• Accueil
  • > Recherche : maison bonne presse

Résultats de votre recherche

Vues fondantes – Dissolving views

Posté par Patrice Guerin le 20 décembre 2013

Fondantes 01
« Installés dans votre fauteuil,
Vous allez voir surgir de l’ombre,
Pour le plus grand charme de l’œil,
Pays, portraits et sites sans nombre. »

Que la séance soit familiale, dans un cercle restreint ou en public, il est toujours bon de commencer le spectacle par un préambule qui “met en conditions” les spectateurs. Ensuite le projectionniste peut enchainer une variété de vues simples ou animées en les projetant de manière continue et sans “trou noir” sur un seul écran. Ces projections sont généralement accompagnées d’une narration en directe, de musique et d’effets sonores, donnant ainsi lieu – suivant la dextérité du projectionniste et du narrateur – à un véritable spectacle, bien avant l’avènement du cinéma.

Voir : Petit spectacle de lanterne magique - Séance de Lanterne Magique au musée Guimet

Fondantes 2c  Fondantes 2d  Incendie du beffroi d’Arras durant la première Guerre Mondiale – Vues Maison de la Bonne Presse  fichier mov  Cliquer sur l’icône MOV pour voir l’animation

Les vues fondantes ou “Dissolving views” en anglais – appelées ultérieurement fondu enchainé – sont composées d’une série de deux ou trois vues complémentaires d’un même sujet ayant des aspects différents, par exemple été / hiver ou jour / nuit et même jour / nuit / illumination. Elles sont devenues très populaires à partir des années 1870, tout d’abord en Grande-Bretagne, puis en France et dans toute l’Europe.

Fondantes 03a  Fondantes 03b  Paysage  fichier mov  Cliquer sur l’icône MOV pour voir l’animation

Les vues les plus anciennes sont généralement peintes à la main et représentent des scènes complémentaires dont les composantes ne sont pas tout à fait les mêmes. Dans ce paysage d’été, par exemple, il y a des feuilles sur les arbres et divers personnages que l’on ne retrouve pas dans le paysage d’hiver. Les couleurs sont très fines et lumineuses ce qui convient parfaitement à la projection.

Fondantes 04c Fondantes 04d  Tour Eiffel – Vues Newton  fichier mov  Cliquer sur l’icône MOV pour voir l’animation

Vers les années 1880, les vues photographiques pour la projection (positifs sur verre) remplacent progressivement les vues peintes. Il s’agit généralement d’une seule photographie reproduite sur deux ou trois plaques qui sont mises en couleurs à la main avec différents aspects, jour / nuit par exemple, en y ajoutant quelques détails tels que la lune ou les rayons lumineux de la Tour Eiffel.

Voir : Plaques photographiques pour la projection

Fondantes 5c  Fondantes 5d  Volcan Vésuve – Vues Newton  fichier mov  Cliquer sur l’icône MOV pour voir l’animation

Fondantes 7a  Fondantes 7b  Moulin – Henry Murphy  fichier mov  Cliquer sur l’icône MOV pour voir l’animation

Ces effets sont obtenus en utilisant une lanterne de projection équipée de deux objectifs biunial / deux en un), ou une paire de lanternes dont les images se superposent sur l’écran.

Voir : Lanternes multiples ou POLYORAMAS - Le régulateur à arc électrique DUBOSCQ

Fondantes 06  Catalogue Mazo 1905

Les fabricants de l’époque, tels que Molteni, Mazo ou la Bonne Presse en France, Newton, Mawson ou York & Son en Grande-Bretagne et d’autres encore proposent dans leurs catalogues de multiples vues fondantes accompagnées parfois des commentaires appropriés.

On trouve le même principe dans les Polyoramas et certains chromos.

Voir :  Polyorama Panoptique -  Lanterne magique chromos à système - Les collections de vues pour projection MAZO

 

Publié dans Images projetees | Pas de Commentaires »

MARQUES

Posté par Patrice Guerin le 17 septembre 2013

Répertoire alphabétique des principales marques ou types d’appareils présentés sur ce site. Ce classement permet de retrouver facilement tous les appareils d’une marque, ou une famille d’appareils de différentes marques, cités dans les articles.

 

MARQUES logo-cinescope-150x62  CINESCOPE

Projecteur CINESCOPE ou Cinescopie

 

logo-comicscope-150x109  COMICSCOPE

Le COMICSCOPE et les B.D. américaines des années 40

 

Demaria 02DEMARIA-LAPIERRE

Gros appareil de projection des années 30

 

logo-dillemann-150x130  DILLEMANN

Lanterne “Tournesol” grand format

Lanterne “Tournesol”

Lanterne simplifiée “Taxisol”

Lampe à alcool SOL

 

logo-duboscq-1-150x61  DUBOSCQ

La maison d’instruments d’Optique et de Précision SOLEIL – DUBOSCQ – PELLIN

Loupes, miroirs et prismes SOLEIL DUBOSCQ

1er régulateur à arc électrique FOUCAULT DUBOSCQ

Le régulateur à arc électrique DUBOSCQ

Chalumeau oxhydrique DUBOSCQ PELLIN

Lanterne de projection DUBOSCQ

Autres lanternes de projection DUBOSCQ PELLIN

Le Polyorama DUBOSCQ

Polariscope de projection PELLIN

 

logo-egber-150x76 EGBER 

Lanterne d’agrandissement EGBER

 

logo-fescourt-150x52  FESCOURT 

Lanterne de projection FESCOURT

 

logo-foca-150x77  FOCA 

Le projecteur AUDAX – FOCA

 

logo-flatters-150x78  FLATTERS & GARNETT

Microscope de projection FLATTERS et GARNETT

 

logo-gaumont-1-150x145GAUMONT

Société des Etablissements GAUMONT

Les lanternes de projection GAUMONT

 

logo-hume-150x93  HUME 

Lanterne d’agrandissement CANTILEVER

 

logo-ica-1-150x150  ICA

Projektions Apparat – ICA Dresden

Lanterne universelle ICA Dresden

Projecteur fixe 35mm ICA

 

logo-ives-150x57  IVES – Appareils trichromes

Visionneuse stéréo PHOTOCHROMOSCOPE ou KROMSKOP

Le KROMSKOPE commercialisé par Clément & Gilmer

 

logo-johndisney-150x56  JOHNSON Disney

Projecteur de film-strip JOHNSON DISNEY

 

logo-kodak-1-150x150  logo-kodak-2-150x131  KODAK

Histoire de KODAK : 1 – Les débuts

Histoire de KODAK : 2 – Les principaux projecteurs de diapositives

Le KODIOPTICON, première lanterne de projection KODAK

Les projecteurs KODAK : RETINA et KODASLIDE model A

 

logo-korsten-150x51  KORSTEN

Les projecteurs L. KORSTEN

Les lampes à arc électrique L. KORSTEN

 

logo-lapierre-150x48  LAPIERRE 

Lanternes de projection LAPIERRE

 

