• Mes albums récents

    • Album : Publicités
      <b>Retroproj 03</b> <br />
    • Album : Images projetées
      <b>Anatomie 2</b> <br />
    • Album : Lanternes et Projecteurs
      <b>LMnoir 09</b> <br />
    • Album : Illustrations et Gravures
      <b>Chromo roue 3</b> <br />
  • Articles récents

  • Archives

Les projecteurs Filmoscope de MAZO

Posté par Patrice Guerin le 1 avril 2014

La première version de ce projecteur pour film fixe 35mm, date de 1933. Il est dénommé “FILMOSCOPE AUTONOME”. « Cet appareil est supérieur à la concurrence car il possède un condensateur qui absorbe intégralement la chaleur d’une puissante ampoule de 250w et parce qu’il possède un véritable objectif  interchangeable de 42mm de diamètre. »

Filmoscope 01

La particularité de ce projecteur de petites dimensions est qu’il possède, à la place d’un condensateur classique composé de lentilles en verre, un condensateur particulier sous forme d’un ballon sphérique de laboratoire rempli d’eau, tout comme le projecteur MOLTENI utilisé pour les premières projections cinématographiques.

Voir : Le cinématographe LUMIERE et la lanterne MOLTENI

Filmoscope 02

Le second modèle, sorti en 1935, porte le nom de “FILMOSCOPE N°2 – LE MAXIMUM”. Il emploie une ampoule « trois fois plus forte » que le premier modèle, grâce à un condensateur spécial et plus classique, composé de 2 épaisses lentilles en verre plan-convexe. « C’est l’appareil idéal pour les grandes écoles. Il réalise le maximum de lumière sur le film et le minimum de chaleur. » Le second avantage de cet appareil est qu’il peut projeter quatre formats différents :
-       le film cinéma standard avec image dans le sens de la largeur ;
-       le film 35mm “Leica” avec image “double” dans le sens de la longueur ;
-       le film 4×4 de la pellicule au format 127 correspondant au Vest-Pocket ;
-       le format 4×4 correspondant à l’image simple d’une vue stéréo de Verascope. Dans ce cas les plaques de verre “diapositives” sont projetées à l’aide d’un passe-vues spécial.

Filmoscope 04  Filmoscope 05

Le “MAXIMUM” est un appareil compact, de fabrication soignée, monté sur un socle en bois blanc noirci, portant à l’avant une plaque d’identification. Le corps du projecteur est en tôle vernie noir craquelée, avec une porte se relevant à l’arrière et une petite cheminée fixe, rectangulaire, de forme caractéristique.

Filmoscope 06  Objectif vu de l’arrière

L’ensemble avant, composé du condensateur, du passe-vues avec ses bobines et de l’objectif à crémaillère est en cuivre massif. « Le film 35mm d’images fixes s’enroule très facilement sur les tambours du porte-objectif qui peut s’orienter verticalement ou horizontalement. » Le tube de l’objectif est interchangeable et permet d’adapter la distance de projection et la taille de l’image en fonction de la salle de projection. Le tube standard est de 60mm de foyer permettant d’obtenir une image de 2 mètres de large à une distance de 6 mètres.

Voir : Trousse d’objectifs de projection

Filmoscope 07

A l’intérieur du projecteur, un petit support coulissant, réglable en hauteur, permet de recevoir une ampoule spéciale à miroir pouvant aller jusqu’à 650 watts, avec un filament extrêmement ramassé.

Presentazione standard di PowerPoint

Pour projeter convenablement les vues stéréo 4,5×10,7 ou 6×13, MAZO met au point, à la même époque, un appareil dérivé des précédents, dénommé “STEREETTE”. Il est composé d’un condensateur à très court foyer possédant trois lentilles et d’un objectif de grand diamètre et très lumineux « si l’on veut une belle lumière ». La grande ouverture de l’objectif « permet de projeter sans difficulté les autochromes les plus sombres ». Ce projecteur emploie une ampoule 110 volts de 4 ampères. Il est équipé d’un passe-vues spéciale pour vues stéréo.

Filmoscope 09  Lanternes RADIGUET & MASSIOT et MAZO : voir Lorsque l’enseignement des Sciences devient spectacle

Malheureusement ces petits projecteurs pour formats réduits sont arrivés vingt ans trop tard pour permettre à MAZO de relancer ses activités. De plus ils conservent encore le style des anciennes lanternes de projection alors que de nouveaux modèles sont apparus depuis plusieurs années.

Voir “Chronologie” entre 1930 et 1940.

