• Mes albums récents

    • Album : Publicités
      <b>Retroproj 03</b> <br />
    • Album : Images projetées
      <b>Anatomie 2</b> <br />
    • Album : Lanternes et Projecteurs
      <b>LMnoir 09</b> <br />
    • Album : Illustrations et Gravures
      <b>Chromo roue 3</b> <br />
  • Articles récents

  • Archives

La lanterne magique ou le spectacle amusant

Posté par Patrice Guerin le 23 février 2013

La lanterne magique ou le spectacle amusant dans Gravures et Chromos lanterne-1815-01-150x99  lanterne-1815-02-99x150 dans Lanternes magiques  Livre de 1815
“Spectacle amusant donné par un Père à ses Enfans”, tel est le sous-titre de ce petit livre traduit de l’anglais, datant de 1815. Edité à Paris à la librairie du Lys d’or chez H. Vauquelin.

lanterne-1815-03-300x232 dans Projecteurs jouet

« Mon oncle a été très content de nous cette semaine, et il nous a promis que si nous continuions de nous bien comporter, il nous montrerait la “Lanterne Magique” qu’il a été si longtemps à faire. Je me persuade que ce sera une  chose très amusante ; car, non seulement nous verrons les figures danser au mur, non seulement nous verrons un éléphant baisser et relever sa trompe ; mais il nous racontera les histoires des petits garçons et des petites filles dont il a dessiné les portraits ».

lanterne-1815-04-150x92  Chromo début du XXe siècle

Voir d’autres chromos : Chromos lanterne magique enfants

Le lendemain soir, monsieur Manly prépare la lanterne magique ; mistriss Manly met un écran devant le feu ; Frédéric, Caroline, Sophie et Edouard rangent des chaises d’une manière convenable, et éteignent les lumières.

lanterne-1815-05-150x94  « Ce que vous voyez est une mascarade d’enfants »

« Messieurs, mesdames, vous allez voir ce que vous allez voir… Ce que vous voyez est un bal composé de masques pour les fêtes de Noël… Il fut convenu qu’on formerait une mascarade à laquelle tous les enfans du voisinage seraient invités.  »

Le spectacle familial pour enfants est un thème récurent des projections lumineuses qui durera bien au delà du XIXe siècle avec ses fameuses lanternes magiques en tôle multicolore.  Dans les années 1950, il est encore largement exploité pour promouvoir les bandes dessinées et autres produits destinés aux enfants.

Voir les articles suivants publiés sur ce site :

 

Publié dans Gravures et Chromos, Lanternes magiques, Projecteurs jouet | 2 Commentaires »

Le colporteur d’images de Renaud PERRIN

Posté par Patrice Guerin le 14 avril 2012

Le colporteur d'images de Renaud PERRIN dans Gravures et Chromos Colporteur-231x300  Linogravure originale 2/5 sur papier d’art (35 x 45 cm) de Renaud PERRIN, artiste français contemporain.

Voir : Lanternes multiples ou POLYORAMASMontreurs de lanterne magique

Renaud PERRIN est né dans le nord de la France en 1977. Elève à l’école des Arts Décoratifs de Strasbourg, il suit les cours de Claude LAPOINTE et obtient son diplôme en 2000. Après avoir dessiné pour la presse (Le Monde, Historia, Le Nouvel Observateur…) durant quelques années, il s’installe à Marseille et se lance dans l’illustration de livres pour enfants. En 2003, il commence à travailler en linogravure, une technique proche de la gravure sur bois et s’installe en atelier avec d’autres illustrateurs et dessinateurs. Parallèlement à cela, il travaille comme scénographe et réalise des films d’animation dont «Devoïko» et «Ispaïtché» avec le groupe de musique Boya , et «Yapétole» pour une création de la compagnie de marionnettes «Latypique». Ce jeune artiste aux multiples talents a participé à de nombreuses expositions et publié plusieurs albums illustrés personnels.