Logo Laverne LAVERNE

Lanternes de projection scolaires à deux usages LAVERNE

 

Logo Lefevre 2LEFEVRE

Mégascope LEFEVRE ou Lampadorama

Le Lampadorama ou Lampascope bilampadaire LEFEVRE

 

logo-leitz-150x150  LEITZ

Histoire des projecteurs LEITZ

Projecteur Leitz ULEJA

Projecteur Leitz UDIMO

Projecteur Leitz VIII

Projecteur Leitz PARVO

Les projecteurs PRADOVIT

Leitz FADOMAT pour fondu enchaîné

 

logo-bonne-presse-1-150x102  logo-bonne-presse-2-150x148  MAISON DE LA BONNE PRESSE 

Histoire de la Maison de la BONNE PRESSE

Les premières lanternes de projection de la BONNE PRESSE

Lanterne “Universel”

Projecteur Filmostop

 

logo-mazo-1-150x81  MAZO

Histoire de l’entreprise MAZO

Les origines de la Maison MAZO

Les collections de vues pour projection

Les publications MAZO et les principaux titres

Appareil de projection “Gros Modèle”

Lanternes de projection HELIOS

Lampe à pétrole “Maxima”

“OLYMPIA” lanterne de projection automatique

Les projecteurs Filmoscope de MAZO

Le saturateur d’éclairage intensif MAZO

 

MICROSCOPES SOLAIRES

Microscopes solaires de projection

Microscope solaire de CHEVALIER

Le Mégascope réfracteur achromatique de CHEVALIER

Microscope solaire de SECRETAN

Microscope solaire de BERTSCH

 

logo-molteni-150x146 MOLTENI

Histoire de la maison MOLTENI

Le laryngoscope CADIER fabriqué par la Maison MOLTENI

Les lanternes de projection MOLTENI

Appareil de famille, le brevet

Appareils de famille, premiers modèles

Appareil de famille et de classe, modèles postérieurs

Lanterne de projection télécommandée

Lanternes de projection scientifique

Lanterne d’agrandissement à chariot fixe

Support à réflexion horizontal

La visionneuse LANTERNOSCOPE

Trousse d’objectifs

Plaques animées MOLTENI

Le livre : Projections MOLTENI, les appareils et accessoires

L’enseignement par les yeux 

MOLTENI et les photographiques de la Société de Géographie

La fontaine lumineuse ou fontaine de COLLADON

 

logo-noris-150x82NORIS

Projecteurs NORIS

 

logo-optimar-150x150 OPTIMAR 

Projecteur OPTIMAR Laterna Magica Kinder Kino

 

Optico 21 OPTIQUE COMMERCIALE

Histoire de l’entreprise OPTICO

Microscope de projection

 

logo-pathe-110x150 PATHE

Charles PATHE et les lanternes de projection

Lampes à arc électrique Pathé

Le Pathéorama et la lanterne Cocorico

La lanterne Pathé Cocorico n°6

 

logo-photoscopie-1-150x46  PHOTOSCOPIE

Le projecteur automatique AUTOSCOPE

La PHOTOSCOPIE et les différents PHOTOSCOPES

La PHOTOSCOPIE et le microfilm

 

logo-plank-150x108  PLANK Ernst

Lanternes magiques Ernst PLANK

La lanterne magique GLORIA

 

logo-radiguet-1-150x57  RADIGUET & MASSIOT

RADIGUET & MASSIOT successeur de MOLTENI

Projecteur de petit format

Lorsque l’enseignement des Sciences devient spectacle

Lanterne “Caméléon”

Multiprojecteur Universel

Un banc d’optique ancien fabriqué par la Maison MASSIOT

 

Logo lgt  ROUSSEL

La lanterne “COSMOPOLITE”

 

logo-tiranty-150x82  TIRANTY 

Histoire de l’entreprise TIRANTY

Lanterne de projection TIRANTY Gnome

 

logo-union-150x64  UNION 

Les projecteurs UNIOGRAPHE et UNIONSCOPE

 

logo-zeiss-150x85  ZEISS IKON 

ZEISS IKON A.G.

Rétroprojecteur “Belsazar”

 

 

Publié dans | 1 Commentaire »

Pieds et supports pour lanterne de projection

Posté par Patrice Guerin le 12 mars 2013

Pieds et supports pour lanterne de projection dans Lanternes projection support-01-150x105

Pour être bien placée et éviter toute déformation de l’image sur l’écran, la lanterne de projection doit être surélevée de manière à ce que l’axe du faisceau lumineux soit perpendiculaire au centre de l’écran. « Trop souvent on se contente de poser la lanterne sur une table quelconque, en la haussant au besoin avec des cales de bois ou des livres. C’est là une très mauvaise méthode, car la lanterne peut bouger lors de son utilisation, voir même tomber ce qui risque de provoquer d’importants dégâts si l’on utilise un éclairage à flamme vive ».

support-03-300x204 dans Lanternes projection  support-02-150x78  Publicité Butcher & Son – 1898

Dans la littérature ancienne on trouve peu de descriptions de cet accessoire et les catalogues de fabricants ne proposent que quelques modèles souvent issus de la photographie. « Nous réprouvons absolument l’emploi des trépieds photographiques, quelque solides qu’ils soient, par ce que le plus léger choc peut suffire à faire basculer l’ensemble, lourdement chargé sur le dessus ».

support-04-102x150  support-14-111x150  support-13-95x150

A l’époque, le meilleur support est constitué par un fort pied d’atelier en bois à simple ou double crémaillère. Grâce à ses différents réglages, il est possible d’adapter la hauteur et l’inclinaison du plateau quelque soit le poids du projecteur.

support-05-93x150  support-06-102x150Livre et journal représentant le pied de studio en couverture.