 

Publié dans Lanternes projection, Projecteurs petit format | Pas de Commentaire »

Projecteur OPTIMAR Laterna Magica Kinder Kino

Posté par Patrice Guerin le 24 février 2013

Projecteur OPTIMAR Laterna Magica Kinder Kino dans Projecteurs jouet optimar-05-129x150

OPTIMAR est une entreprise autrichienne située à Salzbourg, spécialisée dans l’optique et la mécanique de précision.

optimar-01-150x100 dans Projecteurs petit format  optimar-02-150x86  optimar-03-150x104

Dans les années 1950 OPTIMAR fabrique un petit projecteur en tôle pour enfant. Celui-ci est très facile d’utilisation et à la portée de n’importe quel utilisateur. Le déroulement horizontal du film se fait à l’aide d’une petite manivelle.

optimar-04-128x150  Ce petit projecteur existe en différentes couleurs.

optimar-06-141x150  optimar-07-141x150

La lanterne magique OPTIMAR permet de projeter « de jolis contes de fée colorés » dont certains sont csont édités sous copyright Walt Disney, comme “Les trois petits cochons”, “Cendrillon”, “Dumbo, l’éléphant volant”, “Bambi le cerf”, “Blanche-Neige et les sept nains”, “Mikey-Mouse et la balade en fusée”, etc.

optimar-08-150x88  Film N°7 – “Les trois petits cochons”

optimar-09-150x84  Film N°9 – “Dumbo, l’éléphant volant”

optimar-10-150x85 Film N°12 – « Mickey-Mouse et la balade en fusée”

Les films, tirés sur pellicule Agfa-Color, sont au format 35mm et comportent une douzaine de vues chacun plus le titre. Chaque bande raconte une petite histoire. Elle est emballée dans une pochette en plastique au dos de laquelle sont imprimés de courts textes correspondant à chaque vue.

optimar-13-150x34  Il existe aussi d’autres sujets présentés sur des films en noir et blanc.

A la même époque, d’autres projecteurs sont vendus avec des films Walt Disney sous licence.
Voir : Projecteur de film-strip JOHNSON DISNEY

Publié dans Projecteurs jouet, Projecteurs petit format | Pas de Commentaire »

Histoire de KODAK : 2 – Les principaux projecteurs de diapositives

Posté par Patrice Guerin le 3 février 2013

Histoire de KODAK : 2 – Les principaux projecteurs de diapositives dans Lanternes projection kodak-20-150x115Eastman Lantern Slide Plates

L’entreprise KODAK a déjà trente ans et une notoriété mondiale dans la vente de pellicules et d’appareils photographiques lorsqu’elle commercialise sa première lanterne de projection.

Voir : Histoire de KODAK : 1 – Les débuts

kodak-21-106x150 dans Projecteurs petit format  kodak-22-103x150  1913 – Commercialisation de la première lanterne de projection KODAK

KODAK présente dans son catalogue de 1914 sa première lanterne d’agrandissement, identifiée ainsi “Kodioption manufactured by Eastman Kodak C° Rochester N.Y.” Celle-ci provient cependant de l’entreprise  BAUSCH & LOMB C°, située elle aussi à Rochester.

Voir : Le KODIOPTICON, première lanterne de projection Kodak

kodak-23a-106x150  1923 : Apparition du cinéma amateur 16mm

Poursuivant son implantation dans le cinéma, KODAK commercialise le film inversible 16 mm sur un support d’acétate de cellulose sans danger, associé à la première caméra 16 mm CINE-KODAK et du projecteur KODASCOPE.

kodak-24a-105x150  kodak-24b-105x150  1927 : En France, fusion de KODAK et de PATHE

KODAK compte plus de 20 000 employés à travers le monde. En France, les sociétés KODAK et PATHE se regroupent pour donner naissance à la marque KODAK-PATHE. Deux ans plus tard, cette société commercialise sa première pellicule conçue pour la réalisation de films sonores.

kodak-25-150x60  1934 : création de KODAK A.G. en Allemagne

Cette nouvelle société présente son premier appareil photo 35mm de précision sous le nom de KODAK RETINA ainsi qu’un projecteur de diapositives au corps circulaire RETINA PROJEKTOR.

Voir : Les projecteurs KODAK : RETINA et KODASLIDE model A

kodak-26-150x96  1935 : KODAK invente la pellicule couleur Kodachrome

A l’origine, ce film est proposé au format 16 mm pour la réalisation cinématographique. Le format 35 mm pour diapositives suivra en 1936. Ce film avait une sensibilité de 10 ASA et son développement chez KODAK nécessitait 18 opérations successives pour une durée de 26 minutes. Les principes fondamentaux du Kodachrome dureront jusque dans les années 1970.

