• Accueil
  • > Projections et Enseignement

La Société Nationale des Conférences Populaires

Posté par Patrice Guerin le 22 janvier 2012

La Société Nationale des Conférences Populaires dans Images projetees Conference-01-150x91

En 1890, alors qu’il a un peu plus de 30 ans, Emile Jean GUERIN-CATELAIN (voir PORTRAITS) fonde la “Société nationale des Conférences Populaires” afin de « répandre gratuitement l’enseignement primaire supérieur parmi les adultes des deux sexes, dans toutes les communes de France, d’Algérie et des Colonies… ainsi que dans les Régiments et la Marine ».

Voir : Aux origines des syndicats et de l’Enseignement Populaire

Conference-02-95x150 dans Projections et Enseignement

En 1895, le ministère de l’Instruction Publique met à la disposition des sociétés d’instruction populaire « les appareils de projections lumineuses et les collections de vues photographiques pouvant servir à l’enseignement dans les cours d’adultes et les conférences populaires ». L’année suivante, des collections de vues, dont il avait été fait don au ministère par deux sociétés d’enseignement, sont déposées au Musée pédagogique. La “Société nationale des Conférences Populaires” se charge d’assurer à ses frais l’expédition des vues, leur entretien et la correspondance. Celle-ci possède 50 appareils de projection qu’elle met gratuitement à la disposition des conférenciers. En 4 mois, du 1er octobre 1897 au 30 janvier 1898, la Société distribue gratuitement en France 85 618 conférences imprimées par ses soins. Les vues circulent dans toute la France en franchise postale, aller et retour, à destination des recteurs, des inspecteurs d’académie, des inspecteurs primaires, des instituteurs et institutrices publiques.

Conference-06-150x128  « Messieurs les conférenciers sont invités à projeter en début de chacune de leurs conférences une vue passe-partout en inscrivant sur la partie claire le titre du sujet du jour ».

Conference-03-150x101  Conference-04-150x101Ouvrage de 476 pages couvrant l’année scolaire 1909-1910. On y trouve l’ensemble des bulletins mensuels publiés par la Société Nationale des Conférences populaires. Les planches de vues illustrant les conférences ne sont pas incluses dans le livre.

Pour diffuser les connaissances professionnelles, cette Société crée, sous le nom de “Veillées rustiques”, des conférences  destinées à ses membres et correspondants des sections départementales. « Publiées primitivement à intervalles irréguliers et envoyées trois ou quatre fois par an, en bloc, ces conférences parurent à partir de 1906, en bulletins mensuels semblables à une véritable revue comprenant d’agréables causeries scientifiques, littéraires et récréatives accompagnées de dessins, puisque l’illustration est devenue un des modes les plus estimés de l’éducation populaire ».

conference-11-300x203  Salle du Quai du Port à Marseille – Vers 1908

Le service de projections prend un rapide essor : en 1908-1909, le chiffre des envois s’élève à 37 340. (Source : ifé – Institut français de l’Education) et la “Société nationale des conférences populaires” compte plus de 8 000 collaborateurs. De 1910 à 1920 elle édite une revue d’information intitulée “Les conférences et Lectures Populaires” envoyée à tous ses membres (Source : BNF).

conference-10-150x115  Cette enveloppe de 1906 donne de précieuses informations sur les différentes adresses de la « Société Nationale des Conférences Populaires”

Le siège social se trouve 13 place de la Bourse (Paris), le Secrétariat Général est situé 124 rue des Couronnes Paris, quant au service des Projections Lumineuses, il faut s’adresser au Musée Pédagogique de l’Etat, 41 rue Gay-Lussac, Paris. Elle précise aussi ses différentes activités : “Veillées Rustiques” – “Cours d’adultes” – Conférences régimentaires”.

Conference-05-150x85

Durant l’année 1909-1910, le Conseil d’administration de la Société ouvre un concours pour la création d’une affiche destinée à annoncer les conférences, en reprenant les principaux termes figurant dans le document ci-dessus. La commission de Propagande choisira la meilleure œuvre dont l’auteur sera récompensé par une médaille de vermeil accompagnée d’un “module spécial”, le second aura une médaille d’argent et le troisième une médaille de bronze.