Entre 1900 et 1910 la maison Mazo présente deux modèles de ce type. Un  premier modèle en hêtre noirci avec un montant central équipé d’une crémaillère incrustée et un second modèle à double montants à crémaillères, possédant une manivelle de réglage pour la hauteur et un volant permettant l’inclinaison de la planche supérieure.

support-07-91x150  support-08-92x150  support-09-95x150  support-10-99x150  Catalogues Mazo et Bonne Presse – 1905 / 1910

Certains fabricants proposent des ensembles “assortis” comprenant la lanterne et un solide table de projection pouvant être en bois ou en métal.

Voir : Les tables de projection

support-12-94x150  support-17-114x150

Il existe d’autres supports moins encombrant pouvant être posés sur une table et permettant d’orienter facilement l’appareil ou offrant la possibilité d’installer deux lanternes pour vues fondantes.

Voir : Spectacle d’ombres artistiques ou le théâtre chez soi

support-19-150x148  La caisse de transport de l’appareil peut faire un bon support.

Voir : Le KODIOPTICON, première lanterne de projection Kodak

support-15-150x139  Support en bois, moins encombrant qu’un pied, permettant de régler l’inclinaison de la lanterne.

support-16-150x85  Table à inclinaison  et socle centreur.

Enfin n’oublions pas qu’au XVIIIe siècle ROBERTSON avait fabriqué un support composé de 4 pieds munis de roulettes pour placer et même déplacer son fameux Fantascope ” : « au bas de l’appareil sont appliqués de chaque coté deux coulisseaux en buis ayant la forme D (fig. 2) de 2 pouces de long qui servent à reposer l’appareil et à le faire couler silencieusement sur deux règles de cuivre qui ont 12  pieds de longueur ».

support-18-90x150

Voir : Description et fonctionnement du Fantascope

Publié dans Lanternes projection | Pas de Commentaires »

Les projections lumineuses dans les églises

Posté par Patrice Guerin le 5 juin 2012

Les projections lumineuses dans les églises dans Lanternes magiques Eglise-01-150x131

Dans de nombreuses paroisses, les projections servent tout d’abord au catéchisme de Première Communion. Par la suite certaines prêtres les utilisent dans les églises afin d’illustrer la prêche durant le Carème « pour faire aimer les vérités de la religion, et cela vaut mieux que les contes de fées d’autrefois qui laissaient de si fortes et sottes impressions ».

En 1903, on peut assister à ces spectacles en plusieurs églises de Paris, notamment à Sainte-Elisabeth et à Sainte-Anne de la Maison-Blanche, où l’auditoire est surtout composé d’hommes, afin de leur apporter un appoint considérable à l’attrait des instructions du soir.

Eglise-02-150x102 dans Projections et Enseignement  Déposition de la Croix, de FRA-BARTOLOMEO, galerie Pitti à Florence.

Durant la messe dominicale, la toile est déroulée devant le cœur tandis que la lanterne, placée près de l’orgue, « envoie dans un faisceau lumineux des tableaux de maîtres ou des scènes qui se rapportent au sujet enseigné ». A Sainte-Elisabeth, le chanoine GERBIER  achève d’abord son sermon et montre ensuite des tableaux de 5 mètres de diamètre. A Sainte-Anne, l’abbé POULIN évoque au fur et à mesure les tableaux de 8 mètres de base, en les expliquant « des deux côtés, l’auditoire nombreux, populaire et intelligent, suit avec respect et intérêt ». A la fin du sermon, la toile s’abaisse facilement en se roulant pour que la messe puisse continuer normalement.

Source : “Le Pèlerin” n° 1369 du 29 mars 1903. Voir : Histoire de la Maison de la BONNE PRESSE

Déjà aux Etats-Unis à la fin des années 1870, on pouvait voir dans certains lieux de culte des pasteurs utiliser la lanterne magique pour intéresser leur auditoire.

Eglise-03-150x111 dans Projections pour Spectacles  Priere-01-150x150 Priere-02-150x150  Priere-03-150x150  Priere-04-150x150

Au Massachusetts, la lanterne magique remplace le livre de chants « Plus près de toi mon dieu, plus près de toi… ». Mars 1879.

Cependant, en 1912, La Vatican publie un décret interdisant les projections d’images fixes ou animées dans les églises, ce qui contraint la Maison de la Bonne Presse à modifier sa stratégie de production.

Voir : Séance de lanterne magique au Vatican, devant le Pape LEON XIII

 

Publié dans Lanternes magiques, Projections et Enseignement, Projections pour Spectacles | Pas de Commentaires »

Lanterne “Universel” de la Maison de la BONNE PRESSE

Posté par Patrice Guerin le 23 mai 2012

Lanterne “Universel” de la Maison de la BONNE PRESSE dans Corps Opaques BonnePresse-31-150x106  Amphithéâtre du lycée le Likès à Quimper

« Notre enseignement a cessé depuis longtemps d’être livresque pour devenir de plus en plus concret en se servant de procédés démonstratifs, en particulier de la projection qui, en géographie, joue un rôle primordial ». Un représentant des agrégés d’histoire in BSPHG 1930 p. 203 (Bulletin de la Société des Professeurs d’Histoire-Géographie). Pour cela il fallait des appareils puissants, capables de projeter différents types de documents transparents et opaques, voir même de petits objets en volume.

BonnePresse-32-150x98 dans Lanternes projection   BonnePresse-33-150x126 dans Projections et Enseignement  Collection G.V.

En septembre 1924, la Maison de la BONNE PRESSE dépose un brevet  pour « un appareil de projection universel permettant de passer instantanément, par simple rotation des lampes d’éclairage… de la projection de tous les corps opaques à la projection de diapositives doubles dites “vues fondantes” et même à la projection des anaglyphes qui donnent une si saisissante impression de relief ».

