• Accueil
  • > Recherche : projectionniste lanterne magique

Résultats de votre recherche

Lanterne de projection double STEREOPTICON

Posté par Patrice Guerin le 30 octobre 2018

Stereopticon 01  Catalogue James W. Queen & C° Philadelphie 1869

Le terme “STEREOPTICON” est d’origine anglo-saxonne et figure sur la couverture de nombreux catalogues américains à partir du milieu des années 1860. Il est généralement accompagné du sous-titre “Dissolving view apparatus” (appareil pour vues fondantes ou pour fondu enchainé dirions-nous aujourd’hui). « Vous avez entendu parler de “STEREOPTICON”, de “STEREOSCOPTICON”, de “PANTOSCOPTICON” et de “SCIOPTICON” ou de la “LICORNE D’ÉCRITURE”, comme le disent les billets de cirque, mais cet enrichissement de la langue provenant de sources grecques est étrange. Ce n’est ni plus ni moins qu’une nouvelle lanterne magique adaptée à la projection de photographies sur verre et autres photos à grande échelle. En général, tous les “…OPTICONS” sont des lanternes magiques. » Source “The Pennsylvania School Journal” décembre 1873, page 213.

Stereopticon 02  “Panorama Stereopticon” James W. Queen & C° Philadelphie 1888.

Un STEREOPTICON est une sorte de Lanterne Magique double permettant de projeter en continu (sans séquence noire entre les images) une suite de vues positives sur verre. Il existe deux types d’appareils :

Stereopticon 03  d’une part ceux constitués de deux projecteurs placés l’un à coté de l’autre ;

Stereopticon 04  d’autre part, ceux formés par deux appareils placés l’un au dessus de l’autre.

Par la suite les appareils superposés ne feront plus qu’un seul projecteur à deux objectifs, appelés par les anglais “Biunial”.

Voir : Lanternes multiples ou POLYORAMAS - Lanterne magique vernie noir

Stereopticon 05  Dispositif de fondu à l’avant d’une lanterne double verticale.

A l’avant de chaque objectif se trouve un volet mobile permettant de “fermer” le flux lumineux d’un objectif tout en “ouvrant” l’autre flux lumineux de telle manière que la quantité de lumière soit constante sur l’écran.

Stereopticon 06aStereopticon 06b  Eclairage oxy-calcique.

Pour assurer des spectacles dans de grandes salles, la lumière était fourni par des chalumeaux “Oxhy-Calcique” placés dans chaque lanterne. Ceux-ci étaient alimenté par du gaz Oxygène qu’il fallait préparer avant chaque projection car il n’existait pas de fournisseur à l’époque.

Voir : La lumière DRUMMOND et les chalumeaux oxhydriques

Stereopticon 07  Salle de conférence aux Etats-Unis vers 1880.

Ces dispositifs de projection remontent au milieu du XIXe siècle lorsque certains conférenciers (lecturers en anglais) souhaitaient illustrer leurs propos d’une suite continue d’images. « La lanterne magique, qui servait autrefois à amuser les enfants avec la projection de misérables caricatures et figures grotesques, a maintenant pris un caractère différent grâce aux “Images photographiques nouvelles et supérieures” préparées pour cet instrument ; ces vues sont faites avec netteté, fidélité et effet artistique, représentations inaccessibles à celles qui existaient auparavant. »*

Stereopticon 08  Vue positive stéréo des chutes du Niagara par les frères LANGENHEIM. Source Wikimedia Commons.

Les photographes Américains, d’origine allemande, William et Frederick LANGENHEIM développèrent le procédé des “Diapositives Stereopticon” – images positives sur verre – vers 1849/50. Installés à Philadelphie, ils font une brillante démonstration de projection de ces images lors de la première Exposition Universelle qui se déroule à Londres en 1851. Cet événement apporte une audience internationale à leur travail et contribue à l’utilisation des vues transparentes sur verre pour la projection.

Stereopticon 09Catalogue “Optical Lanterns, Stereopticons, Photographic Transparencies and Colored Views” par James W. Queen & C° Philadelphie 1888.

Des catalogues de vues photographiques sur verre souvent « colorées à la main » sont édités et présentent plusieurs milliers de sujets que l’on peut acheter individuellement ou sous forme de “Lecture Sets”, sorte de conférence prête à l’emploi avec sélection de vues et texte d’accompagnement. Le catalogue de James W. Queen & C° à Philadelphie, datant de 1888 (52e édition) contient plus d’une centaine de pages consacrées aux vues de projection. « Pour donner une conférence de deux heures, une quarantaine de photos est le plus petit nombre qui puisse être utilisé ; avec un plus grand nombre, il sera moins difficile de divertir le public. »*

Stereopticon 10  Projection dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne par Alfred MOLTENI en 1880.

Les conférences avec projections vont se développer dans toute l’Europe jusqu’au début du XXe siècle et la France ne sera pas en reste dans ce domaine. Dès 1860 Alfred MOLTENI va être le projectionniste « zélé » de nombreux conférenciers.

Voir : Enseignement par les projections lumineuses MOLTENI et MEUNIER

* Catalogue “Magic Lanterns, Stereoscopticons, and Dissolving view apparatus” de James W. Queen & C° Philadelphie 1869.

 

 

Publié dans Lanternes magiques, Lanternes projection, Projections pour Spectacles | Pas de Commentaires »

Les projections à l’école

Posté par Patrice Guerin le 26 juillet 2015

Molteni 14  1880 – Conférence dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne

En 1880 Stanislas MEUNIER et Alfred MOLTENI font une conférence dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne pour “démontrer” l’intérêt des projections lumineuses dans les écoles. Ils ont un public de choix, ce sont les « directeurs et directrices d’écoles normales et des inspecteurs primaires réunis en congrès pédagogique à Paris ». Y assistent aussi des représentants d’académies et même du ministère de l’Instruction Public. « Cette séance, qui avait attiré une grande affluence, a offert le plus vif intérêt. Un des professeurs d’un grand établissement scientifique a accompagné d’explications techniques les sujets scolaires qui étaient mis sous les yeux des assistants. » Source : L’Univers Illustré n°1307 du 10 avril 1880

Voir : Enseignement par les projections lumineuses MOLTENI et MEUNIER - L’enseignement par les yeux

 

Ecole 01

Depuis, l’utilisation des projections lumineuses dans les écoles, les lycées et les facultés s’est progressivement développée au grés des institutions, des enseignants et de ce que proposaient les fabricants de matériel et de vues.

Voir : Les lanternes de projection MOLTENI - Lanternes de projection scolaires à deux usages LAVERNE - Lanternes de projection HELIOS de Mazo - Les premières lanternes de projection de la BONNE PRESSE - La PHOTOSCOPIE et les différents PHOTOSCOPES

Leblanc 07

Les projections se sont même largement développées auprès des adultes dans des conférences populaires données le soir après l’école ou le dimanche. « … Il faut avoir été au village, il faut avoir assisté à une conférence illustrée, dans un préau d’école, souvent dans une grange où l’on s’entasse à s’étouffer, pour comprendre combien l’on aurait tort de marchander leur joie et aux auditeurs et aux conférenciers. La conférence, pour le paysan, devient le journal parlé… pittoresque et explicatif ». Témoignage d’Edouard PETIT, inspecteur d’enseignement primaire dans un rapport datant de la fin du XIXe siècle.

Voir : L’arrivée des CONFERENCES ILLUSTREES à l’école

AprEcole 04  Voir : APRES L’ECOLE : revue éditée par la librairie E. CORNELY

Il y eut la période des vues sur verres et des vues pelliculaires sur papier dans les années 1900, puis celle des films en bandes ou films-strip, des années 1930 aux années 1950, et enfin la grande époque de la diapositive dans les années 60… Certains s’en souviennent peut-être ! Il y eut aussi les séances de cinéma “pédagogique” plus ou moins bien animées par des professeurs qui n’étaient projectionnistes.

Voir : Les collections de vues pour projection MAZO - La collection de diapositives MOLTENI - Spectacle de lanterne magique : TROPHONIUS et Geneviève de BRABANT - Les débuts du Filmstrip ou Films en bande 35mm - Les éditions de la PHOTOSCOPIE et les films pédagogiques

Ecole 02

Les témoignages sont rares, les appareils disséminées et les vues pour la plupart oubliées, hormis ce qu’ont pu conserver certains musées et passionnés faisant preuve d’abnégation car le sujet n’est pas “collector”.

Geo Gironde 04 Voir : Une leçon de géographie en 1905, par Henry MIRANDE

Aujourd’hui nous aimerions monter une belle exposition sur ce sujet inédit et demandons à toute personne qui aurait des objets, illustrations, documents ou témoignages, de nous laisser un message en bas de cet article afin que nous puissions documenter au mieux ce passionnant sujet.

Voir : Exposition : Lumineuses Projections !

