Plaque animée Molteni – Vœux 2017

Posté par Patrice Guerin le 26 décembre 2016

Vœux-2017

  « Merry Christmas! I love the Molteni slide animation – what a brilliant idea, beautifully executed! » Jeremy B. Magic Lantern Society.

 Voir aussi : Vues fondantes – Dissolving views

 

 

Publié dans Images projetees | Pas de Commentaire »

Plaques de lanterne magique : anatomie

Posté par Patrice Guerin le 30 octobre 2016

Cette série de plaques pour lanterne magique est très rare et date de la fin du XIXe siècle. Les dessins et textes sont marqués au trait noir encadré d’un filet périphérique. Le tout est probablement tracé en sérigraphie. Ensuite les schémas sont colorés à la main en jaune ou rouge plus ou moins dilués : les os en jaune, les muscles en rose et rouge. Enfin une couche de verni transparent recouvre l’ensemble, il est très légèrement craquelé. Une seule des plaques est bordée de papier gris vert.

Anatomie 1  Plaque N°1 (6,3×21,3cm)

Les os : Fig.1 Profil de la tête – Fig.2 Face – Fig.3 Tronc – Fig.4 Vertèbre – Fig.5 Membres supérieurs – Fig.6 Membres inférieurs.

Anatomie 2  Plaque N°2 (6,2×21,2cm)

Le squelette : Fig.7.

Anatomie 3  Plaque N°3 (6,3×21,2cm)

Les muscles : Fig.8, Fig.9, Fig.10 – Les dents : Fig.11, Fig.12, Fig.13, Fig.14.

Anatomie 4  Plaque N°4 (6,2×21,2cm)

La digestion : Fig.15 Appareil digestif – Fig.16 Coupe de l’estomac.

Anatomie 5  Plaque N°5 (6,1×21,2cm)

La circulation : Fig.17 Goute de sang – Fig.18 Artère – Fig.19 Veine – Fig.20 Vaisseaux capillaires – Fig.21 Coupe du cœur – Fig.22 Le cœur et les poumons.

Plaque N°6 manque

Fig.23, Fig.24, Fig.25.

Anatomie 7  Plaque N°7 (6,5×21,4cm)

Le système nerveux : Fig.26 Coupe de la tête – Fig.27 cerveau, moelle épinière, nerfs.

Anatomie 8  Plaque N°8 (6,3×21,3cm)

L’ouïe et la vue : Fif.28 Coupe de l’oreille – Fig.29 Osselets séparés – Fig.30 Osselets ensembles – Fig.31 Coupe de l ‘œil – Fig.32 Pupille agrandie – Fig.33 Pupille resserrée.

Anatomie 9  Plaque N°9 (6×22,3cm)

L’odorat et le goût : Fig.34 Coupe du nez – Fig.35 La langue – Fig.36 Coupe de la peau – Fig. 37 et Fig.38 Filets nerveux très grossis.

 

Publié dans Images projetees | Pas de Commentaire »

Lumineuses Projections : dispositifs multimédias

Posté par Patrice Guerin le 5 mai 2016

Munae 20

Le parcours de l’exposition “Lumineuses Projections” est rythmé par des dispositifs multimédias originaux présentés sous forme de projections, de bornes interactives ou d’appareils à manipuler.

Voir : Exposition : Lumineuses Projections !

Quelques dispositifs en place dans l’exposition.

Munae 21a  Munae 21b CLIQUER ICI

Projection en continu de plaques animées et de plaques à systèmes présentées dans une vitrine.

Voir : Les chromatropes de projection - Vues fondantes – Dissolving views

Munae 22

Lanterne magique permettant aux visiteurs de projeter eux-mêmes des plaques de lanterne magique.

Voir : Lanternes magiques jouet

Munae 23  Munae 23b CLIQUER ICI

Borne présentant un film d’animation “Qu’est ce qu’une vue sur verre ?”. Création originale conçue pour l’exposition.

Voir : Plaques photographiques pour la projection

Munae 24  CLIQUER ICI

Mur d’images présenté par le Labex à partir du fond Colbert.

Voir : Plaques photographiques pour la projection

Munae 25

Séance de projection scolaire faite par un instituteur dans un espace scénographie. Leçon sur “Le Tonkin” et “Causerie sur les insectes” à partir de textes et d’images d’époque.

Voir : La Ligue de l’Enseignement et l’Education Populaire

Munae 26

Séance de cinéma scolaire dans les années 30.

Munae 27  PatheCine16

Le projecteur mixte Pathé et la démonstration de son utilisation dans un film d’époque.