Voir : Histoire de la Maison de la BONNE PRESSE

BonnePresse-34-150x141  BonnePresse-35-150x108“La Science et la Vie” N°96 – Juin 1925     BonnePresse 42 Pub 1930

L’appareil, dénommé “L’universel Bonne Presse”, fut présenté de manière détaillée dans le N°96 de “La Science et la Vie” de juin 1925. Il possède trois objectifs : celui qui est au centre permet de projeter des vues ou des corps opaques, tandis que les deux latéraux, qui sont orientables, servent à la projection de diapositives sur un seul écran, en complément, ou non, de l’objectif central. Les objectifs latéraux sont équipés d’un système à “œil de chat”, permettant la réalisation de très beaux effets de “fondus”.

Voir : Lanternes multiples ou POLYORAMAS

BonnePresse-36-150x102  BonnePresse-37-150x122  BonnePresse-38-150x114  BonnePresse-39-150x126  BonnePresse-40-100x150  Collection G.V.

La lanterne est équipée de deux grosses lampes à miroir « à incandescence  intensive (filament en atmosphère gazeuse) qui exigent une intensité de 4 ampères sous une tension de 110 volts ; ce sont donc des lampes d’environ 600 bougies (soit 400 W environ) ». Ces lampes sont montées sur des supports réglables à la fois verticalement et horizontalement. Elles peuvent être orientées vers l’avant ou vers l’arrière suivant que l’on projette des vues transparentes ou des corps opaques.

BonnePresse-41-150x137  En 1936, la Maison de la BONNE PRESSE présente à la Foire de Paris un appareil semblable avec cependant quelques différences telles que l’absence des cheminées.

Voir : Autres appareils à venir

Publié dans Corps Opaques, Lanternes projection, Projections et Enseignement | Pas de Commentaires »

Lanternes multiples ou POLYORAMAS

Posté par Patrice Guerin le 19 mai 2012

Lanternes multiples ou POLYORAMAS dans Lanternes projection Polyorama-01-108x150 Lanterne triple MOLTENI  Colporteur-115x150 dans Lanternes projection voir : Le colporteur d’images de Renaud PERRIN

La lanterne double ou triple, aussi appelé Polyorama (à ne pas confondre avec l’appareil Polyorama panoptique), ou “biunial” par les anglais, a été conçue pour assurer des spectacles de projection sans “trous noirs” entre les vues “fondantes” (Dissolwing views en Angleterre). Cette technique, connue aujourd’hui sous le nom de “fondu enchainé” a été très en vogue dans les années 1970-1980.

Il existe deux grandes familles de lanternes multiples.

Polyorama-02-125x150  Polyorama-03-124x150  Polyorama-04-83x150  Polyorama-08-129x150  Lanternes : MOLTENI – RADIGUET & MASSIOT – MAZO

Celles sous forme d’une seule grosse lanterne équipée de plusieurs objectifs et de plusieurs éclairages.

Polyorama-06-150x108  Polyorama-07-150x111  Lanternes : MOLTENI – RADIGUET & MASSIOT

Celles constituées par un assemblage de deux lanternes classiques placées côte à côte.

Ombre-12-150x82

Lors de la projection, les vues se superposent sur l’écran pour ne former qu’une seule image. Les lanternes triples permettaient par exemple de projeter un décor ou un paysage avec une lanterne tandis que les deux autres permettent d’enchainer des vues dans ce décor.

Voir : Spectacle d’ombres artistiques ou le théâtre chez soi - Plaques animées et plaques à système pour projection - Projection de phénomènes météorologiques - Vues fondantes / Dissolving views - Petit spectacle de lanterne magique

Polyorama-16-102x150  Polyorama-09-97x150  Polyorama-10-94x150

En France, le premier à construire ce genre de lanterne est MOLTENI (voir PORTRAITS), dans les années 1880. Puis on trouve des “modèles français” dans les catalogues édités par MAZO et par la Maison de la BONNE PRESSE.

Voir :Les premières lanternes de projection de la BONNE PRESSEAppareil de projection “Gros Modèle” MAZO

Par la suite, RADIGUET & MASSIOT (successeur de MOLTENI), Paul BAUDIN, etc. fabriqueront aussi des lanternes multiples fonctionnant à l’électricité.

Voir : Projection de décors au théâtre et à l’opéra

Polyorama-11-94x150  La plupart des catalogues de l’époque présente aussi des “Modèle anglais” double ou triple, fabriquées en acajou verni avec dôme et cheminée en tôle russe et accessoires ainsi que les objectifs en cuivre.

Voir : Séance de Lanterne Magique au musée Guimet

Il existe deux systèmes pour obtenir le “fondu” des images, c’est à dire assombrir l’une tandis que l’autre s’éclaire « afin d’offrir un effet très remarquable donnant l’impression que les images se fondent l’une dans l’autre ».

Polyorama-12-97x150  Polyorama-13-101x150

Soit en faisant varier l’intensité de la source lumineuse à l’aide de robinets dissolveurs, s’il s’agit d’un éclairage avec chalumeaux oxycalciques comme on peut le voir sur certains des projecteurs présentés ci-dessus. Plus tard les systèmes électriques à arcs ou à ampoules fonctionneront avec l’utilisation d’un simple rhéostat.

Polyorama-14-150x118Modèle primitif  Polyorama-15-150x93

Soit en équipant chaque lanterne d’un mécanisme, parfois appelé “œil de chat” ou “guillotine”, placé devant l’objectif. Celui-ci permet de fermer graduellement l’un des objectifs tandis que l’autre s’ouvre de la même quantité de lumière.

Dans les années vingt de nouveaux appareils fonctionnant avec de puissantes ampoules électriques vont apparaître pour répondre aux besoins de certains enseignants qui souhaitent projeter des documents transparents ou opaques.