 

Publié dans Projections et Enseignement | Pas de Commentaires »

SIGNAL LAMP pour conférencier

Posté par Patrice Guerin le 23 octobre 2014

Sonnette 01a  Théâtre antique d’Orange d’après une reconstitution de l’architecte Auguste Caristie (1783-1862)

« Le son doit provenir de l’image ! » Cette affirmation, qui est une évidence aujourd’hui, n’a pas toujours été facile à appliquer dans le “spectacle”. Tant que celui-ci s’exerça sous une forme théâtrale, il était normal que le son provienne de l’image puisqu’il sortait de la bouche même des acteurs. Et l’ingéniosité, à l’époque, consistait à construire des lieux de spectacle capables de renvoyer, voir même d’amplifier les sons provenant de la scène vers les spectateurs.

Sonnette 02  Les frères PATHE, l’un portant un phonographe, l’autre une lanterne de projection, accompagnés de leur fameux coq

Les choses se compliquèrent au XIXe siècle, lorsque la technologie naissante permit de dissocier le son de l’image. Le cinéma en est un bon exemple. Les premières projections étaient muettes, parfois accompagnées d’un musicien caché sur le devant de la scène ; pas au fond de la salle, mais sur le devant de la scène pour que « le son provienne de l’image. » Puis le cinéma parlant fit son apparition, suivi du cinéma sonore, et l’on cachât alors des haut-parleurs à côté ou derrière l’écran.

Sonnette 03  Luciphone – Collection F.B. cliquer ici

Mais avant le cinéma que se passait-il ? Certains diront qu’avant le cinéma il n’y avait rien… Rien d’autre que le “pré-cinéma”, composé de lanternes magiques de tous genres pour amuser les enfants.  Il y eut quand même le Luciphone, premier appareil associant l’image et le son dans un luxueux coffret propre à amuser les enfants de riches bourgeois… Ou peut-être les parents de ces enfants gâtés !

Sonnette 04

C’est oublier les nombreuses Conférences Populaires qui se développèrent à partir de la Seconde République pour « instruire le peuple ». Des conférenciers, illustrant souvent leurs propos avec des projections lumineuses,  traitaient des bienfaits de la science naissance ou des dernières connaissances dans les domaines les plus variés tels que l’astronomie, l’agriculture ou l’hygiène.

Voir : La Ligue de l’Enseignement et l’Education Populaire

Comment faisait-on alors pour que « le son provienne de l’image » ? On sait que pour avoir une image la plus grande possible, il convient de placer le projecteur le plus loin possible de l’écran tout en gardant une luminosité suffisante pour que l’image soit agréable à regarder. A l’époque le public se précipitait dans ces conférences, faute de cinéma ou de télévision, et les salles devaient être suffisamment grandes pour accueillir tout ce public. Un problème quasi insoluble se posait alors. Comment le conférencier pouvait-il à la fois manipuler le projecteur placé à l’arrière de la salle et faire en sorte que « le son provienne de l’image » figurant sur l’écran situé à l’avant de la salle ?

Sonnette 05  Conférence faite lors de l’exposition des insectes à l’orangerie des Tuileries en 1874

La seule solution, puisqu’il n’existait ni micro, ni télécommande, ni “synchroniseur”, était de dissocier les fonctions. Il y aurait un conférencier et un projectionniste. D’ailleurs la manipulation de la lanterne, souvent double, ainsi que des vues qu’il faut changer régulièrement et placer dans le bon sens, et enfin du réglage permanent de la source d’éclairage qui “s‘usait” au fur et à mesure de la conférence, était un travail à plein temps pour un projectionniste chevronné. De 1860 à 1900, Alfred MOLTENI, principal fabricant d’appareils de projection au XIXe siècle, fut le projectionniste habile et bénévole de plus de 2000 conférences animées par les plus grands vulgarisateurs de l’époque tels que Camille FLAMMARION, Gaston TISSANDIER, Stanislas MEUNIER, etc.

Voir : Enseignement par les projections lumineuses MOLTENI et MEUNIER

Sonnette 06  Projection dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne en 1880

Comment faire en sorte que monsieur MOLTENI (voir PORTRAITS), placé près de la lanterne de projection (à droite de l’illustration), puisse projeter au bon moment les vues correspondant au discours de monsieur FLAMMARION (voir PORTRAITS) situé à gauche devant l’écran, et cela dans une salle la plus obscure possible ?

La solution était toute simple et provenait d’Angleterre, pays qui fut le premier à développer les conférences lumineuses et les “outils“ qui vont avec. Il s’agit de la lampe de projectionniste, aussi appelée lampe SIGNAL qui permettait au conférencier à la fois d’éclairer son texte et d’indiquer au projectionniste le moment où il fallait changer de vues.

Sonnette 07

« Un accessoire qui paraît avoir une très minime importance, c’est le signal qui permet au conférencier d’avertir le manipulateur d’avoir à changer le tableau transparent. Quelques-uns emploient simplement une sonnette, un grelot ; d’autres frappent quelques coups sur la table. Mais tous ces moyens on un défaut capital, c’est d’être aussi bien entendus par le public tout entier que par le manipulateur de la lanterne. Il faut absolument que le signal employé soit tel que seul ce dernier le perçoive. Les appareils à air ou électriques sont plus convenables.

 Les premiers se composent d’une poire à air en caoutchouc que le conférencier peut aisément comprimer avec la main et qui est reliée avec l’appareil au moyen d’un long tube de caoutchouc. A l’extrémité du tube, une chambre à air agit sur un levier qui par son agitation prévient le manipulateur. »

Sonnette 08Primus Electric Signal

« L’appareil électrique consiste en une sonnerie accrochée au pied de la lanterne et dont le bouton est sous la main du conférencier. Messieurs BUTCHER & SON ont réuni dans une petite boîte très facilement transportable une sonnerie avec sa pile. » Cependant ce système semble ne pas supprimer le bruit « entendu par le public tout entier ». Source : La lanterne à projections par Eugène Trutat – Editions Charles Mendel Paris 1897.

Dans son livre sur “La projection au XXe siècle” publié vers 1900, Elie MAZO (voir PORTRAITS) précise « Dans une salle organisée spécialement pour les conférences, il faut établir une communication électrique entre l’opérateur et le causeur. Cette communication peut être une sonnerie quelconque, un taquet ou un petit disque mobile dans une ouverture. Le causeur presse un bouton à la main ou un contact au pied, et l’opérateur aussitôt averti change la vue. Mais dans la plupart des cas, cette organisation n’existe pas. On peut se servir d’un signal manœuvré avec une poire, mais pour éviter le tuyau, on emploie plutôt la lampe SIGNAL. »

Sonnette 09  Publicité Mazo de 1908

Il existe différents modèles de lampes pour conférenciers, équipées d’un “SIGNAL”. Cette publicité parue dans le catalogue MAZO de 1908, en présente trois différentes (dont les dessins ne sont pas en proportion).

Sonnette 10  Sonnette 11  Sonnette 12  Sonnette 13  Sonnette 14

Un appareil identique porte une plaque d’identification “Spiers and Pond’s Stores Photographic Department, London, England, Great Britain, 1890”

Cette lampe SIGNAL est la plus sophistiquée des trois. Elle éclaire grâce à une petite lampe à pétrole équipée d’une mèche plate. Mais elle permet aussi d’avertir le projectionniste soit par l’intermédiaire d’un voyant rouge que l’on dévoile à l’aide d’un petit volet articulé, soit à l’aide d’une sonnette semblable aux sonnettes de table ou de vélo? Cette-ci est actionnée d’un doigt pour prévenir le projectionniste et ponctuer la présentation de petits “dings” régulières qui peuvent aussi servir à réveiller certaines personnes de l’assistance ayant tendance à somnoler. Cette lampe possède même un emplacement, à côté de la sonnette, destiné à ranger quelques allumettes.

Voir : Lampe “ECLIPSE” pour conférencier

Sonnette 15  Synchronisateur Philips N6400

Un siècle plus tard, dans les années 1960 / 70, ces petits “Dings” furent remplacés par des “Tops” inaudibles, enregistrés sur la piste inverse d’une bande magnétique, ce qui permettait de changer de vue automatique au fur et à mesure de la progression du son. A noter le bouton rouge permettant d’enregistrer les “Tops”, qui est de la même couleur que le voyant lumineux de la lampe SIGNAL !

 

Publié dans Projections et Enseignement, Sources lumineuses | Pas de Commentaires »

Vues fondantes – Dissolving views

Posté par Patrice Guerin le 20 décembre 2013

Fondantes 01
« Installés dans votre fauteuil,
Vous allez voir surgir de l’ombre,
Pour le plus grand charme de l’œil,
Pays, portraits et sites sans nombre. »

Que la séance soit familiale, dans un cercle restreint ou en public, il est toujours bon de commencer le spectacle par un préambule qui “met en conditions” les spectateurs. Ensuite le projectionniste peut enchainer une variété de vues simples ou animées en les projetant de manière continue et sans “trou noir” sur un seul écran. Ces projections sont généralement accompagnées d’une narration en directe, de musique et d’effets sonores, donnant ainsi lieu – suivant la dextérité du projectionniste et du narrateur – à un véritable spectacle, bien avant l’avènement du cinéma.

