Le laryngoscope CADIER fabriqué par la Maison MOLTENI

Posté par Patrice Guerin le 23 juillet 2014

Laryngo 01

Le 26 février 1878 le docteur CADIER présente à l’Académie de Médecine un nouveau modèle de laryngoscope, destiné à obtenir un éclairage concentré pour les examens de la gorge.

Laryngo 02

Cet appareil est décrit dans le “Cours de laryngoscopie et de laryngologie” du docteur CADIER, édité en 1879, et dans le “Manuel pratique de Laryngoscopie” du docteur G. POYET, édité en 1883. Il est présenté à la même époque à la fin d’un ouvrage de la Maison MOLTENI qui en est le constructeur.

Laryngo 03  Laryngoscope en cuivre bronzé avec cône garni peau – Collection association des amis du patrimoine médical de Marseille

Ce laryngoscope se compose d’un miroir réfléchissant concave réglable, à l’arrière duquel se trouve un contrepoids pour équilibrer l’appareil.  A l’avant, un objectif conique en cuivre, équipé de deux lentilles, l’une plan convexe du côté de l’éclairage, l’autre biconvexe à l’avant du tube, permet de faire converger les rayons lumineux vers l’endroit à examiner. Un manchon muni de deux tourillons avec pas de vis pour adapter la hauteur permet de placer l’appareil sur n’importe quelle lampe à huile ou à essence minérale courante. Sa simplicité en fait un appareil très mobile et peu onéreux « Il n’est pas plus dispendieux que la plupart des laryngoscopes en usage et permettra ainsi la vulgarisation des études laryngoscopiques. Il pourra également servir à l’éclairage pendant l’examen d’autres cavités telles que le nez ; les oreilles ou le vagin, d’où le nom de “Polyendoscope” qui pourrait aussi lui être donné. »

Laryngo 04

A la même époque, la Maison MOLTENI fabrique un laryngoscope plus puissant, équipé d’un éclairage oxhydrique. Il s’agit d’un appareil totalement autonome constitué d’une boîte à lumière surmontée de la classique cheminée ronde, à l’avant de laquelle se trouve un objectif à long foyer équipé d’une cuve à eau pour absorber la chaleur de l’éclairage. Charles FAUVEL indique dans son “Traité pratique des maladies du larynx” édité en 1876, que « comme éclairage il se sert tantôt d’une simple lampe à huile, tantôt, à sa clinique toujours si obligeamment ouvertes aux confrères, de la lumière oxhydrique avec l’appareil Drummond dans un appareil fort ingénieux qu’il a fait construire par MOLTENI et qui, muni d’un tube d’une longueur de deux mètres, permet à un grand nombre d’assistants de se placer les uns derrière les autres et de voir en même temps ».

Fort semblable aux lanternes de projection de l’époque, cet appareil ne dispose pas d’emplacement pour introduire des vues.

Laryngo 05  Source Gallica

En novembre 1899, E. LOMBARD, assistant de laryngologie à Lariboisière, présente dans la “Revue internationale d’Electrothérapie” une “lampe électrique à arc pour la laryngoscopie” fabriquée par A. MOLTENI. « L’appareil se compose d’une lampe de projection adaptée pour recevoir une lampe à arc à réglage automatique. Cette lampe est fixée sur un socle et montée sur des colonnes en cuivre. Elle est munie sur une de ses faces d’un condensateur. La distance des deux foyers, conjugués à la lentille est de 18 centimètres. Pour obtenir le déplacement du faisceau lumineux dans toutes les directions, on reçoit les rayons sur un miroir plan incliné à 45°, qui les réfléchit perpendiculairement à leur direction première. Ainsi la lumière peut passer par dessus l’épaule de l’opérateur, qui tourne le dos au miroir. Celui-ci est mobile dans sa monture autour d’un axe horizontal, la monture elle-même pouvant se déplacer dans le sens vertical. Ces deux mouvements sont commandés par une vis de rappel placée à l’extrémité du levier, qui entraine la monture autour de l’axe vertical. Le miroir étant situé à 4 mètres du malade, un faible déplacement de la vis détermine une extension assez considérable du faisceau lumineux. On fait varier l’intensité lumineuse et les dimensions du champ à l’aide de diaphragmes. »

 

Publié dans Accessoires et divers | Pas de Commentaire »

Les saturateurs d’éclairage intensif LAWSON et MAZO

Posté par Patrice Guerin le 18 juillet 2014

Lawson 01

Dans les années 1890, un nouveau type d’appareils d’éclairage oxhydrique apparaît. Dénommé “saturateur” ou “carburateur”, il s’agit d’appareils compacts auxquels il suffit de brancher une bouteille d’oxygène pour qu’ils fonctionnent, le réservoir d’essence ou d’éther étant intégré à l’appareil. Ces saturateurs sont placés directement à l’intérieur de la lanterne. « Pendant longtemps ce mode d’éclairage n’était guère employé, à cause du danger d’explosions. Aujourd’hui les dispositions adoptées dans les nouveaux appareils écartent d’une manière complète ce danger. » Source “La lanterne à projections” par Eugène TRUTAT 1897.

Lawson 03  Lawson 02  Source G.V.

Le 15 novembre 1892, William LAWSON « sujet de la Reine de Grande-Bretagne, résidant à Newton-le-Willows, Lancashire en Angleterre », dépose dans son pays un brevet (N° 20.628) qui sera suivi le 10 avril 1894 par le brevet (N°517.870) aux Etats-Unis.

Lawson 04

« Dans cette invention, je construis un réservoir ayant soit la forme de celui-ci (a), soit toute autre forme souhaitée. Je place transversalement à l’intérieur, et de préférence à proximité du fond dudit réservoir, un tube métallique (b) équipé d’une soupape. Je connecte le tube vertical (c) à la partie supérieure et le tube (d) à la partie inférieure du réservoir. J’ajoute un diaphragme (e) à l’extrémité inférieure du tube (d), ledit diaphragme étant fixé à une courte distance de la partie inférieure du réservoir (a). Je place dans l’espace (a’) un matériau saturant, qui est composé de substance absorbante en laine ou toute autre matière, chargé de pétrole léger, d’éther, ou d’autres fluide que l’on rempli en enlevant le bouchon situé au sommet du réservoir (a2/a3) et en ouvrant la vanne de connexion située en (f).