Publié dans Gravures et Chromos | Pas de Commentaire »

La lanterne magique dans les cabinets de physique

Posté par Patrice Guerin le 8 mars 2012

La lanterne magique dans les cabinets de physique dans Gravures et Chromos Cabinet-13c-300x199  Cabinet-14c-150x150 dans Lanternes magiques Cette gravure de 1698 qui représente “L’Académie des Sciences et des Beaux Arts” est l’œuvre la plus célèbre de Sébastien LE CLERC (voir PORTRAITS). Non content d’y installer une foule de personnages, de machines et d’instruments divers dont une lanterne magique, LE CLERC y inscrit des éléments retraçant sa propre carrière.

Le scientifique italien Giambattista DELLA PORTA (voir PORTRAITS) et l’un des tout premiers à s’intéresser aux phénomènes optiques, à la “camera obscura”, aux miroirs plans, convexes et concaves et même aux phénomènes magiques et merveilleux. Il installe dans sa maison de Murano, près de Venise, un cabinet rempli de curiosités qu’il fait visiter à tous les savants venant le rencontrer.

Au XVIIe siècle, l’Europe offre aux savants des conditions propices à l’étude des sciences et des mathématiques. La recherche passe de l’ère des spéculations à celle des inventions démontrées, comme en témoigne le “Discours de la méthode” de René DESCARTES. Des Académies des Sciences se créent dans différentes capitales européennes : l’académie dei Lincei à Rome en 1603, La Royal Society à Londres vers 1645, l’académie del Cimento à Florence en 1657 et l’académie royale des sciences de Paris en 1666.

En Allemagne, le jésuite Athanasius KIRCHER (voir PORTRAITS) publie en 1646 “Ars magna lucis et umbrœ, un traité d’optique et de gnomonique dans lequel il parle de la lanterne magique.

Voir : Athanasius KIRCHER et la lanterne magique

Le français devient la langue diplomatique et s’avère un vecteur important de communication et d’échange. Les mathématiciens communiquent abondamment par lettres, confrontant leurs idées et annonçant leurs publications.

Cabinet-02-150x90 dans Projections scientifiques  Cabinet-03-150x99   Cabinet-04-150x103  Cabinet de Géométrie de Mr LE CLERC dans laquelle il s’est mis en scène à l’intérieur d’un cabinet idéal empli d’objets dont il faisait collection, en train de faire une démonstration de physique à des savants venus le visiter. La première vue est le dessin original de M. LE CLERC vers 1710-1712, conservé au British Museum. Les suivantes représentent une vue d’optique du XVIIIe siècle.

Les avancées de GALILEE (1564-1642), de DESCARTES (1596-1650) et de NEWTON (1643-1727) – pour ne citer qu’eux – font leur chemin et vont provoquer un réel bouleversement de la pensée scientifique au XVIIIe siècle. Dans les principales villes d’Europe, des personnes “de qualité” collectionnent les curiosités naturelles, acquièrent des instruments de mesure et d’observation, tentent des expériences.

Cabinet-05-124x150  Lanterne magique Louis XV – Collection F.B.

En 1742, Paris compte dix-sept cabinets d’histoire naturelle, vingt et un en 1757 et soixante et un en 1780. Le développement est le même en province. Certains de ces cabinets de curiosités possèdent de véritables laboratoires dans lesquelles des physiciens-démonstrateurs exhibent toutes les applications nouvelles de la science, notamment celles qui permettent les effets les plus magiques : le magnétisme, l’électricité, l’optique, les propriétés de l’air et les encres invisibles.

Cabinet-12-97x150  Cabinet-06-100x150  Cabinet de physique de l’abbé NOLLET

L’un des premiers et des plus célèbres cabinets de physique de cette époque est celui de l’abbé NOLLET (voir PORTRAITS). N’ayant pas de fortune personnelle pour acheter du matériel, il se constitue progressivement un cabinet de physique en construisant lui-même, avec l’aide de quelques ouvriers, le matériel dont il a besoin : « Il y a là une foule d’instruments de physique, les uns absolument nouveaux comme ses machines électriques, les autres ingénieusement appropriés à de nouvelles expériences… rehaussés de motifs floraux et de filets peints à l’or sur fond noir ». Ce cabinet sera saisi à la Révolution et transporté en 1799 au Conservatoire National des Arts et Métiers, où il est encore.