Voir : Petit spectacle de lanterne magique - Séance de Lanterne Magique au musée Guimet

Fondantes 2c  Fondantes 2d  Incendie du beffroi d’Arras durant la première Guerre Mondiale – Vues Maison de la Bonne Presse  fichier mov  Cliquer sur l’icône MOV pour voir l’animation

Les vues fondantes ou “Dissolving views” en anglais – appelées ultérieurement fondu enchainé – sont composées d’une série de deux ou trois vues complémentaires d’un même sujet ayant des aspects différents, par exemple été / hiver ou jour / nuit et même jour / nuit / illumination. Elles sont devenues très populaires à partir des années 1870, tout d’abord en Grande-Bretagne, puis en France et dans toute l’Europe.

Fondantes 03a  Fondantes 03b  Paysage  fichier mov  Cliquer sur l’icône MOV pour voir l’animation

Les vues les plus anciennes sont généralement peintes à la main et représentent des scènes complémentaires dont les composantes ne sont pas tout à fait les mêmes. Dans ce paysage d’été, par exemple, il y a des feuilles sur les arbres et divers personnages que l’on ne retrouve pas dans le paysage d’hiver. Les couleurs sont très fines et lumineuses ce qui convient parfaitement à la projection.

Fondantes 04c Fondantes 04d  Tour Eiffel – Vues Newton  fichier mov  Cliquer sur l’icône MOV pour voir l’animation

Vers les années 1880, les vues photographiques pour la projection (positifs sur verre) remplacent progressivement les vues peintes. Il s’agit généralement d’une seule photographie reproduite sur deux ou trois plaques qui sont mises en couleurs à la main avec différents aspects, jour / nuit par exemple, en y ajoutant quelques détails tels que la lune ou les rayons lumineux de la Tour Eiffel.

Voir : Plaques photographiques pour la projection

Fondantes 5c  Fondantes 5d  Volcan Vésuve – Vues Newton  fichier mov  Cliquer sur l’icône MOV pour voir l’animation

Fondantes 7a  Fondantes 7b  Moulin – Henry Murphy  fichier mov  Cliquer sur l’icône MOV pour voir l’animation

Ces effets sont obtenus en utilisant une lanterne de projection équipée de deux objectifs biunial / deux en un), ou une paire de lanternes dont les images se superposent sur l’écran.

Voir : Lanternes multiples ou POLYORAMAS - Le régulateur à arc électrique DUBOSCQ

Fondantes 06  Catalogue Mazo 1905

Les fabricants de l’époque, tels que Molteni, Mazo ou la Bonne Presse en France, Newton, Mawson ou York & Son en Grande-Bretagne et d’autres encore proposent dans leurs catalogues de multiples vues fondantes accompagnées parfois des commentaires appropriés.

On trouve le même principe dans les Polyoramas et certains chromos.

Voir :  Polyorama Panoptique -  Lanterne magique chromos à système - Les collections de vues pour projection MAZO

 

Publié dans Images projetees | Pas de Commentaires »

Les projecteurs publicitaires en carton des années 50

Posté par Patrice Guerin le 21 octobre 2013

Les projecteurs publicitaires en carton des années 50  dans Projecteurs jouet projouets-01-300x189  Les projecteurs en carton des années 50 “des Jeux Passionnants”

Profitant du développement considérable de la diapositive dans les années cinquante, plusieurs fabricants profitent de cette mode pour dynamiser leurs ventes en proposant des petits projecteurs en carton à monter soi-même en échange d’un certain nombre de bons collectionnés dans les produits de la marque. « Les fromageries PICON à Saint-Felix (Haute-Savoie) ont le plaisir d’offrir à leurs petits amis ce nouveau jeu d’un intérêt passionnant pour tous les enfants en échange des bons que vous trouverez dans les boîtes de fromage MERE-PICON ».

projouets-02-102x150 dans Projecteurs jouet  Projecteur CINEMAGIC – MERE PICON

Voir : Le projecteur CINEMAGIC de MERE PICON

projouets-03-112x150  Projecteur CINEBANA – BANANIA

Voir : Le projecteur CINEBANA de BANANIA

projouets-04-300x87  Projecteur AFIX ou CINEAFIX

Voir : Le projecteur AFIX ou CINEAFIX

projouets-05-117x150  Projecteur CINE-ALBUM – HACHETTE

Voir : Le projecteur CINE-ALBUM de Hachette

projouets-09-118x150  Projecteur CINE-MIME - Editions Gautier Languereau

Voir : Le projecteur CINEMIME des éditions Gautier-Languereau

Projouets 10  Projouets 11  Projecteur CINEROLLS – S.P.A.M.

Ce projecteur en carton est obtenu auprès de son fournisseur de lessive habituel ou de l’entreprise S.P.A.M. à Paris « contre l’envoi de cent francs ». Il est livré accompagné d’un premier film ; « ensuite, en échange de cinq bons découpés dans les paquets ROLLS et FAST, votre fournisseur vous remettra gratuitement le suite du film que vous possédez ou le début d’un nouveau film ».

projouets-08-150x100   projouets-06-150x89

Cette mode des petits projecteurs pour enfants ne date pas des années cinquante. Elle remonte aux lanternes magiques jouets du XIXe siècle fabriquées principalement par des marques françaises et allemandes. A la fin du XIXe siècle des kits complets du projectionniste débutant étaient même proposés sur le marché.

Voir : Lanternes magiques jouet - Accessoires pour projections familiales

projouets-07-115x150  Projecteur COMICSCOPE

Dans les années 40/50 d’autres projecteurs fonctionnant avec des lampes de poches ou une simple ampoule électrique permettaient de diffuser les images de Walt Disney et les premiers Comics US.

Voir : Le COMICSCOPE et les B.D. américaines des années 40 - Projecteur de film-strip JOHNSON DISNEY

 

Publié dans Projecteurs jouet | 1 Commentaire »

Projections et Colportages, la lanterne magique au XVIIIe siècle

Posté par Patrice Guerin le 25 avril 2013

C o n f é r e n c e   d u   C o n s e r v a t o i r e   d e s   T e c h n i q u e s

CINEMATHEQUE  FRANCAISE
51 rue de Bercy Paris 12e

Vendredi 17 mai 2013 à 14h30

Plein tarif 4 € / tarif réduit 3 €/ Forfait Atout Prix et Carte CinEtudiant 2.5 € / Libre Pass Accès libre
Pour plus d’informations cliquer ici

Projections et Colportages, la lanterne magique au XVIIIe siècle dans Evenements colporteur

Lanterne de colporteur, collection Roger GONIN en dépôt à la Cinémathèque française, photographie Roger GONIN

Il y a quelques années, Roger GONIN découvrait en Auvergne un objet d’une rareté exceptionnelle : une lanterne magique de colporteur, avec dix plaques de verre peintes à la main. Cet appareil fragile, en bois et fer-blanc, à l’aspect modeste, est l’un des très rares témoins du métier de projectionniste ambulant.

Certaines des plaques conservées, simples ou à système, peintes avec grande minutie, représentent des images de propagande pour Napoléon Bonaparte pendant le Consulat. D’autres résistent à une identification précise.

Menant une véritable enquête policière, Roger GONIN est parti à la recherche des origines de cette machine.
-       Comment se déroulait une séance de projection avec cet appareil ?
-       Comment comprendre cette iconographie ?
-       Qui était le colporteur de cette lanterne magique ?

Colporteur 2Achat : cliquer ici

En février 2016, Roger Gonin publie un livre intitulé “Les savoyards, montreurs de lanterne magique”. L’ouvrage relate l’histoire de cette découverte et l’enquête qu’il a effectué pour retrouver les trace de ces Savoyards « des Alpes du Sud” qui sillonnaient la France avec leur bardas sur le dos. On y voit de nombreuses gravures de colporteurs et de montreurs de lanterne magique.

Voir : Montreurs de lanterne magique  -  Une séance de lanterne magique chez les Grandpierre  -  Lanterne magique et projections familiales – Toverlantaarn

_____________________

Roger GONIN est administrateur général au Festival du Court-Métrage de Clermont-Ferrand depuis 1980 (Responsable pour la sélection internationale de la vidéothèque du Marché du film). Collectionneur, il est membre de la Magic Lantern Society et a conçu deux expositions sur la lanterne magique en 1998 au Musée des Beaux-Arts de Roger Quillot (Clermont-Ferrand) et en 2001 à la Bibliothèque Universitaire des Cézeaux.

 

 

Publié dans Evenements, Non classé | Pas de Commentaires »

PORTRAITS

Posté par Patrice Guerin le 30 décembre 2011

Cette page contient les portraits des principaux personnages liés à la projection, cités dans les articles consacrés à la projection.

 

BERTSCH Auguste Adolphe (1813-1871)

Il a été l’un des pionniers de la photomicrographie au XIXe siècle et membre fondateur de la « Société Française de Photographie ». En 1853, il est le premier à obtenir des microphotographies d’insectes. En 1857 il ouvre un studio à Paris avec Camille D’ARNAUD. Vers 1860, il invente un mégascope permettant de faire des agrandissements importants en utilisant le soleil comme source d’éclairage.  En 1857, il publie « Etudes d’histoire au microscope naturelle ».