Je place sur le côté du réservoir où il y a la soupape précité (b), une vanne ou une connexion vissée (f) par laquelle le gaz est acheminé à partir de la bouteille d’oxygène vers le passage (g’) puis le tube (d). Sortant du diaphragme (e), le gaz traverse de manière égale toutes les parties de la matière saturante pour se mélanger au fluide en quantité identique de vapeur quelque soit l’endroit. Ce mélange gazeux monte ensuite vers le haut pour entrer dans le tube (c) puis redescendre dans le passage (l) d’où il est transporté à travers le passage (v) vers le jet (t). Certains appareils possèdent une valve (v) que l’on peu fermer pour augmenter la pression du mélange en (a’). Le gaz d’oxygène ainsi saturé produit des vapeurs très inflammables, identiques à celles obtenues de manière habituelle. »

Lawson 05  Lawson 06  Lawson 07  Lawson 08

L’appareil construit par MAZO, sur le modèle du brevet LAWSON, est très robuste et sa fabrication est faîte avec un soin extrême. Dans la partie inférieure du réservoir en cuivre massif, soudée en dessous, se trouvent des fragments de coke de cornue qui absorbent le combustible et permettent la vaporisation lorsqu’ils sont traversés par l’oxygène. Une poignée unique, située à l’arrière, permet d’ouvrir ou de fermer l’arrivée de l’oxygène sous pression en un quart de tour. Une longue tige sortant à l’arrière, permet de faire pivoter le bâton de chaux sur lui-même pour que son usure soit égale sur toute la périphérie.

Lawson 09  Publicité catalogue Mazo de 1896

« 100 à 120 grammes d’éther suffisent pour obtenir une lumière éclatante durant 2h30 ». L’oxygène provenant de la bouteille sous pression, traverse le réservoir et se sature de vapeur d’éther. Ce mélange de gaz permet d’obtenir une flamme très vive qui est projetée sur le bâton de chaux. Au contact d’une telle température, celui-ci devient incandescent et offre un point lumineux extrêmement petit et d’une très grande intensité.

Lawson 10  Double page extraite du livre “La lanterne à projections” par Eugène TRUTAT, Editions Charles Mendel Paris 1897

A la même époque, MOLTENI fabrique un saturateur semblable, dénommé “Securitas” (modèle GRIDIRON), qui a l’avantage d’être plus compact et dans lequel le cylindre de chaux est placé au dessus et non à l’avant du réservoir, ce qui évite tout échauffement excessif de celui-ci.

Voir : article à venir

Publié dans Brevets et inventeurs, Sources lumineuses | Pas de Commentaire »

Lanternes de projection scolaires à deux usages LAVERNE

Posté par Patrice Guerin le 26 juin 2014

Laverne 01  Extrait du catalogue LAVERNE – 1889

« La maison LAVERNE livre, à raison de 115 frs, un appareil scolaire à deux usages (vues transparentes et corps opaques), qui a en outre l’avantage de pouvoir être employé avec une lampe à pétrole à 4 ou 5 mèches pour un usage courant ou avec un chalumeau oxhydrique, pour les grandes conférences publiques… De nombreux instituteurs peuvent obtenir cet appareil par souscription ; ils s’adressent tout d’abord au Député, aux Conseillers Généraux et d’Arrondissement, puis au Maire, aux Conseillers Municipaux et aux amis de l’Ecole.  » Source : “Catalogue de collections de vues” de la Société d’Enseignement par les Projections Lumineuses – 1892

Voir :  La Société d’Enseignement par les projections lumineuses

Laverne 02  Laverne 03   Laverne 04

Le corps de l’appareil est en tôle pleine, monté sur quatre colonnes en cuivre nickelé reposant sur une tablette en acajou verni qui assure une parfaite stabilité. La lanterne est équipée d’une porte à l’arrière pour introduire l’éclairage au pétrole et d’une porte latérale permettant de régler un éclairage à arc électrique ou un chalumeau oxhydrique. De façon standard, elle est équipée d’une lampe à pétrole à cinq mèches avec réflecteur. Le condensateur est composé de deux lentilles plan convexe de 103mm de diamètre, montées dans un tube en cuivre à virole à vis pour faciliter le démontage. L’objectif de combinaison double à portrait, mesure 43mm à l’avant et 52mm de diamètre à l’arrière. Il est monté dans une monture en cuivre nickelé, avec crémaillère pour la mise au point. Prix de l’appareil en 1889 : 115 frs.

Laverne 06   Laverne 07   Laverne 08  Laverne 05 Gravure collection G.V.

La lampe à pétrole à 5 mèches qui équipe cette lanterne est relativement différente des lampes classiques à 3 ou 4 mèches. En effet la chambre de combustion est entourée d’une seconde paroi extérieure permettant une circulation de l’air entre les deux parois afin de diminuer l’échauffement de la lampe. Une série de trous placés sur le dessus facilite l’évacuation de l’air. L’avant est fermé par un verre carré incassable, tandis que l’arrière se ferme par un couvercle réflecteur articulé, au centre duquel se trouve un petit verre circulaire coloré. Afin de garder son éclat, ce miroir est protégé du foyer par un verre lui aussi articulé. Une cheminée de grande hauteur permet d’assurer le tirage de cette lampe à 5 mèches.

Voir : Lampe à pétrole “Maxima” de MAZO

Laverne 09  Lanterne LAVERNE équipé d’un arc électrique vertical manuel DUCRETET

Le fond de l’appareil peut s’enlever pour découvrir une ouverture circulaire permettant l’introduction d’autres appareils d’éclairage tels qu’une lampe à pétrole ordinaire, une lampe à gaz, un arc électrique ou un chalumeau oxhydrique.