Voir : Charles PATHE et les lanternes de projection

Munae 28

Reconstitution moderne du Lumicycle Gaumont « il suffit de pédaler pour découvrir un petit film des années 30 ».

Voir : Société des Etablissements GAUMONT

Munae 29

Une salle de classe dans les années 50 avec projection d’un film fixe.

Munae 30

Borne tactile permettant de faire défiler des films fixes des années 50.

Voir : Les débuts du Filmstrip ou Films en bande 35mm

Munae 31  CLIQUER ICI

Frise animée contemporaine créée pour l’exposition par des artistes rouennais du collectif “La Cachette”.

Munae 32

Lanterne de projection “décomposée” permettant d’en découvrir les principaux éléments et de tester son fonctionnement.

 Voir : Lanternes de projection et d’agrandissement

 

 

Publié dans Evenements, Images projetees, Projections et Enseignement | Pas de Commentaire »

La Pastorale de Noël

Posté par Patrice Guerin le 22 décembre 2015

Pastorale 01

La Pastorale de Noël, est un oratorio de 22 minutes en cinq parties (La veille de Noël – La nuit de Noël – La crèche – L’Etoile et les mages* – Les rois mages à la crèche) avec prologue, le tout accompagné de projections lumineuses en 30 tableaux. La date de la composition remonterait à 1904, cependant, dans une lettre écrite en 1970, Paul PARAY (1886-1979) précise qu’il l’aurait écrite en 1907 et publiée la même année à la MAISON DE LA BONNE PRESSE. Dans une lettre de janvier 1955, PARAY écrit à sa fille Monique : « ce que tu dis de ton adaptation en anglais de quelques passages de ma “Nativité” m’intéresse vivement. J’avais composé cette œuvrette en une nuit, dans ma petite chambre de bonne de la rue Rougemont. J’avais 18 ans…  comme c’est loin ! » . Cette œuvre fut sans doute inspiré par “L’Enfance du Christ” de Berlioz « cette pure musique vocale s’inscrit résolument dans la tradition romantique de Berlioz ».

Source : http://www.paulparay.fr/lintegrale_grotto.html

Voir : Histoire de la Maison de la BONNE PRESSE

Pastorale 02Catalogue Maison de la Bonne presse “Séries de vues” 1911

Classée dans les “Grandes pièces d’ombres” du catalogue de la MAISON DE LA BONNE PRESSE, cette œuvre originale, d’un genre distinct des pièces d’ombres, est un tableau vivant dans un vrai décor. «C’est la reconstitution de la Nativité, présentée avec une vérité et une vie touchantes, rehaussés par une partition d’un charme exquis.» Le scénario est de H. LE SABLAIS*, la musique de Paul PARAY et les décors de BAROZZIO.

* “LE SABLAIS” est le pseudonyme de Honoré (Auguste) BROCHET (1870-1947) : cliquer ici

Pastorale 20 Prologue

Pastorale 11  I – La veille de Noël

Pastorale 12  II – La nuit de Noël

Pastorale 13 III – La Crèche

Pastorale 14  IV – L’Etoile et les Mages

Pastorale 16  V – Les Rois Mages à la Crèche

La Pastorale de Noël fut écrite pour chant et chœur à l’unisson (avec une seconde voix par intermittence) et un simple accompagnement de piano. Une copie de cette édition est conservée à la BNF. Plus tard, une adaptation pour voix mixtes a été réalisée par d’anciens élèves de la maîtrise Saint-Evode à Rouen.

Pastorale 07  Pastorale 08  Pastorale 09  Livret musical édité par les éditions Jobert à Paris © 2004

Cette publication fait suite à la partition publiée et à la photocopie du manuscrit d’un copiste, aux mains de la propre fille du compositeur. La partie chorale est un arrangement pour chœur mixte empruntant certaines idées à la version de la maîtrise de Rouen. La Pastorale de Noël a été jouée le 24 décembre 2000, peu avant la Messe de Minuit, dans l’Eglise de l’Assomption Grotto Church (l’Eglise de la Grotte) à Détroit (Michigan) sous la direction du révérend Eduard Perrone.

Pastorale 17

Sources : partition publiée par les Editions Jobert en 2004 et catalogue de la Maison de la Bonne Presse de 1911.

* Quelques années auparavant, la Maison MAZO éditait une pièce d’ombres intitulée “La Marche à l’Etoile”, mystère en 10 tableaux sur un poème et une musique de Georges FRAGEROLLE et des dessins de Henri RIVIERE.

———————————

Originaire du Tréport, Paul PARAY disait volontiers que « toute musique digne de ce nom doit pouvoir être chantée », et ce n’est pas un hasard si ses compositions privilégient la mélodie.