En 1939 la firme crée le service READY-MOUNT pour le Kodachrome 35 mm. Ces montures en carton permettent de projeter les diapositives dès leur retour d’un laboratoire de traitement KODAK.

kodak-27-103x150  1937 : KODAK commercialise le projecteur de diapositives KODASLIDE.

Il s’agit d’un modèle au corps carré, dans lequel les diapositives sont chargées une à une par le dessus.

Voir : Les projecteurs KODAK : RETINA et KODASLIDE model A

1946 : KODAK commercialise le film EKTACHROME.

Il s’agit du premier film couleur KODAK pouvant être traité par des laboratoires indépendants grâce à l’utilisation de nouveaux concentrés chimiques.

kodak-29-100x150  1953 : commercialisation en France du projecteur KODAK Junior.

Il s’agit du premier projecteur KODAK fabriqué et commercialisé en France. Il est accompagné d’une visionneuse Junior et sera suivi des projecteurs Senior 1 et 2.

kodak-30-150x102  1958 : premier projecteur de diapositives entièrement automatique KODAK.

Il s’agit du KODAK CAVALCADE, premier projecteur de la marque  muni d’un magasin droit de 40 vues et d’une minuterie permettant un fonctionnement automatique.

kodak-31-100x150  kodak-32-101x150  1961 : invention du projecteur Carousel

Il s’agit du premier KODAK CAROUSEL équipé d’un magasin circulaire pouvant contenir 80 diapositives : « Révolutionnaire ».

kodak-33-150x150  1964 : commercialisation du fameux projecteur Carousel S

Trois ans après le Carousel américain apparaît le fameux Carousel S, en fonte grise, fabriqué en Allemagne, qui est à l’origine d’une longue série de projecteurs professionnels.

A cette époque KODAK compte près de 100 000 employés.

kodak-34-150x1501980 – KODAK fête son 100e anniversaire.

Les ventes de la société dépassent la barre des dix milliards de dollars et la firme internationale est au sommet de son activité, avec un maximum de 145 300 employés en 1988.

En 1984 KODAK fait son entrée sur le marché de la vidéo avec la série de vidéos 8 mm “KODAVISION 2000”. C’est l’une des premières fois que l’entreprise est en retard par rapport à ses principaux concurrents :
-       1972 commercialisation du “VCR” par PHILIPS ;
-       1976 mise au point du format “VHS” par JVC ;
-       1981 invention du premier appareil photo numérique, le ”Mavica“ par SONY.
Les années 80 marques la fin de l’ère argentique et des projecteurs de diapositives. De plus KODAK doit faire face à une intense concurrence de la part des fabricants asiatiques, notamment de FUJI-film.

kodak-35-150x1382004 – KODAK arrête la production du projecteur Ektagraphic.

En vingt ans l’entreprise a perdu plus de 80% de son personnel. Le projecteur “Ektagraphic”, apparu en 1967, est l’évolution à destination du grand public de la série “Carousel S”. La fabrication de ces appareils se termine définitivement en 2004.

kodak-36-122x150  2012 KODAK dépose le bilan

Le 19 janvier 2012, KODAK dépose le bilan. L’entreprise et ses filiales américaines demandent à bénéficier de la protection du chapitre 11 de la loi sur les faillites. Ce dépôt de bilan représente l’aboutissement de deux décennies de licenciements et de dégraissage qui ont transformées celui qui était jadis le premier fabricant mondial de matériel photographique, en l’ombre de lui-même.

Publié dans Lanternes projection, Projecteurs petit format | 1 Commentaire »

Le COMICSCOPE et les B.D. américaines des années 40

Posté par Patrice Guerin le 25 décembre 2012

Le COMICSCOPE et les B.D. américaines des années 40 dans Projecteurs jouet comicscope-01-300x140  comicscope-02-98x150 dans Projecteurs petit format  Document G.V.