Voir : Le régulateur à arc électrique DUBOSCQ

Laverne 10   Laverne 11  Laverne 12

La disposition avant de cet appareil est particulière. Le traditionnel cône porte-objectif est remplacé par une boîte oblongue supportant un objectif fixé sur une plaque qui peut coulisser verticalement afin de projeter soit des documents transparents – position basse – soit des documents opaques – position haute -. A l’intérieur, un miroir peut être relevé afin d’orienter les rayons lumineux vers le document opaque placé dans un support de 7×10,5cm. « Cependant pour les corps opaques il convient de rapprocher l’appareil de l’écran et d’augmenter, dans la mesure du possible, l’intensité lumineuse… Mais ce système pour la projection de corps opaques est de beaucoup supérieur à celui du cône coudé employé avec d’autres lanternes. »

Voir :  Un APHENGOSCOPE amélioré

Laverne 13   Laverne 14

Il est possible d’enlever cette boîte oblongue pour la remplacer par un cône additionnel sur lequel on place l’objectif de la lanterne. Sur le plateau qui se glisse dans les rainures de la boîte se trouve une tablette mobile destinées à recevoir divers appareils de démonstration pour les expériences scientifiques tels que cuves ou tubes à liquides, expériences d’électricité, etc. Prix de l’appareil en 1889 : 125 frs.

Laverne 15   Laverne 16   Modèle possédant quelques différences, telles que le socle et les portes du corps de lanterne

Cet appareil réunit tous les avantages que l’on peut attendre d’une lanterne éclairée au pétrole tout en offrant l’intérêt d’être utilisable dans une grande salle ou un amphithéâtre avec un éclairage plus puissant. Il a été adopté par de nombreux organismes d’enseignement par l’Aspect, tels que La Ligue de l’Enseignement et l’Education PopulaireLa Société Nationale des Conférences PopulairesLa Société d’Enseignement par les projections lumineuses du Havre, la Commission de l’Enseignement de la Ville de Paris, etc.

Voir : Enseignement par les projections lumineuses MOLTENI et MEUNIER

Laverne 17 Lanterne “La Petite Parisienne” LAVERNE

Une version différente de cette lanterne est présentée dans le catalogue LAVERNE de 1889. Elle est dénommée “La Petite Parisienne”. Elle fait partie des lanternes à deux usages mais ne comporte pas de pieds, ce qui limite le choix des éclairages et donc l’usage. Elle est en tôle pleine, vernie noir décorée de filets or, et possède une porte latérale pour accéder à l’éclairage. L’ensemble repose sur un socle en acajou verni. L’éclairage est produit par une lampe à pétrole à cinq mèches surmontée d’une cheminée télescopique. Cette lanterne est équipée d’un condensateur de 103mm monté dans un tube en cuivre à virole à vis pour faciliter le nettoyage.

Le devant de l’appareil est semblable aux lanternes sur colonnes. La plaque avant, qui supporte un objectif double portrait de 43mm de diamètre, peut coulisser verticalement pour projeter des vues transparentes ou opaques. A l’intérieur, un miroir articulé se relève à l’aide d’une languette perforée dans laquelle on place une goupille en fonction de l’inclinaison souhaitée. Prix de l’appareil en 1889 : 105 frs avec  boîte de transport en tôle.

 

Publié dans Corps Opaques, Lanternes projection, Projections et Enseignement | Pas de Commentaire »

Un APHENGOSCOPE amélioré

Posté par Patrice Guerin le 10 juin 2014

Megascope 27

Trente ans après le premier “Aphengescope” mis au point en Angleterre et utilisé – en autre – par MOLTENI dans les années 1880, on trouve dans les catalogues LAVERNE de 1889, MAZO de 1905 et BONNE PRESSE de 1907 un nouvel Aphengoscope*. Celui-ci se glisse à l’avant d’une lanterne de projection, après en avoir retiré l’objectif que l’on visse ensuite sur la partie oblique du cône de projection.

Voir : Le MEGASCOPE à l’origine de la projection des corps opaques - L’APHENGESCOPE ou le Mégascope pour corps opaques

Megascope 29  Megascope 21  Megascope 22

Cet Aphengoscope en tôle, aussi appelé “Cône pour la projection de corps opaque” est équipé d’une paroi à 45° pouvant s’ouvrir afin de placer le document à projeter. La lumière provenant de la lanterne traverse le condensateur puis est réfléchie par ce document avant d’être projeté sur l’écran par un objectif à crémaillère.

Voir : Lanternes de projection scolaires à deux usages LAVERNE

Megascope 23  Megascope 24  Megascope 25

« Les projections obtenues par ce moyen, bien que n’étant pas aussi brillantes que les premières (celles obtenues par des vues transparentes), n’en sont pas moins très intéressantes et très instructives. Les objets opaques placés dans l’appareil, tels que photographies, dessins, chromos ou cartes postales, sont rendus avec une grande exactitude de lignes et de couleurs… Par suite de la déperdition de lumière, on ne pourra projeter que des images de dimensions assez réduites, mais suffisantes pour le dessin ou pour intéresser un auditoire d’une dizaine de personnes. »

Megascope 26  Publicité parue dans le journal Ombres et Lumière N°254 de novembre 1923

Dans les années vingt, la maison MAZO fait l’annonce suivante concernant la projection des corps opaques : « Nous pouvons le dire, car nous l’avons prouvé par le nombre des appareils mis en service, que nos divers types d’appareils ont complètement résolu le problème de la projection des corps opaques. Problème qui paraissait particulièrement difficile, tant il offrait de conditions contradictoires à concilier. Ce n’est pas une petite affaire, en effet, que d’éclairer convenablement, par réflexion avec une ampoule, un objet obscur, qu’il s’agit de projeter pourtant avec un grossissement considérable et une netteté générale suffisante, tout en respectant son intégrité, c’est-à-dire en l’éclairant au maximum mais sans le surchauffer ! » Ces nouveaux appareils dénommés “Pantoscopes”, brevetés TAULEIGNE-MAZO,  seront présentés ultérieurement.