Biographie de Paul PARAY : http://www.paulparay.fr/paray_biographie.html

 

Publié dans Images projetees | Pas de Commentaire »

Une leçon de géographie en 1905, par Henry MIRANDE

Posté par Patrice Guerin le 18 juin 2015

A l’époque du traditionnelle examen du baccalauréat voici une leçon de géographie bienvenue, surtout la dernière image !!!

Geo Gironde 01  Geo Gironde 02

Parue dans “La Petite Gironde” supplément illustré du dimanche 24 septembre 1905. Chaque illustration est signée en bas à gauche E Crété.

Geo Gironde 03 Voyons comment le savant professeur TAXIBUS (Scipion) entreprit de rajeunir la science géographique.

Geo Gironde 04  Mes chers enfants, jugeant que l’on ne parle bien que de ce que l’on connaît, j’ai tenu à employer mes huit jours de vacances à battre le monde entier en ses recoins les plus ignorés ! Grâce à mon excellente lentille Esau Frères (payable en douze mois), je vous convie à m’y suivre… Ne bougeons plus… Suivez-moi bien !

Geo Gironde 05  Ici, nous sommes en Amérique, sur les bords du Mississipi, ruisseau d’ailleurs sans importance. Plaignons les pauvres noirs, qu’un plus noir esclavage courbe sous un labeur acharné !

Geo Gironde 06  Là, nous arrivons au luxuriant Mexique ! Après de patientes études sur l’habitant de ce pays, j’ai reconnu un vieux camarade de collège, dentiste américain, venu moissonner l’or vierge pour fausses dents (râtelier complet 11fr95).

Geo Gironde 07  Quittons ces chaudes contrées, pour les glaces (à peine vanillées) de la région Arctique ! Vos foulards, mes enfants ! D’abord en froid avec les esquimaux, je pus bientôt rompre la glace. Ce sont des gens raffinés, vivant grassement et qui ne peuvent sentir le poisson !

NB C’est l’époque de la première expédition française en Antarctique, conduite par le commandant CHARCOT à bord de la goélette trois mâts le Français.

Geo Gironde 08  Attention au tangage !… Je traverse le détroit de Behring et brûle la Sibérie. Le chinois rit jaune, possède une voix céleste et raffole de la mandarine… D’ailleurs je ne vous le montre qu’en raccourci…

Geo Gironde 09  Ayant oublié mon “en-tout-cas” à Mexico, j’en profitai pour faire une visite de politesse aux Peaux-Rouges. Le Peau-Rouge témoigne, m’a-t-il semblé, un attachement étroit à son frère visage pâle… Fournisseur breveté des grands théâtres pour perruques en tous genres (Maison Scalp and C°).

Geo Gironde 10  Enfin, lassé, je regagne la France en passant par l’Algérie. J’avoue que j’osai à peine m’aventurer dans ces contrées peu explorées, où pullulent le rugissant lion de l’Atlas, le chacal immonde et le redoutable chameau… Ne claquez pas des dents, mes enfants, pour aujourd’hui la leçon est finie.

Geo Gironde 11  Manière dont opérait le savant professeur, fixant pour la postérité la silhouette superbe du vainqueur des fameux Papa-po-poum-pongwé !

Geo Gironde 12  Résultat inattendu d’une leçon de géographie mal digérée, ou apothéose finale !

Voir : Les projections à l’école

_____________

Henry Mirande  est un illustrateur et peintre français, né en 1877 à Nice et mort en 1955. Il a illustré les journaux du “Rire”, de “L’Assiette au beurre”, de “La Grisette”, des cartes postales, des livres, etc.  Source Wikipédia

 

Publié dans Images projetees | Pas de Commentaire »

Les collections de vues pour projection MAZO

Posté par Patrice Guerin le 26 janvier 2015

Mazo 31Catalogue MAZO 1910 et 1911

Le catalogue général E. MAZO consacré à la projection publié pour les années 1910 et 1911 (N°46) est divisé en 7 parties. La première partie est consacrée au matériel (projecteurs et accessoires) tandis que les six autres concernent l’édition de vues pour les projections lumineuses, ce qui représente environ 490 pages sur 620 au total.

Voir : Histoire de l’entreprise MAZO

Mazo 33  Mazo 32  IIe PARTIE

La IIe partie concerne les conférences et vues divertissantes, simples ou animées. On y trouve de nombreux tableaux mécaniques montés dans des châssis en bois, identiques à la production anglaise de la même époque. A cela s’ajoute des vues chromolithographies et des spectacles d’ombres “artistiques” inspirés par le répertoire français, tel que les Chansons de Botrel, les contes traditionnels ou les pièces d’ombres joués dans les théâtres parisiens comme le Chat Noir.