Voir : Lanterne “Universel” de la Maison de la BONNE PRESSE -

Publié dans Lanternes projection | Pas de Commentaires »

Les premières lanternes de projection de la BONNE PRESSE

Posté par Patrice Guerin le 7 mai 2012

Le service des projections de la Maison de la Bonne Presse est créé par Georges-Michel COISSAC (voir PORTRAITS) fin 1895, comme en témoigne les articles parus dans “Le Pélerin” du 17 novembre 1895 et du 23 février 1896 par exemple.

Voir : Histoire de la Maison de la BONNE PRESSE

Progressivement, la Maison de la Bonne Presse fabrique et commercialise un certain nombre de lanternes de projection répondant aux caractéristiques suivantes « volume et poids réduits – boîte à lumière simple en métal ne rouillant pas – chambre à air avec ventilation suffisante pour éviter l’échauffement – système optique donnant le maximum de luminosité ». Toutes ces lanternes – hormis la plus simple – sont livrées dans des coffrets en tôle fermant à clé avec poignée en cuir. Celle-ci peut servir de support de projection.

Les premières lanternes de projection de la BONNE PRESSE dans Lanternes projection BonnePresse-21-98x150  Les appareils proposés dans le catalogue de 1908 vont du modèle le plus simple à 25 fr 50 (sans éclairage) au modèle le plus perfectionné à 200 francs, sans compter les appareils doubles qui peuvent coûter jusqu’à 435 francs.

BonnePresse-22-150x107 dans Lanternes projection  Appareil de Famille N°1

Appareil bon marché équipé d’un condensateur de 103mm « pour la vulgarisation de la lanterne de projection… qui n’est pas construit en fer blanc verni comme le sont généralement les articles d’un prix aussi réduit, mais bien en tôle lustrée (aussi appelée tôle russe) forte et très solide ».

BonnePresse-23-150x107  Appareil de Famille N°2

Lanterne économique et très simple destinée aux patronages « sans aucun ornement et avec un objectif moins puissant permettant cependant de projeter une image de 2m50 ». Elle est équipée d’un condensateur de 110mm.

BonnePresse-24-150x100  Appareil des Ecoles modèle de luxe

Appareil en tôle russe ajourée avec un corps de grand format pouvant recevoir tous types d’éclairage. Elle est équipée d’un condensateur de 110mm et d’un objectif à crémaillère « en monture cuivre verni or ».

BonnePresse-25a-150x106  Appareil le ”Bayard” dont il existe différentes versions

Modèle le plus répandu et le plus appréciés des appareils de projection de la Bonne Presse. Il est constitué d’un corps en tôle russe avec porte sur les deux côtés surmonté d’une cheminée avec chapeau à frise, d’un objectif de type Petzval, avec fente pour verres teinteurs, en cuivre poli et verni sur socle mobile avec vis de réglage et d’un condensateur de 110mm. Poids 6 kg. Il permet de projeter des clichés de grandes dimensions, mais aussi divers instruments de démonstrations scientifiques.

Voir : article à venir

BonnePresse-26a-150x116  Appareil “Bonne Presse” N°1 recommandé aux conférenciers

C’est un appareil « élégant et solide, à corps riche… ». Il est constitué d’un corps en épaisse tôle russe avec porte sur les deux côtés et double porte arrière surmonté d’un dôme conique ajouré avec cheminée à frise. L’avant est entièrement en cuivre verni avec plaque et contre-plaque carrées et très épaisses à ressort permettant d’introduire divers passe-vues et accessoires scientifiques.

Il existe un modèle N°2 « plus grand et plus fort » que le précédent avec condensateur de 115mm pouvant être équipé d’un objectif télescopique à trois tirages.

BonnePresse-27-139x150  Appareil double “Bonne Presse” modèle français

Ce nouvel appareil sorti en 1908 est « construit par les soins de notre service des Projections ». Il est entièrement en tôle russe avec garnitures en cuivre. Tous les systèmes d’éclairage peuvent y être introduits sans aune crainte d’échauffement. Il est équipé de deux condensateurs de 110mm, d’objectifs 43x53mm à crémaillère, orientables. Le tout est montée sur un socle en acajou.

Voir : Lanternes multiples ou POLYORAMAS

BonnePresse-28-131x150Il existe un dispositif « pour vue fondantes » qui permet d’utiliser deux lanternes simples de type “Bayard” ou “Bonne Presse”. « Ce dispositif a été présenté au Congrès Général des Projections de 1906 et a été chaleureusement accueilli par les projectionnistes ».

BonnePresse-29-150x113  Appareil d’agrandissement N°2

En plus des lanternes de projection classique, la Maison de la Bonne Presse propose différentes lanternes d’agrandissement, destinées plus particulièrement au travail de laboratoire. Leur particularité est d’avoir un corps étanche ne laissant filtrer aucune lumière. La lanterne de cet appareil possède les mêmes caractéristiques que le “Bayard”. Elle est équipée d’un chariot en noyer verni et d’un soufflet en cuir et repose sur un socle en noyer ou acajou.

BonnePresse-07b-150x101  « Tous ces modèles sont exposés dans nos salles des ventes situées au n°22 cours de la Reine, où se trouve aussi une chambre noire et des laboratoires pour les essais de toutes sortes.” Source : Assomption.org

« De plus la Maison de la Bonne Presse se charge de la construction de tous genres d’appareils ayant rapport aux projections lumineuses ainsi que tous les appareils de physique, modèles spéciaux et accessoires demandés par les clients ». Dans les années 30 d’autres appareils verront le jour.

Voir : Lanterne “Universel” - Projecteur Filmostop

Publié dans Lanternes projection | Pas de Commentaires »

Histoire de la Maison de la BONNE PRESSE

Posté par Patrice Guerin le 27 avril 2012

Histoire de la Maison de la BONNE PRESSE dans Lanternes projection BonnePresse-02-150x107   BonnePresse-01-150x102 dans Lanternes projection

La Maison de la Bonne Presse est créée en juillet 1873 sous l’impulsion du père Emmanuel d’ALZON (1810-1880) fondateur, en 1845, de la congrégation religieuse catholique des Augustins de l’Assomption, spécialisée dans l’organisation de pèlerinages. Le but de cette fondation est de « grouper dans une œuvre commune, un ensemble de journaux, de publications, de livres, d’écrits de toute nature, capables de servir à l’apostolat catholique » afin du faire face à la montée des républicains anticléricaux incarné par Jules FERRY (1832-1893), ministre de l’Instruction Public, puis président du Conseil en 1880 et 1883.