Conference-08-150x150 Conference-09-150x150

Tous les ans au mois d’avril, chaque secrétaire des Sections départementales doit adresser au Secrétaire général de la Société un rapport sur la marche de sa section durant l’exercice écoulé (nombre de conférences, résultats acquis, desiderata), en y joignant un état de propositions de récompenses pour les conférenciers de la section. « La commission des récompenses s’est réunie pour étudier et arrêter la liste des candidats à proposer pour les médailles d’honneur de la “Société nationale des conférences populaires ».

Conference 12 Publicité découpée dans un journal, mais sans aucune référence

Dans les années 20, la maison Radiguet & Massiot publie cette publicité pour des « Appareils de projections spécialement construits pour la Socité Nationale des Conférences Populaires». Chaque appareil possède un nom relativement fantaisie que l’on ne retrouve pas dans les catalogues Radiguet & Massiot, de plus certains modèles semblent provenir d’autres fabricants comme le “Lucifer” très semblable à une lanterne vendue par la Maison de la Bonne Presse.

Voir : RADIGUET & MASSIOT successeur de MOLTENI

Pour plus d’informations cliquer ici

 

Publié dans Images projetees, Projections et Enseignement | Pas de Commentaire »

Les débuts du Filmstrip ou Films en bande 35mm

Posté par Patrice Guerin le 24 septembre 2011

Le film souple 35mm a été créé par George EASTMAN en 1889, pour répondre à une demande de Thomas EDISON qui cherchait à mettre au point une visionneuse cinématographique.

Voir : Une visionneuse publique, la lanterne magique électrique

Son usage était dangereux car la pellicule en nitro-cellulose est extrêmement inflammable. Il faut attendre 1912 pour que KODAK commercialise le premier film “Safety” en acétate de cellulose. Pour plus de précisions sur les films souples cliquer sur le lien ci-dessous.

Pour en savoir plus sur les formats de films cliquer ici

patheorama06.jpg

L’usage de ce film souple dans la projection fixe date de 1923, lorsque PATHE met au point le Pathéorama, une petite visionneuse bon marché permettant de voir des sujets amusants, pédagogiques ou d’actualités.

Voir : Le Pathéorama et la lanterne Cocorico

photoscopec01.jpg

Au début des années 30, La Photoscopie met au point et commercialise un petit projecteur conçu spécialement pour la projection de films standards en bande 35 mm.

Voir : La PHOTOSCOPIE et les différents PHOTOSCOPES

photoscopeb06.jpg photoscopeb07.jpg

Parmi tous ces films, il en est de remarquables et “exclusifs” comme ces films sur les expéditions Citroën en Centre-Afrique (28 octobre 1924 au 26 juin 1925) et en Centre-Asie (Croisière jaune du 4 avril 1931 au 12 février 1932). Pour voir ces films dans leur intégralité, cliquer sur le lien ci-dessous.

Voir : Expédition CITROEN en Centre-Asie

photoscopieb08.jpg Le catalogue présente aussi l’œuvre complète de CHRISTOPHE* avec textes et dessins, dans les séries suivantes : “La famille Fenouillard” (8 films en coffret carton) ; “Le sapeur Camember” (8 films en coffret carton) ; “L’idée fixe  du savant Cosinus” (8 films en coffret carton), “Les malices de Plick et Plock”(8 films en coffret carton).

___________________

*CHRISTOPHE, de son vrai nom Marie-Louis-Georges COLOMB, (1856-1945).

C’est un des précurseurs de la bande dessinée en France ainsi qu’un biologiste auteur de manuels scolaires. Il est surtout connu pour être l’auteur d’histoires illustrées parues en feuilleton à la fin du XIXe siècle, très riche en allusions culturelles, littéraires, historiques et géographiques autant que scientifiques.