Cabinet-07-128x150  Démonstration d’électricité

Ouverts en 1738, ses cours de physique remportent un succès prodigieux. « On ne voit à sa porte que des carrosses de duchesses, de pairs, et de jolies femmes. Voilà donc la bonne philosophie qui va faire fortune à Paris. Dieu veuille que cela dure! » écrivait madame du CHATELET. L’abbé NOLLET a le talent d’intéresser des personnes de condition aux découvertes les plus récentes en électricité, en mécanique des fluides, en chronométrie.

Cabinet-08-89x150   Cabinet-09-300x194

Il publie de nombreux livres dont la série des “Leçons de Physique Expérimentale” en six volumes parmi lesquels le cinquième est consacré à la Lumière et à l’Optique. Il y explique que « La lanterne magique est un de ces instruments qu’une trop grande célébrité a presque rendu ridicule aux yeux de bien des gens. On la promène dans les crues, on divertit les enfants et le peuple, … ses effets sont curieux et surprenants, les trois quarts de ceux qui  les voient ne sont pas en état d’en comprendre les causes ».

Cabinet-10-115x150  Les effets comparés du microscope solaire et de la lanterne magique en 1775.

Voir : Leçons de Physique Expérimentale de l’abbé NOLLET

Le XVIIIe siècle voit aussi la publication de la fameuse Encyclopédie de DIDEROT et D’ALEMBERT s’échelonne sur plus de vingt ans (1751-1772).

Cabinet-11-118x150Source : Cabinet de physique SIGAUD DE LA FOND à Bourges

Pour plus d’informations cliqer ici

En 1779, Joseph-Aignan SIGAUD DE LA FOND (1730-1810) installe un cabinet de physique à Bourges. Après avoir suivi les cours de l’abbé NOLLET, il devient démonstrateur de physique expérimentale, d’anatomie et de physiologie au collège Louis-le-Grand à Paris, avant de revenir à Bourges, sa ville natale. Il est souvent considéré comme son successeur. L’un de ses ouvrages les plus célèbres, “Description et usage d’un cabinet de sciences”, préfigure l’équipement nécessaire au sein de toute institution vouée à enseigner les sciences au plus grand nombre, comme on en trouvera au XIXe et XXe siècles.

Voir : Un banc d’optique ancien fabriqué par la Maison MASSIOT

Cabinet-15-150x96 Cabinet-16-150x150  Cabinet-17-150x96  Cabinet-18-150x150  Cabinet-19-150x94  Cabinet-20-150x150  Cabinet-21-150x150  cabinet-22-150x100 cabinet-23-150x150

Dans trois des cabinets de physique présentés ci-dessus, on trouve à chaque fois une lanterne de projection Duboscq.
Voir : Les opticiens SOLEIL, DUBOSCQ et PELLIN

Publié dans Gravures et Chromos, Lanternes magiques, Projections scientifiques | Pas de Commentaire »

Les images d’Epinal et la lanterne magique

Posté par Patrice Guerin le 24 février 2012

Généralement, on appelle “Image d’Epinal” une feuille de moyen format sur laquelle sont imprimées, en couleurs, plusieurs images formant une petite histoire. Aujourd’hui ce terme désigne aussi des images naïves qui « montrent les choses sous leur bon côté ».

Les images d’Epinal et la lanterne magique dans Gravures et Chromos epinal-1-204x300  Fable de Florian : “Le singe qui montre la lanterne magique”

Voir : FLORIAN “le Singe qui montre la Lanterne Magique”

Les “Images d’Épinal” doivent leur nom à la ville d’Epinal dans les Vosges où Jean-Charles PELLERIN (voir PORTRAITS), cartier, fut le premier imprimeur à éditer vers 1809, sous l’ère Napoléonienne, ces images en série. Par la suite on prit l’habitude de nommer ce type de représentation des “Images d’Épinal”, même si certaines furent fabriquées ailleurs et par d’autres éditeurs. Au départ, il s’agissait d’un tableau unique, fort semblable à une “vue d’Optique” puis les images se multiplièrent sur la même planche pour composer de petites histoires.