Voir : La Ligue de l’Enseignement et l’Education Populaire

BonnePresse-03b-150x136Le Pèlerin N°187 – 31 juillet 1880 – 4e année

Dès sa création, la Maison de la Bonne Presse édite “Le Pèlerin” puis, en 1880, la revue mensuelle “La Croix” qui devient un quotidien en 1883. “Le Pèlerin” du 22 juillet 1882 publie la lettre d’un certain DELAFOREST, curé de Saint Hilaire à Poitiers, qui fait remarquer que la nouvelle loi Ferry sur l’école laïque (18 mars 1882) va « obliger les paroisses à prendre en charge le catéchisme dès 8 ans et qu’elles ont besoin pour cela de s’appuyer sur des images… N’y a-t-il pas dans le personnel artistique du Pèlerin, quelqu’un de bonne volonté qui consentit à entreprendre une suite de grandes images à l’usage des catéchismes ? ».

BonnePresse-04-121x150  Le père Vincent de Paul BAILLY (1832-1912) est la grande figure des premières années de cette œuvre.

Pour plus d’informations cliquer ici

BonnePresse-05-150x102  Bâtiment rue François 1er en 1883

En quelques années il met en place une véritable entreprise qui deviendra près d’un siècle plus tard, en 1969, le groupe Bayard Presse. En 1882, il comprend avant beaucoup d’autres le rôle que va jouer l’image dans l’éducation et en édite par milliers. Lors du congrès de “La Croix” qui se déroule en septembre 1895, le comité de diffusion du Mans signale le succès d’une nouvelle méthode pour toucher le public potentiel du quotidien : les conférences avec projections lumineuses « 1200 personnes étaient venues à la soirée de recrutement de lecteurs, mais il est clair qu’elles avaient surtout été attirées par l’annonce de projections sur la Terre Sainte ». Certains prêtes utilisent même les projections lumineuses pour illustrer leur prêche.

Voir : Les projections lumineuses dans l’Eglise

BonnePresse-06-150x100

A la suite de cela, le père BAILLY charge Georges-Michel COISSAC (voir PORTRAITS) de mettre sur pied le service des projections au sein de la Maison de la Bonne Presse. En novembre de la même année, on peut lire dans “Le Pèlerin” que La Bonne Presse fait construire elle-même « une lampe à projections qui n’est rien moins qu’une petite merveille et dont les résultats dépassent de beaucoup ce que l’on avait atteint jusqu’ici ».

fascinateur01.vignette

En mars 1899 paraît à Lyon le premier numéro de “L’ange des projections lumineuses”, premier périodique catholique consacré aux projections lumineuses. La Maison de la Bonne presse édite, quant à elle en 1898, une petite revue “Les Conférenciers” qui propose, sous forme de fascicules, des conférences sur des sujets les plus divers écrites par des spécialistes. Le 1er janvier 1903 paraît “Le Fascinateur”, organe des récréations instructives de La Bonne Presse destiné à accompagner le développement des projections fixes puis cinématographiques. Michel COISSAC en sera le rédacteur en chef durant près de vingt ans.

bonnepresse-07a-150x143  Salle de vente des Projections

Sous l’impulsion de Michel COISSAC, le service des projections va se développer durant toute la première moitié du XXe siècle, en associant trois éléments complémentaires.

BonnePresse-17-106x150  BonnePresse-08-150x911 – La création d’une collection de vues dessinées ou photographiques sur de multiples sujets, la religion bien sûr, mais aussi sur l’histoire, les voyages et l’éducation.

Voir : La Pastorale de Noël

BonnePresse-09-150x942 – Le développement et la commercialisation d’appareils de projections fixes puis cinématographiques et tous les accessoires qui vont avec dont les différents systèmes d’éclairage inventé à l’époque.

Voir : Les premières lanternes de projection  -  Projecteur Filmostop - Lanterne “Universel”

 

BonnePresse-10-150x1123 -  L’édition de divers fascicules de conférences et publications dont il est le rédacteur en chef.

Voir : article à venir

BonnePresse-11-139x150  Paul FERON-VRAU

Le 1er avril 1900, Paul FERON-VRAU (1864-1955), héritier de Philibert VRAU et intime des Augustins, prend la direction de cette œuvre après l’avoir rachetée à ses propriétaires quinze mois avant le vote de la Loi sur les Associations qui dépouille les congrégations religieuses. Avec l’aide d’autres industriels du Nord, il fonde en 1904  la société de la Presse Régionale qui a pour objectif d’aider financièrement des journaux catholiques de province à se développer afin de s’opposer à la politique gouvernementale dans le contexte du “Bloc des gauches” et de la crise créée par la loi de séparation de 1905.

BonnePresse-12-150x150  BonnePresse-13-150x150 Pour voir le film de l’INA cliquer ici

Malgré la cession de la Maison de la Bonne Presse à une personne privée et sans tenir compte des preuves matérielles de cette vente, la justice donne tous droits au liquidateur des Assomptionnistes. Les immeubles et le matériel sont vendus en 1908 et rachetés par la société civile La Jeanne d’Arc. Le 23 décembre 1909, M. Paul FERON-VRAU rachète au cours d’une vente, le fonds de commerce, les marchandises et tous les titres de la Maison de la Bonne Presse.

BonnePresse-14-150x122  BonnePresse-15-150x122   BonnePresse-16-21x150  Collection G.V.

En 1927, la Maison de la Bonne Presse commence à diffuser sa collection d’images sur des petites bobines de films fixes « 50 images tiennent sur un film de 25 grammes si bien qu’une poche de soutane peut contenir 50 bobines ! »

Voir : Les débuts du Filmstrip ou Films en bande 35mm

bonnepresse-18-300x218  Action de la Maison de la Bonne Presse au capital de quatre millions de francs – 1929

Aujourd’hui la Maison de la Bonne Presse, devenue Bayard Presse en 1969, reste toujours la propriété exclusive des Augustins de l’Assomption.

