• Accueil
  • > Recherche : lanterne magique

Résultats de votre recherche

Le Mégascope réfracteur achromatique de CHEVALIER

Posté par Patrice Guerin le 17 août 2014

Chevalier 31  Brevet Arthur CHEVALIER N°49 326 du 20 avril 1861 - Source INPI

Le 20 avril 1861, Louis Arthur CHEVALIER (1830-1874), opticien à Paris, au Palais-Royal galerie de Valois n°158, dépose un brevet de quinze ans (N°49 326) pour des perfectionnements au mégascope réfracteur achromatique de son père Charles CHEVALIER.

Voir : Microscope solaire de CHEVALIER

Chevalier 32  Source INPI

Cet appareil, destiné à amplifier les images transparentes photographiques ou autres, se compose d’une glace étamée G qui renvoie les rayons solaires dans le tube T et par suite sur l’image I. Celle-ci est placée et maintenue entre deux plaques de cuivre, soit au moyen de ressorts, soit avec des vis. L’agrandissement de l’image sur l’écran est produite par la combinaison trois lentilles achromatiques A, B et C. Les deux lentilles A et B sont fixes, tandis que la lentille C est mobile au moyen d’un système de tubes qui coulissent l’un dans l’autre. Les différentes possibilités d’agrandissement s’obtiennent soit en éloignant ou en rapprochant le mégascope de l’écran, soit en changeant la lentille C. On peut donc avoir à cet effet plusieurs lentilles de rechange.

Chevalier 37  Chevalier 38  Mégascope Arthur CHEVALIER N°74 breveté SGDG années 1860

« Je réclamerai comme ma propriété dans cet appareil l’arrangement des lentilles qui est tout à fait nouveau. Premièrement le système fixe des deux lentilles A et B est composé d’une lentille achromatique périscopique A ayant son côté bombé tourné vers l’objet que l’on veut grandir et d’une lentille bi-convexe achromatique B. La lentille C, mobile, est bi-convexe. Les deux lentilles A et B ont 80mm de diamètre, celle C 54mm. L’appareil ainsi disposé peut agrandir des images de 75mm. En employant des lentilles plus grandes, toujours faites sur le même principe, on peut agrandir des images ayant les dimensions que l’on désire. La mise au point de l’appareil se fait à l’aide de tubes à frottement, cependant on peut pour cela y joindre une vis de rappel ou un engrenage. Nous nous réservons l’application de ce système de lentilles aux lanternes magiques ou fantasmagories, aux divers appareils amplifiants déjà connus. Nous disons aussi qu’en mettant à la place de la lentille C un système composé de deux lentilles on pourrait augmenter les qualités de l’appareil, ceci est encore notre propriété. »

Chevalier 34   Source INPI

Le miroir de cet appareil se meut en tous sens à l’aide de pignons et engrenages mis au point antérieurement par Charles CHEVALIER. Par contre le porte objet fig. 4 est nouveau, car il est muni de vis permettant de centrer l’image et de l’amener dans l’axe des lentilles.

Chevalier 35  Additif en date du 7 août 1863 – Source INPI

Dans un additif en date du 7 août 1863, Arthur CHEVALIER présente trois combinaisons différentes de lentilles composée de deux verres fixes B et de deux verres A qui peuvent se rapprocher ou s’éloigner de la combinaison B. « Ces combinaisons donnent d’excellentes images amplifiées de 5 à 15 fois. »

 

 

Publié dans Brevets et inventeurs, Projections scientifiques | Pas de Commentaires »

Un banc d’optique ancien fabriqué par la Maison MASSIOT

Posté par Patrice Guerin le 13 août 2014

Banc 19  Banc 02  GALILEE et NEWTON

Les premiers instruments optiques apparaissent aux XVIIe siècle pour étudier l’astronomie. En 1609, GALILEE (1564-1642) utilise une lunette grossissante pour observer les astres et en 1671 Isaac NEWTON (1643-1727) se sert d’un télescope particulier composé de deux miroirs. Cependant l’étude de l’optique a commencé dès l’Antiquité. Les notions de rayons lumineux ainsi que les lois de la réflexion sont déjà connues d’EUCLIDE et de PTOLEMEE. Mais il faut attendre plusieurs siècles et le mathématicien et physicien arabe ALHAZEN (965-1039) pour que les lois de la réfraction soient énoncées.

Voir : La lanterne magique dans les cabinets de physique

Banc 03  Planche de physique provenant de l’encyclopédie F. A. Brockhaus à Leipzig – Début XIXe

Au XIXe siècle, plusieurs opticiens fabriquent des appareils d’optique destinés à observer l’infiniment grand (télescope) ou l’infiniment petit (microscope). A partir de 1850, la Maison DUBOSCQ développe des appareils et accessoires destinés à composer des ensembles optiques pour étudier les principaux phénomènes d’optique.

Voir : Introduction aux projections scientifiques

Banc 04  Eléments optiques DUBOSCQ

« Tous mes efforts, depuis quelques années, ont eu pour but la construction d’instruments que je pourrais appeler populaires, car ils sont destinés à produire les expériences sur une grande échelle et devant un nombreux auditoire. Toute cette partie de l’optique expérimentale était à créer, car, depuis l’abbé NOLLET, SIGAUD DE LA FOND et CHARLES, les physiciens avaient abandonné la voie des expériences amusantes, comme étant contraire à la dignité de la science et au but que l’on se propose en l’expliquant aux élèves. » Avant-propos de Jules DUBOSCQ, dans son catalogue  “Appareils d’optique” publié en 1870.

Voir : La maison d’instruments d’Optique et de Précision SOLEIL – DUBOSCQ – PELLIN

Banc 05  Banc 06

Un banc d’optique est un instrument scientifique principalement composé d’une source lumineuse et d’un rail suffisamment long pour y placer divers accessoires d’optique. Ceux-ci doivent être parfaitement alignés et peuvent être déplacés ou pivotés afin d’observer et de vérifier de nombreuses expériences. Ces accessoires peuvent être complétés par d’autres éléments plus mobiles placés sur des supports indépendants.