« A son nom se rattachent les souvenirs de la photographie microscopique appliquée à l’étude des infiniment petits. Nous lui devons un grand nombre d’appareils spéciaux qu’il inventa pour ces recherches, et de ceux qu’il construisit pour produire des agrandissements sans déformation. Il est mort à 58 ans pendant cette douloureuse période du siège de Paris sans que nous ayons eu de renseignements exacts sur les causes qui ont amené sa fin » Nécrologie parue dans le bulletin de la Société française de photographie de 1871.

Il était membre de la commission des Travaux Historiques et des sociétés savantes au Ministère de l’Instruction Publique et membre du comité de perfectionnement des télégraphes. Il faisait aussi partie du conseil de la société d’encouragement en qualité de membre de la commission des beaux-arts appliqués à l’industrie. Il était chevalier de la Légion d’honneur.

Voir : Microscope solaire de BERTSCH

CHEVALIER Charles Louis (1804-1859)

Né à Paris le 19 avril 1804 (29 germinal  an XII), il est le fils de Jacques-Vincent (1771-1841) et le petit-fils de Louis-Vincent CHEVALIER fondateur de la Maison d’optique vers 1760. Très tôt, il étudie les sciences physiques, particulièrement l’optique, et applique, dès l’âge de 15 ans, le prisme ménisque à la chambre obscure.

De 1823 à 1830, il s’associe avec son père, Vincent CHEVALIER, et continue les activités de la Maison située au 69 quai de l’Horloge. C’est là qu’ils commercialisent pour la première fois en 1823 leurs objectifs achromatiques. Deux ans plus tard, Nicéphore NIEPCE leurs demande de perfectionner ses chambres photographiques expérimentales. Quelques années après, c’est encore Charles CHEVALIER qui met en rapport NIEPCE et DAGUERRE et qui fait la première épreuve photographique après la publication du procédé mis au point par ces deux inventeurs de la photographie.

En 1831 il se sépare de son père et fonde sa propre Maison au 163 du Palais-Royal, avec des ateliers situés Cour des Fontaines. C’est là qu’il commercialise ses propres microscopes et forme Camille Sébastien NACHET au métier d’opticien. Travaillant en relation avec des savants célèbres et s’inspirant parfois de leurs travaux, il se fait remarquer par de nombreuses inventions et perfectionnements d’appareils qui lui permettent d’obtenir 5 médailles de la Société d’encouragement, 5 médailles d’or aux Expositions nationales de l’Industrie et une médaille de 1ère classe à l’exposition Universelle de 1855.

En plus des cinq catalogues illustrés de sa Maison, il publie : “Notices sur la chambre claire et la chambre obscure” (1828-1839) ; “Des microscopes et de leur usage” (1839) ; “Manuel des myopes et des presbytes” (1841) ; divers écrits étendus sur la photographie (1841-1859) ; “Manuel du physicien préparateur” (1853, 2 vol. Atlas de 800 fig.), avec le docteur J. FAU ainsi que diverses traductions, etc.

Son fils Arthur (1830-1874) travaille avec lui un certain temps puis assure la direction de la Maison CHEVALIER lors de la mort de son père le 8 mai 1859.

Voir : Les opticiens CHEVALIER à Paris

CHEVALLIER Jean Gabriel Augustin (1778-1848)

PORTRAITS chevalier-07-124x150  Il est originaire de Mantes où il décédera à 70 ans. A 18 ans il succède à son grand-père maternel François TROGNON, ingénieur opticien, lieutenant conseiller du roi en l’élection de Mantes et Meulan dont l’établissement a été fondé par sa famille en 1740 dans la tour de l’Horloge du Palais de Justice à Paris.

Son gendre DUCRAY-CHEVALLIER lui succédera en 1866.

Voir : Les opticiens CHEVALIER à Paris

COISSAC Guillaume Michel (1868-1946)

Portrait CoissacGuillaume Michel COISSAC (1868-1946) est né dans une famille de forgerons le 20 février 1868 à Chamboulive en Corrèze et décède le 24 février 1946 à St Maur des Fossés.

En 1895, Georges COISSAC est chargé par le père Vincent de Paul BAILLY de mettre sur pied le service de « Projections, Phonographes et Photographies » au sein de la Maison de la Bonne Presse. Il va surtout être l’animateur de la revue “Le Fascinateur” qui fait la promotion de toute la production audio et visuelle de l’entreprise. A ce titre il est le « formateur et le conseiller technique de milliers de projectionnistes agissant dans les patronages et les associations catholiques ».

En 1919, il quitte la Maison de la Bonne Presse, après 24 ans d’un dévouement total et s’associe avec Gaston GUILBERT pour fonder la “Manufacture française d’appareils de précision, sciences, projections, cinématographes, photographies, G. Guilbert et G. Michel Coissac, successeurs” en remplacement des anciens Etablissements Guilbert. Mais cette entreprise est dissoute un an plus tard d’un commun accord, le 20 juin 1920. Le 1er octobre 1920, Michel COISSAC prend la direction des services de vente et d’achat de matériel cinématographique de la “Maison du Cinéma”.

En 1919 il crée la revue “Le Cinéopse” qu’il dirige jusqu’en 1939. Très luxueuse à ses débuts et d’une pagination importante, cette revue s’interrompt de septembre 1939 à février 1946. Dans son numéro de reprise elle définit son propos comme étant « d’étudier les grands problèmes du cinéma dans leur universalité et leur généralité ». Plus de 600 numéros sont publiés, dans lesquels on trouve aussi bien des rubriques sur la production, la technique, le cinéma éducatif, les films du mois, le format réduit, etc.

En 1925, il est « Directeur du Cinéopse, Syndic de la Presse scientifique et Président honoraire de la Presse cinématographique » et publie la première “Histoire du cinématographe des origines à nos jours” préfacée par J.-L. BRETON membre de l’Institut.

Voir : Histoire de la Maison de la BONNE PRESSE

CONTINSOUZA Pierre Victor (1872-1944)

Il fait des études à l’Ecole d’Horlogerie de Paris avant de travailler quelques années pour la société Jules RICHARD.

Il est l’inventeur, entre autre, de la croix de Malte qui est l’un des éléments essentiels de la projection cinématographique. Entre 1900 et 1909, il travaille pour PATHE et met au point différents appareils cinématographiques dont le fameux Pathé Renforcé.

Voir : CONTINSOUZA et les appareils de projection

DELLA PORTA Giambattista (1535-1615)

Porta 6C‘est un gentilhomme italien, à la fois scientifique, artiste, auteur dramatique et écrivain, fasciné par le merveilleux et le miraculeux. Durant toute sa vie il tenta de séparer la “magie divinatoire” de la “magie naturelle” et publia plus d’une douzaine de livres en latin couvrant de très nombreux domaines comme la physionomie, l’astrologie, le chiffrage et l’art de la mémoire, l’optique, le magnétisme, l’alchimie, l’embellissement des corps (principalement ceux des femmes), etc. Il est l’un des tous premiers à s’intéresser aux phénomènes optiques et à la “Camera Obscura”.

Voir : Les expériences d’optique de DELLA PORTA

DILLEMANN Paul Albert (1858-1940)

Dillemann-1-92x150  Fils ainée de Paul DILLEMANN et de Nathalie GÜNTHER, il fait de brillantes études à l’école des Arts et Manufactures (Ecole Centrale) dont il sort troisième en 1881. Il s’installe alors à Suresnes en tant qu’ingénieur-constructeur et obtient de nombreuses récompenses pour du matériel de laiterie et des pompes.

En Janvier 1890, il reprend, avec son frère Maurice, l’entreprise d’import-export que son père avait fondé en Argentine vers 1850. Il est l’inventeur de la douche à pression constante et surtout d’un système d’éclairage à incandescence par l’alcool, breveté en 1902.

Voir :Lampe à alcool SOL de l’ingénieur DILLEMANN

Durant la première décennie du XXe siècle, tout en continuant les activités d’import-export avec l’Argentine, il consacre une grande partie de son énergie à développer un système d’éclairage pour la projection et invente plusieurs lanternes d’agrandissement très originales pour l’époque. Malheureusement l’expansion rapide de l’énergie électrique ruinera tous ses efforts.

Marié à Paris le 7 février 1885 avec Léonie GUILLET, ils ont 4 enfants dont un seul, Marguerite Marie Alice lui donnera des descendants avec Arsène Marie Paul VAUTHIER (1885-1979), général de division en 1940.

Un de ses frères est le général de division Marie Philippe Edouard DILLEMANN (1862-1948).

Voir :Lanterne “Tournesol” grand format de l’ingénieur DILLEMANN

DUBOSCQ Jules (1817-1886)

Né à Villaines en Seine-et-Oise le 5 mars 1817, il est le fils de Denis Lubin DUBOSCQ cordonnier 29 ans et de Louise Geneviève MEUNIER 32 ans. 1830 il entre dans la Maison SOLEIL pour faire un apprentissage d’opticien. Quelques années plus tard, il épouse la fille de Jean-Baptiste-François SOLEIL et prend des responsabilités dans la maison familiale.