Voir : Vues d’optique (sujet à venir)

epinal-6-105x150 dans Gravures et Chromos  epinal-7-105x150  epinal-8-105x150  Ces « Images d’Epinal” sont caractéristiques des principaux thèmes projetés avec la lanterne magique. La première représente une séance d’ombres, la seconde montre différents héros de contes et la troisième est illustrée par un certain nombre de monuments et pavillons construits pour l’Eposition Universelle de 1889.

En 1822 Jean-Charles PELLERIN cède son entreprise à son fils Nicolas qui continue à la développer. Plus tard, le petit-fils, Charles-Nicolas, lance la collection des “constructions” qui sont des planches en carton à découper et à monter.

En 1860, François-Charles PINOT, qui est dessinateur-graveur à l’Imagerie Pellerin, quitte l’entreprise et fonde avec SAGAIRE une nouvelle imagerie, la manufacture ”Pinot et Sagaire“, qui fonctionne jusqu’en 1888, date à laquelle elle est rachetée par Pellerin.

Epinal-2-113x150  epinal-4-112x150  Histoire de France vue à travers la lanterne magique en français et anglais

Les sujets représentés sur les “Images d’Epinal” sont très variés mais illustrent surtout des faits historiques tels que la Révolution française et l’épopée Napoléonienne, ou des fables, des légendes et des récits à succès.

FABRICATION

Au départ ces images étaient gravées sur une planche de bois (xylographie) et l’impression s’effectuait à l’aide d’une presse à bras dite de “Gutenberg”. Elles étaient ensuite mises en couleur à la main au moyen de pochoirs.

Vers le milieu du XIXe siècle, on utilise la lithographie, qui permet des dessins plus fins accompagnés de petits textes. Ce procédé d’impression de qualité attire de nombreux artistes qui contribuent au grand succès de ces images.

Epinal-3-115x150  Emprunt National, illustration Marcel CAPY (1865-1941) – Imp. Crété Paris

A la fin du XIXe siècle les “Images d’Epinal” inspirent les nombreuses planches de vues pour projection imprimées sur du papier “pelliculaire”.

Voir : (sujet à venir)

Pour plus d’informations cliquer ici

Publié dans Gravures et Chromos | Pas de Commentaire »

Ombres chinoises et silhouettes

Posté par Patrice Guerin le 25 novembre 2011

Ombres chinoises et silhouettes dans Gravures et Chromos Ombre-13-131x150 Dessin de Freeman d’après le tableau de Wilkie – 1849  Ombre-26-150x99 dans Gravures et Chromos  Ombre-24-114x150 Carte découpée offerte par Phoscao

Les  ombres chinoises et autres silhouettes découpées sont des techniques très anciennes utilisées pour reproduire de façon réelle ou caricaturée des personnages ou d’animaux. Dans ces procédés la lumière éclaire le fond et la silhouette est en noir. Il existe un procédé inverse qui s’appelle les ombres blanches.

Voir : Projection d’ombres blanches et de silhouettes découpées

jeuxoptique07.vignette ombre02.vignette

- à gauche gravure de Schenau datant de 1750 environ ;
– à droite Portraits à la silhouette de 1904 par “Herman Braeuer, Portraitmaler, Dresden-A”.

Ombre-27-91x150  Les spectacles d’ombres chinoises furent introduits en France en 1784 par le sieur SERAPHIN, établi à Paris au Palais-Royal Royal « pour le plus grands bonheurs des enfants ». Il inspirera de nombreux prestidigitateurs dont ALBER qui fit de nombreux spectacles à la fin du XIX siècle.