Mazo 34  Mazo 35  IIIe PARTIE

La IIIe partie concerne les vues ayant trait à l’art. On y trouve des œuvres des maitres anciens et modernes exposées, pour la plupart, dans divers musées d’Angleterre. Cette collection provient de la Maison Eyre & Spottiswoode de Londres. Sont également proposées des reproductions photographiques (pour certaines en couleurs) des principales œuvres de peinture et de sculpture exposées aux salons de 1887 à 1896, ainsi que des reproductions trichrome des peintures du Louvre, du Luxembourg et de Versailles, sans oublier les chefs-d’œuvre de la peinture italienne d’après un ouvrage de la Librairie Firmin Didot.

Mazo 36  Mazo 37 IVe PARTIE

La IVe partie concerne la géographie et les voyages. Il s’agit principalement de vues photographiques noir et blanc à l’albumine représentant de nombreuses villes françaises et européennes ainsi que les colonies. La série 100 (environ 70 pages sur les 150 consacrées à ces sujets) est constituée en grande partie de vues au format stéréoscopique 8,5x17cm.

Mazo 38  Mazo 39 Ve PARTIE

La Ve partie est consacrée à l’histoire, depuis la mythologie jusqu’aux plus récents événements du XIXe siècle, dont « les photographies, en noir et blanc ou en couleurs, prises pendant la croisière du yacht “Clairette” au pays de la guerre gréco-turque (avril à juillet 1897) ». On y trouve aussi une série de vues concernant “Paris à Travers les âges” reproduisant les gravures de l’ouvrage du même nom édité par la Maison Firmin & Didot à Paris.

Mazo 40  Mazo 41 VIe PARTIE

La VIe partie est consacrée à la science, avec des tableaux animés de démonstrations scientifiques, une “splendide” collection de plaques astronomiques mécanisées et des « vues scientifiques en couleurs, sans mécanisme et sans cadre ». On y trouve aussi bien des sujets sur la médecine, l’agriculture et l’histoire naturelle, que des vues sur la mécanique, la physique, les arts & manufactures, etc.

Mazo 42  Mazo 43  VIIe PARTIE

Enfin la VIIe partie à trait à la religion sous tous ses aspects : histoire sainte, ancien et nouveau testament, les évangiles, la vie des saints, le catéchisme, etc. « Avec l’autorisation de MM. LE VASSEUR et Cie, éditeurs au 32 rue de Fleurus, nous avons reproduit en clichés de projection les fines illustrations de leur ouvrage “La vie de N.-S. Jésus-Christ” par Jérôme NATAL, illustré de 130 gravures sur acier. »

Il est très difficile d’évaluer le nombre total de vues figurant au catalogue, d’autant plus que certains sujets sont présents dans plusieurs séries, par exemples un tableau peut figurer dans les parties Arts, Géographie (musée) et Religion.

Les vues commercialisées par MAZO existent sous différentes formes.

Mazo 44

Série 1 – Des conférences géographiques, scientifiques, artistiques ou militaires, toutes préparées pour la projection. Elles sont composées d’une série de vues sur verre numérotées, contenues dans une boîte en bois avec rainures, accompagnées d’un livret explicatif portant des numéros correspondant.

Mazo 50  Planche MAZO en chromolithographie – Le Soleil

Série 2 – Des vues en chromolitographies transparentes, ou décalcomanies, qui se reportent sur un verre « d’une façon aussi simple que sûre ». Elles sont d’un prix de revient très réduit mais nécessitent une petite préparation.

Série 2 bis – Des vues en couleur sur papier transparent qui ne nécessitent aucune préparation pour la projection si ce n’est de les découper et les placer entre deux verres ou dans un passe-vues spécial muni de verres « L’ensemble de l’œuvre comportera 5 000 tableaux ».

Voir : Montage des vues sous verres

Mazo 45

Série 3 – Des vues sur verre en bandes et en couleurs chromolithographiques qui s’introduise en les glissant à l’avant de la lanterne. Il s’agit généralement de sujets enfantins composés de 10 à 12 bandes représentant de 36 à 48 vues à moins qu’elles ne soient composées d’images panoramiques.

Mazo 46

Série 4 à 22 – Des tableaux mécanisés comiques et bon marché composés d’un verre fixe placé dans un châssis en bois et d’un verre mobile placé à l’arrière, à tirette, basculant ou glissant horizontalement (panoramas), à engrenages ou crémaillère. Certains de ces tableaux, comme celui présenté ci-dessus, provienne de production étrangère, EP (Ernst Plank) pour celui-ci, sur lequel était simplement ajouté le tampon “E. Mazo 8 boulevard Magenta Paris”.