C’est un mécanicien d’une très grande habileté. Lorsque SOLEIL cesse son activité en 1849, sa maison est partagée en deux branches confiées l’une à Henri SOLEIL son fils et l’autre à Jules DUBOSCQ, son gendre. Durant une quarantaine d’années, il s’occupe avec beaucoup de passion et de désintéressement des instruments d’optique et des appareils relatifs à la démonstration, dans les cours publics, au moyen des projections.

Jules DUBOSCQ obtient des médailles aux Expositions universelles de Londres en 1851 et de Paris en 1855 et une médaille de 1ère classe à New-York en 1853. La Société d’Encouragement pour l’industrie nationale lui décerne une médaille d’or en 1855 pour le régulateur photo-électrique de FOUCAULT et une seconde en 1857 pour les perfectionnements apportés au stéréoscope. Il obtient aussi de nombreux diplômes d’honneur à Amsterdam en 1883 et Anvers en 1885, au Havre en 1887

Il est nommé chevalier de l’Ordre Militaire du Christ de Portugal en 1886 et chevalier de l’Ordre d’Isabelle la Catholique à Barcelone en 1888. En France, il est promu officier d’Académie en 1883, officier de la Légion d’honneur en 1885. Il décède le 22 septembre 1886 à Paris. On lui doit la publication de quelques descriptions d’appareils construits par lui et “Règles pratiques pour la photographie” en 1853.

Voir : La maison d’instruments d’Optique et de Précision SOLEIL – DUBOSCQ – PELLIN

EASTMAN George (1854-1932)

kodak-37-104x150  Il est le fondateur de la société KODAK et l’un des industriels et des philanthropes les plus importants du XXe siècle.

Né le 12 juillet 1854 à Waterville (N.Y.) sa famille déménage en 1860 à Rochester (N.Y.) où son père crée une petite école commerciale “Eastman Commercial College”. Malheureusement celui-ci décède quelques années après et le jeune EASTMAN, âgé de 14 ans, prend la responsabilité de subvenir aux besoins de sa mère Mary KILBOURN et de ses deux sœurs, dont l’une est gravement handicapée. C’est ainsi qu’il est successivement coursier, garçon de bureau, puis employé de banque.

Après 3 ans de recherches, il invente une nouvelle formule de plaques photographiques sèches et se lance en 1880 dans leur fabrication industrielle. En 1888, il conçoit et commercialise son premier appareil photographique sous la marque KODAK, terme qu’il crée pour la circonstance.

George EASTMAN estime que la prospérité d’une organisation n’est pas nécessairement due aux inventions et aux brevets, mais plutôt à la bonne volonté et à la loyauté des travailleurs, qui sont motivées par toutes formes d’intéressement. En 1919, il cède à ses employés un tiers de ses actions dans la société KODAK, représentant alors 10 millions de dollars.

George EASTMAN est presque aussi connu pour sa philanthropie que pour son œuvre dans l’industrie photographique. Il s’investit dans de nombreux domaines tels que l’éducation à travers le monde, la santé et les hôpitaux, la musique et l’art « je n’achète jamais de tableau avant d’avoir vécu avec, dans ma maison. ». Sa résidence devient le lieu d’exposition d’une des plus belles collections privées de tableaux. Paradoxalement il détestait qu’on le prenne en photo.

Dans les années 1930, EASTMAN est atteint d’une maladie de la colonne vertébrale qui menace de le rendre handicapé à vie. Ne pouvant supporter cette idée, il se suicide à 77 ans, le 14 mars 1932, en se tirant une balle dans le cœur, laissant derrière lui un message écrit : « Mon travail est accompli. Pourquoi attendre ? ».

Pour en savoir plus cliquer ici

EDISON Thomas Alva (1847-1931)

Edison-12-105x150  C’est un inventeur et industriel américain qui mit au point, à la fin du XIXe siècle, de nombreux appareils précurseurs de ce que nous utilisons quotidiennement aujourd’hui. Il s’est auto-proclamé inventeur du téléphone, du cinéma et du phonographe, sans compter l’ampoule électrique qui lui permit de créer à  30 ans la “Edison Electric Light Compagny” qui deviendra quelques années plus tard la ‘Edison General Electric Compagny” puis, tout simplement la “General Electric”… Le début d’un empire industriel.

En 1881, l’Exposition internationale d’Électricité de Paris propulse Thomas EDISON au rang de «symbole international de la modernité et du progrès social scientifique».

La France le décore du grade de Chevalier de la Légion d’Honneur puis de Commandeur de la Légion d’Honneur en 1889. Au cours de sa vie, il a déposé 1 093 brevets et employa plus de 35 000 personnes dans un empire industriel qui permit l’essor de l’électricité dans le monde entier.

Voir : Invention de l’ampoule électriquePour en savoir plus cliquer ici

FESCOURT Marie Adolphe Félix (1857-…)

Félix FESCOURT est le fils de Pierre Jean Marcelin FESCOURT photographe et de Marie Sophie Adélaïde SALZE. Il est né le 4 mars 1857 à Lunel dans l’Herault. Avant de s’installer à Paris pour y travailler, il photographie beaucoup sa région.

Le 25 juillet 1885 il se marie à Paris XVe avec Marie PEJOUCY, couturière, née le 16.09.1860 à Bagnères (décédée le 4 janvier 1889). A cette époque, il est imprimeur-photographe domicilié au n°5 villa Letellier à Paris XVe.

Veuf à 32 ans, il se marie en seconde noce, le 5 octobre 1889, avec Jeanne Adélaïde VERNIAT.

En 1896, il est mentionné comme photographe industriel au n° 24 rue Violet Paris XVe. L’année suivante il ouvre un magasin spécialisé dans la fabrication et la vente d’appareils et de vues pour projection, situé au n° 75 rue de l’Abbé-Groult.
En juin 1904, il cède son fonds de commerce à Daniel TRAIN, ingénieur des Arts et Manufactures (Ecole Centrale). Ce dernier est l’auteur d’un brevet pour un « appareil de prise de vues et de projection cinématographiques« , déposé en janvier 1905.

Felix FESCOURT est l’oncle du réalisateur Henri FESCOURT (1880-1966) et le neveu de François Félix FESCOURT (1817-1881), photographe à Lunel.

Voir : Lanterne de projection FESCOURTSource cliquer ici

FLAMMARION Nicolas Camille (1842-1925)

flammarion.vignette  C’est le fils aîné d’une famille de quatre enfants  dont le second, Ernest (1846-1936), fonde la Librairie et les Editions Flammarion. Ses parents, Jules et Françoise FLAMMARION, tiennent un commerce de mercerie Montigny-le-Roi. Ne pouvant poursuivre ses études, il devient, à 14 ans, apprenti chez un graveur ciseleur tout en suivant des cours du soir gratuits pour obtenir son baccalauréat. Son père, devenu employé aux studios Tournachon-Nadar, lui fait découvrir la photographie.

Après un court passage à l’observatoire de Paris, il succède, en 1862, à l’abbé MOIGNO et entre à la rédaction de la revue “Le Cosmos”. En 1865, il devient rédacteur scientifique du journal “Le Siècle” et donne de nombreuses conférences publiques sur l’astronomie populaire. De 1876 à 1880, il effectue plusieurs vols en aérostat pour étudier les phénomènes atmosphériques et plus particulièrement l’électricité atmosphérique. En 1883 il fonde l’observatoire de Juvisy-sur-Orge où il développe une importante bibliothèque concernant l’histoire des sciences. En 1887, il crée la Société Astronomique de France, dont il est le premier président.

Camille FLAMMARION est l’auteur d’une cinquantaine d’ouvrages et reçoit de très nombreuses décorations tant en France qu’à l’étranger. En janvier 1881, il reçoit la Légion d’honneur pour ses travaux de vulgarisation astronomique et sera nommé commandeur de cet ordre en 1922.

Voir : La collection de diapositives MOLTENI

FLATTERS Abraham (1848-1929)

Flatters-105x150  C’est l’un des cofondateurs de la société Flatters & Garnett Ltd. Il est né en 1848 près de Gainsborough dans le Lincolnshire, au sein d’une famille d’agriculteurs. Il s’intéresse à l’histoire naturelle et assiste, en 1886, à une série de conférences sur la zoologie donnée par le professeur Milnes MARSHALL du Owen’s Collège : « il était assis près du “lanterniste” de manière à prendre de nombreuses notes sur la conférence à la lumière réfléchie par la lanterne ». A la même époque, il s’inscrit à la “Manchester Microscopical Society”.

Vers 1895, il devient conférencier en microscopie au collège technique de Manchester, un poste qu’il occupera pendant 32 ans. Il écrit plusieurs livres pour les étudiants, dont “Methods In Microscopical Research And Vegetable Histology”. C’est le premier ouvrage du genre à inclure des microphotographies en couleur pour illustrer les méthodes de recherche.

Après sa séparation avec les FLATTERS en 1909, il crée sa propre entreprise et commence à publier “The Micrologist”, une revue trimestrielle qui durera jusqu’en 1916. En 1923, FLATTERS est élu vice-président de la “Manchester Microscopical Society”. Il décède en 1929, à l’âge de 81 ans.