« En présence du succès obtenu par les Ombres Chinoises présentées à Paris dans divers endroits, nous avons résolu d’en établir une première série à l’usage des amateurs désireux de sortir un peu du domaine des projections courantes ».

Ombre-06-150x61  Ombre-11-150x44

Voir : Histoire de l’entreprise MAZO

Au début du XXe siècle, plusieurs éditeurs présentent dans leurs catalogues consacrés à la projection, des séries de « Pièces à grand spectacles, Défilés, Vues, Transformations, Apparitions, etc ».  Pour cela le projectionniste doit disposer d’une seconde lanterne ou d’une lanterne “polyorama” et d’un châssis à coulisse spécial pour les défilés.

Voir : Lanternes multiples ou POLYORAMAS

Ombre-08-150x42

Le châssis va-et-vient “Minimus” de Mazo est construit en cuivre et aluminium, ce qui permet de le placer au plus près possible du condensateur. Il comporte un passe-vues normal (pour les décors par exemple) et un second espace permettant d’insérer une « bande comique ou un défilé d’ombres » à moins que l’on ne préfère y placer « une bande de verre blanc qui absorbe la chaleur ».

Voir : Plaques animées et plaques à système pour projection

Ombre-07-100x150  Ombre-12-300x165

De nombreux sujets sont proposés tels que des épopées militaires, des contes fantastiques ou religieux, des pièces comiques, des légendes, etc. Chacun de ces sujets est généralement composé de 10 à 15 tableaux colorés servant de décors et d’une dizaine de plaques d’ombres pour “défilés”. De plus chaque série est accompagnée d’une partition musicale (piano et chant) parfois accompagnée  d’un album illustré.

L’image colorisée ci-dessus est extraite du spectacle d’ombres “La Terre Promise” édité par la Maison de la Bonne Presse vers 1908. En voici la présentation «  grande pièce biblique en 10 tableaux avec défilés grandioses. Poème et musique de G. FRAGEROLLE, dessins de A. LEMOT. Tableaux et défilés : Moïse sur le mont Horeb – Le buisson ardent – L’exode à travers le désert – La mer Rouge – Les égyptiens engloutis – L’eau du rocher – La manne – La prière de Moïse – Le mont Sinaï – Les éclairs – Moïse parle à Dieu – La descente du Sinaï – Le veau d’or – Les fruits de la terre promise – Le mont Nébo – Apothéose ».

Voir : Histoire de la Maison de la BONNE PRESSESpectacle d’ombres artistiques ou le théâtre chez soi

Pour plus d’informations cliquer ici

 

Publié dans Gravures et Chromos | Pas de Commentaire »

Lanterne magique, gravure le Diable à Paris

Posté par Patrice Guerin le 30 octobre 2011

gravurediable.jpg

Cette gravure publiée dans la presse de l’époque, intitulée “Le Diable à Paris”, est inspirée d’une affiche créée par Paul GAVARNI (Sulpice-Guillaume Chevalier, dit) (1804-1866).

gravure33b.jpg

Celle-ci était destinée à la présentation d’un livre publié par HETZEL intitulé « Le Diable à Paris, Paris et les Parisiens » avec, pour sous-titre « Mœurs et coutumes, caractères et portraits des habitants de Paris, tableau complet de leur vie privée, publique, politique, artistique, littéraire, industrielle ».

Pour la première édition, cet ouvrage a été publié en deux tomes par Hetzel en 1845 et 1846.

Publié dans Gravures et Chromos | Pas de Commentaire »

CHROMORAMA

Posté par Patrice Guerin le 17 octobre 2011

Cet ingénieux appareil permet, sans aucune préparation préalable, la vision de tableaux se fondant les uns dans les autres à la manière de la fantasmagorie et cela rien qu’en se servant pour éclairer l’appareil de la lumière du jour ou de celle qui existe dans les appartements.

chromorama.jpg

Toutes les images peuvent être employées indifféremment
chromolithographies, photographies, gravures, dessins, etc.