Pour en savoir plus cliquer ici

 

Publié dans Lanternes projection | 1 Commentaire »

APRES L’ECOLE : revue éditée par la librairie E. CORNELY

Posté par Patrice Guerin le 29 février 2012

APRES L’ECOLE : revue éditée par la librairie E. CORNELY dans Images projetees AprEcole-02-122x150 AprEcole-01-150x114 dans Projections et EnseignementRevue N°108, septembre 1901

Cette revue illustrée d’enseignement populaire est fondée en 1895 par René LEBLANC (voir PORTRAITS). Elle répond au souhait formulé par les sociétés d’enseignement populaire lors du Congrès de Havre en août 1895 « Les projections lumineuses étant utiles pour mettre à la portée de toutes les intelligences la plupart des connaissances éducatives et professionnelles qui composent le bagage de l’instruction populaire à ses divers degrés, les sociétés d’instruction et les membres de l’Université devront faire, le plus possible, appel à ce mode d’enseignement ».

Voir : Aux origines des syndicats et de l’Enseignement Populaire - La Ligue de l’Enseignement et l’Education Populaire

C’est l’une des toutes premières publications laïques à répondre à ce besoin d’enseignement post-scolaire, comme le prouve « le témoignage qui nous a officiellement été rendu par le Ministère de l’Instruction publique… » – Ministère qui précise cependant que « la conférence ne constitue qu’une distraction instructive… » – ainsi que l’avis  du Ministre de la Guerre « frappé des résultats de cette action et qui en a propagé l’extension dans l’armée ».

AprEcole-03-99x150  Source : Musée National de l’Education dans “Images Lumineuses”  inventaire des collections 1995 par Annie Renonciat

De septembre 1895 à septembre 1897 la revue est éditée par “Larousse” comme en témoigne la lettrine du texte d’introduction du premier exemplaire. Quelques mois après se création “Après l’Ecole” lance un concours « ouvert à tous pour la rédaction de conférences illustrées destinées à l’enseignement des adolescents » dont le délai limite pour le remise des manuscrits est septembre 1896.

AprEcole-04-150x87N°218 novembre 1907 “La vie anglais”

En 1898, la revue est éditée par la librairie Edouard CORNELY située initialement au 35 bis rue de Fleurus à Paris. Elle entre dans sa troisième année et modifie son organisation. Le comité de rédaction se compose de René LEBLANC fondateur, inspecteur général de l’instruction Publique ; Edouard PETIT, propagandiste de l’œuvre ; Marcel DUBOIS, professeur à la faculté de Paris ; Mlle SAFFROY, inspectrice des écoles de la Seine. Le rédacteur en chef est Louis TRONCET, auteur de livres pour l’enseignement primaire.

La revue “Après l’Ecole” fait une place importante à l’instruction des jeunes filles et à l’enseignement ménager et « …s’attache à donner de l’attrait aux réunions de jeunes gens et aux fêtes du dimanche ».

AprEcole-05-118x150  AprEcole-13-110x150AprEcole-07-99x150

Chaque numéro est accompagné soit de vues pour projections lumineuses, soit de gravures tirées hors texte. Les principales rubriques sont : conférences illustrées – Lectures – Variétés – Poésies et Chansons – Comédies – Conseils pour les maîtres – Echos et informations.

AprEcole-14-150x101Septième année 1901-02, quatorzième année 1908-09 et treizième année 1907-08 avec couverture souple

18 numéros d’une trentaine de pages sont publiés chaque année « nous rappelons que l’abonnement est de 6fr à l’année et qu’il ne peut partir que du 1er octobre, quelle que soit la date à laquelle il a été souscrit ». En fin d’année scolaire, tous ces numéros sont regroupés pour former un livre relié de près de 300 pages environ (sans les vues pelliculaires), mais certaines pages des revues mensuelles n’apparaissent pas dans le livre.

NB Une très importante collection de vues et de publications annuelles peut être consultée chez l’auteur de ce site. Laisser un message dans les commentaires.

AprEcole-08-130x150La librairie Edouard CORNELY semble exister de 1897 à 1913. Elle est spécialisée dans les publications historiques. CORNELY est un ardent défenseur d’une laïcité radicale « La production pédagogique de cette librairie était aussi bien connue des milieux enseignants du primaire et du secondaire se situant dans la mouvance socialiste ».

En 1901 cette librairie se situe au n°101 de la rue de Vaugirard à Paris VIe et fait valoir une médaille d’or (classe I) et une médaille de bronze (classe XIII) à l’Exposition Universelle de 1900.

AprEcole-09-150x114  AprEcole-10-150x93Conférence sur l’Intolérance avec 24 vues en couleurs

La librairie Edouard CORNELY édite des “tirés à part” de certaines conférences en regroupant l’ensemble des vues (24 ou 48) mises en couleurs et vernies, accompagnées d’un livret reprenant la totalité du texte de la conférence « prix franco, emballé dans un tube : 3 francs ».

Voir : La Révolution Française (sujet à venir)

AprEcole-12-150x117Elle publie aussi un certain nombre d’ouvrages scolaires et de conseils sur les projections lumineuses.

Vers 1907 il semble que la librairie ait rencontré certaines difficultés. Elle s’appelle dorénavant  la “Société nouvelle de librairie et d’édition Edouard CORNELY et Cie, éditeur”. Une nouvelle périodicité est mise en place pour la revue “Après l’Ecole” et six numéros sont envoyés simultanément sur trois périodes, en octobre, en décembre et fin janvier « de telle sorte que toutes les conférences puissent être faites avant la clôture des réunions du soir qui se font rares à partir du 15 mars ». Certaines conférences sont illustrées de vues photographiques, ce qui est nouveau dans le domaine des vues pelliculaires, mais existait depuis longtemps en vues sur verre.