Voir : article à venir

* Etymologie du mot : A = Sans (privatif) + PHENGOS : Lumière + SCOPE : Regarder = APHENGOSCOPE

 

Publié dans Corps Opaques | Pas de Commentaire »

Le MEGASCOPE à l’origine de la projection des corps opaques

Posté par Patrice Guerin le 8 juin 2014

Megascope 11Extrait de “L’Art des Projections” par l’Abbé MOIGNO – 1872

Vers 1780, le physicien français Jacques CHARLES (1746-1823) utilise pour la première fois, dans son cabinet de physique, un appareil destiné à projeter l’image agrandie de corps opaques, appelé “Mégascope”. « Il plaçait les objets au dehors de la pièce obscure de manière qu’ils fussent éclairés par le soleil à l’aide de miroirs plans convenablement placés. Une lentille grossissante fixée dans le volet permettait de projeter l’image agrandie sur un écran. Cette expérience fut reproduite en remplaçant le soleil par la lumière artificielle, et les effets mégascopiques furent tellement en honneur au commencement du XIXe siècle, que non seulement on montrait agrandis des bas-reliefs, des statues, médailles, gravures, etc. mais aussi des personnes vivantes que l’on éclairait avec un plus ou moins grand nombre de quinquets. » En fait il s’agit d’une chambre noire de grande dimension dans laquelle on peut entrer pour observer un objet placé à l’extérieur. D’ailleurs, comme dans tout appareil photographique, l’image projetée est inversée par rapport au sujet placé à l’extérieur.

Voir : Projection de SPECTRES VIVANTS et de FANTOMES au théâtre - Spectacle de fantasmagorie ROBERTSON

Megascope 12  CHADBURN Optical Mathematical and Philosophical Instrument Makers – 1858 – Cliquer ici

Les anglais nous indiquent que la lanterne pour corps opaques a été conçue par MM. CHADBURN & Sons, opticiens à Sheffield puis à Liverpool (71 Lord Street) “Registred in 1864”, et fut, pendant longtemps, connue sous ce nom.

Sammelband ETH-BIB Rara - L'  art des projections

Ce mégascope, d’origine anglaise, est composé de deux parties. D’une part une lanterne classique en bois qui contient un condensateur ainsi qu’une forte source lumineuse, probablement un chalumeau oxhydrique car les deux tuyaux d’alimentation sont visibles à l’arrière. D’autre part un coffret, lui aussi en bois, équipé d’un objectif achromatique à long foyer « éclairés de cette manière, les rouages d’une montre à secondes en mouvement produisent un effet vraiment merveilleux ».

Megascope 14  Aphengescope avec deux lanternes

Dans les années 1870 « on vend en Angleterre, sous le nom de “Wonder Camera” un appareil beaucoup moins coûteux, qui projette dans les dimensions de la nature vivante, les portraits carte de visite des albums. La figure ci-dessus représente un appareil semblable avec une combinaison de deux lanternes, à laquelle on a donné le nom barbare d’Aphengescope » Abbé MOIGNO.

Voir : L’APHENGESCOPE ou le Mégascope pour corps opaques

Sammelband ETH-BIB Rara - L'  art des projections

Dans son ouvrage de 1872 dénommé “L’Art des Projections” l’Abbé MOIGNO (voir PORTRAITS) indique aussi « Il y a quelques semaines, monsieur Henry MORTON, qu’on pourrait appeler l’apôtre de la projection qu’il pratique sur la plus grande échelle devant d’immenses auditoires dans les plus grandes salles de spectacle du monde entier ( par exemple la salle d’opéra de Philadelphie qui peut recevoir jusqu’à 3500 auditeurs), nous apprenait comment il a simplifié la mise en lumière des corps opaques. Il n’emploie plus de condensateur ni de réflecteur. Il prend pour source de lumière un jet de gaz oxhydrique placé très près de l’objet qu’il doit éclairer. Il dispose en avant de la caisse contenant la lumière et l’objet, une lentille achromatique de 127mm de diamètre et de 538mm de distance focale, de manière à projeter une image bien nette sur l’écran. De cette manière, une main, un mouvement de montre, un mécanisme quelconque, etc. donnent par projection des images saisissantes de relief et de réalité ».

Megascope 16  Megascope 17  Megascope 28

A la fin du XIXe siècle et dès le début du XXe, plusieurs constructeurs proposent des appareils mieux adaptés et plus efficaces pour la projection de corps opaques, afin de répondre aux besoins de l’enseignement qui utilise de plus en plus la projection dans les écoles, les lycées et même les facultés. De plus l’avènement de la carte postale va permettre de fabriquer de nouveaux appareils.

Voir : Cartoscope Panoptic - Un APHENGOSCOPE amélioré - Le Lampadorama ou Lampascope bilampadaire LEFEVRE

 

 

Publié dans Corps Opaques | Pas de Commentaire »

L’APHENGESCOPE ou le Mégascope pour corps opaques

Posté par Patrice Guerin le 4 juin 2014

Traditionnellement la lanterne de projection est destinée à projeter des vues transparentes, sur verre ou sur pellicule souple. Cependant, au XIXe siècle, les vues opaques sur papier telles que gravures de journaux ou de livres, chromolitographies, cartes de visite et tirages photographies étaient beaucoup plus répandues que les vues transparentes. Il était donc très intéressant de pouvoir projeter directement ces documents sans avoir à les transférer sur un support transparent.