La manœuvre de l’appareil est des plus simples. Il suffit d’introduire deux images dans les deux glissières qui se trouvent à la partie supérieure de la boîte. Pour faciliter leur introduction et leur retrait des glissières, il est bon de les introduire dans les porte-chromos qui se trouvent dans le carton accompagnant chaque appareil. Prenant deux de ces porte-chromos garnis de leur image, on les introduit dans les glissières, l’image tournée vers le fond de la boîte ; on ouvre alors une des deux trappes supérieures et une image apparaît aussitôt. On ouvre ensuite doucement la seconde trappe en abaissant progressivement la première, les deux images se fondent l’une dans l’autre jusqu’à ce que la deuxième apparaisse seule et nettement. On change alors pour une autre le porte-chromos de la première glissière et l’on opère inversement, puis on recommence pour la seconde et ainsi de suite autant de fois que l’on aura d’images.

Les dessins, introduits dans chaque petite chambre noire de l’appareil, sont inclinés à 45°. Ils sont réfléchies vers l’objectif par des miroirs à 25°. Pour que la vision soit nette, il faut que l’appareil soit bien éclairé sur le dessus.

1892 – Disponible chez Em. Vatone, 105 av. Parmentier à Paris.

Voir : Visionneuse MONOCLE ou MAGNASCOPE avec plaques de projection MAZO

 

Publié dans Accessoires et divers, Corps Opaques, Gravures et Chromos | Pas de Commentaire »

Une visionneuse publique, la lanterne magique électrique

Posté par Patrice Guerin le 22 septembre 2011

« Depuis quelques années, l’emploi des distributeurs automatiques a pris un développement considérable. On voit un peu partout dans les rues ou les salles d’attente de nos gares, de ces appareils, qui ont le grand avantage de ne nécessiter aucun employé et d’être dignes de la confiance la plus absolue. Ici ce sont des balances qui donnent votre poids, à côté voici des appareils qui vous électrisent ou mesurent votre force, plus loin de petites boîtes vendent à juste prix du chocolat, du nougat ou des flacons de parfums ».

Une visionneuse publique, la lanterne magique électrique dans Brevets et inventeurs LanterneBorne2-150x94  En janvier 1889, Victor BONNET, Hippolyte LISSAGARAY, Armand RICHARD et Alfred RICHARD déposent un brevet concernant un “Mécanisme automatique pour la mise en scène de stéréoscopes, dioramas et lanternes magiques”. Document G.V.

« Les systèmes automatiques ayant rencontré la faveur du public, voici un nouvel appareil montrant aux passants curieux une série de dessins d’actualité en échange d’un gros sou. Ce sont les “lanternes magiques électriques” que l’on voit déjà dans divers points de Paris, au jardin des Tuileries, au Grand Hôtel et dans quelques salles de spectacle ».

LanterneBorne3-138x150 dans Gravures et Chromos  LanterneBorne4-150x135 dans Lanternes magiquesDocument G.V.

Dans le brevet, on peut lire que « la boîte ou l’enveloppe de l’appareil, en bois ou matière quelconque, peut affecter les formes et dimensions les plus variées, et être décorée ou ornementée de toute façon convenable. Intérieurement elle reçoit et supporte tout le mécanisme nécessaire au fonctionnement de l’appareil ». Le schéma ci-dessus à droite montre que les photographies, images, télégrammes  ou autres textes peuvent se placer sur des châssis qui peuvent tourner sur eux-mêmes, plutôt que d’être mis en chapelet les uns à la suite des autres.

lanterneborne1.jpg

  La forme particulière et décorative de la borne permettait de la reconnaître de loin.

« L’ensemble est haut d’environ 2m16. Une console métallique supporte une boîte carrée à pans coupés ; au centre de la face avant se trouve une lentille grossissante de 14 cm de diamètre située à la hauteur d’un enfant de dix ans. Sous cette boîte se trouve un petit cartel indiquant « mettez une pièce de 10 centimes » à côté d’une fente pour glisser la pièce. Au dessus de la lentille se trouve un soleil rayonnant flanqué de deux petits enfants assis, tenant, l’un une pièce de 10 centimes, l’autre une glace. L’électricité est fournie par neuf piles constantes placées dans le bas de l’appareil.