Le 20 mars 1940 Robert W. FARRELL et Victor S. FOX déposent à New-York le brevet n°2,301,114 pour un “projecteur optique” (délivré le 3 novembre 1942). Il s’agit d’un « projecteur optique simple et peu coûteux à construire qui peut être facilement assemblés par des enfants à partir de quelques éléments séparés ».

comicscope-03-300x209  comicscope-21-207x300

Le Comicscope se compose d’une boîte en carton épais (19x18x8cm) munis de plusieurs ouvertures permettant d’introduire l’objectif (un simple tube de carton de 2,7cm de diamètre muni d’une lentille bi-convexe), les vues opaques provenant de bandes dessinées collées sur des cartons de 8cm de large et la lampe qui n’est pas fournie avec l’appareil (un éclairage ordinaire avec ampoule de 50 à 60w).

comicscope-04-150x97  Malgré la simplicité d’utilisation, l’appareil est livré avec une notice illustrée en 8 étapes. De plus, celle-ci précise que l’on peut dessiner ses propres images ou même « projeter des photographies de soi-même, de ses amis et de sa famille ».

comicscope-05-102x150  comicscope-06-150x87 comicscope-07-150x72  Comicscope peut s’interpréter ainsi : “Voir des bandes dessinées”.

Ce petit projecteur “totalement inefficace” permet de projeter les Comics-Strip parues dans les journaux américains des années 1940 dont les fameux héros patriotiques “Captain Freedom” et “Captain America”.

comicscope-16-108x150  comicscope-14-107x150  comicscope-15-101x150

Le Comicscope est une réminiscence des lanternes magiques pour enfants du XIXe siècle, mais il n’en a plus les qualités et ne projette que des documents opaques, ce qui nuit d’autant plus à la luminosité de l’image sur l’écran. « Afin d’obtenir une bonne orientation de l’image, il faut glisser la bande dessinée à l’envers. Mais dans ce cas ce qui est à gauche passe à droite et le texte apparaît à l’envers. De tout façon vous auriez du mal à lire le texte, car seule une image circulaire est projeté qui ne couvre qu’une partie du sujet».

Voir : Lanterne magique et projections familiales – ToverlantaarnLa lanterne magique ou le spectacle amusant

comicscope-09-150x114  comicscope-08-90x150

Fabriqué par Remington Morse “Quality Products” – département de Hamilton Ross Industries New York Chicago – le Comicscope est vendu par correspondance dans les journaux de BD américains. Le prix est dérisoire “Only 25 cents”, mais les enfants qui veulent obtenir un Comicsope doivent envoyer non seulement l’argent (au départ 15 cents), mais aussi des coupons découpés dans cinq titres différents appartenant au même éditeur ainsi que 3 cents en timbres. A l’époque, un magazine de BD coûtait environ 10 cents.

comicscope-17-112x150  comicscope-18-111x150  comicscope-19-112x150  comicscope-20-111x150  Dans ces pages extraites de “Wonderworld” n°14 de juin 1940, on voit en couverture une annonce “Gift offer Giant Comicscope”, puis à l’intérieur 2 annonces pour le Comicscope ainsi qu’une annonce destinée à promouvoir les bandes dessinées de Fox Publishing inc. dans lesquelles il convient de découper des coupons.

Pour comprendre l’origine de cette invention, il faut savoir qu’à la fin des années 30, Robert W. FARRELL s’associe à Victor S. FOX pour créer la “Fox Publishing”, une société destinée à publier des comics-books tels que Wonder Comics (qui devient Wonderworld Comics au n°3), Mystery Men, Fantastic Comics

comicscope-12-117x150 D’autres versions de cet appareil existent telles que le “Color Comicscope” et le “Junior’s Television”.

On peut lire sur l’annonce ci-dessous que le Comicscope permet de projeter non seulement des bandes dessinées «  pour voir l’action en plein écran et lire chaque mot » mais aussi des photos Polaroïd et « vos photos préférées de sports, de stars de cinéma ou vos propres clichés de famille… grands comme la vie ! »

comicscope-22-101x150  comicscope-23-81x150  Publicité Batman –  1966

Dans les années 50, l’idée de petits projecteurs “promotionnels” en carton destinés aux enfants donnera le jour, en France, à quelques appareils tout aussi inefficaces que leurs prédécesseurs, pour la plus grande joie des bambins issus du baby-boom.

Voir : sujet à venir
Pour voir d’autres projecteurs jouets cliquer ici

A la même époque, un ingénieur suisse dépose un brevet pour le projecteur le plus perfectionné qui n’ait jamais existé jusqu’alors !
Voir : Le projecteur AUDAX – FOCA

Ce sujet a été partiellement illustré avec des documents provenant des sites suivants : BDzoom.comKirymuseum.org

Publié dans Projecteurs jouet, Projecteurs petit format | Pas de Commentaire »

Le projecteur AUDAX – FOCA

Posté par Patrice Guerin le 20 décembre 2012

Le projecteur AUDAX - FOCA dans Projecteurs petit format audax-01-150x105  Document G.V.