Publié dans Images projetees, Projections et Enseignement | 2 Commentaires »

Les éditions de la PHOTOSCOPIE et les films pédagogiques

Posté par Patrice Guerin le 8 septembre 2011

Maitrisant depuis plusieurs années la reproduction de documents sur films 35 mm, l’entreprise des Editions de la Photoscopie se spécialise, dès le début des années 30, dans les films fixes destinés à l’enseignement, avec de nouveaux projecteurs adaptés à cet usage.

Voir : La PHOTOSCOPIE et le microfilm
Les débuts du Filmstrip ou Films en bande 35mm

photoscopeb01.jpg photoscopeb02.jpg

Son catalogue de 1934 précise bien la place que l’entreprise veut prendre dans l’enseignement « Si la projection fixe n’occupe pas encore toute la place à laquelle elle a droit, c’est que les moyens désuets connus jusqu’ici : plaques de verre, lanternes de projection, en rendaient l’emploi peu pratique. Dans sa classe même, sans qu’il soit nécessaire de faire l’obscurité, le maître doit pouvoir se servir de l’écran aussi facilement que le tableau noir. Il faut qu’il ait à sa disposition, à peu de frais, une documentation abondante »

photoscopeb05.jpg

C’est l’une des toutes premières entreprises à développer une collection de vues “économiques” pour l’enseignement sur film souple cinématographique. « Les films Photoscopiques sont établis sur film ininflammable, ils comprennent de 20 à 80 vues du format standard (35mm) et forment des séries complètes convenant aux différents enseignements primaire, secondaire, technique et post-scolaire ».

photoscopied04.jpg photoscopied06.jpg photoscopied07.jpg

Chaque film est contenu dans une petite boîte cylindrique, en aluminium, faisant 27 mm de diamètre et 38 mm de haut. Ces boîtes sont identifiées par une étiquette sur le couvercle portant l’indication • LA PHOTOSCOPIE • PARIS inscrite en lettres blanches et en relief, le numéro du film écrit à la plume. Les films sont identifiés par un numéro, suivi par une vue indiquant “Editions de la Photoscopie – Paris – Tous droits réservés “ puis par une troisième vue indiquant le titre de la bobine. Ils mesurent environ un mètre et comportent en 40 et 50 vues au format 18 x 24 mm. Chaque bobine comporte en son centre un axe métallique permettant de la fixer sur le passe-vues.

photoscopeb03.jpg photoscopeb04.jpg Il existe même des programmes d’enseignement qui associent émissions radiophoniques et projection de films, comme en témoigne ces annonces.

photoscopieb09.jpg

En plus de la liste des films, le catalogue présente différents accessoires dont un « meuble à tiroirs, en acajou demi verni, pour le classement et la conservation des films ». Ce meuble existe avec 3, 6 ou dix tiroirs contenant chacun 50 boîtes rondes en aluminium.

Publié dans Images projetees, Projecteurs petit format, Projections et Enseignement | 3 Commentaires »

La collection de diapositives MOLTENI

Posté par Patrice Guerin le 16 février 2011

A partir de 1865, Alfred MOLTENI (voir PORTRAITS) développe, en collaboration avec l’astronome Camille FLAMMARION (voir PORTRAITS), une collection de diapositives dont les premières sont consacrées aux “Merveilles Célestes” qui illustrent les conférences que FLAMMARION donne tous les quinze jours boulevard des Capucines à Paris.

molt15730r.jpg molt15730v.jpg molt6979r.jpg molt6979v.jpg molt7223r.jpg molt7223v.jpg

Les 3 vues ci-dessus sont présentées recto-verso afin de voir leur mode d’identification. SOURCE : Colección placas linterna I.E.S. Bárbara de Braganza (Badajoz, Espagne).