Banc 07  Banc optique construit dans les années 1930 par la Maison MASSIOT, successeur de RADIGUET & MASSIOT et de MOLTENI

Voir : RADIGUET & MASSIOT successeur de MOLTENI

Banc 08   Banc 09 Lanterne MASSIOT – Années 1930

La lanterne de projection est montée sur une colonne à hauteur variable, fixée sur un socle en bois adapté pour recevoir le rail du banc d’optique. Elle possède un condensateur amovible de 110mm et peut recevoir divers éclairages tels qu’un arc électrique de 15 à 20 ampères ou une ampoule à incandescence de 20 volts, 20 ampères. Pour évacuer la chaleur, la lanterne est surmontée d’une cheminée rectangulaire caractéristique des modèles RADIGUET & MASSIOT. On la trouve aussi avec une cheminée ronde typique des modèles MOLTENI. A l’avant, cette lanterne peut être équipée d’un système optique de projection avec emplacement pour passe-vues et objectif à crémaillère.

Banc 10

Le rail métallique, en forme de U d’une longueur de 150cm, est supporté par quatre pieds à vis réglables. Il est équipé sur le côté d’une règle graduée permettant de positionner parfaitement les divers accessoires d’optique nécessaires aux expériences à effectuer. Celui-ci est équipé de cinq accessoires signés “LEMARDELEY PARIS”, montés sur patins et colonnes standards. Pour la présentation, l’ensemble est installé sur le rail, mais pour les expériences, seule une combinaison de deux ou trois accessoires suffit.

Banc 11  Diaphragme à fente, réglable par vis micrométrique, et diaphragme à trous de divers diamètres dans un disque tournant.

Banc 12  Lentille plan concave de 68mm montée sur disque pivotant.

Banc 13  Miroir convexe et miroir plan, tous deux de 92mm, montés sur disques pivotants.

Banc 14  Banc d’optique LEMOINE

« Cet appareil, très complet, bien que d’un prix raisonnable, est constitué de très nombreux éléments tous interchangeables. Pour les budgets qui ne permettraient pas une acquisition totale en une seule commande, il est possible de procéder par étapes. C’est pour cela que nous avons constitué plusieurs combinaisons complémentaires. » Les organes essentiels permettant la réalisation d’expériences d’optique géométrique sont : un rail muni d’une règle graduée ; de six patins ; de deux porte lentilles avec huit lentilles de différents foyers ; d’un porte miroir avec trois miroirs (plan, concave, convexe) ; de deux diaphragmes, l’un à fente, l’autre à trous ; de trois tiges, d’un porte lampe à douille et de quatre vues (flèche, réticule, quadrillage, divisions). A ces éléments de base il est possible d’ajouter des accessoires pour la photométrie et l’autocollimation, des accessoires pour la polarisation et l’analyse spectrale, des accessoires pour l’interférence et la diffraction, ainsi qu’un dispositif d’éclairage plus puissant avec lanterne sur colonne et source lumineuse à arc ou à incandescence.

Banc 15  Banc 16  Banc 17

Souvent utilisés dans l’enseignement, il est nécessaire de pouvoir disposer d’une variété de supports permettant le montage de diaphragmes, lentilles, miroirs, prismes, etc.  « Afin de réduire les dépenses, la maison MASSIOT s’est efforcée d’en limiter le nombre en unifiant le diamètre des tiges (10mm et 18mm) qui viennent se fixer soit sur un trépied soit sur un patin de banc. »

Voir : Les prismes et l’étude de la lumière

Banc 18 Petit banc RADIGUET & MASSIOT – 1907

En complément de ces bancs d’optique, assez encombrants et onéreux, plusieurs fabricants de lanternes de projection développent, dès la fin du XIXe siècle, des lanternes à l’avant desquelles il est possible de placer divers accessoires permettant d’effectuer certaines expériences. En 1907, RADIGUET & MASSIOT commercialisent une petite lanterne peu onéreuse parfaitement adaptée à la pratiques d’expériences scientifiques telles qu’elles sont décrites dans un livre intitulé “Les Projections Scientifiques et Amusantes”.

Voir : Lorsque l’enseignement des Sciences devient spectacle, par MASSIOT

 

Publié dans Projections et Enseignement, Projections scientifiques | 1 Commentaire »

Appareil de famille et de classe MOLTENI, le brevet

Posté par Patrice Guerin le 3 mai 2014

Molteni famille 21

Le 17 février 1873, Jules & Alfred MOLTENI (voir PORTRAITS“fabricants d’instruments de précision”, déposent un brevet de quinze ans pour « perfectionnement dans les appareils d’optique tels que fantascopes, lanternes magiques, lampascopes, etc. ».

Molteni famille 22  Molteni famille 23  Molteni famille 24  Source : INPI

« Les lanternes magiques, appelées Lampascopes, qui se font habituellement, se posent sur les lampes comme le représente la fig. 1 du dessin ci-joint. Dans ces appareils, la partie lourde principalement composée des lentilles se trouve en A, c’est-à-dire en haut et en avant de la lampe, de sorte qu’à la moindre secousse le tout perd l’équilibre.

En admettant qu’on équilibre le Lampascope par un contre poids placé en B ou qu’on le relie à la lampe par une attache C comme cela se pratique ; il n’en reste pas moins un appareil relativement lourd et volumineux placé en équilibre à la partie supérieure de la lampe et reposant sur la galerie qui, elle-même la plupart du temps, ne présente pas de solidité comme point d’appui. »

Molteni famille 25  Lampascope collection F.B. – Voir : Lanterne magique Lampascope

« Les inconvénients de cet appareil sont d’autant plus grands qu’il faut s’en servir dans l’obscurité, qu’on l’accroche continuellement en mettant et en retirant les tableaux ou en voulant mettre au point. Il est vrai que dans les appareils plus perfectionnés constituant les fantasmagories et appareils de projection employés dans les cabinets de physique, on dispose l’appareil sur quatre colonnes ou sur une boîte assez haute pour contenir les lampes ordinaires du commerce, mais cette construction a l’inconvénient de faire un appareil haut et volumineux embarrassant pour le transport et difficile à caser.

Nous avons donc cherché à construire un appareil n’ayant pas ces défauts et nous demandons un brevet pour la construction des dit appareils faits en deux ou plusieurs parties mobiles, de n’importe quelle forme ou matière, permettant de réduire à volonté le volume de l’appareil, tout en ayant la stabilité que le lampascope fig. 1 ne possède pas. »

Molteni famille 26  Suite du brevet. Source : INPI

« Sans nous arrêter aux formes ni aux détails de construction, voici quelques exemples de ces nouvelles dispositions.

Fig. 2 Lampascope A supporté par un pied B à rallonge, monté sur une planchette D. Cette disposition remplit bien les conditions énoncées ci-dessus puisque nous avons : 1° solidité, car le poids de l’appareil pèse tout entier sur le pied B au lieu de porter sur la lampe ; 2° petit volume car le pied se dévissant de la planchette et le lampascope s’enlevant du pied, le tout se renferme dans une boîte peu volumineuse.