Voir : Microscope de projection FLATTERS et GARNETT

FLORIAN Jean Pierre Claris de (1755-1794)

Portrait Florian  Il est principalement connu en tant que fabuliste, mais il est aussi conteur et romancier. Descendant d’une famille noble et petit neveu de VOLTAIRE, il est voué à la carrière des armes. Après avoir servi quelques années comme officier dans le régiment des dragons de Penthièvre, il se fait réformer  et suit le duc de PENTHIEVRE pour s’adonner complètement à la poésie. Il est élu membre de l’Académie française en 1788 après avoir vu deux de ses œuvres couronnées par cette institution. Interné lors de la révolution, il est remis en liberté grâce à  l’intervention de BOISSY d’ANGLAS et meurt subitement deux mois plus tard à l’âge de trente-neuf ans, probablement des suites de sa détention.

Voir : Livres des fables de FLORIAN

FOUCAULT Jean Bernard Léon (1819- 1868)

Portrait Foucault  Il naît à Paris le 18 septembre 1819 d’un père éditeur. Tout d’abord instruit par un précepteur il entre au collège Stanislas à Paris où il obtient son baccalauréat avec difficultés. Après avoir commencé des études de médecine, il se tourne vers la physique et s’intéresse aux expériences de Louis DAGUERRE sur la photographie. Devenu physicien et astronome, il est principalement connu pour sa démonstration de la rotation de la terre grâce au pendule de FOUCAULT, mais aussi pour avoir calculé la vitesse de la lumière et inventé le gyroscope.

Il mène de nombreuses expériences sur l’intensité de la lumière du soleil, en la comparant à celle du carbone dans la lampe à arc, et à celle de la chaux dans la flamme du chalumeau oxhydrique. En 1849 il met au point le régulateur à arc électrique construit par Jules DUBOSCQ. En 1854 il invente le photomètre après avoir comparé le pouvoir éclairant de deux types de gaz d’éclairage. Les travaux de FOUCAULT sur l’optique sont considérables ; il collabora avec plusieurs opticiens dont la Maison SECRETAN.

En 1862 il est nommé officier de la Légion d’honneur.

Voir : Régulateur à arc électrique FOUCAULT DUBOSCQ - Microscope solaire de SECRETAN

FOURTIER Hyacinthe Pierre (1849-1894)

Fourtier 01  C’est un officier et écrivain français, né à Constantine qui consacra toute sa vie à la carrière militaire et à la photographie. Elève de l’Ecole de Saint-Cyr, il sort en 1870, puis est blessé et fait prisonnier (du 30 août 1870 au 19 mars 1871) à la bataille de Beaumont dans les Ardennes. Alors qu’il est capitaine, il est détaché pendant sept ans à la commission de l’armée à Versailles pour l’établissement du fusil Lebel et l’étude de la poudre sans fumée. Le 3 mai 1889 il est blessé à la main par l’explosion d’une cartouche lors d’essais relatifs à la mitrailleuse Maxim. Chef de bataillon (commandant) en 1893, il est attaché au grand état-major général de l’armée, chargé du service de la photographie et des impressions héliographiques au ministère de la guerre (service géographique).

FOURTIER est chevalier de la Légion d’honneur en 1889, auteur de conférences et d’ouvrages sur la cartographie, sur la photographie et sur la pratique des projections et la production de vues sur verre. Il décède suite à une longue maladie dont il a beaucoup souffert durant plusieurs années.

GARNETT Charles (1843- 1921)

Garnett-105x150  C’est l’un des cofondateurs de la société Flatters & Garnett Ltd. Il est né en 1843, près de Warrington. A l’âge de 21 ans, il part avec un cousin en Nouvelle-Zélande où il travaille dur et s’intéresse à l’histoire naturelle, faisant la collecte des fougères trouvées sur l’île du Sud. En 1873, il revient à Manchester et ouvre un restaurant qui prospère rapidement dans la rue Cateaton.

En 1877, c’est la naissance de son premier fils, John B. GARNETT. Après avoir fait des études de pharmacie celui-ci entre dans la société Flatters & Garnett Ltd en décembre 1901. Il en deviendra directeur en 1931, après le décès accidentel de Henry GARNETT, son oncle, qui était directeur de la société depuis le décès de Charles en 1921.

Charles GARNETT est resté le directeur de la société Flatters & Garnett Ltd de sa création en 1901, jusqu’à son décès en 1921, à l’âge de 78 ans. Durant toute sa vie, il fit une très belle collection de graines provenant du monde entier qui a été remise au musée de Manchester après son décès.

Voir : Microscope de projection FLATTERS et GARNETT

GIMPEL Léon (1873-1948)

C’est un photographe français ; adepte de l’autochrome, il réalise des reportages pour la presse et collabore avec l’Illustration. C’est un initiateur de la vulgarisation scientifique par l’image. Certaines de ses photos sont conservées dans les collections de la Société française de photographie.

Voir : Les lanternes de projection GAUMONT

GOLDSCHMIDT Robert (1877-1935)

C’est un inventeur d’origine Belge. Il est docteur en science et professeur agrégé de l’Université de Bruxelles. C’est un précurseur dans de nombreux domaines : photographie, aviation, automobile, TSF, etc. En 1906 il met au point la “Bibliophoto”, sorte de bibliothèque portable de microfiches. Après la première Guerre Mondiale, il utilise des microfilms pour conserver le contenu de livres entiers dans un espace réduit. Pour cela il crée la société ‘’La Photoscopie’’ (ou “Cinescopie” ?).

Voir : Projecteur CINESCOPE ou Cinescopie

GUERIN-CATELAIN Emile Jean (1856-1913)

Conference-07-120x150  Capitaine de cavalerie de réserve, c’est un poète, auteur dramatique et philanthrope reconnu « de belle carrure, le visage fin, éclairé par des yeux bleus, un peu haut en couleur et le rire sonore ! » Lors de son mariage à Paris, en 1885, il est restaurateur place de la Bourse. Vers 1890, il s’installe à Saint Germain en Laye au pavillon Henri IV (autrefois résidence de Louis XIV) et devient conseiller municipal tout en gardant son activité de restaurateur.

En 1890, il fonde la “Société Nationale des Conférences populaires” qu’il administre durant près de vingt ans, avant de demander son remplacement en 1909 par Paul PELISSE. Il est nommé chevalier de la Légion d’honneur en 1905 puis Croix de Guerre. Son corps repose au cimetière du Père Lachaise à Paris.

Son épouse, Marie Célestine JARRY, née à Paris en 1865, pratique la peinture avec un certain talent. Ils auront 4 enfants : Henri Jean Baptiste, né en 1886, lieutenant au 7e Dragon, Geneviève Violette, née en 1893, Jacques Maxime GUERIN (1897-1965), qui sera un acteur et metteur en scène « inspiré, réfléchi et amoureux du beau » entre les deux guerres et enfin Raymond GUERIN, qui fut un dessinateur très prisé dans les décennies 1920/1930 et fit également quelques apparitions à l’écran.

Après la mort de son mari, en 1913, Marie Célestine JARRY épouse en seconde noce, le 11 juin 1917 à Saint Germain en Laye, Paul Victor Modeste MAGNY (1854-1925), veuf avec deux fils, avocat, préfet de la Meuse, sénateur de la Seine de 1914 à 1925. Il est le fils de Modeste MAGNY, célèbre restaurateur, inventeur de la purée Magny, du tournedos Rossini et du Chateaubriand « chez qui se tenaient les fameux dîners Magny (fondé en 1862)  - ou dîners Sainte-Beuve – cités dans le Journal des Goncourt* » et neveu d’Auguste BREBANT (1822-…) restaurateur parisien, lauréat de l’Académie Française.

Voir : La Société Nationale des Conférences Populaires

IVES Frederic Eugene (1856-1937)

ives-portrait-150x110  C’est un inventeur américain né à Litchfield dans le Connecticut. Il est surtout connu pour avoir développé le procédé d’impression en demi-teinte. De 1874 à 1878, il a la charge du laboratoire photographique à l’Université Cornell. Puis il déménage à Philadelphie en Pennsylvanie, où, en 1885, il est l’un des membres fondateurs de la Photographic Society de Philadelphie.

Il fait également de nombreuses recherches et réalisations dans le domaine de la photographie en couleurs et stéréoscopique.  Il déposa près de 70 brevets et reçu la médaille du Franklin Institute’s Elliott Cresson en 1893, la médaille Edward Longstreth en 1903, et la médaille John Scott en 1887, 1890, 1904 et 1906. Son fils Herbert Eugene IVES (1882-1953) est un pionnier de la télévision et de la téléphotographie, y compris par télécopie couleur.

Voir : La projection de photographies en couleurs, procédé TRICHROME

KIRCHER Athanasius (1602-1680)

kircher01.vignette  C’est un jésuite allemand qui s’intéressa – entre autres – à la physique, l’astronomie, les sciences occultes, etc. Fuyant la guerre de Trente Ans, il se réfugie à Avignon avant de se rendre à Rome où il est nommé professeur de physique, mathématiques et langues orientales. Il crée dans cette ville un cabinet de physique et d’archéologie.