Voir : Plaques animées et plaques à système pour projection

Mazo 47 Mazo 48  Tour Eiffel – Newton & C° – Figurant au catalogue Mazo ref n°1 (existe en 3 versions : jour, nuit, illumination)

Série 26 – Des vues colorées sur verre à double ou triple effets, destinées aux lanternes possédant 2 ou 3 objectifs ; ainsi que des vues d’ombres artistiques pour « Pièces à grand spectacle… Qui sont infiniment plus artistiques que le cinématographe et résultent de l’intime collaboration de la poésie, de la musique et de la peinture ! »

Voir :  Vues fondantes – Dissolving views  –  Spectacle d’ombres artistiques ou le théâtre chez soi

Série 29 à 33 – Vues et tableaux à effets divers dont rideaux décors, rosaces, chromatropes, effets de pluie, neige, éclairs, etc.

Voir : Les CHROMATROPES de projection - Projection de phénomènes météorologiques

Mazo 49

Série 34 – Des vues trichromes obtenues à partir de réelles photographies en couleurs d’après le procédé de M. l’abbé TAULEIGNE et reproduites « avec une exactitude absolue en autant d’épreuves positives qu’il est nécessaire… Ces épreuves ne comportent ni trame, ni réseau. Elles sont d’une transparence et d’une luminosité parfaites ».

Série 35 – Des vues pour stéréo-projections d’après le système imaginé par M. l’abbé TAULEIGNE, sur le principe des anaglyphes de M. DUCOS DU HAURON. « Ces vues sont placées dans une simple lanterne de projection et projetées sur un écran quelconque. Le relief est perceptible pour tous les spectateurs sans exception, à condition qu’ils observent l’image projetée sur l’écran au moyen d’un sélecteur de vision ».

Autres éditeurs de vues pour les Projections Lumineuses :
La collection de diapositives MOLTENI
APRES L’ECOLE : revue éditée par la librairie E. CORNELY

 

 

Publié dans Images projetees | Pas de Commentaire »

Colorisation des projections lumineuses

Posté par Patrice Guerin le 28 octobre 2014

Tant que la photographie resta en noir et blanc, on chercha à agrémenter les projections lumineuses en colorant les vues, comme on le fit plus tard pour le cinéma. Pour cela il exista deux principales possibilités, soit en peignant manuellement les vues, soit en utilisant des filtres colorés lors de la projection.

Voir : Colorisation des plaques de verre

PlaqueCouleur 21  PlaqueCouleur 22

Un moyen pratique de colorer artificiellement les vues projetées consistait à placer devant l’objectif un teinteur à volets. Les anglais, très friand de ce procédé, l’appelait “tinter”. Cet accessoire se fixe sur le pare-soleil de l’objectif. Il est équipé de volets articulés « qui s’ouvrent et se ferment comme les feuillets d’un livre » sur lesquels on peut placer des feuilles de gélatine colorée. Logiquement on place le bleu en haut pour le ciel et le vert en bas pour la nature par exemple. On peut aussi utiliser des verres colorés, mais si l’on incline à demi le volet pour obtenir un dégradé, le verre a tendance à refléter une partie de la lumière.

PlaqueCouleur 25  PlaqueCouleur 24

Il existe aussi un accessoire composé d’un disque rotatif et d’une bague de fixation. Il se placer à l’avant de n’importe quelle lanterne à l’aide d’une bague munie d’une vis de serrage, qui se fixe à l’avant de l’objectif. Ce disque permet de disposer facilement de quatre couleurs (bleu, vert, rouge, jaune, plus une ouverture sans couleur). Mais chaque couleur couvre l’ensemble de l’image.

PlaqueCouleur 26  Ce système sera utilisé pendant des décennies dans le théâtre pour colorer certains éléments ou acteurs figurant sur scène.

Voir : Les projections lumineuses colorées dans la DANSE SERPENTINE

PlaqueCouleur 23

Enfin on pouvait placer, dans une fente située à l’avant de l’objectif, des verres de différentes couleurs. Ils étaient parfois contenus dans un petit étui en cuir. « Dans certains appareils, le parasoleil de l’objectif est muni d’une fente formant pochette dans laquelle on glisse des morceaux de verre ou de gélatine colorée… La seule chose que nous reprochons à la gélatine, c’est d’être un peu foncée comme teintes, surtout pour les paysages. » “La projection au XXe siècle” par Alber, Editions Mazo fin XIXe siècle.