Fig. 3 Appareil composé de deux boîtes carrées A & B rentrant l’une dans l’autre. Cet appareil est encore une disposition que nous revendiquons parce que sa construction le rend stable et que son démontage le réduit au volume de la boîte B ; la cheminée C et la partie optique D se mettent dans la boîte A, qui elle-même rentre dans la boîte B.

Fig. 4 Cette figure est encore une autre disposition atteignant le même but. Les parties A & B sont cylindriques rentrant à frottement l’une dans l’autre, ce qui permet en outre de régler la hauteur comme du reste, dans les dispositions précédentes. La cheminée C et la partie optique D s’enlèvent et se casent ensuite dans la partie supérieure A, qui s’enfonce ensuite dans le socle B. »

L’appareil de famille fut fabriqué en différentes versions durant une trentaine d’année.

Voir : Appareils de famille, premiers modèles -  Appareil de famille et de classe, modèles postérieurs

Molteni famille 27

Ce brevet est le premier, et l’un des rares brevets, déposé par MOLTENI pour les lanternes de projection.

Molteni famille 28   Molteni famille 29     Molteni famille 30

L’appareil de famille présenté ici, identifié “J. & A. MOLTENI PARIS.”, est un projecteur de la seconde génération. Il possède un corps en fer blanc épais, verni noir avec filets dorés, équipé d’une porte latérale donnant accès à l’éclairage. Celui-ci est une lampe à huile avec modérateur, malheureusement adaptée au pétrole. La cheminée de cet appareil est un peu plus haute que le modèle traditionnel afin de couvrir le long verre de la lampe à huile. Le cône avant est en fer blanc laqué noir, simplement fixé sur la lanterne par des rabats en tôle. Il supporte un objectif double achromatique monté à crémaillère avec bouchon en cuivre.

Voir : Les lanternes de projection MOLTENI 

 

Publié dans Brevets et inventeurs, Lanternes projection | Pas de Commentaires »

Appareil de famille et de classe MOLTENI, modèles postérieurs

Posté par Patrice Guerin le 28 avril 2014

Molteni famille 01

En 1873 Jules & Alfred MOLTENI déposent un brevet pour cet appareil, caractéristique de la production MOLTENI, qui figurera au catalogue jusqu’au début du XXe siècle.

Voir : Appareil de famille et de classe MOLTENI, le brevet

Molteni famille 02 Modèle N°4 : corps en tôle peinte vernie “monté très solidement”, boîtier en noyer, condensateur double de 110mm, objectif double achromatique monté à chemise et crémaillère sur un cône en cuivre.

Voici les principales caractéristiques de l’Appareil de famille, définies par Alfred MOLTENI dans son livre “Instructions Pratiques sur l’emploi des Appareils de Projection ». Une annotation précise même que cette lanterne fut conçue pour répondre à la demande du docteur Gustave LE BON (1841-1931), anthropologue, psychologue et sociologue remarquable « qui en a fait plusieurs fois usage dans ses cours et conférences. »

1° – éviter la nécessité d’une lampe spéciale, ne pouvant plus servir si on n’est pas à même de renouveler facilement les mèches, verres ou pièces qui viennent à s’abimer ;

2° – Pouvoir se servir du premier éclairage venu : huile, pétrole, gaz ordinaire, lumière oxhydrique, etc. ;

3° – Occuper peu de place et être très portatif ;

4° – Construire, sur ce principe, un modèle pouvant servir simplement à l’amusement et d’autres modèles susceptibles d’être appliqués à l’enseignement.

Molteni famille 03

L’appareil se compose d’une boîte en noyer soigneusement fabriquée (A) ayant une ouverture à sa partie supérieure, qui peut être fermée par une planchette mobile munie d’une poignée qui la rend portative. A l’arrière se trouve une paroi coulissante (B) qui donne accès à la lanterne. A l’intérieur se trouve, de manière démontée, le corps de lanterne (C), la cheminée (E), l’objectif (F) et le réflecteur (G).

Molteni famille 04  Sur cette vue, la lanterne est équipée du lampe VISSEAUX fonctionnant au gaz de ville

Pour installer l’appareil, on introduit une lampe d’éclairage domestique (huile, pétrole ou gaz) par l’ouverture supérieure, puis on place le corps de la lanterne sur le dessus en la fixant à l’aide de deux boulons fournis. Il suffit ensuite de visser l’objectif à l’avant, de fixer le réflecteur à l’arrière et de placer la cheminée sur le dessus.

Après avoir allumé la lampe, il faut régler sa position en hauteur pour que le centre de la flamme corresponde au foyer des lentilles. Pour cela on se sert de la planche supportant la poignée que l’on introduit à la hauteur voulue « grâce à un double rang de crémaillères analogues à celles qui supportent les rayons d’une bibliothèque ». Sur les modèles plus simples, on peut utiliser quelques livres de différentes épaisseurs pour rehausser la lampe.

Molteni famille 05

Suivant la distance à laquelle on opère, ce projecteur peut donner une projection carrée de 1m50 à 1m75 de côté. En s’éloignant davantage on obtient une image plus grande, mais, dans ce cas, l’insuffisance de la source de lumière ordinaire devient manifeste et oblige à avoir recours à la lumière oxhydrique. Le catalogue MOLTENI de 1892 présente différents modèles de cet appareil ainsi que d’autres lanternes plus importantes.

Voir : Les lanternes de projection MOLTENI

Molteni famille 06  Molteni famille 07  Molteni famille 08  Il existe différentes versions de cet appareil de famille et de classe

Le modèle de base (au centre), possède un corps en fer blanc verni, un condensateur de 95mm et un objectif simple coulissant à frottement dans un support en métal. « Ce modèle ne saurait guère être employé que comme amusement, les images n’étant pas assez parfaites pour pouvoir servir aux démonstrations scientifiques ». Il est contenu dans boîte en noyer, sans rainure. Prix sans lampe : 35 frs.

Voir : Appareils de famille MOLTENI, premiers modèles

 

Molteni famille 31 Modèle N°3 : corps en tôle peinte vernie, boîtier en noyer, condensateur double de 110mm, objectif double achromatique monté à crémaillère.

Le modèle N°4 « monté très solidement », possède corps en tôle vernie noir, un condensateur double de 108mm et objectif double achromatique monté à chemise et à crémaillère sur un cône en cuivre. Prix sans lampe : 150 frs. Le modèle N°3 est assez semblable, mais de construction moins onéreuse ; il n’a pas de cône en cuivre. Prix sans lampe : 110 frs. Ces lanternes sont contenues dans des boîtes en noyer avec ouverture supérieure qui ont des dimensions adaptées aux projecteurs.