Chaque jour les dessins sont changés, c’est comme un journal quotidien illustré. Lorsque vous glissez les 10 centimes dans la fente, l’intérieur de l’appareil s’éclaire aussitôt et l’on entend un petit bruit de roues faisant défiler une série de 7 dessins passant de bas en haut, chacun d’eux s’arrêtant le temps nécessaire pour bien le voir. « L’autre jour, par exemple, c’était M. Hertestein sur son lit, la reproduction d’un tableau “Dans les glaces”, un autre tableau de Danforth, un portrait de M. de Vogüé, ceux de MM. de Giers et Gondinet et enfin la catastrophe de Misengrain ».

SOURCE : CNAM – Conservatoire NUMérique
Extrait de La nature, 1er semestre 1889

kinetoscopeedison.jpg A la même époque Thomas EDISON dépose, en octobre 1888, une demande de brevet pour créer un dispositif qui « donnerait aux yeux, ce que le phonographe donnait aux oreilles ». Celui-ci est complété, en mars 1889, par un autre brevet pour un système appelé “Kinétoscope” dans lequel « nous pourrons y voir une pièce jouée à l’opéra comme si nous y étions ! ». Sa rencontre avec Emile REYNAUD, lors de l’Exposition Universelle de 1889 à Paris, lui permet de mettre définitivement au point son invention… une sorte de grosse visionneuse publique dans laquelle on peut voir un film animé de quelques minutes pour 25 cents.

Voir : Visionneuse MONOCLE ou MAGNASCOPE avec plaques de projection MAZO

 

Publié dans Brevets et inventeurs, Gravures et Chromos, Lanternes magiques | Pas de Commentaire »

Livres des fables de FLORIAN

Posté par Patrice Guerin le 26 août 2011

Jean Pierre Claris de FLORIAN (voir PORTRAITS)  est principalement connu en tant que fabuliste, mais il est aussi conteur et romancier.

singeenvelopr.jpg singeenvelopv.jpg Enveloppe historique 2e centenaire de FLORIAN – 1955

Cent douze fables ont été publiées de son vivant et douze de manière posthume. Ces fables sont unanimement considérées comme les meilleures après celles de Jean de LA FONTAINE (1621-1695).

N’ont été retenus dans cette présentation que les ouvrages sur lesquelles figurent des représentations du “Singe qui montre la lanterne magique”.

Voir : FLORIAN “le Singe qui montre la Lanterne Magique”

singelivre101.jpgLivre de 138 pages plus couverture souple, format 23×28 cm.

Henri LAURENS, éditeur Paris – Sans date

singelivre103.jpg singelivre104.jpg singelivre105.jpg singelivre106.jpg

Il contient 108 fables réparties en cinq chapitres et possède de très nombreuses illustrations noir et blanc et couleur dont ces magnifiques planches du Singe qui montre la lanterne magique. Préface de l’Académicien André THEURIET (1833-1907) et illustrations d’Auguste VIMAR (1851-1916).

singelivre201.jpgLivre de 32 pages plus couverture cartonnée, format 18,5×27 cm.

Imprimé par “La Technique du Livre” à Paris. 1947

singelivre03.jpg singelivre02.jpg singelivre04.jpg

Il contient 15 fables, chacune illustrée d’un dessin couleur. Illustrations imprimées à partir d’aquarelles de René PERRETTE (né vers 1880, décédé après la 2e guerre Mondiale).

singelivre301.jpgLivre de 28 pages plus couverture/jaquette souple, format 20×25 cm.

Edité par Roger DACOSTA, à Paris « Aux dépens des laboratoires Bouillet”. 1938

singelivre302.jpg singelivre303.jpg singelivre304.jpg

Il contient 14 fables, chacune illustrée de dessins en noir et blanc, plus deux planches couleurs. Les pages, constituées de feuillets pliés en deux, ne sont pas reliées. Illustrations de Jean-Jacques ROUSSAU*.

