• Accueil
  • > Recherche : illustrations fables florian

Résultats de votre recherche

Livres des fables de FLORIAN

Posté par Patrice Guerin le 26 août 2011

Jean Pierre Claris de FLORIAN (voir PORTRAITS)  est principalement connu en tant que fabuliste, mais il est aussi conteur et romancier.

singeenvelopr.jpg singeenvelopv.jpg Enveloppe historique 2e centenaire de FLORIAN – 1955

Cent douze fables ont été publiées de son vivant et douze de manière posthume. Ces fables sont unanimement considérées comme les meilleures après celles de Jean de LA FONTAINE (1621-1695).

N’ont été retenus dans cette présentation que les ouvrages sur lesquelles figurent des représentations du “Singe qui montre la lanterne magique”.

Voir : FLORIAN “le Singe qui montre la Lanterne Magique”

singelivre101.jpgLivre de 138 pages plus couverture souple, format 23×28 cm.

Henri LAURENS, éditeur Paris – Sans date

singelivre103.jpg singelivre104.jpg singelivre105.jpg singelivre106.jpg

Il contient 108 fables réparties en cinq chapitres et possède de très nombreuses illustrations noir et blanc et couleur dont ces magnifiques planches du Singe qui montre la lanterne magique. Préface de l’Académicien André THEURIET (1833-1907) et illustrations d’Auguste VIMAR (1851-1916).

singelivre201.jpgLivre de 32 pages plus couverture cartonnée, format 18,5×27 cm.

Imprimé par “La Technique du Livre” à Paris. 1947

singelivre03.jpg singelivre02.jpg singelivre04.jpg

Il contient 15 fables, chacune illustrée d’un dessin couleur. Illustrations imprimées à partir d’aquarelles de René PERRETTE (né vers 1880, décédé après la 2e guerre Mondiale).

singelivre301.jpgLivre de 28 pages plus couverture/jaquette souple, format 20×25 cm.

Edité par Roger DACOSTA, à Paris « Aux dépens des laboratoires Bouillet”. 1938

singelivre302.jpg singelivre303.jpg singelivre304.jpg

Il contient 14 fables, chacune illustrée de dessins en noir et blanc, plus deux planches couleurs. Les pages, constituées de feuillets pliés en deux, ne sont pas reliées. Illustrations de Jean-Jacques ROUSSAU*.

Livres des fables de FLORIAN dans Gravures et Chromos SingeLivre401-150x129  Livre de 64 pages plus couverture rigide, format 24,7×32 cm.

Imprimé par les éditions BERGER–LEVRAULT à Nancy (N° éditeur 54) – 4e trimestre 1946

SingeLivre402-150x122 dans Gravures et Chromos  SingeLivre403-150x85  Il contient 26 fables, chacune illustrée par deux illustrations en couleurs. Illustrations d’André HELLE. L’illustration qui chapote la fable du Singe qui montre la lanterne magique ne représente pas une vue traditionnelle de projection mais l’accueil des spectateurs.

Voir : Chromo lanterne magique André HELLE

singe-livre5-01-150x101Livre de 288 pages plus couverture rigide, format 15,5×24 cm.

Paris – Delloye, Desmé et Cie, éditeurs – 1839

singe-livre5-04-94x150  singe-livre5-05-94x150  singe-livre5-06-94x150  singe-livre5-07-94x150  Il contient 110 fables, un épilogue et deux poèmes plus une introduction sur Florian, avec plusieurs gravures en noir et blanc de Victor ADAM par fable.

 ___________________

* ROUSSAU Jean Jacques (1886-1948) a commencé à dessiner à l’âge de 5 ans au « désespoir de ses parents qui voulaient en faire un industriel ». Il a fondé le Dernier bateau, un journal du front dont 13 numéros ont paru de septembre 1915 à octobre 1917. Il fut illustrateur humoristique et collabora à de nombreux magazines dont le Rire, le Matin, Rustica ainsi qu’à plusieurs almanachs dont l’Almanach François et l’Almanach du combattant (1924) d’où est tirée une partie de ces informations. On trouve aussi ses dessins dans de nombreuses publicités, livrets, fascicules et albums publicitaires.

singelivre305.vignette

Publié dans Gravures et Chromos | 1 Commentaire »

FLORIAN “le Singe qui montre la Lanterne Magique”

Posté par Patrice Guerin le 6 décembre 2010

“Le Singe qui montre la Lanterne Magique” est une fable écrite à la fin du XVIIIe siècle par Jean-Pierre Claris de FLORIAN (voir PORTRAITS).