Voir : Plaques photographiques pour la projectionFinition des vues sur verre - L’enseignement par les yeux

moltcataloguevues.jpg moltclassvues01.jpg moltclassvues02.jpg

Cette collection sera complétée par RADIGUET & MASSIOT pour atteindre 60 000 clichés sur verre au début du XXe siècle « le grand nombre et la variété infinie des sujets qui composent nos collections et qui s’augmentent encore chaque jour, nous ont amenés à établir un classement méthodique qui permette à chacun de trouver facilement la série qui l’intéresse plus particulièrement ».

moltenipub01.jpg moltenipub02.jpg

Des brochures d’accompagnement sont éditées progressivement avec certaines collections de vues afin « d’éviter aux conférenciers la peine de rechercher les informations propres à composer leurs commentaires ».

moltclassvues03.jpg

Pour accroître leurs collections, les Projections MOLTENI de RADIGUET & MASSIOT ont conclu un accord avec la librairie MASSON et Cie pour reproduire en diapositives tous les clichés paraissant dans le journal “La Nature” ainsi que dans d’autres volumes de la même librairie. Des droits de reproduction de gravures ont également été négociés avec d’autres librairies telles que Delagrave, Mame, Schleicher, Furne, Lahure, Société française d’Edition d’Art, Quantin, Baillière, Paul Dupont, Flammarion, Rothschild, Naud, etc. ainsi qu’avec la Société d’Encouragement pour les Sciences.

Les Projections MOLTENI sont aussi les dépositaires exclusifs pour la France des vues YORK & SON éditées à Londres.

Voir : Enseignement par les projections lumineuses MOLTENI et MEUNIER

 

 

Publié dans Images projetees, Projections et Enseignement, Projections scientifiques | Pas de Commentaire »

Enseignement par les projections lumineuses MOLTENI et MEUNIER

Posté par Patrice Guerin le 15 février 2011

projmolteni03.jpg  projmolteni1885.jpg

« Doux, un peu rêveur, tous ceux qui ont connu celui que monsieur BARDY appelle “La projection faite homme” ont estimé en lui un caractère honnête et intègre. Il était des plus modestes et prodiguait des explications précises, pratiques, claires, toujours dites sur un ton aimable qui désire ne froisser personne. »* Alfred MOLTENI (voir PORTRAITS) consacre une grande partie de son temps à animer des conférences pour adultes ou dans le cadre de certaines manifestations. Durant 45 ans d’activité, il fit environ 12 000 séances ! Dans son livre intitulé “Instructions sur l’emploi des appareils de projection” MOLTENI indique en introduction « En projetant, on facilite l’enseignement d’une façon notable. Cela permet de mettre de la variété. Instruire en amusant, c’est ouvrir l’esprit de l’élève, lui donner le désir d’aller au-delà de ce qu’on enseigne… »

Voir : L’enseignement par les yeux

Molteni 14  Conférence à La Sorbonne en 1880.

C’est ainsi qu’en 1880 il fait une conférence sur les projections lumineuses avec Stanislas MEUNIER (voir PORTRAITS) dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne. Tandis que MEUNIER parle, MOLTENI manipule les appareils. Devant un public de pédagogues, ils projettent des vues transparentes telles qu’une éclipse de soleil grâce à un tableau animé, les globules du sang ou des photos de paysages, mais aussi des documents opaques sur lesquels l’orateur dessine en cours de projection et même des objets physiques transparents ainsi que de petits animaux vivants contenus dans des cuves en verre !

Voir : La Ligue de l’Enseignement et l’Education Populaire - La Société d’Enseignement par les projections lumineuses - La Société Nationale des Conférences Populaires

projmoltenicuve2.jpg  Cuve sèche fabriquée en bois découpé en U avec deux plaques de verre et une fermeture à charnière sur le dessus pour contenir des animaux vivants : mouches, araignées, fourmis, etc. « Malheureusement la chaleur dégagée par le système d’éclairage faisait souvent griller les insectes ».

Molteni 12  Appareil aux deux gaz fonctionnant avec un chalumeau oxhydrique

« Sa grande pratique des conférences et des manipulations difficiles ont permis d’assurer le succès de tous les événements auxquels il participait. Jusqu’en 1890, il fallait, pour la plupart des projectionnistes, préparer sur place l’oxygène et même l’hydrogène nécessaire à l’éclairage intensif. Aussi est-il resté longtemps partisan de la lampe à pétrole à plusieurs mèches, si difficile à régler. Ne disait-il pas à ses contradicteurs qui lui conseillaient d’utiliser la lampe à acétylène que “pendant deux heures ma lampe à pétrole n’oserait fumer devant moi !” ».*

