtenir de la lumière blanche en faisant passer les rayons colorés à travers un autre prisme ayant le même angle, mais tourné en sens inverse.

Voir : Les prismes et l’étude de la lumière

Il existe d’autres procédés permettant de recomposer la lumière blanche, facilement réalisables avec un banc optique et quelques accessoires tels qu’une loupe ou un miroir, voir même autant de miroirs que de rayons colorés.

Voir : Loupes, miroirs et prismes SOLEIL DUBOSCQ

Prisme 22

Cette expérience consiste à recevoir les rayons colorés sur une lentille biconvexe d’assez grand diamètre derrière laquelle on place un petit écran de verre ou de métal dépoli, ou plus simplement un carton ou une feuille de papier blanc. « En avançant ou en reculant cet écran on trouve facilement le point sur lequel convergent tous les rayons lumineux pour former une lumière d’une éclatante blancheur. »

Prisme 23

Dans cette expérience on remplace la lentille de verre par un miroir concave de grand diamètre devant lequel on place le même petit écran récepteur que précédemment. En ajustant la distance on obtient de nouveau cette « lumière d’une éclatante blancheur ».

Prisme 24

Cette autre expérience, plus délicate à réaliser mais très démonstrative, nécessite un support sur lequel sont placés sept petits miroirs articulés. En dirigeant de manière très précise ces miroirs vers un point unique situé si possible dans la pénombre, on observe de nouveau cette « lumière d’une éclatante blancheur ». Avec ce procédé il est possible de décaler ou de masquer certains miroirs pour observer la superposition de quelques couleurs seulement.

Prisme 25  Disque de Newton

Un disque de Newton est une surface plate et circulaire sur laquelle figure sept secteurs représentant les sept couleurs primaires. Cet ensemble de couleurs peut être répété un certain nombre de fois. « Lorsque l’on fait rapidement tourner ce cercle coloré, les couleurs disparaissent devant l’œil et l’ensemble du disque devient blanc. » Dans la réalité le blanc est plutôt gris car les couleurs figurant sur le disque ne sont pas aussi pures que celles provenant directement de la lumière.

Prisme 26  Plaque de lanterne magique chromatrope – Coll. Cinémathèque française

Le disque de Newton tient son nom du fait que Isaac NEWTON (1643-1727) fut le premier à définir et à nommer les sept (comme les sept intervalles de la gamme musicale) couleurs primaires composant l’arc-en-ciel.

Source : “L’Optique” par Fulgence MARION – Bibliothèque de Merveilles, Librairie L. Hachette et Cie – Paris 1869

 

Laisser un commentaire

 

2ndeavicenne |
kadscen |
entre terre et mer |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Histoire-Géographie-Educati...
| Oppidum anglicus: the city ...
| Joie en Dieu et Descendance...