Voir : Athanasius KIRCHER et la lanterne magique

KORSTEN Marie Joseph Lucien (1858-…)

C’est un mécanicien et inventeur de matériel photographique et de projection, très actif au début du XXe siècle. Il est le fils de Jean Pierre François KORSTEN marié à Joséphine Ernestine Aimable CAILLAT. Agé de 30 ans, il se marie le 23 septembre 1888 à Henriette Augustine THOMAS (1864). Ils ont 3 enfants : Françis (1889) Paul (1891) et Louise Henriette (1892-1973).

Dans l’Information Photographique de 1913 on peut lire « M. Korsten, 10 rue Lebrun, nous fait part du mariage de sa fille mlle Louise Henriette KORSTEN avec M. Louis Armand TESSEREAU, 16 rue Oudry à Paris. La cérémonie a été célébrée le 30 août 1913 à Paris XIIIe ».

En 1936, on le trouve encore au 10 rue Lebrun.

Voir : Les projecteurs L. KORSTEN

LEBLANC Jules Iréné dit René (1847-1917)

Né à Vaux sur Saint Urbain, dans la Haute Marne, le 15 mars 1847, il est le fils de Claude Rémy LEBLANC vigneron et de Marie Léocadie PERRIN son épouse. De 1866 à 1870 il est élève à l’école normale d’enseignement spécial de Cluny* puis devient professeur à l’école professionnelle de Reims. En 1884 il est directeur de l’école Normale du travail manuel à Paris. De 1884 à 1886 il est chargé d’une première mission d’inspection avant d’être nommé le 1er mars 1890 “Inspecteur général de l’enseignement primaire”.

Dès 1878, il publie de nombreux mémoires et ouvrages sur l’enseignement expérimental, l’enseignement professionnel et l’enseignement du travail manuel ainsi que l’instruction agricole pour les élèves du primaire, publié, pour la plupart, chez Larousse. En 1895 il participe à la fondation de la revue “Après l’Ecole”, publication populaire illustrée pour l’enseignement post-scolaire.

Voir : APRES L’ECOLE : revue éditée par la librairie E. CORNELY

En 1900, il est chargé de l’organisation de la Classe 1 à l’Exposition Universelle puis rapporteur du jury. « Monsieur René LEBLANC, qui est un réformateur et qui projette sa pensée dans l’avenir comme des vues sur un écran, prévoit l’introduction de la “lanterne magique” dans l’école du jour. » Il publie en 1904 un livre « qu’il a vécu avant de l’écrire » intitulé “Les Projections Lumineuse, à l’école, aux cours du soir et en famille”, éditions Edouard Cornely et Cie Paris.

Il est agrégé de l’Université, officier de l’Instruction Publique, officier de la Légion d’Honneur (en 1900).

* Pour en savoir plus sur l’Ecole de Cluny, cliquer ici : http://adessertenne.pagesperso-orange.fr/victor_duruy_et_l_ecole_normale_de_cluny_091.htm

LE CLERC Jacques Sébastien (1637-1714)

Fils unique d’un orfèvre de Metz, sa précocité le fait remarquer par le prieur de Saint-Arnould qui s’occupe personnellement de son éducation. Travailleur infatigable, il étudie avec passion la physique, les mathématiques, la géométrie… puis entre dans le génie pour s’adonner à l’étude des fortifications.

En 1660, il est nommé ingénieur-géographe. En 1665, il part pour Paris, où il rencontre Charles LE BRUN (1619-1690) qui le convainc d’abandonner sa carrière dans le génie pour se consacrer au dessin et à la gravure. Très rapidement les éditeurs font appel à son talent pour illustrer de nombreux livres. Il devient même le graveur attitré de l’Académie des sciences. En 1672, il est admis à l’Académie Royale de Peinture et de Sculpture en qualité de graveur, puis nommé professeur de géométrie et de perspective.

Marié en 1673, il a de nombreux enfants dont le plus célèbre, Sébastien II (1676-1793) sera peintre. En 1693 il obtient le brevet de graveur ordinaire du roi et en 1706 il est fait Chevalier Romain par le pape. Il décède aux Gobelins le 25 octobre 1714, à l’âge de 77 ans.

Voir : La lanterne magique dans les cabinets de physique

LEREBOURS Noël-Marie Paymal (1807-1873)

Il naît de père inconnu et d’une mère, couturière travaillant à Paris. Elle se marie avec l’opticien Noël-Jean LEREBOURS (né à Mortain le 25 décembre 1761 – Décédé en 1840). Celui-ci fait son apprentissage durant plusieurs années chez différents opticiens à Paris, puis il  achète quelques outils et s’installe à son compte à 18 ans. Après avoir reçu un brevet du Roi, il ouvre une petite boutique au 69 quai de l’horloge en 1789.

Noël-Marie Paymal LEREBOURS, qui a été adopté en 1836 par Noël-Jean, commence par se consacrer à la photographie. Entre 1840 et 1850 il effectue différents voyages qui seront à l’origine de l’ouvrage “Excursions daguerriennes” composé  de 113 planches reproduisant des vues prises en Europe, en Orient, en Afrique et même aux États-Unis…. A la mort de son père en 1840, il reprend la boutique d’optique installée place du Pont-Neuf puis s’associe avec Marc SECRETAN en 1845.

Voir : Microscope solaire de SECRETAN

MACE Jean (1815-1894)

Enseignement-19-107x150  C’est un enseignant et journaliste français issu du milieu ouvrier parisien. Dans les années 1860, il est enseignant au pensionnat du Petit-Château de Beblenheim et rédige des ouvrages de vulgarisation scientifique comme “L’Histoire d’une bouchée de pain“ ou “lettres à une petite fille sur nos organes et nos fonctions”. Il œuvre pour l’instruction des masses et fonde en 1864 “Le Magasin d’éducation et de récréation” avec l’éditeur Pierre-Jules HETZEL, puis il crée en 1866 la “Ligue de l’Enseignement” qui se bat pour l’instauration d’une école gratuite, obligatoire et laïque. Franc-maçon, il est élu sénateur inamovible en 1883.

Voir : La Ligue de l’Enseignement et l’Education PopulairePour en savoir plus cliquer ici

MAZO Elie Xavier (1861-1936)

mazo-portrait-121x150  C’est le fils unique de François Xavier MAZO (1834-1908) et de Marie Elise MACLE (1832-1904). Après avoir obtenu son certificat d’études, il entre chez Félix-Potin comme triporteur, à l’époque où la photographie prend son essor. Il se marie le 5 mai 1889, à Paris XVIe, avec Félicie DIDIERJEAN (1862-1941) teinturière. Le 17 octobre de la même année ils ont un fils Gaston. A cette date il est employé et demeure rue de Chaillot Paris XVIe.

Ayant la réputation d’être très malin, c’est aussi un travailleur acharné qui parle plusieurs langues. En 1892, il fonde l’entreprise E. MAZO, constructeur breveté S.G.D.G située 8 boulevard de Magenta à Pais « Maison de premier ordre et de toute confiance ne fabriquant que des appareils de qualité ». 17 ans plus tard, en 1909, il fait bâtir l’immeuble boulevard saint Martin et développe l’une des plus importantes entreprises consacrée aux projections lumineuses au début du XXe siècle.

Voir : Histoire de l’entreprise MAZO

MAZO Gaston (1889-1980)

C’est le fils unique de Xavier Elie MAZO. Brillant élève, mais aussi turbulent, il a son Bac à 15 ans et veut être capitaine au long court. Son père Élie souhaite qu’il reprenne l’entreprise familiale et ça serait ses professeurs qui lui auraient conseillé de ne pas désobéir à l’autorité paternelle. Il se marie en la mairie du Xe à Paris, le 27 août 1913 avec Yvonne CŒURDOUX (1891-1975). Ils auront 6 enfants. Il est l’auteur d’un certain nombre de livres techniques sur la projection. N’ayant pas les qualités de son père, Gaston MAZO ne peut empêcher le déclin de l’entreprise dans les années 30. Il décède à Maison Laffitte le 3 février 1980.

MEUNIER Stanislas (1843-1925)

projmoltenimeunier.vignette  Il est né le 19 juillet 1843 au 38 rue Vanneau Paris Xe, fils de Victor Amédée MEUNIER (1817-1903) et de Isabella Mary HOCHE. C’est un écrivain scientifique français qui a joué un rôle considérable dans le mouvement scientifique qui se développe vers 1860.

Stanislas est géologue, minéralogiste et journaliste scientifique. Il devient rédacteur du feuilleton scientifique de “La Presse” jusqu’en 1855, laissant ensuite sa place à Louis FIGUIER pour fonder “L’ami des sciences” ainsi que la “Presse des enfants”. Deux ans après la fondation de “La Nature” il rédige en 1875 le premier d’une longue série d’articles. Dans les années 1870/80 il anime de nombreuses conférences avec Alfred MOLTENI. Au début du XXe siècle ; il est professeur de géologie au Museum d’histoire naturelle.

Il est officier de la Légion d’Honneur (1909).