Le 28 octobre 1941, l’ingénieur suisse Rodolphe PECHKRANZ dépose à Genève un brevet concernant un « appareil de projection lumineuse à changement de vues commandé mécaniquement, pneumatiquement ou électriquement, éventuellement à distance ».

 audax-02-119x150 dans Projecteurs petit format  audax-03-150x139  Document G.V.

Les principales caractéristiques de ce projecteur est d’être équipé d’un magasin rectiligne contenant un certain nombre de clichés disposés parallèlement les uns à la suite des autres, et de posséder un mécanisme capable de faire avancer le magasin et de projeter automatiquement (ou pas) chaque vue les unes à la suite des autres.

audax-04-130x150  audax-05-150x97  audax-06-135x150Collection J.P.P.

« Si l’appareil doit fonctionner automatiquement, par exemple s’il est employé dans un but publicitaire, un dispositif compteur provoque périodiquement et automatiquement l’embrayage, chaque fois qu’un laps de temps déterminé et réglable s’est écoulé. » Ce projecteur peut aussi fonctionner en mode semi-automatique à l’aide d’un commutateur / télécommande (manquant et absent des schémas). Pour assurer une projection en continue, le magasin est automatiquement ramené à 0 après la projection de la dernière vue. La télécommande permet aussi d’amener directement le magasin dans la position voulue pour la projection d’un cliché occupant une place déterminée dans le magasin. Un couvercle amovible en forme de cloche, fixé automatiquement lorsqu’on soulève l’appareil, recouvre l’ensemble du mécanisme, hormis l’objectif et le panier visibles à l’avant.

Le système électrique de l’appareil est principalement composé de 4 éléments.

audax-08-150x99audax-09-150x100  Un transformateur monophasé situé juste au dessus de la soufflerie, permet une alimentation réglable en 125 ou 220v. L’ampoule à baïonnette de petit diamètre – une “Tungsram 110v 200w”  sur cet appareil – peut aller jusqu’à 750w, compte tenu de l’important système de refroidissement.

audax-10-97x150  audax-20-101x150  Le transformateur, la lampe, les lentilles et la vue en cours de projection sont refroidies par l’air provenant du ventilateur et dirigé par des canaux appropriés.

audax-11-150x131  Un électro-aimant actionné par la télécommande permet d’embrayer ou de débrayer le passage automatique des vues et le déplacement du panier.

audax-12-300x179Si l’on retire la plaque de protection située sous le socle de l’appareil, on découvre un câblage assez complexe pour l’époque.

Le système optique se compose d’un certain nombre d’éléments.

audax-13-150x99  Un rideau métallique à déplacement vertical permet de masquer la lumière d’une ampoule à baïonnette de forte puissance, durant les changements des clichés. Devant le rideau (vers la gauche), une combinaison de 4 lentilles planes et convexes permet de focaliser les rayons lumineux et de répartir convenablement la lumière sur l’image à projeter. Un emplacement pour une vue de format 5x5cm est situé juste au dessus du panier. La vue est efficacement refroidie par une cheminée qui amène l’air frais propulsé par le ventilateur.

audax-14-150x124  L’objectif interchangeable se règle à l’aide d’un pas de vis hélicoïdal. Sur celui-ci est inscrit : “Boyer Paris . Rubis F :135 N° 116693”.

audax-15-150x102 Le magasin équipant ce projecteur contient 30 vues format 5x5cm, cependant l’emplacement dans l’appareil, réglable en profondeur, laisse supposer que l’on pourrait introduire des panier de 45 à 50 vues.

audax-16-150x150  audax-17-150x150  audax-18-150x150  Aucune autre référence que la marque ne figure sur l’appareil, si ce n’est le n°72 présent sur plusieurs pièces.

audax-19-101x150 Extrait du catalogue Grenier-Natkin 1954

Dans les années 50 il y a peu de traces de ce projecteur très “haut de gamme”, cependant le catalogue “Photo Ciné Labo Guide” Grenier-Natkin* de 1954 le présente sous l’appellation “AUDAX-FOCA”. Il peut être équipé d’objectifs allant de 50 à 200 mm. Son coût est de 178.385 Frs, soit plus de 10 fois le prix du Kodak Junior N°1 (15.600 Frs) et plus de 4 fois le prix du Super-Versailles III qui est pourtant un projecteur haut de gamme. Cependant, à l’époque, aucun projecteur de diapositives ne comporte de panier et de système automatique de passage des vues.