 

Publié dans Images projetees | Pas de Commentaire »

Ghosts Geister & Fantômes in the theater

Posté par Patrice Guerin le 6 octobre 2014

« Un fantôme est une image floue, lumineuse, brumeuse et inconsistante, qui paraît flotter au-dessus du sol. Cette apparition est interprétée comme une vision ou une illusion de la manifestation surnaturelle d’une personne décédée. »

Fantome 01Plaque de fantasmagorie – Collection Cinémathèque Française

Depuis longtemps, certains hommes ont cherché à s’approprier ce phénomène, pour obtenir du pouvoir et influencer les foules.

Voir : Fantasmagorie dans l’antiquité

Lorsque la lanterne magique fut suffisamment pratique à utiliser et posséda un éclairage assez puissant, de nombreux illusionnistes, tant en Grande-Bretagne, en France, au Japon et dans d’autres pays, montèrent des spectacles de fantômes plus ou moins réalistes.

Voir : Projection de spectres vivants et de fantômes au théâtre

Fantome 2  Affiche de 1885 – Source Royal Polytechnic Instition

Parmi les organismes qui présentèrent des spectacles en Angleterre, la Royal Polytechnic Instition, fondée en avril 1838, fut l’une des premières à utiliser les projections lors de conférences illustrées, de séances d’enseignement populaire ou de spectacles récréatifs. A partir de 1854, son nouveau directeur, John Henry PEPPER (1821-1900) développe l’utilisation de projections lumineuses dans toutes les activités de la Royal Polytechnic Institution. Excellent vulgarisateur, passionné par l’optique, il embauche les meilleurs peintres et lanternistes de l’époque. C’est lui qui présente des spectacles de “spectres vivants” sur la scène du grand théâtre. La Cinémathèque de Paris possède une magnifique collection de plaques de verre peintes à la main provenant de cette institution.

Pour en savoir plus : cliquer ici

Fantome 3

En France, dès la fin du XVIIIe siècle, les spectacles de fantasmagorie de ROBERTSON marquèrent les esprits avant que ce type de représentations ne soit repris, au milieu du XIXe siècle, par quelques magiciens avides de spectaculaire. Puis les théâtres utilisèrent ce procédé pour satisfaire aux demandes d’auteurs ou de metteurs en scène curieux de ces “effets spéciaux” susceptibles de valoriser leurs spectacles.

Voir : Spectacle de fantasmagorie ROBERTSON

Fantome 4  Fantome 6Livre japonais sur la magie – Vers 1880

Dans ce petit livre japonais, une page est consacrée à la projection de fantômes sur scène.  1 Le sujet à traiter nécessite quelques préparatifs. 2 Vous aurez besoin d’une feuille de verre à travers laquelle on peut voir clairement. 3 Le public ne doit pas être en mesure de voir la feuille de verre. 4 Le public doit être assis derrière la feuille de verre. 5 Utiliser une lanterne magique pour projeter une image de fantôme sur la feuille de verre.

 

Publié dans Images projetees, Projections pour Spectacles | Pas de Commentaire »

Projection d’ombres pour le centenaire de Polytechnique

Posté par Patrice Guerin le 21 août 2014

Polytechnique 01  Dans la cour de l’Ecole, l’élève GLASSER, major de la deuxième division, souhaite la bienvenue à monsieur CARNOT, Président de la République.

« L’Ecole Polytechnique, et, avec elle, Paris et la France, vient de célébrer brillamment durant trois jours le centième anniversaire de sa fondation. » Sur l’initiative de Lazare CARNOT (1753-1823), la création de l’Ecole fut demandée à la Convention le 21 ventôse de l’an II. En ouverture de cette commémoration, une cérémonie s’est déroulée dans la cour de l’Ecole, au cours de laquelle le Président de la République Sadi CARNOT (1837-1894), petit fils du fondateur de l’Ecole et ancien élève lui-même, recevait ses camarades venus lui offrir le livre d’or de l’Ecole « C’est une chance pour les pipos, car cela a augmenté l’éclat des fêtes qui sont données ». Quelques semaines plus tard il sera assassiné alors qu’il sortait d’un banquet organisé à la Chambre de commerce à l’occasion de l’Exposition Universelle.