Voir pour exemple : Projection d’ombres pour le centenaire de Polytechnique

Molteni 13  Petites annonces parmi tant d’autres.  Source : Gallica

Pendant 45 ans, jusqu’en 1900, il n’y a pas eu de projections sans MOLTENI. Lorsqu’il ne pouvait aller partout, lorsque plusieurs séances avaient lieu le même jour et à la même heure, il allait à l’une d’elles en envoyant un homme expérimenté aux autres, après s’être assuré que les conférenciers seraient bien secondés par les projections. « Que de fois nous l’avons vu refaire de mauvais clichés qui n’étaient pas édités dans sa maison pour avantager un conférencier maladroit, étonné ensuite que la lumière de MOLTENI fut plus favorable que celle des autres projectionnistes. »  Source : Nécrologie parue dans “Le Moniteur de la photographie” du 31 décembre 1907, signée Charles GRAVIER directeur de la revue.

Voir : La collection de diapositives MOLTENIFinition des vues sur verre - SIGNAL LAMP pour conférencier - Les projections à l’école

Publié dans Images projetees, Projections et Enseignement, Projections scientifiques | Pas de Commentaire »

L’abbé MOIGNO et la vulgarisation scientifique

Posté par Patrice Guerin le 16 janvier 2011

moigno02.jpg Dans les années 1840 l’Abbé MOIGNO (voir PORTRAITS) s’intéresse à la projection en collaborant avec les inventeurs de lanternes de projection Jules DUBOSCQ et François SOLEIL.

Voir : Les opticiens SOLEIL, DUBOSCQ et PELLIN

Il est l’un des premiers sinon le premier à utiliser un appareil de projection dans ses conférences dans les années 1860. Mais la Ligue de l’Enseignement l’aurait contraint à suspendre les conférences qu’il organise à Saint-Denis en 1875, au nom de la laïcité !

Voir : La Ligue de l’Enseignement et l’Education Populaire

«  Le contraste est significatif entre le déclin des séances de projections que l’abbé MOIGNO organise à Paris, dans un milieu bourgeois qui n’en a guère besoin, et le succès considérable des réunions qu’anine, entre 1874 et 1877, son élève Emile REYNAUD au Puy, devant une population ouvrière avide d’informations sur les progrès techniques ». D’après A. Toledo dans “Contribution à l’histoire de l’enseignement de projections lumineuses. Les travaux de l’Abbé Moigno” 1976.

Voir : Emile REYNAUD, le Théâtre Optique et les Pantomimes lumineuses

moigno01.jpg

En 1852, il participe à la fondation de la revue de vulgarisation scientifique Cosmos, lancée par l’Espagnol Benito R. de MONFORT. Dix ans plus tard il quitte cette revue, qui avait été reprise en 1854 par l’éditeur parisien A. Tramblay pour fonder son propre magazine “Les Mondes” revue hebdomadaire des Sciences.

Moigno 03Revue “Les mondes” de l’abbé MOIGNO. Tomes 1 à 47 (1863-1878). Collection de l’auteur.

La direction de “Cosmos” passe alors sous la tutelle du journaliste scientifique Victor MEUNIER qui en prend le contrôle en 1867, la requalifiant de “Revue Politique et Sociale”. Il se fait assister par son fils, Stanislas MEUNIER (voir PORTRAITS), jusqu’au 27 août 1870. Source Wikipedia

Pour plus d’informations, cliquer ici

 

Publié dans Brevets et inventeurs, Projections et Enseignement, Projections scientifiques | Pas de Commentaire »

Projection et amphithéâtres

Posté par Patrice Guerin le 23 décembre 2010

Dans son catalogue de 1903 la maison Demaria frères indique :

« Fournisseur du ministère de l’Instruction Publique et des Beaux-Arts, de la ligue de l’Enseignement, du ministère des Travaux Publics, de l’école des Ponts et Chaussées, des Observatoires de Paris et de Meudon, du ministère de la Guerre, du service géographique de l’Armée… de l’école Estienne, de l’école Normale Supérieure, de l’école des Mines, de l’école des Hautes Etudes Commerciales de la chambre de commerce de Paris, de l’école de Médecine et de Pharmacie de Marseille… et d’un grand nombre d’établissements scientifiques, militaires et industriels de France et de l’étranger ».