Voir : Livres des fables de FLORIAN

singe01.jpg singe02.jpg singe03.jpg singe09.jpg singe04.jpgsinge07.jpg singe08.jpg singe10.jpg

Cette fable a été à l’origine de très nombreuses illustrations réalisées principalement entre la fin du XIXe siècle et le milieu du XXe siècle : gravures, chromos, planche d’Epinal, char de carnaval, livres scolaires, boîte d’allumettes, etc.

Voir : Lanterne magique carnaval d’AixLes images d’Epinal et la lanterne magique

FLORIAN “le Singe qui montre la Lanterne Magique” dans Gravures et Chromos singe05.vignette

Messieurs les beaux esprits dont la prose et les vers Sont d’un style pompeux et toujours admirable, Mais que l’on n’entend point, écoutez cette fable,
Et tâchez de devenir clairs.
Un homme qui montrait la lanterne magique
Avait un singe dont les tours
Attiraient chez lui grand concours.
Jacqueau, c’était son nom, sur la corde élastique
Dansait et voltigeait au mieux,
Puis faisait le saut périlleux,
Et puis sur un cordon, sans que rien le soutienne,
Le corps droit, fixe, d’aplomb,
Notre Jacqueau fait tout du long
L’exercice à la prussienne.
Un jour qu’au cabaret son maître était resté
(C’était, je pense, un jour de fête),
Notre singe en liberté
Veut faire un coup de sa tête.
Il s’en va rassembler les divers animaux
Qu’il petit rencontrer dans la ville ;
Chiens, chats, poulets, dindons, pourceaux,
Arrivent bientôt à la file.
Entrez, entrez, messieurs, criait notre Jacqueau,
C’est ici, c’est ici qu’un spectacle nouveau
Vous charmera gratis.
Oui, messieurs, à la porte
On ne prend point d’argent ; je fais tout pour l’honneur.
A ces mots, chaque spectateur
Va se placer, et l’on apporte
La lanterne magique ; on ferme les volets,
Et par un discours fait exprès Jacqueau prépare l’auditoire.
Ce morceau vraiment oratoire
Fit bâiller, mais on applaudit.
Content de son succès, notre singe saisit
Un verre peint qu’il met dans sa lanterne.
Il sait comment on le gouverne,
Et crie, en le poussant : Est-il rien de pareil ?
Messieurs, vous voyez le soleil,
Ses rayons et toute sa gloire.
Voici présentement la lune, et puis l’histoire
D’Adam, d’Ève et des animaux …
Voyez, messieurs, comme ils sont beaux !
Voyez la naissance du monde ;
Voyez … Les spectateurs, dans une nuit profonde,
Écarquillaient leurs yeux et ne pouvaient rien voir,
L’appartement, le mur, tout était noir.
Ma foi, disait un chat, de toutes les merveilles
Dont il étourdit nos oreilles,
Le fait est que je ne vois rien.
Ni moi non plus, disait un chien.
Moi, disait un dindon, je vois bien quelque chose
Mais je ne sais pour quelle cause
Je ne distingue pas très bien.
Pendant tous ces discours, le Cicéron moderne
Parlait éloquemment, et ne se lassait point.
Il n’avait oublié qu’un point :
C’était d’éclairer sa lanterne.

Voir : Le Singe Montrant la Lanterne Magique

 Une savoureuse interprétation de cette fable, sur disque 78t 25cm, a été donnée par Jacques Charon CLIQUER ICI

 

 

Publié dans Gravures et Chromos | 1 Commentaire »

 

2ndeavicenne |
kadscen |
entre terre et mer |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Histoire-Géographie-Educati...
| Oppidum anglicus: the city ...
| Joie en Dieu et Descendance...