Voir : Carte de visite photographique

Aphengescope 01   Aphengescope 02

En 1880/90, voici ce qu’en dit Alfred MOLTENI (voir PORTRAITS) dans son ouvrage  intitulé “Instructions Pratiques sur l’emploi des Appareils de Projection” : « Pour la projection des cartes de visite photographiques (très en vogue dans les années 1860), il n’est pas nécessaire d’avoir un appareil spécial. On se sert fort bien d’un petit mégascope connu dans le commerce sous le nom de “APHENGOSCOPE” (en anglais APHENGESCOPE). Il se compose d’une boîte en acajou de 10 cm de côté qui s’installe sur le devant de la première lanterne venue dont on a ôté l’objectif. La lumière est concentrée sur la photographie par le condensateur, et l’objectif placé à 45° en projette l’image sur l’écran. » Cependant les documents aux tons sombres réfléchissent trop peu de lumière pour donner des images lumineuses sur l’écran.

Aphengescope 03  Aphengescope 04  Aphengescope 05

Afin d’éclairer plus fortement certains documents, on se sert d’un APHENGOSCOPE (ou Chambre Mégascopique) double permettant de bénéficier de la lumière provenant de deux lanternes, grâce aux ouvertures circulaires situées de chaque côté de l’objectif. A l’arrière, deux volets articulés, verticaux ou horizontaux suivant les modèles, permettent de présenter alternativement et sans interruption les documents à projeter.

Aphengescope 06Aphengescope 07  Aphengescope 08  Planches coloriées de l’ouvrage du Dr Eugène BOUCHUT (1818-1891) “Atlas d’ophtalmoscopie médicale et de cérébroscopie”. Source : Librairie Alain BRIEUX cliquer ici

« C’est avec un appareil de ce genre, et en concentrant sur les figures la lumière de deux chalumeaux, donnant ensemble une lumière équivalente à celle de 500 bougies, que nous (Alfred MOLTENI) avons projeté, dans les leçons de M. le docteur BOUCHUT, les planches coloriées de son magnifique “Atlas d’ophtalmoscopie médicale et de cérébroscopie” » (J.-B. Baillière et fils, Paris, 1876).

Aphengescope 09  Aphengescope 10 Ensemble R° et V° avec lanternes MOLTENI

Cependant certains ne semblent pas être de cet avis : « Il existe plusieurs compléments à la lanterne de projection ordinaire que le lanterniste est tenté d’acheter, généralement suite à ​​la démonstration insistante d’un marchand qui n’a probablement jamais vu le dispositif particulier en utilisation. Parmi ceux-ci, il y a l’APHENGESCOPE, accessoire destiné à montrer des objets opaques. C’est un appareil peu pratique, car il est beaucoup mieux et plus facile d’avoir l’objet opaque dessiné ou photographié puis de le projeter comme une simple vue transparente. Dans ce cas la lumière traverse la vue et donne à l’écran une image très lumineuse alors qu’avec l’APHENGESCOPE elle est réfléchie par l’objet, et ce peu de lumière atteint l’écran sans aucune luminosité. » Source : “The Lantern and how to use it” par C. GOODWIN NORTON c/° Hazell, Watson & Viney limited London1901.

Il faut dire qu’au début du XXe siècle il est beaucoup plus facile de reproduire n’importe quel document sur film positif que dans les années 1870/80.

Aphengescope 11  Extrait du catalogue N°89 “Projections Molteni Radiguet & Massiot” vers 1912

Dans ce catalogue on explique que « les petits modèles appelés Mégascopes ou Apédioscopes, qui s’adaptent aux lanternes populaires, servent à la projection des photographies format visite, imprimés, menus objets tels que montre, clef, etc. Les dimensions de l’image qu’on peut obtenir avec un éclairage à alcool ne doivent pas dépasser 0m50. »

Vers la fin du XIXe siècle on commence à trouver des appareils permettant des applications plus étendues, pour les écoles et les facultés.

Voir : Un APHENGOSCOPE amélioré

Publié dans Accessoires et divers, Corps Opaques | Pas de Commentaire »

Les lampes au magnésium SOLOMON et GILLET & FOREST

Posté par Patrice Guerin le 29 mai 2014

En 1808, sir Humphrey DAVY (1778-1829) obtient, par électrolyse, un petit amalgame de magnésium à partir d’un mélange de magnésie et d’oxyde de mercure, mais il faut attendre 1829 pour que cette matière soit obtenue en plus grandes quantités par le chimiste français Antoine BUSSY (1794-1882).

Ptit-Bof 140521  Document G.V.

C’est un métal blanc très léger, assez semblable à l’argent, dont la densité se rapproche de celle du verre.  Il s’enflamme difficilement sous forme de bloc, mais très facilement s’il est réduit en petits copeaux ou en ruban, et brûle avec une flamme très lumineuse. « Un fil de magnésium de 0,3mm de diamètre et de 9cm de long, donne pendant 1 minute une lumière de 74 bougies. Le poids brûlé est de 12 centigrammes, ce qui donne une consommation de 72 g par heure… au prix de 1,20 frs le gramme. »

Ptit-Bof 140521  Document G.V.

A l’époque c’est l’une des sources d’éclairage les plus puissantes avec la lumière  oxhydrique. Cette lumière très vive et légèrement bleutée peut être obtenue de façon continue à l’aide d’un appareil breveté par Joseph SOLOMON, opticien installé 22 Red Lion Square à Londres, le 30 septembre 1864 (en France), pour un « un appareil mécanique ou lampe propre à brûler le fil de magnésium ».

Ptit-Bof 140521  Document G.V.

La lampe au magnésium est principalement composée d’un réflecteur parabolique argenté R au centre duquel se trouve un double tube T dans lequel arrive progressivement le fil de magnésium M. Ce tube peut facilement être remplacé lorsque son extrémité est détériorée par la haute température qui résulte de la combustion du magnésium ; c’est pourquoi certains modèles auraient été équipés de tubes ayant une extrémité en platine. A l’arrière un mouvement d’horlogerie H, remonté à l’aide d’une clé C, permet de faire avancer progressivement le fil grâce à deux galets moletés G pressés l’un sur l’autre par un ressort. La vitesse de défilement est régulée à l’aide des ailettes d’un régulateur A situé à la partie supérieur du mécanisme. Le fil est logé dans un dévidoir D situé à l’arrière de l’ensemble. Le tout repose sur un trépied composé de deux pieds en métal P et d’une poignée en bois B permettant de déplacer facilement l’appareil. Au dessus de cette poignée, un petit levier L permet d’embrayer ou de débrayer le mécanisme.