Molteni famille 32Support d’éclairage – Collection MNE Rouen

Outre les éclairages ordinaires, ces deux modèles peuvent recevoir les éclairages oxhydriques et oxycalciques grâce à un support adapté qui vient occulter l’ouverture située au fond de la lanterne, ainsi « elle est d’un bon emploi dans les établissements d’enseignement, dans les salles de conférences et pour les voyages ».

Molteni famille 09

La caisse de ce projecteur de famille “gros modèle” a été allongée (partie gauche plus sombre) pour contenir la lanterne qui est un peu plus longue que le modèle de base, peut-être pour y placer un système optique plus élaboré, avec objectif, tube allonge et cône de support en cuivre se vissant sur la lanterne.

Molteni famille 10  Grand in-8 cartonné pleine toile rouge avec 666 illustrations, 20 chromos et planches hors texte

 “Au hasard du chemin. Voyage de jeunes naturalistes de la Manche aux Alpes. Études pittoresques des bêtes, des plantes, des pierres. Leur description – Station – Classification – Moeurs – Usages – Récolte – Conservation” de M et Mme Stanislas MEUNIER (voir PORTRAITS). J. Rothschild éditeur à Paris 13 rue des Saint-Pères. Vers 1886.

Ce livre raconte les aventures de la famille BRAVANDAS, accompagnée de leur ami SCABIEUSE, au cours d’un voyage naturaliste à travers la France. « Mes amis ! Mes enfants ! Ce sont six mille francs que ce prix nous donne. Savez-vous à quoi nous les emploierons ? A des courses sans fin dans tous les coins de la France. »

En voici un extrait qui décrit parfaitement comment se préparait une projection lumineuse dans les années 1880/90. Au cours du trajet, SCABIEUSE explique ce qui les amènent à Coutances. «  Nous ne sommes pas riches. La perte de notre voiture à cheval nous plongerait dans une détresse inexprimable, si nous ne trouvions moyen de conjurer les coups du sort… Il m’est venu l’idée de faire ici une conférence. Nos voleurs nous ont laissés des animaux forts intéressants : un singe et des chiens savants. Nous les montrerons au public et lui raconterons sur eux toutes sortes d’anecdotes véridiques. Puis monsieur BRAVANDAS, qui est un artiste hors ligne, exécutera plusieurs morceaux de piano. J’éclairerai ma conférence de projections lumineuses : ce sera une vraie séance de lanterne magique…

Molteni famille 11  Affiche reproduite dans le livre, montrant l’appareil de famille utilisé pour cette conférence

- Pensez-vous que nous attirions la foule et que nous réaliserons de sérieux bénéfices ?
- J’en suis sûr. Les coutançais accueillent fort bien tout ce qui leur apporte une distraction. Quel local choisirez-vous pour votre conférence ?
- Celui que vous nous indiquerez.
- Il faut louer le théâtre.
- Diable ! Cela coûtera cher.
- Oui, mais vous aurez ainsi toutes les classes de la société : les riches dans les loges, les ouvriers au paradis, les petits commis, les écoliers au parterre. Je vous réponds que pas une place ne restera vide, et que la meilleure moitié du théâtre sera prise en location.
- N’importe ! C’est effrayant ! Nous possédons à peine de quoi payer notre hôtel pendant les quelques jours nécessaires à la préparation de la cérémonie, et en location de salle et d’appareils à projection, en éclairage, pose d’affiches, annonces par le tambour de ville, et bien des détails que je ne compte pas, nous nous mettrons sur les bras au moins trois cents francs de frais…

SCABIEUSE avait des relations avec la maison MOLTENI, à cause de quelques conférences gratuites avec projections faites par lui dans la banlieue de Paris. Il écrivit, demanda un appareil, du gaz oxygène et des vues sur verre ; ce qui lui fut expédié par la grande vitesse et lui arriva en fort bon état. »

 

Publié dans Lanternes projection | Pas de Commentaires »

Le cinématographe LUMIERE et la lanterne MOLTENI

Posté par Patrice Guerin le 26 mars 2014

Lumiere 01  Lumiere 02  Lumiere 03  Lumiere 04  Lumiere 05  Lumiere 06  Lumiere 07  Lumiere 08  Lumiere 09  Lumiere 10  Lumiere 11  Lumiere 12

Depuis 1895, l’invention du Cinématographe par les Frères LUMIERE a fait couler beaucoup d’encre et son centenaire a été largement célébré dans le monde entier. Nous ne referons pas ici, une énième version de cette invention. Tout est écrit dans le brevet pris conjointement par les frères LUMIERE le 13 février 1895.

Lumiere 13  Extrait du brevet n° 245 032 des frères LUMIERE datant du 13 février 1895 – Document INPI

Entre le 13 février et le 28 décembre 1895, date de la première représentation commerciale au Grand Café de Paris, les frères LUMIERE font une dizaine de projections privées pour présenter leur invention. Le succès est à chaque fois considérable : le 11 juin pour le Congrès de photographes à Lyon, le 11 juillet à la Revue générale des sciences à Paris, le 10 novembre devant l’Association belge de photographes, le 16 novembre dans l’Amphithéâtre de la Sorbonne…

Lumiere 14  Extrait du brevet n° 219 350 de Léon BOULY datant du 12 février 1892 – Document INPI

Le terme “Cinématographe” n’a pas été inventé par les frères LUMIERE, mais par Léon BOULY trois ans plus tôt. A l’époque, il existe d’autres procédés tels que le “Théâtre Optique” d’Emile REYNAUD (brevet n°194 482 du 1er décembre 1888), le “Kinetograph” d’EDISON (brevet du 24 août 1891) ou le “Phonoscope” de Georges DEMENY (brevet n° 219 830 du 3 mars 1892).