amphi01.jpg amphi02.jpg amphi03.jpg amphi04.jpg amphi05.jpg amphi06.jpg amphi07.jpg amphi08a.jpg

De gauche à droite : Ecole Commerciale Paris – Ecole des Mines et de Métallurgie faculté technique du Hainaut – Institut National Agronomique – La Sorbonne Paris amphi Guizot – Lycée Voltaire Paris – Lycée Camille Sée Paris – Le Likès Quimper – Institut des Sœurs de S.S. Cœurs Ninove

Publié dans Lanternes projection, Projections et Enseignement, Projections scientifiques | Pas de Commentaire »

Projection éducation populaire

Posté par Patrice Guerin le 16 novembre 2010

L’éducation populaire est un courant d’idées issu des déclarations de CONDORCET, qui milite pour une diffusion de la connaissance au plus grand nombre afin de permettre à chacun de s’épanouir et de trouver la place de citoyen qui lui revient.

Voir : La Ligue de l’Enseignement et l’Education Populaire - La Société Nationale des Conférences Populaires

gravure02.jpg gravure371880.jpg  A droite : conférence à l’exposition des insectes de 1880

Vers 1900, les cafés sont des hauts lieux de réunions, de conférences et de débats, annoncés par voie d’affiches publiées dans la presse ou placardées dans les rues.
NB c’est bien dans l’arrière salle d’un café qu’est né le cinéma en 1895.
lanternemolteni1.jpg

Les lanternes de projection figurant dans les gravures précédentes sont des Molteni fonctionnant avec un système d’éclairage oxy-calcique.

Voir : Les lanternes de projection MOLTENI

plaqueinsecte.jpg

Cette plaque de projection montée dans un cadre en bois (d’origine anglaise) représente la coupe d’un insecte réel vidé de sa substance, écrasé entre deux verres et conservé avec du baume du Canada.

Voir : Aux origines des syndicats et de l’Enseignement Populaire

 

Publié dans Gravures et Chromos, Images projetees, Projections et Enseignement | Pas de Commentaire »

Affiche MUCHA pour la société populaire des beaux-arts

Posté par Patrice Guerin le 13 novembre 2010

Créée en 1894, la Société populaire des beaux-arts, située au 17 du boulevard saint-Martin à Paris, organise des conférences et se veut un instrument de cohésion sociale en réunissant des artistes et un public divers. Cette entreprise fait partie du grand mouvement d’Education Populaire qui s’est développé à la fin du XIXe siècle.

Voir : La Ligue de l’Enseignement et l’Education Populaire

Affiche de MUCHA pour la Société Populaire des Beaux-Arts

«  Sachez bien mes chers collègues, que vous collaborez à une mission de vulgarisation artistique et d’intérêt général… Nous enverrons des documents aux instituteurs afin qu’ils puissent faire des lectures avec projections dans les localités où ils résident. Déjà deux littérateurs de grand talent, MM. Augé de Lassus et Haraucourt nous ont promis des conférences à Paris. » Extrait du rapport de monsieur de Saint-Mesmin fait lors de l’assemblée générale du 27 janvier 1895.

muchaaffiche2.jpg Projet d’affiche présenté par MUCHA en janvier 1897. Celle-ci sera imprimée en 6 couleurs plus de l’or pour le cadre et les cheveux. Elle était vendue 2,50 frs pour les sociétaires.

Alphonse MUCHA (1860-1939) est un peintre tchèque qui réalisa de très nombreuses séries de lithographies et d’affiches dans le style Art Nouveau, très en vogue au début du XXe siècle.

 

 

Publié dans Gravures et Chromos, Projections et Enseignement | Pas de Commentaire »

123
 

2ndeavicenne |
kadscen |
entre terre et mer |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Histoire-Géographie-Educati...
| Oppidum anglicus: the city ...
| Joie en Dieu et Descendance...