Solomon 04  Solomon 05  Solomon 06   Collection G.V.

Il est recommandé de tresser ensemble 2 fils de magnésium et 1 fil de zinc, ce dernier donnant au ruban une certaine rigidité et par suite l’empêche de se tordre en brûlant : effet souvent produit par le magnésium seul, au grand détriment de la fixité du point lumineux. Dans un bulletin de la Société Française de Photographie (1867-69), on rapporte que « M. Romain TALBOT met sous les yeux de la Société un appareil-lanterne pour amplifications, permettant d’obtenir une épreuve 58x44cm en 20 secondes par la lumière du magnésium, à laide de la lampe à magnésium construite, comme l’appareil lui-même, par M. SOLOMON, de Londres… ».

Solomon 07  Solomon 08  Solomon 09

Il existe différents modèles de lampes au magnésium, fonctionnant toutes sur le même principe. L’une de ces lampes est fermée à l’avant par une vitre bombée, ce qui permet de contenir les fumées de combustion dans la lampe. Elle possède une cheminée d’évacuation sur le dessus et un cendrier coulissant dans la partie inférieure, destiné à recevoir les restes de combustion. Ce modèle est signé GILLET & FOREST constructeur 32 boulevard Henry IV à Paris. Cette société en nom collectif au capital de 300.000 fr n’a existé que trois an de 1895 à 1898. Ensuite, on trouve une société GILLET et FOREST fabricant d’automobiles à Saint-Cloud (Seine) de 1900 à 1907 environ.

Solomon 10  Solomon 11

Malgré certaines qualités et une lumière très vive, l’emploi du magnésium dans le domaine de la projection présentait de sérieux inconvénients car sa combustion dégageait d’abondantes fumées blanches de magnésie qui se déposaient rapidement à l’intérieur de la lanterne et plus particulièrement sur le condensateur et le réflecteur, les recouvrant d’une couche opaline qui voilait peu à peu la lumière.

Solomon 03

Cet éclairage, assez onéreux lors d’un usage prolongé « 10 fois plus cher que l’éclairage à l’huile », est cependant intéressant si on s’en sert dans une lanterne destinée à effectuer des agrandissements photographiques. En effet il donne des rayons « très actifs et très photogéniques », c’est à dire des plus propres à impressionner les plaques. « Les propriétés photogéniques de la lumière obtenue par combustion de ce métal sont extrêmement curieuses. On sait qu’une source lumineuse est d’autant plus propice aux reproductions photographiques, qu’elle renferme plus de rayons chimiques, c’est-à-dire qu’elle agit plus énergiquement sur les sels d’argent employés en photographie. Or la lumière du magnésium est de beaucoup la plus active, au point de vue chimique, des sources de lumière artificielle. Le soleil, lorsqu’il n’est obscurci par aucun nuage ou brouillard, ne contient que trente-quatre fois plus de rayons chimiques qu’un fil de magnésium brûlant et donnant une lumière égale en dimension au diamètre apparent du soleil. »

Solomon 13  Ptit-Bof 130911   Lampe au magnésium “L’Etincelle”  “Brevetée S.G.D.G.” – Collection G.V.

Arrivant à une époque où d’autres sources lumineuses commençaient à être régulièrement employées dans la projection, le magnésium connaîtra un développement très limité dans ce domaine, mais sera par contre utilisé pendant très longtemps en photographie pour alimenter les premiers flashes à éclair.

Solomon 15 Illustration provenant du livre “The magic lantern manual” de W.J. Chadwick London 1879

Sources : “Les Merveilles de la Science” par Louis FIGUIER 1867 - “La lanterne de Projection” par H. Fourtier aux Editions Laverne et Cie Paris 1889 – “Le génie industriel” 1865.

Pour voir un modèle plus récent cliquer ici

 

Publié dans Sources lumineuses | 2 Commentaires »

Aux origines des syndicats et de l’Enseignement Populaire

Posté par Patrice Guerin le 24 mai 2014

AprEcole 25  APRES L’ECOLE, revue illustrée d’Enseignement Populaire – N°218 du 5 novembre 1907

«  Nous fondons cette Revue populaire comme l’on fonde une Université Populaire. Nous débutons sans ressources financières ; grâce à quelques amis nous avons seulement donné garantie à l’imprimeur du paiement de son travail et du papier. Nous considérons nos abonnés comme des associés : aussi leur rendrons-nous compte, très exactement et fort souvent, de notre situation financière ; nous leur apprendrons comment se fait et s’administre notre publication… Nous demandons un égal dévouement à tous : les administrateurs administrent gratuitement, les rédacteurs rédigent gratuitement, les abonnés doivent payer régulièrement l’abonnement-cotisation…

Voir : APRES L’ECOLE : revue éditée par la librairie E. CORNELY

AprEcole 22  Les syndicats d’outillage permettent à des cultivateurs réunis d’acheter des instruments perfectionnés. Extrait de la planche n°193 mai 1906

Certains d’entre nous sont socialistes, d’autres sont individualistes, d’autres enfin trouvent bien inutile de se donner un qualificatif quelconque. Mais tous nous voulons la même chose : remplacer le vieux monde par un monde nouveau fondé sur la Solidarité, le Travail, la Justice… Il faut combattre le Cléricalisme, le Militarisme, le Capitalisme, en établissant la Liberté de la Pensée, la Paix des Nations, la Joie et la Dignité du Travail…

AprEcole 24  Un cortège de mineurs en grève à Montceau. Extrait de la planche N°129 novembre 1902

Mais aujourd’hui… le peuple des ouvriers et des paysans est écrasé par tout le poids du vieux monde qu’il fait vivre. Il faut donc donner à l’ouvrier et au paysan la conscience de la Vie libre, soit en allégeant leur fardeau par des réformes, soit en déchargeant leurs épaules par des actes énergiques. Déjà quelques travailleurs sont intellectuellement et moralement délivrés. Et que font-ils ? Ils travaillent à délivrer leurs camarades de classe. Ils fondent des Maisons où les forces ouvrières et paysannes s’organisent, et chaque jour grandissent les Syndicats professionnels et agricoles, les Coopératives de consommation et de production, les Mutualités, les Universités Populaires, les Associations d’anciens élèves d’Ecole primaire.