A la même époque, deux américains déposent un brevet pour le projecteur le plus simple et le plus économique qui n’ait jamais existé jusqu’alors !
Voir : Le COMICSCOPE et les B.D. américaines des années 40

———————

* La marque Grenier-Natkin est déposée au greffe du Tribunal de Commerce de Paris, le 22 janvier 1954 (n°438 312) par Grenier et Cie (sarl), 27, rue du Cherche-Midi et par Studios Natkin (sarl)15 av. Victor Hugo, Paris. Avant cela chacun de ces hommes a un long parcours dans la photographie. On comprend mieux la présence du projecteur AUDAX-FOCA dans leur catalogue de 1954, lorsque l’on sait qu’en 1939 le duc DE GRAMONT invite Gaston GRENIER à collaborer avec son bureau d’études pour la création d’un appareil français de petit format, le Foca.

Publié dans Projecteurs petit format | Pas de Commentaire »

Projecteur de petit format RADIGUET et MASSIOT

Posté par Patrice Guerin le 29 octobre 2012

Au début du XXe siècle, deux inventions récentes permettent de construire des lanternes de projection de petites dimensions qui concurrencent les lanternes traditionnelles utilisées par les particuliers, qui sont principalement éclairées au pétrole ou au gaz.

Voir : Lanternes de projection et d’agrandissement - Lanternes cylindriques horizontales des années 30

Projecteur de petit format RADIGUET et MASSIOT dans Projecteurs petit format radiguet-41-150x119  radiguet-44-150x97 dans Projecteurs petit format A gauche Vérascope Jules RICHARD et à droite différents clichés 45×107 dont un “autochrome”. Collection G.V.

Ces inventions sont d’une part les clichés de petits formats devenus à la mode avec le Vérascope RICHARD ou le stéréo block-notes GAUMONT et d’autre part l’éclairage électrique et plus particulièrement le système mis au point par l’ingénieur allemand NERNST.

Voir : Ampoules à incandescence NERNST

radiguet-31-100x150  radiguet-37-101x150  A droite, page du catalogue Target & Ledoux de 1908 – Document G.V.

En 1905, MM. RADIGUET et MASSIOT souhaitent « rendre la projection aussi facile que possible en concevant un petit appareil qui est toujours immédiatement prêt à fonctionner »… et qui peut projeter les nouvelles photographies couleurs “autochromes” dont le procédé vient tout juste d’être mis au point pas les frères LUMIERE.

Voir : Les plaques AUTOCHROMES pour la photographie en couleurs - RADIGUET & MASSIOT successeur de MOLTENI

radiguet-42-300x166    radiguet-43-300x218

Le projecteur est contenu dans un coffret en noyer de 41cm x 15cm x 15cm. Pour l’installer, il suffit de retourner le couvercle afin de placer le projecteur sur le dessus de la boîte puis de brancher le cordon d’alimentation « sur la douille d’une lampe à incandescence ». Le projecteur est alors prêt à fonctionner. La lanterne se compose d’un corps cylindrique en cuivre oxydé à l’avant duquel se trouvent un condensateur, un porte cliché et l’objectif à crémaillère.

radiguet-46-300x148     radiguet-45b-300x130

La partie arrière du projecteur contient un système d’éclairage particulier qui se compose des éléments suivants.

1 Support en céramique équipé à l’avant de broches pour fixer la lampe NERNST (manquant sur le photo, voir le schéma éclaté ci-dessous). De chaque côté de la partie centrale se trouvent les plots d’alimentation électrique et à l’arrière une ampoule-résistance (qui n’éclaire pas !) ;

2 Ailettes de refroidissement de l’ampoule ;

3 Capot arrière qui habille le tout.

radiguet-47-300x195Eclaté du projecteur dans lequel on voit la lampe NERNST (à l’intérieur en blanc)

La lampe NERNST est de 1 ampère « elle est tout à fait suffisante pour projeter sur l’écran une image de 1,60 mètre avec un cliché de 4x5cm ». Prix de l’appareil complet : 80 frs.

Radiguet 38  Lanterne “Canon” Radiguet & Massiot

Ce même modèle, qui figure au dos du catalogue N°104 bis Radiget & Massiot – G. Massiot successeur, existe sans le coffret en bois. Il est présenté avec un support qui le fait ressembler à un ancien canon de marine, d’ou son nom : Lanterne “Canon”.

radiguet-35-150x95  radiguet-36-150x90  Modèle ultérieur du projecteur équipé d’une simple ampoule électrique à vis qui ne nécessite plus le système de refroidissement de la résistance à l’arrière.