Voir : Emile REYNAUD, le Théâtre Optique et les Pantomimes lumineuses - Une visionneuse publique, la lanterne magique électrique

Lumiere 15

[ Persuadé que l’invention de ses fils doit être exploitée commercialement, Antoine LUMIERE organise une soirée dans le Salon indien du Grand Café situé 14 boulevard des Capucines à Paris. Il a loué la salle à monsieur VOLPONI, le propriétaire. Ce dernier a cédé son sous-sol pour un an et 30 frs par jour, refusant les 20% sur la recette tant il témoigne peu de confiance dans le succès de l’entreprise. Devant la porte du Salon Indien qui jouxte celle du Grand Café, un homme distribue des prospectus aux passants « Cinématographe Lumière, entrée 1 franc. » ]

Lumiere 16

[ Le premier soir 33 personnes seulement payent leur place, juste de quoi rembourser la location de la salle (cliquer ici). Celle-ci contient une centaine de sièges. Le public, auquel se sont joint quelques invités, s’installe et la lumière s’éteint. Sur la toile blanche de l’écran apparaît la projection photographique des portes de l’usine Lumière à Lyon. L’image est fixe « C’est encore un spectacle de lanterne magique » murmure-t-on, déçu. Et tout à coup l’image s’anime… Tout bouge, c’est la vie même, d’une vérité stupéfiante ! ]

Lumiere 17  Réaction du public assistant à une charge de cuirassier

Lumiere 18  Réaction du public assistant au coucher de la parisienne

Georges MELIES, directeur du théâtre ROBERT-HOUDIN, qui fut invité par Louis LUMIERE à assister à son spectacle, raconte très bien ce qu’il a ressenti dans ce témoignage sonore : cliquer ici.

Lumiere 21  Lumiere 22  Lumiere 28  Lanterne et arc électrique BOULADE Frères à Lyon – Photos SVV Argenteuil ©*

[ Lorsque la salle est à nouveau éclairée, Antoine LUMIERE, organisateur de la soirée, recueille les applaudissements les plus mérités. Des curieux parviennent à voir le Cinématographe, caché dans une cabine en velours, à l’abri des regards. C’est Jacques DUCOM, un expert en photographie, qui est chargé de régler la lampe à arc de la lanterne, fabriquée à Paris par Alfred MOLTENI. C’est elle qui projette une lumière vive à travers la petite boîte d’ébénisterie en noyer – le Cinématographe proprement dit – dont l’intérieur semble très élaboré. ]

Lumiere 19

Il est possible d’utiliser n’importe quelle lanterne de projection, mais il faut qu’elle possède un système d’éclairage suffisamment puissant pour permettre une image lumineuse et assez grande sur l’écran de la salle. Il faut alors prendre des précautions pour éviter l’inflammation de la pellicule en celluloïd, matière extrêmement inflammable. « Pour remédier à cet inconvénient, on interpose souvent entre le condensateur et la pellicule une cuve contenant une solution d’alun qui absorbe la chaleur de la source lumineuse. Messieurs LUMIERE ont imaginé de supprimer cette cuve et de remplacer le condensateur formé de lentilles de verre par un ballon rempli d’eau. De préférence distillée ou additionnée de quelques gouttes d’acide acétique… Après trente ou quarante minutes de fonctionnement, l’eau contenue dans le ballon entre en ébullition, ce qui n’offre aucun inconvénient. Pour éviter les projections de l’eau en ébullition, il suffit d’y plonger un petit morceau de coke suspendu à l’extrémité d’un fil métallique. »

Lumiere 24  Lumiere 25  Lumiere 23  La caméra LUMIERE sert à la fois pour les prises de vues et la projection – Photos SVV Argenteuil ©*

[ Charles MOISSON, qui a fabriqué au début de 1895 le premier prototype de caméra, d’après le brevet du 13 février, est chargé de tourner la manivelle. L’exemplaire qui a servi pour la première représentation publique est sorti des ateliers de Jules CARPENTIER. Il est disposé sur une sorte de chevalet. La pellicule tombe directement dans un sac placé au dessous. Elle est rembobinée par un petit dévidoir à manivelle dû aussi à l’imagination de Louis LUMIERE.  Enfin au mur se trouver accroché le tableau électrique qui permet de surveiller l’intensité des charbons incandescents de la lampe à arc. ]

Lumiere 26 « Cet ensemble tout neuf, qui donne de si beaux résultats, excite la convoitise ! » Photo SVV Argenteuil ©*

[ L’un des invités, le célèbre illusionniste Georges MELIES, propriétaire du théâtre ROBERT-HOUDIN, demande à Antoine LUMIERE le prix de son appareil. La réponse est nette : « L’invention n’est pas à vendre. Pour vous, elle serait la ruine. Elle peut être exploitée quelque temps comme une curiosité scientifique ; en dehors de cela elle n’a aucun avenir. » Georges MELIES et d’autres invités n’en sont pas persuadés. Ils se demandent déjà comment ils pourront faire de la photographie animée sans les LUMIERE. ]

NB : Les passages entre crochets […] sont extraits de l’ouvrage “Chronique du Cinéma” paru aux Editions Chronique en 2002 – Cliquer ici.

Layout 1

* Le cinématographe LUMIERE présenté dans cet article fait parti de la collection du Dr Paul GENARD “Les Lumière” qui a été vendue le samedi 5 avril 2014 par Marie-Laure THIOLLET à la Maison de Vente d’Argenteuil (95) contact : 01 34 23 00 00. Expert Christophe GOEURY tél : 01 42 54 16 83.

 

Publié dans Brevets et inventeurs, Lanternes projection, Projections pour Spectacles | Pas de Commentaires »

La tentation de Saint-Antoine le Grand

Posté par Patrice Guerin le 4 mars 2014

Depuis le Moyen-Age, l’histoire de saint Antoine le Grand a inspiré de nombreuses œuvres, aussi bien religieuses que profanes, dans des domaines très variés : peintures, musiques, littérature, etc.

Antoine 01  Statue de saint Antoine et son cochon, collégiale d’Uzeste en Gironde

Cet ermite est né en Egypte vers 251. Adulte, il se serait retiré dans le désert pendant 13 ans durant lesquels il subit, tout comme le Christ, les attaques de démons prenant l’apparence de bêtes féroces ou sensuelles. Il est mort vers 356 à l’âge de 106 ans !

Antoine 02  Cette gravure de Jacques CALLOT (1592-1635) figurait dans le cabinet de travail de FLAUBERT à Croisset – Source Gallica

Gustave FLAUBERT (1821-1880) lui consacra un poème en prose dans lequel il détailla la vie particulière de ce saint. « Sur une montagne. A l’horizon, le désert ; à droite, la cabane de Saint-Antoine, avec un banc devant sa porte ; à gauche, une petite chapelle de forme ovale. Une lampe est accrochée au-dessus d’une image de la Sainte Vierge ; par terre, devant la cabane, des corbeilles en feuilles de palmiers. Dans une crevasse de la roche, le cochon de l’ermite dort à l’ombre. Antoine est seul, assis sur le banc, occupé à faire ses paniers ; il lève la tête et regarde vaguement le soleil qui se couche… Les formes vagues du fond, à peine entrevues jusqu’à présent, commencent à se discerner dans la brume, mais telles que des ombres chinoises à travers un transparent, plates, sans relief ni couleur. Ce sont les sept Péchés Capitaux, Envie, Avarice, Luxure, Colère, Gourmandise, Paresse, Orgueil, et une huitième ombre plus petite, la Logique. A mesure que l’une d’elles s’est un peu avancée pour parler, elle rentre ensuite avec les autres, qui se tiennent toutes ensemble au fond à droite, du côté de la cabane du saint. » Extrait de la version de 1849.