Polytechnique 02  Le grand amphithéâtre de physique

Après les cérémonies officielles du jeudi 17 mai 1894, la seconde journée fut plus intime et conviviale. « Dans le grand amphithéâtre de physique, neuf cents antiques sont entassés pour assister aux Ombres, spectacle traditionnel donné chaque année à l’Ecole avant l’examen de février. En attendant la séance, ils font un assourdissant tapage en chantant les vieux refrains. A deux heures et demie, le général ANDRE accompagnant LECOQ-PACHA, un antique en grand uniforme de général de division de l’armée turque, fait sont entrée et la séance commence. Après un compliment de bienvenue dit en fort jolis vers par un conscrit, monsieur PAQUET, qui suivra peut-être la route tracée par Armand SILVESTRE, les pitaines puis les professeurs défilent sur la toile en débitant un petit boniment ou en chantant quelque couplet dans lequel ils se blaguent eux-mêmes. A six heures tout est fini et les élèves actuels sont remerciés de leurs concours qu’ils n’avaient pas ménagé ; tout ayant, dans cette journée, été combiné, agencé, dessiné, projeté, récité, joué ou chanté par eux.  »

Voir : Le spectacle des Ombres à l’Ecole POLYTECHNIQUE

Polytechnique 03  Polytechnique 04  Polytechnique 05  Polytechnique 06  Programme du Centenaire – Collection Archives de Polytechnique

Pour la troisième journée, plus de six mille personnes sont invitées au gala du Trocadéro. « Lumière, fleurs, musique, poésie, spectacle, toilettes et uniformes, bal et cotillon, tout cela était si varié, si achevé, si parfait, que, de neuf heures du soir à cinq heures du matin, on eût vécu comme dans un rêve, si d’assez violents courants d’air n’avaient rappelé trop fréquemment les spectateurs à une cruelle réalité. »

A l’entrée de la galerie circulaire, chaque dame reçoit un programme dessiné en couleur par la femme d’un antique, madame de TAVERNIER, qui a été très heureusement inspirée. « Au-dessus des vieux bâtiments de l’Ecole, une Gloire ailée, unissant dans sa main droite le drapeau de la France et celui de l’Ecole sur lequel on lit “Pour la Patrie, les sciences, la gloire”. Au premier plan, un polytechnicien dans son costume de 1794, bien amusant ma foi, serre la main à un élève de 1894. Près d’eux, la célèbre poule aux œufs d’or. Dans le lointain, le Trocadéro aux fenêtres lumineuses. Au verso, le plan du palais ; l’indication des quatre vestiaires, de la salle à manger où on soupera, de la petite salle de bal où on ne s’amusera pas moins que dans la grande, des quatre buffets, etc. »

Polytechnique 07  Le bal qui suivra la projection

« Comment décrire la grande salle, celle où va avoir lieu le spectacle, en attendant le bal ? Du plafond pendent, au milieu des lustres et des candélabres, treize couronnes de fleurs. Des guirlandes multicolores ornent les galeries. » Les milliers de spectateurs, parmi lesquels de nombreuses très jolies femmes, sont prêts à applaudir chaque tableau de l’Epopée.

Après l’ouverture de “Callirhoé”, on passe à l’exécution d’une cantate spécialement écrite par Armand SILVESTRE, le délicieux poète dont l’Ecole s’honore. « Puis soudain la salle s’obscurcit. Un immense cadre, ayant sept mètres de long sur sept mètres de large, est seul éclairé. Des compositions de messieurs CLARIS, GUERRIER, HELBRONNER, etc. mises sur verre et agencées par monsieur CARPENTIER, l’ingénieur modeste et si fécond dont le renom est universel, vont retracer une partie de l’histoire de l’Ecole, si longue qu’il a fallu l’abréger. La projection est faite avec une grosse lanterne électrique installée sur le baldaquin recouvrant la tribune officielle, qui est savamment manipulée par monsieur MOLTENI. Les dessins de monsieur Louis BOMBLED (1862-1927) sont surtout applaudis. » L’artiste et illustrateur a représenté au trait ou en couleur, parfois avec des transformations, de nombreux tableaux dont voici quelques exemples.

Polytechnique 11  Polytechnique 12  Polytechnique 18  La revue de l’Ecole

Polytechnique 14  BONAPARTE à Toulon

Polytechnique 15  LA MORICIERE à Constantine

Polytechnique 16  Le passage du Danube

Polytechnique 17  CARNOT à Wattignies

Polytechnique 20  L’émouvante retraite de Russie que la neige peu à peu recouvre de ses flocons

Polytechnique 19  CAVAIGNAC en Algérie

Sans oublier PONCELET refaisant la géométrie, BECQUEREL, ALPHAND et BELGRAND les artisans de la beauté et de la commodité de Paris, COURBET en Extrême-Orient, le colonel BONNIER au Soudan, Tombouctou, etc. La plupart des dessins sont articulés et la manœuvre se fait si simplement qu’on se croirait parfois au théâtre. « A maintes reprises, c’est le Président de la République qui donne le signal des applaudissements, madame CARNOT à sa gauche. Il est placé au milieu de ses ministres et de leurs familles, dans une immense loge surmontée d’un dais. »

Sources : Le Figaro du dimanche 20 mai 1894, L’Univers illustré du 20 mai 1894 et Le Petit Journal du 28 mai 1894.