Livres des fables de FLORIAN dans Gravures et Chromos SingeLivre401-150x129  Livre de 64 pages plus couverture rigide, format 24,7×32 cm.

Imprimé par les éditions BERGER–LEVRAULT à Nancy (N° éditeur 54) – 4e trimestre 1946

SingeLivre402-150x122 dans Gravures et Chromos  SingeLivre403-150x85  Il contient 26 fables, chacune illustrée par deux illustrations en couleurs. Illustrations d’André HELLE. L’illustration qui chapote la fable du Singe qui montre la lanterne magique ne représente pas une vue traditionnelle de projection mais l’accueil des spectateurs.

Voir : Chromo lanterne magique André HELLE

singe-livre5-01-150x101Livre de 288 pages plus couverture rigide, format 15,5×24 cm.

Paris – Delloye, Desmé et Cie, éditeurs – 1839

singe-livre5-04-94x150  singe-livre5-05-94x150  singe-livre5-06-94x150  singe-livre5-07-94x150  Il contient 110 fables, un épilogue et deux poèmes plus une introduction sur Florian, avec plusieurs gravures en noir et blanc de Victor ADAM par fable.

 ___________________

* ROUSSAU Jean Jacques (1886-1948) a commencé à dessiner à l’âge de 5 ans au « désespoir de ses parents qui voulaient en faire un industriel ». Il a fondé le Dernier bateau, un journal du front dont 13 numéros ont paru de septembre 1915 à octobre 1917. Il fut illustrateur humoristique et collabora à de nombreux magazines dont le Rire, le Matin, Rustica ainsi qu’à plusieurs almanachs dont l’Almanach François et l’Almanach du combattant (1924) d’où est tirée une partie de ces informations. On trouve aussi ses dessins dans de nombreuses publicités, livrets, fascicules et albums publicitaires.

singelivre305.vignette

Publié dans Gravures et Chromos | Pas de Commentaire »

LE THAUMATROPE à la lanterne magique

Posté par Patrice Guerin le 28 juin 2011

thaumatrope04.jpg thaumatrope05.jpg

Rare thaumatrope représentant sur une face une scène de projection avec des enfants, une lanterne magique carrée et un drap sur lequel figure un rond lumineux sans image. Au verso, outre les indications imprimées sur le pourtour, figure un pantin en ombre chinoise. Lorsque l’on applique un mouvement de rotation avec des ficelles fixées aux extrémités horizontales du cercle, on voit apparaît le pantin dans le cercle lumineux situé sur l’écran.

 thaumatrope03.jpg

La première description du Thaumatrope est imprimée en janvier 1826 dans la revue “Edinburgh Journal of Science“ de David BREWSTER. La même année en France, c’est un ami de ROBERTSON nommé Eugène Julia de FONTENELLE qui en révèle le fonctionnement. En Angleterre et en France, plusieurs séries de thaumatropes sont alors imprimées et vendues dans de petites boîtes en carton.

Source : Le grand art de la lumière et de l’ombre – Laurent Mannoni – Nathan Université – 1994

 thaumatrope02.jpg

« Le docteur Fitton… m’apporta une belle illustration de ce principe. Cela consistait en un disque de carton accroché entre deux morceaux de soie à coudre. Ces fils étaient tenus entre le pouce et l’index de chaque main ; on les faisait alors tourner rapidement et naturellement le disque de carton tournait aussi. D’un côté du disque de carton était peint un oiseau de l’autre côté, une cage vide. Si l’on tournait les fils rapidement, l’oiseau semblait être entré dans la cage. » Extrait de l’autobiographie de Charles BABBAGE (1791–1871) publiée en 1864.

Publié dans Gravures et Chromos, Projecteurs jouet | Pas de Commentaire »

123
 

2ndeavicenne |
kadscen |
entre terre et mer |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Histoire-Géographie-Educati...
| Oppidum anglicus: the city ...
| Joie en Dieu et Descendance...