En 1907, RADIGUET & MASSIOT commercialise une petite lanterne de projection plus classique dans sa forme, mais équipée du même système optique : voir Lorsque l’enseignement des Sciences devient spectacle

 

Publié dans Projecteurs petit format | Pas de Commentaire »

Le projecteur automatique AUTOSCOPE de la Photoscopie

Posté par Patrice Guerin le 14 novembre 2011

 

photoscopec11.jpg

Ce projecteur est présenté dans le “Bulletin de la Société d’Encouragement pour l’Industrie Nationale” de 1932 ; il est aussi nommé dans une lettre de la Commission de l’Enseignement Technique datant du 9 juillet 1932. Il a été mis au point par Georges TOUZET, ingénieur à “La Photoscopie”.

Voir : La PHOTOSCOPIE et les différents PHOTOSCOPES

photoscopiee01.jpg photoscopiee02.jpg

Cet appareil permet d’utiliser la projection fixe dans des conditions nouvelles à l’époque telles que l’automatisation du changement périodique des vues ou la commande à distance sans limite du temps de projection. Il est parfaitement adapté aux usages suivants :
-       pour les cours et conférences lorsqu’on utilise la commande à distance ;
-       pour la publicité avec changement automatique des vues avec un temps de projection identique pour chaque vue.

Ce projecteur pour petit format utilise du film standard 35 mm identique à celui employé dans le cinéma.

Voir : Les débuts du Filmstrip ou Films en bande 35mm

photoscopiee03.jpg L’avancement du film se fait à l’aide d’un moteur (voir schéma ci-contre) et d’un tambour denté commandé par le plateau A. Celui-ci évite le glissement du film et l’arrachement des perforations provoqué par les systèmes à griffes.

Le fonctionnement de l’appareil est sûr et silencieux quel qu’en soit l’usage.  En effet, le moteur utilisé tourne à 500 tr/mn environ, grâce à une forte résistance. Il ne contient aucun liquide, ce qui permet de l’utiliser “dans toutes les positions”.

NB Les documents illustrant cet article sont extraits d’une revue de l’époque, ce qui explique la mauvaise qualité des reproductions, dans l’attente d’autres vues de meilleur qualité.

Source : CNAM – Conservatoire NUMérique

Publié dans Projecteurs petit format | Pas de Commentaire »

Projecteur Filmostop Maison de la BONNE PRESSE

Posté par Patrice Guerin le 16 octobre 2011

BonnePresse 43   filmostop10.jpg

En 1926 “L’œuvre des Projections Lumineuses” de la Maison de la LA BONNE PRESSE commercialise un “nouvel appareil complet avec accessoires pour la projection et la vision monoculaire des Films-Stop”. Cet appareil existe en deux modèles. Le premier fonctionne sur courant alternatif et contient dans son socle un petit transformateur réducteur.

Voir : Histoire de la Maison de la BONNE PRESSE

filmostop01.jpg Petite coffret en chêne (H 35cm, L 24cm, P 13cm) avec serrures et poignée en cuivre, contenant le second modèle avec son rhéostat et quelques films.

Le second est destiné à ceux qui disposent du courant continu, mais son fonctionnement nécessite l’emploi d’un rhéostat et d’un voltmètre. Pour ceux qui ne disposent pas de l’électricité, le FILMOSTOP peut être alimenté avec une batterie d’accumulateurs de 12 v 60 ampères.

BonnePresse 44

A la fin de 1927, une nouvelle version apparaît, dénommée FILMOSTOP B .P . qui fonctionne directement sur courant alternatif 110v ou 220v sans transformateur.

filmostop02.jpg  Projecteur Filmostop Maison de la BONNE PRESSE dans Projecteurs petit format Filmostop-36-150x150  Filmostop-39-150x150 dans Projecteurs petit format  Filmostop-41-150x150

Il s’agit d’un petit projecteur électrique, robuste et bon marché, destiné “uniquement à la projection de vues fixes groupées sur des bandes de film à deux rangées de perforation de même format que le film employé pour la projection cinématographique…  Grâce à sa tête pivotante, le Filmostop peut projeter tous les films, même ceux qui comprennent sur la bande des vues placées horizontalement et verticalement ”.

filmostop04.jpg Le prix d’un modèle complet va de 310 à 650 francs suivant les équipements et le type de courant utilisé.

filmostop03.jpg

Il existe un dispositif sans source lumineuse, qui s’adapte sur toutes les lanternes de projection traditionnelles. Celui-ci permet d’utiliser des films 35mm à la place des vues sur verre de moyen format.