Antoine 03

Au XIXe siècle l’imagerie populaire s’empare de cette légende et donne de ce saint, accompagné de son fameux cochon, des représentations très fantaisistes.

Antoine 05  Antoine 06

Antoine 07  Antoine 08

Antoine 09  Antoine 10

Sur ces plaques de lanterne magique, on découvre saint Antoine confronté à un certain nombre de monstres hideux et de diables multicolores. « L’on voyait sur un trône… Le saint craignant de pécher… Sur un sopha une diablesse en falbalas… Courez vite prenez le Patron… On vit des démons de tous les cantons… Quelques uns prirent le cochon… Ah grand Dieu, que je l’échappai belle… etc »

Antoine 04  Antoine-15  Imagerie d’Epinal N°3027 et N°1656 (Ombres chinoises) éditions Pellerin et Cie.

Après avoir guéri la femme du roi de Navarre, possédée du démon, Saint-Antoine est rattrapé par une truie qui cherche à attirer l’attention du saint homme sur son affreux cochonnet qui est aveugle. Pris de compassion, l’ermite touche les yeux du petit cochon. Aussitôt ce dernier pousse un grognement de satisfaction et se met à gambader autour de son bienfaiteur !

Voir : Les images d’Epinal et la lanterne magique

Rivire / Henri / 1864-1951 / 0070. La Tentation de saint Antoin  Pièce d’ombres représentée pour la première fois au théâtre du Chat Noir le 28 décembre 1887 – Source BNF

Cette “féérie à grand spectacle” en 2 actes et 40 tableaux est l’œuvre de Henri RIVIERE sur une musique nouvelle et arrangée par Albert TINCHANT et Georges FRAGEROLLE. On y retrouve un certain nombre de “tentations” telles que la Gourmandise avec les halles et le vin, l’Avarice avec le jeu, le veau d’or et la bourse, l’Orgueil, la Science, la Mer, le Ciel, etc. Une grande partie du deuxième acte est consacré au “Cortège et défilé de la reine de Saba” avant de se terminer sur une procession des dieux du monde entier : les dieux scandinaves Odin avec les Walkyries suivis d’Apollon, des Muses, des dieux Egyptiens, de Vischnou avec Laskmi “assis sur le serpent Ananta”, de Buddha, des dieux Japonais, etc.

Voir : Pièce d’ombres La Marche à l’Etoile - Le cabaret du Chat Noir

De nombreuses autres représentations de la tentation de saint Antoine ont existées, telles que les films de Georges MELIES en 1898 cliquer ici et de Vincent LORANT-HEILBRONN en 1906.

Antoine 12   Antoine 13

Aujourd’hui le sujet est tombé dans l’oublie malgré quelques réminiscences de représentations telles que ces timbres illustrés par un tableau de Gérôme BOSCH (2012) et par un tableau de Salvador DALI (2004). Grâce à son cochon, saint Antoine le Grand est le patron des éleveurs de porcs et des charcutiers, fêté le 17 janvier !

 

Publié dans Images projetees | Pas de Commentaires »

Séance de lanterne magique au Vatican, devant le Pape LEON XIII

Posté par Patrice Guerin le 2 mars 2014

Vatican 01  “The Graphic” Sepember 21, 1901.

En 1901, le pape LEON XIII (1810-1903) assiste à un spectacle de lanterne magique dans la grande salle du Consistoire au Vatican. En présence des cardinaux et de nombreux membres de l’aristocratie et d’ecclésiastiques distingués, le professeur Orazio MANUCCHI* (1852-1931), présente de nombreuses vues des cryptes et des plus importants monuments des catacombes romaines.

Vatican 02  Vatican 03  Vatican 04  Associazione “Amici delle Catacombe” : 1. Crypte des Papes – 2. Crypte Sainte Cécile – 3. Crypte du pape St Eusèbe.

L’archéologue, baron Rudolph KANZIER, fournit un commentaire tout au long de la projection « Il eût été facile de mêler à la description des catacombes des considérations de sentiment ou de piété. Je m’en suis abstenu. Mon but direct n’était pas d’édifier, mais d’instruire ».

Vatican 05  LEON XIII, pape de 1878 à 1903

A la fin du spectacle, Sa Sainteté remercie chaleureusement les deux hommes pour le plaisir qu’ils lui ont donné.

Source : journal anglais “THE GRAPHIC” du 21 septembre 1901

Vatican 07   Vatican 06  Vatican 08

Dans les années 50, une pochette de diapositives représentant les catacombes, a été éditée par la Commission d’Archéologie Sacrée à Rome. Ces 12 diapositives couleurs sont tirées sur film Eastmancolor Kodak. Aujourd’hui il ne reste que la couleur rouge, les deux autres (vert et bleu) ayant disparu avec le temps ; à moins qu’il s’agisse de vues en noir et blanc qui aient été colorisées en rouge pour donner l’impression de couleur… Peut-être une copie des vues qui furent présentées au Pape LEON XIII en 1901.

En avril 1907, Pie X permet à M. FERON-VRAU de donner une séance de projections dans ses appartements particuliers. Il exprime ainsi sa satisfaction : « Vous m’avez fait passer une heure délicieuse. » Source : “Guide d’action religieuse” Reims, bureau de l’Action Populaire – 1908

Voir : Les projections lumineuses dans les églises

_______________

* MANNUCHI était membre de la Commission pontificale d’Archéologie sacrée et rédacteur à la Bibliothèque du Vatican.  Il publie en 1905 “Le Catacombe Romane”.

 

Publié dans Images projetees, Projections pour Spectacles | Pas de Commentaires »

L’arrivée des CONFERENCES ILLUSTREES à l’école, d’après René LEBLANC

Posté par Patrice Guerin le 24 février 2014

Le texte ci-dessous, paru en 1904, annonce l’arrivée des Conférences Illustrées dans les écoles et les collèges, en concluant que c’est « une vérité durable ». Où en est-t-on un siècle plus tard, à l’ère du numérique et de l’image omni-présente ?