AprEcole 23  La sortie des usines : les enfants vont pieds nus, couverts de haillons. Extrait de la planche N°154 mars 1904

L’œuvre de création sera faite par tous ceux qui voient l’Injustice et veulent la Justice, qui voient la Guerre et veulent la Paix, qui voient le Travail être aujourd’hui une Peine et qui veulent en faire la douce Loi Humaine. »

Déclaration signé : Edouard C. Instituteur ; COLOMB, docteur ès sciences ; DUJARDIN, comptable ; FORT, lithographe ; Edouard FUSTER ; Marie FUSTER-BAERTSCHI, agrégée de l’enseignement secondaire des jeunes filles ; Charles GUIEYSSE, secrétaire général de la Société des Universités Populaires ; Daniel HALEVY ; Maurice KAHN . Carles MICHEL, employé de coopérative ; MOREAU, ouvrier papetier ; SOLLIER, employé de commerce.

Extraits de la courte déclaration des fondateurs. “Pages libres” supplémentaires au N°100 du 5 mars 1901 d’APRES-L’ECOLE. Les illustrations proviennent des planches paraissant en supplément de la revue APRES L’ECOLE.

Voir : La Ligue de l’Enseignement et l’Education Populaire - Projection éducation populaire - L’arrivée des CONFERENCES ILLUSTREES à l’école, d’après René LEBLANC - La Société d’Enseignement par les projections lumineuses - La Société Nationale des Conférences Populaires

Publié dans Images projetees, Projections et Enseignement | Pas de Commentaire »

Loupes, miroirs et prismes SOLEIL DUBOSCQ

Posté par Patrice Guerin le 13 mai 2014

Duboscq 111  Le coffret comprend plusieurs disques montés sur pivot, pour montrer divers phénomènes d’optique dont un disque de Newton pour la recomposition de la lumière blanche – Collection Frédéric Hoch

La maison SOLEIL – DUBOSCQ – PELLIN est l’une des plus importante fabrique d’instruments d’optique du XIXe siècle.

Voir : La maison d’instruments d’Optique et de Précision SOLEIL – DUBOSCQ – PELLIN

« L’habitude qui a prévalu en France, depuis quelques années, de borner l’activité de chacun à un petit nombre d’objets, de manière à constituer ce qu’on appelle des “spécialités”, a été très utile aux progrès des sciences et de l’industrie de l’optique en particulier. Pour mon compte, j’ai cru ne devoir me charger que de cette partie de la physique qui concerne l’étude de la lumière ; et même, de ce qu’on pourrait appeler “l’optique supérieure”… Aussi j’ose dire que les instruments sortis de mes ateliers sont aussi parfaits que le permettent les meilleurs procédés en usage dans les arts de précision et l’outillage mécanique le plus perfectionné. »

Duboscq 112

« On doit à mon habile prédécesseur, SOLEIL père, une innovation qui a rendu de grands services à l’enseignement en général et à celui des sciences en particulier. Je veux parler de l’usage des Projections Lumineuses et de la construction des appareils propres à cet usage. Grâce aux projections, les expériences que pouvaient voir quelques personnes seulement sont aujourd’hui montrées dans les cours à un millier d’auditeurs à la fois, ce qui a permis de donner un enseignement profitable des interférences, de la diffraction et de la polarisation. »

Source : catalogues des appareils d’optique Jules DUBOSCQ 1870 & 1885

Voir : Lanterne de projection DUBOSCQ

Duboscq 113Projection des principaux phénomènes de l’optique à l’aide des appareils de M. DUBOSCQ – Th. Du MONCEL Hachette Editeur Paris – 1855

Dans ce fascicule, Théodose Du MONCEL (1821-1884) apporte des précisions quant aux projections Lumineuses de l’époque. « Les difficultés que présentaient les expériences d’optique avec la lumière tenaient à deux choses : d’abord aux caprices de la lumière solaire qui, le plus souvent, manquait précisément aux moments où il en était besoin et, en second lieu, à la difficulté de faire passer tout un auditoire devant l’oculaire d’une lunette, pour observer le phénomène que l’on démontrait. Monsieur Jules DUBOSCQ, gendre et successeur de M. SOLEIL, est parvenu à suppléer à ces deux inconvénients, en se servant d’abord de la lumière électrique pour remplacer le soleil, et en projetant sur un grand écran, visible pour tous les spectateurs, les divers phénomènes de l’optique. »

Duboscq 114  Duboscq 115  Lentille biconvexe SOLEIL

Cette lentille de 20 cm de diamètre est utilisée pour la démonstration en projection des aberrations de sphéricité et de réfrangibilité. On montre les aberrations de sphéricité au moyen d’un diaphragme percé de trous suivant deux diamètres et les aberrations de réfrangibilité au moyen d’un diaphragme ouvert suivant une bande circulaire près du bord de la lentille.

Duboscq 120  Duboscq 121  Duboscq 122Cette lentille bi-convexe porte le n°525

Le catalogue présente aussi une lentille semblable de 17 cm et de 10 cm. Elle était vendue au prix de 120 frs.