Voir : Spectacle d’ombres artistiques ou le théâtre chez soi

 

Publié dans Images projetees, Projections pour Spectacles | Pas de Commentaire »

Aux origines des syndicats et de l’Enseignement Populaire

Posté par Patrice Guerin le 24 mai 2014

AprEcole 25  APRES L’ECOLE, revue illustrée d’Enseignement Populaire – N°218 du 5 novembre 1907

«  Nous fondons cette Revue populaire comme l’on fonde une Université Populaire. Nous débutons sans ressources financières ; grâce à quelques amis nous avons seulement donné garantie à l’imprimeur du paiement de son travail et du papier. Nous considérons nos abonnés comme des associés : aussi leur rendrons-nous compte, très exactement et fort souvent, de notre situation financière ; nous leur apprendrons comment se fait et s’administre notre publication… Nous demandons un égal dévouement à tous : les administrateurs administrent gratuitement, les rédacteurs rédigent gratuitement, les abonnés doivent payer régulièrement l’abonnement-cotisation…

Voir : APRES L’ECOLE : revue éditée par la librairie E. CORNELY

AprEcole 22  Les syndicats d’outillage permettent à des cultivateurs réunis d’acheter des instruments perfectionnés. Extrait de la planche n°193 mai 1906

Certains d’entre nous sont socialistes, d’autres sont individualistes, d’autres enfin trouvent bien inutile de se donner un qualificatif quelconque. Mais tous nous voulons la même chose : remplacer le vieux monde par un monde nouveau fondé sur la Solidarité, le Travail, la Justice… Il faut combattre le Cléricalisme, le Militarisme, le Capitalisme, en établissant la Liberté de la Pensée, la Paix des Nations, la Joie et la Dignité du Travail…

AprEcole 24  Un cortège de mineurs en grève à Montceau. Extrait de la planche N°129 novembre 1902

Mais aujourd’hui… le peuple des ouvriers et des paysans est écrasé par tout le poids du vieux monde qu’il fait vivre. Il faut donc donner à l’ouvrier et au paysan la conscience de la Vie libre, soit en allégeant leur fardeau par des réformes, soit en déchargeant leurs épaules par des actes énergiques. Déjà quelques travailleurs sont intellectuellement et moralement délivrés. Et que font-ils ? Ils travaillent à délivrer leurs camarades de classe. Ils fondent des Maisons où les forces ouvrières et paysannes s’organisent, et chaque jour grandissent les Syndicats professionnels et agricoles, les Coopératives de consommation et de production, les Mutualités, les Universités Populaires, les Associations d’anciens élèves d’Ecole primaire.

AprEcole 23  La sortie des usines : les enfants vont pieds nus, couverts de haillons. Extrait de la planche N°154 mars 1904

L’œuvre de création sera faite par tous ceux qui voient l’Injustice et veulent la Justice, qui voient la Guerre et veulent la Paix, qui voient le Travail être aujourd’hui une Peine et qui veulent en faire la douce Loi Humaine. »

Déclaration signé : Edouard C. Instituteur ; COLOMB, docteur ès sciences ; DUJARDIN, comptable ; FORT, lithographe ; Edouard FUSTER ; Marie FUSTER-BAERTSCHI, agrégée de l’enseignement secondaire des jeunes filles ; Charles GUIEYSSE, secrétaire général de la Société des Universités Populaires ; Daniel HALEVY ; Maurice KAHN . Carles MICHEL, employé de coopérative ; MOREAU, ouvrier papetier ; SOLLIER, employé de commerce.

Extraits de la courte déclaration des fondateurs. “Pages libres” supplémentaires au N°100 du 5 mars 1901 d’APRES-L’ECOLE. Les illustrations proviennent des planches paraissant en supplément de la revue APRES L’ECOLE.

Voir : La Ligue de l’Enseignement et l’Education Populaire - Projection éducation populaire - L’arrivée des CONFERENCES ILLUSTREES à l’école, d’après René LEBLANC - La Société d’Enseignement par les projections lumineuses - La Société Nationale des Conférences Populaires

Publié dans Images projetees, Projections et Enseignement | Pas de Commentaire »

123456
 

2ndeavicenne |
kadscen |
entre terre et mer |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Histoire-Géographie-Educati...
| Oppidum anglicus: the city ...
| Joie en Dieu et Descendance...