Leblanc 01   Le Journal du Dimanche 31 janvier 1904 – Source : Gallica

Ceux que naguère – il y a déjà dix ans – l’on appelait des « montreurs de lanternes magiques » triomphent à l’heure actuelle. Dans les faubourgs des villes, aux villages, aux hameaux, aux cours du soir, aux patronages, aux associations, dans toute cette France post-scolaire qui de jour en jour élargit son action, la “lanterne magique”, la “pièce curieuse” a conquis droit d’entrée, champ de rayonnement. « Dans les écoles nombreuses, il y a économie de temps à réunir, pour la même leçon, les élèves des classes d’un même cours. Dans les écoles qui ne contiennent qu’une classe par cours, ou dans les écoles à un seul maître, les leçons de révision peuvent s’adresser en même temps aux élèves de différents cours. Pour les adultes, nous conseillons une causerie illustrée par semaine. Dans les campagnes elles se font généralement le dimanche. » G. SERRURIER, vice-président fondateur de la Société d’Enseignement par les Projections Lumineuses du Havre.

Voir : La Société d’Enseignement par les projections lumineuses - La Société Nationale des Conférences Populaires

Leblanc 07  Salle de projection de la Ligue Patriotique contre l’alcoolisme « Ta Parole est Lumière”

C’est à la clarté des vues projetées sur l’écran que le savoir s’affirme, que les préjugés s’enfuient. La conférence illustrée renseigne les auditoires populaires sur les inventions, les explorations. Elle est l’histoire, la géographie vue, parlée. Elle complète le journal, le commente, le développe. Elle remplace la veillée où jadis on contait des légendes, sous le manteau des antiques cheminées. Elle est une manière de théâtre où l’on joue des revues d’actualité toujours rafraichie et renouvelée…

Leblanc 03  Les Projections Lumineuses – René LEBLANC 1904

Dans son livre intitulé “Les projections Lumineuses”, monsieur René LEBLANC (voir PORTRAITS), inspecteur général de l’Instruction Publique, donne des détails intéressants sur la diffusion des conférences illustrées : « On resterait sans doute en dessous de la vérité en évaluant à dix mille le nombre des appareils acquis en France, depuis 1890, par les communes, les sociétés d’enseignement, les instituteurs, et, en général, les bienfaiteurs des œuvres post-scolaires. En ces dix dernières années (1894-1903), la Ligue française de l’Enseignement, à elle seule, a fourni plus de trois mille lanternes pour projections à ses adhérents. »

Voir : La Ligue de l’Enseignement et l’Education Populaire

Leblanc 04

Monsieur René LEBLANC prévoit l’introduction des la “lanterne magique” dans l’école du jour, où elle deviendra l’auxiliaire de la démonstration orale. Et, au moment ou il lance cette idée, il se trouve qu’un professeur qui enseigne l’histoire au lycée Hoche à Versailles, monsieur Paul DESPIQUES, déclare dans un article de la “Revue Universitaire” que l’enseignement par l’aspect s’impose dans les établissements secondaires.

Après avoir parlé des images murales, des albums, dont il souligne l’utilité, monsieur DESPIQUES démontre qu’il faut que l‘élève ne se contente pas de voir, mais apprenne à regarder : « L’image, dit-il, doit être vue en commun par la maitre et les élèves, elle doit servir comme un texte précis à l’enseignement, comme un grand livre ouvert aux yeux de tous, et, à mon avis, le feuillet de ce grand livre est la projection lumineuse.

Elle est d’un usage très répandu dans les œuvres post-scolaires où elle fait merveille. Les maitres de l’enseignement populaire ont compris, en effet,  qu’en allant au peuple, ils s’adressaient à des grands enfants et qu’il fallait à leur usage, en de si coutres réunions, des méthodes vives et agissantes, parlant le plus souvent à côté de la lanterne à projections. Le village s’est cotisé pour l’achat de l’appareil… Je voudrais cette lanterne à projections installée au lysée. »

Leblanc 05  Amphithéâtre de la Sorbonne – Voir : Projection et amphithéâtres

Monsieur Paul DESPIQUES ajoute : « Je voudrais dans un coin de la classe, près de la chaire, l’écran en permanence au mur, des volets mobiles aux fenêtres pour faire la nuit en plein jour, l’appareil à côté dans une armoire ou un cabinet, toujours préparé, les collections de vues constituées comme une bibliothèque. Les séances de projections ne seraient pas des accidents trimestriels comme elles l’ont été presque partout où il y a eu des essais. Elles pourraient être mensuelles, bi-mensuelles, l’une pour l’histoire, l’autre pour la géographie. Elles feraient partie de la classe, elles seraient une révision rapide du cours, car, en dehors des heures de classe, pouvons-nous nous flatter de fixer l’attention des jeunes enfants, avides de grand air, de mouvements et de jeu ? Enfin, dernier avantage, la lanterne à projections pourrait fournir au maitre des éléments scientifiques par la représentation exacte de la vérité simple, méthodiquement exposée. »

Leblanc 06  Conférence illustrée sur Benvenuto CELLINI – Revue Après l’Ecole septembre 1901

Voir : APRES L’ECOLE : revue éditée par la librairie E. CORNELY - Aux origines des syndicats et de l’Enseignement Populaire - Les projections à l’école

Ainsi l’inspecteur général de l’enseignement primaire et le professeur de lycée sont d’accord pour proclamer les mérites de cette “lanterne magique” qui, il y a dix ans, nous valait épigrammes et quolibets. Ainsi va le train du monde, utopie d’hier, vérité d’aujourd’hui, et vérité durable.

Article signé Edouard PETIT, paru dans “Le Journal du Dimanche” du 31 janvier 1904, rubrique “Semaine Littéraire”. Source : Gallica

 

Publié dans Projections et Enseignement | Pas de Commentaires »

Les CHROMATROPES de projection

Posté par Patrice Guerin le 3 février 2014

Chromatrope 01

Le chromatrope porte un nom bien savant pour un petit accessoire tout simple permettant de projeter de saisissants effets lumineux. Son étymologie vient des mots grecs (khrôma) « couleur » et (tropos) « tour », ce qui lui donne l’avantage d’être compris dans de nombreuses langues. Il fait partie de la famille des vues à système.