filmostop21a.jpg filmostop21b.jpg           filmostop19.jpg

L’autre version du STOP-FILM ou FILMOSTOP existe en différentes couleurs. Cet appareil est intégralement en fonte et possède l’avantage d’avoir un transformateur intégré sous son socle. La particularité de cet appareil est d’être équipé d’une lampe argentée à bas voltage de 12 v 3,5 ampères qui dégage peu de chaleur tout en étant très lumineuse. Ce projecteur fonctionne sur tous types de courants, grâce à un transformateur réducteur pour le courant alternatif et d’un rhéostat pour le courant continu.

filmostop13.jpg   filmostop11.jpg

Le cordon d’alimentation se fixe à l’arrière sur des broches soit en 120 v, soit en 230 v.

filmostop17.jpg  filmostop14.jpg

Le film est enroulé sur une bobine métallique amovible qui se fixe à l’extrémité de l’axe de la molette permettant de le faire défiler. Une seconde encoche permet de projeter des films Phathéorama. La fenêtre de projection est constituée de deux plaques de verre entre lesquelles le film glisse.

Voir : Le Pathéorama et la lanterne Cocorico

Publié dans Projecteurs petit format | Pas de Commentaire »

Projecteur fixe 35mm ICA

Posté par Patrice Guerin le 12 octobre 2011

ica18x2408.jpg

Dans les années 20, ICA commercialise ce petit projecteur pour films fixes 35mm en bande.

Voir : Projektions Apparat – ICA Dresden

ica18x2401.jpg ica18x2403.jpg ica18x2404.jpg

L’appareil est en épaisse tôle noire, le support vertical est en fonte et le socle en bois. L’objectif chromé ne comporte aucune indication.

Le film s’enroule sur des bobines amovibles équipées de deux petites tiges permettant de les faire tourner.

ica18x2407.jpg

Son passe-vues est équipé d’un cache au format 18x24mm horizontal à l’arrière duquel se trouve un condensateur à lentille simple. Lorsque ce cache est retiré, on peut y glisser horizontalement des diapositives de format standard 5x5cm.

ica18x2409.jpg

L’éclairage électrique provient d’une ampoule à vis. L’appareil est alimenté par un simple cordon qui se branche sous la partie arrière du projecteur.

Publié dans Projecteurs petit format | Pas de Commentaire »

Projecteur CINESCOPE anglais

Posté par Patrice Guerin le 12 septembre 2011

Projecteur CINESCOPE anglais dans Projecteurs petit format cinescopegb4.vignette

Ce catalogue “Cinescope”, d’origine anglaise, date des années 1930. Il présente différents modèles de projecteurs cinématographiques destinés à un usage familial, d’enseignement ou professionnel, ainsi qu’une camera de prise de vues et un projecteur de vues fixes. Cette marque n’a apparemment aucun rapport avec celle du même nom existant en Belgique à a même époque.

Voir : Projecteur CINESCOPE ou Cinescopie

cinescopegb1.vignette dans Projecteurs petit format

Cet appareil est très solide, compact, avec une belle apparence et ne mesure que 40x17x15 cm. Il est très efficace et permet d’obtenir une image parfaitement claire jusqu’à un mètre de large. L’alimentation électrique peut être obtenue simplement en insérant la prise en forme de douille dans n’importe quelle lampe électrique ordinaire. Il est efficacement ventilé et possède un dos amovible (arc électrique ou ampoule à incandescence)  qui permet à la lumière d’être instantanément centrée avec le condenseur, une fois mis en place dans la bonne position. L‘ajout de tubes-allonge permet d’obtenir différentes focales de projection. Il est parfaitement adapté à la projection de diapositives ordinaires. Il peut aussi être utilisé comme lanterne d’agrandissement pour toutes types de plaques, ou encore comme source d’éclairage pour les projecteurs cinématographiques.

Il ressemble beaucoup à un certain nombre de petites lanternes électriques de l’époque.
Voir : RADIGUET & MASSIOT successeur de MOLTENI

cinescopegb2.jpg cinescopegb3.jpg

Cet appareil est livré complet avec, soit une lampe à arc, soit une lampe à incandescence de forte puissance, un socle en bois, 3 mètres de fil, un passe-vues et un objectif ; prix 3,20 £.

Source : Bibliothèque du Cinéma

Publié dans Projecteurs petit format | Pas de Commentaire »

123
 

2ndeavicenne |
kadscen |
entre terre et mer |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Histoire-Géographie-Educati...
| Oppidum anglicus: the city ...
| Joie en Dieu et Descendance...