Voir : Plaques photographiques pour la projection

En 1913, Frédéric RIEDER rachète la librairie de son patron Edouard CORNELY. Après la première Guerre Mondiale il la développe en mariant éditions savantes et fiction. Au début des années vingt, il se groupe avec les librairies ALCAN et LEROUX pour former une société coopérative, les “Presses Universitaires de France” tout en gardant chacun leur indépendance. Sous la pression économique des années trente, les éditeurs fusionnent au sein des P.U.F. “Presses Universitaires de France”. Il s’agit d’un « attelage ou quadrige d’Apollon qui réunit depuis 1939 les maisons Alcan, Leroux, Rieder et les Presses universitaires de France, nées en 1921 à l’imitation de leurs homologues anglaises et américaines ».

Voir : La Société Nationale des Conférences Populaires

 

 

Publié dans Images projetees, Projections et Enseignement | Pas de Commentaires »

La Société Nationale des Conférences Populaires

Posté par Patrice Guerin le 22 janvier 2012

La Société Nationale des Conférences Populaires dans Images projetees Conference-01-150x91

En 1890, alors qu’il a un peu plus de 30 ans, Emile Jean GUERIN-CATELAIN (voir PORTRAITS) fonde la “Société nationale des Conférences Populaires” afin de « répandre gratuitement l’enseignement primaire supérieur parmi les adultes des deux sexes, dans toutes les communes de France, d’Algérie et des Colonies… ainsi que dans les Régiments et la Marine ».

Voir : Aux origines des syndicats et de l’Enseignement Populaire

Conference-02-95x150 dans Projections et Enseignement

En 1895, le ministère de l’Instruction Publique met à la disposition des sociétés d’instruction populaire « les appareils de projections lumineuses et les collections de vues photographiques pouvant servir à l’enseignement dans les cours d’adultes et les conférences populaires ». L’année suivante, des collections de vues, dont il avait été fait don au ministère par deux sociétés d’enseignement, sont déposées au Musée pédagogique. La “Société nationale des Conférences Populaires” se charge d’assurer à ses frais l’expédition des vues, leur entretien et la correspondance. Celle-ci possède 50 appareils de projection qu’elle met gratuitement à la disposition des conférenciers. En 4 mois, du 1er octobre 1897 au 30 janvier 1898, la Société distribue gratuitement en France 85 618 conférences imprimées par ses soins. Les vues circulent dans toute la France en franchise postale, aller et retour, à destination des recteurs, des inspecteurs d’académie, des inspecteurs primaires, des instituteurs et institutrices publiques.

Conference-06-150x128  « Messieurs les conférenciers sont invités à projeter en début de chacune de leurs conférences une vue passe-partout en inscrivant sur la partie claire le titre du sujet du jour ».

Conference-03-150x101  Conference-04-150x101Ouvrage de 476 pages couvrant l’année scolaire 1909-1910. On y trouve l’ensemble des bulletins mensuels publiés par la Société Nationale des Conférences populaires. Les planches de vues illustrant les conférences ne sont pas incluses dans le livre.

Pour diffuser les connaissances professionnelles, cette Société crée, sous le nom de “Veillées rustiques”, des conférences  destinées à ses membres et correspondants des sections départementales. « Publiées primitivement à intervalles irréguliers et envoyées trois ou quatre fois par an, en bloc, ces conférences parurent à partir de 1906, en bulletins mensuels semblables à une véritable revue comprenant d’agréables causeries scientifiques, littéraires et récréatives accompagnées de dessins, puisque l’illustration est devenue un des modes les plus estimés de l’éducation populaire ».

conference-11-300x203  Salle du Quai du Port à Marseille – Vers 1908

Le service de projections prend un rapide essor : en 1908-1909, le chiffre des envois s’élève à 37 340. (Source : ifé – Institut français de l’Education) et la “Société nationale des conférences populaires” compte plus de 8 000 collaborateurs. De 1910 à 1920 elle édite une revue d’information intitulée “Les conférences et Lectures Populaires” envoyée à tous ses membres (Source : BNF).

conference-10-150x115  Cette enveloppe de 1906 donne de précieuses informations sur les différentes adresses de la « Société Nationale des Conférences Populaires”

Le siège social se trouve 13 place de la Bourse (Paris), le Secrétariat Général est situé 124 rue des Couronnes Paris, quant au service des Projections Lumineuses, il faut s’adresser au Musée Pédagogique de l’Etat, 41 rue Gay-Lussac, Paris. Elle précise aussi ses différentes activités : “Veillées Rustiques” – “Cours d’adultes” – Conférences régimentaires”.

Conference-05-150x85

Durant l’année 1909-1910, le Conseil d’administration de la Société ouvre un concours pour la création d’une affiche destinée à annoncer les conférences, en reprenant les principaux termes figurant dans le document ci-dessus. La commission de Propagande choisira la meilleure œuvre dont l’auteur sera récompensé par une médaille de vermeil accompagnée d’un “module spécial”, le second aura une médaille d’argent et le troisième une médaille de bronze.

Conference-08-150x150 Conference-09-150x150

Tous les ans au mois d’avril, chaque secrétaire des Sections départementales doit adresser au Secrétaire général de la Société un rapport sur la marche de sa section durant l’exercice écoulé (nombre de conférences, résultats acquis, desiderata), en y joignant un état de propositions de récompenses pour les conférenciers de la section. « La commission des récompenses s’est réunie pour étudier et arrêter la liste des candidats à proposer pour les médailles d’honneur de la “Société nationale des conférences populaires ».

Conference 12 Publicité découpée dans un journal, mais sans aucune référence

Dans les années 20, la maison Radiguet & Massiot publie cette publicité pour des « Appareils de projections spécialement construits pour la Socité Nationale des Conférences Populaires». Chaque appareil possède un nom relativement fantaisie que l’on ne retrouve pas dans les catalogues Radiguet & Massiot, de plus certains modèles semblent provenir d’autres fabricants comme le “Lucifer” très semblable à une lanterne vendue par la Maison de la Bonne Presse.

Voir : RADIGUET & MASSIOT successeur de MOLTENI

Pour plus d’informations cliquer ici

 

Publié dans Images projetees, Projections et Enseignement | Pas de Commentaires »

123
 

2ndeavicenne |
kadscen |
entre terre et mer |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Histoire-Géographie-Educati...
| Oppidum anglicus: the city ...
| Joie en Dieu et Descendance...