Voir : Plaques animées et plaques à système pour projection

Voici les “tours de couleurs”, obtenus avec différents chromatropes  fichier mov  Cliquer sur l’icône MOV pour voir l’animation

Apparu dans les années 1850, le chromatrope est constitué d’un châssis en bois équipé d’une manivelle qui fait tourner en sens inverse deux couronnes métalliques. Celles-ci supportent chacune un verre peint de motifs géométriques que l’on peut interchanger sur certains modèles. La projection de ces disques qui tournent sur eux-même en sens inverse, fait apparaître sur l’écran de fascinantes rosaces colorées en perpétuelle évolution. « Ils produisent des effets si gracieux et parfois même si étonnants, qu’ils ont conquis la faveur du public et qu’ils précèdent généralement et terminent toutes les séances récréatives. » Source : catalogue “Projections Lumineuses” 1912 Maison de la Bonne Presse.

Chromatrope 02  Modèle primitif Collection A.G.

Sur les premiers modèles, la transmission du mouvement entre la manivelle située sur l’arrière et les disques se fait à l’aide de deux petites courroies ou ficelles qui ont parfois tendance à glisser. L’une est droite tandis que l’autre est croisée pour inverser la rotation de l’une des couronnes.

Chromatrope 03

Il existe différents types de chromatropes, allant de petits modèles pour lanterne magique jusqu’à des modèles de plus grand format adaptés aux lanternes de projection de la fin du XIXe siècle.

Chromatrope 04  Catalogue Lerebourg 1853  Chromatrope 05  Catalogue Maison de la Bonne Presse 1912

On pouvait acheter un chromatrope simple qui ne produisait à l’écran qu’un seul effet lumineux, mais il était possible de se procurer un coffret de luxe garni d’un châssis et de plusieurs disques de verre (12 dans le coffret ci-dessous) qui pouvaient être assemblés par paires semblables, donnant ainsi lieu à des effets très variés (voir vidéo ci-dessus).

Chromatrope 06   Chromatrope 07

L’assemblage de deux disques différents est possible mais ne donne pas d’effet particulier. C’est la géométrie semblable et inversée de deux disques qui provoque des animations extraordinaires. Au début du XXe siècle, il est possible d’acheter des planches de décalcomanies représentant six paires de dessins variés ainsi que des verres blancs découpés en rond pour réaliser à moindre coût des chromatropes.

Chromatrope 08  Cette belle carte animée montre trois jeunes enfants jouant avec une lanterne magique posée sur un guéridon. La carte est découpée d’encoches qui laissent apparaître un second motif imprimé sur une roue circulaire dépassant sur le pourtour afin de la faire tourner. Il s’agit bien du principe du chromatrope, cependant l’effet visuel n’est pas à la hauteur de celui produit par la projection.

Voir : Les collections de vues pour projection MAZO

 

Publié dans Images projetees | Pas de Commentaires »

Le ZOGRASCOPE et les vues d’optique

Posté par Patrice Guerin le 31 janvier 2014

Zograscope 01      Zograscope 12 A droite modèle avec support de loupe en métal – Collection J.-M.P.

Le zograscope est un appareil d’optique principalement composé d’une lentille convexe et d’un miroir articulé permettant de visionner des vues d’optique. Il apparait au XVIIe siècle dans les cabinets de curiosités. En 1677, l’écrivain allemand Johann Christoph KOHLANS note que l’ajout d’une lentille convexe donne « de la largeur, de la familiarité et de la distance aux images provenant de ma Camera Obscura ».

Voir : La lanterne magique dans les cabinets de physique

Zograscope 02  Zograscope 03  Zograscope 08  Zograscope 09  Zograscope 10

Les premiers zograscopes de salon sont commercialisés en Europe dès le milieu du XVIIIe siècle, offrant un nouveau divertissement de qualité lors des réunions mondaines et dans les familles bourgeoises.

Zograscope 04

L’aberration sphérique sur les bords de la lentille et l’utilisation de perspectives exagérées et de couleurs vives sur les vues perturbent la vision et donnent une impression de profondeur et de relief à une image somme toute fort plate. De plus cette lentille, aussi grosse soit-elle, ne permet de voir qu’une partie de l’image, obligeant l’observateur à « découvrir successivement certaines parties de l’image , donnant ainsi l’impression de se déplacer dans un espace idéalisée et imaginaire ».

Zograscope 05  Vue de l’hôtel de ville de Paris prise de la place

Le développement du zograscope correspond à l’édition des premières vues d’optique, initialement appelée “Perpective” car elles abusaient de cet effet obtenu facilement à l’aide de la Camera Obscura.

Camera Obscura  DELLA PORTA utilisant une Camera Obscura. Voir : Les expériences d’optique de DELLA PORTA

D’abord éditées à Paris et à Londres, puis en Allemagne, ces vues sont vendues à des milliers d’exemplaires. Elles permettent à une population aisée de voyager à moindre frais et de découvrir les merveilles du monde bien avant l’apparition de la photographie puis de la carte postale.

Zograscope 06  Vue de la chapelle St Paul à Edimbourg prise de la place d’Yorck

Les vues d’optique sont gravées à l’eau forte sur cuivre, dans un format horizontal. Le titre apparaît inversé en haut de la gravure afin d’être vu à l’endroit lors de l’observation tandis qu’une autre légende figure à l’endroit sous l’image. Par contre l’image est dessinée à l’endroit si bien que son observation à travers un zograscope muni d’un miroir la fait apparaître à l’envers ! Les vues d’optique sont colorées à la main avec des teintes primaires très vives telles que le jaune, le rouge et le vert. Ces vues représentent généralement des perspectives des principales villes et monuments d’Europe ainsi que des panoramas célèbres ou des scènes historiques.

Zograscope 07  Vue générale de la ville de Venise

A partir du milieu du XIXe siècle, l’apparition de la photographie et des lanternes magiques les feront progressivement tomber en désuétude. « Ce qu’on appelait “Vues d’optique”, c’étaient des images coloriées qu’on regardait à travers une lentille ou un verre grossissant. Le stéréoscope et les vues photographiques les ont remplacées ; mais les musées forains en font encore usage. » F. POUY dans “Le Livre, revue du monde littéraire” 1883. Progressivement ces images bon marché et de grands formats deviendront des tableaux bon marché, découpées et encadrées sous verre avec passe-partout, les rendant inutilisables pour toute observation spectaculaire.

Zograscope 11 Miniature sur porcelaine – Collection J.-M.P.

Publié dans Accessoires et divers | Pas de Commentaires »

123456...13
 

2ndeavicenne |
kadscen |
entre terre et mer |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Histoire-Géographie-Educati...
| Oppidum anglicus: the city ...
| Joie en Dieu et Descendance...