Duboscq 116  Duboscq 117  Lentilles articulées sur pieds télescopiques. Celle de droite est signée “Maison Jules Duboscq Ph. Pellin Paris”

A gauche, lentille bi-concave ayant 95mm de diamètre, pour étudier l’action des milieux à surface courbe sur la lumière. A droite, porte-lentilles démontable d’un diamètre de 60mm. L’ensemble optique est composé d’un verre plan de 6mm d’épaisseur, d’un élément plan transparent rouge foncé de 4mm d’épaisseur et d’un verre plan de 2mm d’épaisseur.

Duboscq 118  Duboscq 119   Prisme à angle variable

Prisme à angle variable permettant de montrer la réfraction à travers les liquides sous différents angles, la dispersion des couleurs et la réflexion totale successive des rayons différemment réfrangibles. Il est composé de deux parois latérales en cuivre, dont l’une est graduée et de deux parois articulées en verre, pouvant prendre différents angles.

Autre accessoire, voir : Polariscope de projection PELLIN

 

Publié dans Lanternes projection, Projections scientifiques | Pas de Commentaire »

Appareil de famille et de classe MOLTENI, le brevet

Posté par Patrice Guerin le 3 mai 2014

Molteni famille 21

Le 17 février 1873, Jules & Alfred MOLTENI (voir PORTRAITS“fabricants d’instruments de précision”, déposent un brevet de quinze ans pour « perfectionnement dans les appareils d’optique tels que fantascopes, lanternes magiques, lampascopes, etc. ».

Molteni famille 22  Molteni famille 23  Molteni famille 24  Source : INPI

« Les lanternes magiques, appelées Lampascopes, qui se font habituellement, se posent sur les lampes comme le représente la fig. 1 du dessin ci-joint. Dans ces appareils, la partie lourde principalement composée des lentilles se trouve en A, c’est-à-dire en haut et en avant de la lampe, de sorte qu’à la moindre secousse le tout perd l’équilibre.

En admettant qu’on équilibre le Lampascope par un contre poids placé en B ou qu’on le relie à la lampe par une attache C comme cela se pratique ; il n’en reste pas moins un appareil relativement lourd et volumineux placé en équilibre à la partie supérieure de la lampe et reposant sur la galerie qui, elle-même la plupart du temps, ne présente pas de solidité comme point d’appui. »

Molteni famille 25  Lampascope collection F.B. – Voir : Lanterne magique Lampascope

« Les inconvénients de cet appareil sont d’autant plus grands qu’il faut s’en servir dans l’obscurité, qu’on l’accroche continuellement en mettant et en retirant les tableaux ou en voulant mettre au point. Il est vrai que dans les appareils plus perfectionnés constituant les fantasmagories et appareils de projection employés dans les cabinets de physique, on dispose l’appareil sur quatre colonnes ou sur une boîte assez haute pour contenir les lampes ordinaires du commerce, mais cette construction a l’inconvénient de faire un appareil haut et volumineux embarrassant pour le transport et difficile à caser.

Nous avons donc cherché à construire un appareil n’ayant pas ces défauts et nous demandons un brevet pour la construction des dit appareils faits en deux ou plusieurs parties mobiles, de n’importe quelle forme ou matière, permettant de réduire à volonté le volume de l’appareil, tout en ayant la stabilité que le lampascope fig. 1 ne possède pas. »

Molteni famille 26  Suite du brevet. Source : INPI

« Sans nous arrêter aux formes ni aux détails de construction, voici quelques exemples de ces nouvelles dispositions.

Fig. 2 Lampascope A supporté par un pied B à rallonge, monté sur une planchette D. Cette disposition remplit bien les conditions énoncées ci-dessus puisque nous avons : 1° solidité, car le poids de l’appareil pèse tout entier sur le pied B au lieu de porter sur la lampe ; 2° petit volume car le pied se dévissant de la planchette et le lampascope s’enlevant du pied, le tout se renferme dans une boîte peu volumineuse.

Fig. 3 Appareil composé de deux boîtes carrées A & B rentrant l’une dans l’autre. Cet appareil est encore une disposition que nous revendiquons parce que sa construction le rend stable et que son démontage le réduit au volume de la boîte B ; la cheminée C et la partie optique D se mettent dans la boîte A, qui elle-même rentre dans la boîte B.

Fig. 4 Cette figure est encore une autre disposition atteignant le même but. Les parties A & B sont cylindriques rentrant à frottement l’une dans l’autre, ce qui permet en outre de régler la hauteur comme du reste, dans les dispositions précédentes. La cheminée C et la partie optique D s’enlèvent et se casent ensuite dans la partie supérieure A, qui s’enfonce ensuite dans le socle B. »

L’appareil de famille fut fabriqué en différentes versions durant une trentaine d’année.

Voir : Appareils de famille, premiers modèles -  Appareil de famille et de classe, modèles postérieurs

Molteni famille 27

Ce brevet est le premier, et l’un des rares brevets, déposé par MOLTENI pour les lanternes de projection.

Molteni famille 28   Molteni famille 29     Molteni famille 30

L’appareil de famille présenté ici, identifié “J. & A. MOLTENI PARIS.”, est un projecteur de la seconde génération. Il possède un corps en fer blanc épais, verni noir avec filets dorés, équipé d’une porte latérale donnant accès à l’éclairage. Celui-ci est une lampe à huile avec modérateur, malheureusement adaptée au pétrole. La cheminée de cet appareil est un peu plus haute que le modèle traditionnel afin de couvrir le long verre de la lampe à huile. Le cône avant est en fer blanc laqué noir, simplement fixé sur la lanterne par des rabats en tôle. Il supporte un objectif double achromatique monté à crémaillère avec bouchon en cuivre.

Voir : Les lanternes de projection MOLTENI 

 

Publié dans Brevets et inventeurs, Lanternes projection | Pas de Commentaire »

1...34567...26
 

2ndeavicenne |
kadscen |
entre terre et mer |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Histoire-Géographie-Educati...
| Oppidum anglicus: the city ...
| Joie en Dieu et Descendance...