Voir : Enseignement par les projections lumineuses MOLTENI et MEUNIER

MOIGNO abbé François Napoléon Marie (1804-1884)

moigno02.vignetteC’est un enseignant, chercheur et vulgarisateur français important dans la seconde moitié du XIXe siècle. Il est docteur en théologie, professeur émérite d’innombrables matières : théologie, hébreu, Écriture sainte, mathématiques, physique, chimie, etc.

Dans les années 1840, il  s’intéresse à la projection en collaborant avec les inventeurs de lanternes de projection Jules DUBOSCQ et François SOLEIL. En 1852, il fonde la revue de vulgarisation scientifique “Cosmos”, qui deviendra en 1862 “Les Mondes”. Il est l’un des premiers sinon le premier à utiliser un appareil de projection dans ses conférences dans les années 1860.

Il publie de nombreux livres dont “L’Art des projections” Paris 1872  et “Enseignement de tous par les projections. Catalogue des tableaux et appareils” Paris 1882.

Voir : L’abbé MOIGNO et la vulgarisation scientifique

MOLTENI François-Marie Alfred (1837-1907)

Molteni-11-122x150  Alfred MOLTENI est né le 25 novembre 1837 au n°22 rue du Petit-Lion-Saint-Sauveur à Paris Ve (devenue rue Tiquetonne dans le IIe en 1868). C’est le fils de Pierre Marie Joseph MOLTENI (1811-1852) opticien et de Maria Elisa Clara HOULLIER son épouse avec laquelle il aura deux filles, Marguerite et Blanche. Il est élève au collège Chaptal lorsque son père meurt subitement, l’obligeant à interrompre ses études. A 15 ans, il entre dans l’établissement familial d’instruments d’optiques dirigé alors par son grand-père Antoine et son oncle Louis Jules. Par la suite, il complète ses connaissances en fréquentant les cours du soir des Arts et Métiers.

Tout en développant son entreprise, MOLTENI milite activement pour l’emploi des projections lumineuses à l’école en animant de très nombreuses séances avec Stanislas MEUNIER. Il collabore aussi étroitement avec DUBOSCQ et l’abbé MOIGNO.

Voir : Enseignement par les projections lumineuses MOLTENI et MEUNIER

Il est président d’honneur de la chambre syndicale de la photographie et a reçu des médailles d’or aux Expositions Universelles d’Amsterdam en 1883, de Paris en 1889, ainsi qu’un diplôme d’honneur à l’Exposition de Bruxelles en 1897.  Il est officier de l’Instruction Publique et chevalier de la Légion d’Honneur (février 1898). Malheureusement il a peu écrit faute de temps : deux ou trois volumes sur l’art des projections qui ont été édités plusieurs fois. « Monsieur A. MOLTENI vient de mourir à Tours où il s’était retiré depuis quelques années auprès de ses enfants, après avoir fourni une carrière de plus de 50 ans dans la maison universellement connue d’optique et d’instruments de mathématiques et géodésie fondée par son grand-père en 1782 ». Extrait de sa nécrologie parue dans La Nature le 14.12.1907.

Voir : La maison MOLTENI et Cie

Pour découvrir la famille MOLTENO en Angleterre cliquer ici

NERNST Walther Hermann (1864-1941)

Nernst-00-113x150C’est un physicien et chimiste allemand, lauréat du prix Nobel de chimie en 1920. Il a mené de nombreuses recherches dans les domaines de l’électrochimie, de la thermodynamique, de la chimie du solide et de la photochimie. En 1887 il obtient une thèse sur les “forces électromotrices produites par le magnétisme dans des plaques de métal chauffées”.

NERNST épouse Emma LOHMEYER en 1892. Ils ont deux fils, qui sont tous deux tués durant la Première Guerre mondiale, et trois filles. Après avoir travaillé à Leipzig, il fonde en 1894 l’Institut de chimie physique et d’électrochimie à l’université de Göttingen. C’est un chercheur à l’esprit pratique qui cherche à appliquer les résultats de la recherche scientifique à l’industrie ; c’est ainsi qu’il invente, en 1898, la première lampe électrique avec un filament métallique. Cette lampe, qui a succédé aux lampes à filament en carbone, est l’ancêtre des lampes à incandescence actuelles.

En 1920, NERNST obtint le prix Nobel de chimie « en reconnaissance de son travail en thermochimie ». Il fut également lauréat de la médaille Franklin en 1928 et devient, en 1932, membre étranger de la Royal Society.

Nommé professeur de physique à l’université de Berlin en 1905, il cesse ses recherches universitaires en 1933 pour prendre sa retraite.

Voir : Ampoules à incandescence NERNSTPour en savoir plus cliquer ici

NIEPCE DE SAINT-VICTOR Claude Félix Abel (1805-1870)

C’est un physicien et chimiste français, fils d’un cousin germain de Joseph Nicéphore NIEPCE (1765-1833) inventeur de la photographie en 1823. Il a mis au point le premier procédé photographique sur verre en 1847, découvert la radioactivité naturelle, ainsi que la gravure héliographique qui permetr d’imprimer des photographies dans la presse.

Voir :Plaques photographiques pour la projection

NIEWENGLOWSKI Gaston Henri Dr. (1871-1953)

Il est né le 11 février 1871 à Mont De Marsan et décédé le 28 janvier 1953 à Plougrescant. C’est le fils de B. NIEWENGLOWSKI, professeur de mathématiques successivement à Mont de Marsan, à Reims et à Paris, rédacteur en chef du “Bulletin de mathématiques spéciales” et inspecteur général de l’instruction publique. Il fait ses études au collège Rollin puis au lycée Louis Le Grand avant d’entrer à la faculté des Sciences et à la faculté de Médecine de Paris d’où il sort docteur en médecine. Il est reçu au lycée Polytechnique dont il démissionne.

En janvier 1896 il est nommé “Officier d’Académie” en tant que directeur fondateur du journal “La Photographie” qu’il dirige de 1892 à 1908. En parallèle il est rédacteur pour de nombreuses revues dont “La Nature”, “La Vie Scientifique”, “La Revue de Photographique” etc. Vers 1900, il est préparateur de chimie à la Faculté des Sciences de Paris, puis il est nommé professeur de photographie à l’Association Philotechnique et professeur de physique au lycée Carnot de Tunis.

On lui doit un certain nombre d’ouvrages dont ”Utilisation des vieux négatifs et des plaques voilées”, “La Photographie en voyage et en excursion” et “Dictionnaire photographique” en 1894, “Formules et recettes photographiques” en 1903, “Pratique du développement” en 1905, “Traité complémentaire de photographie pratique” édité par Garnier en 1905 (420 pages, réédité à plusieurs reprises), “Traité pratique des projections lumineuses” édité par Garnier en 1910 et “Les Rayons X et le Radium” en 1924.

NOLLET Jean Antoine, dit l’abbé NOLLET (1700-1770)

nollet04.vignettePrêtre, professeur de physique, membre de l’académie des sciences et physicien français, il a beaucoup contribué à répandre le goût et l’étude de la physique par des exposés clairs et attrayants. Originaire de Pimprez dans l’Oise, il mène de brillantes études au collège de Beauvais puis au séminaire à Paris. Sa dextérité manuelle le fait remarquer par le comte de CLERMONT, qui, entiché de sciences, le fait entrer en 1728 dans sa Société des Arts.

De 1730 à 1732, il voyage en Angleterre et en Hollande en compagnie du surintendant DU FAY, spécialiste de l’électricité, et rencontre de nombreux savants. En 1735, il ouvre à Paris un cours de physique expérimentale dont le succès est prodigieux et dont les auditeurs étaient des hommes et des femmes de tout âge et de toutes conditions. En 1739, il entre à l’Académie Royale des Sciences qu’il présidera plus tard. En 1758 il prend le titre et la fonction de maître de physique des Enfants de France, ce qui a pour effet d’installer définitivement la physique expérimentale à la cour de France.

Voir : La lanterne magique dans les cabinets de physique

PELLERIN Jean-Charles (1756-1836)

C’est un dessinateur, illustrateur et imprimeur français, célèbre pour les fameuses “Images d’Épinal” qu’il compose dès la Révolution et qu’il imprime lui-même à partir de 1796. Fils de Nicolas PELLERIN, fabricant de cartes à jouer à Epinal dans les Vosges, il reprend l’activité artisanale de son père en 1773 pour la transformer progressivement en une véritable industrie de l’imprimerie appelée “Imagerie Pellerin”. En 1822 il cède son entreprise à Nicolas PELLERIN. Le petit-fils Charles-Nicolas travaillera aussi dans l’entreprise.

Voir : Les images d’Epinal et la lanterne magique

PELLIN François Philibert (1847-1923) prénommé parfois Philippe

Né le 29 juillet 1847 dans l’ancien 2e arrondissement, fils de Jean Philibert PELLIN propriétaire 49 ans, et de Marie Louise DURAND 20 ans, mariés le 9 juillet 1844. Il est bachelier es-sciences et ingénieur de l’Ecole Centrale des Arts et Manufacture à Paris (promotion 1870). Il est marié à Joséphine Marie Rosa DEYVEAUX-GASSIER.

Après avoir passé quelques années aux Tuileries de Choisy-le-Roi et dans une importante fabrique de pianos, il entre dans la fameuse maison Jules DUBOSCQ. Associé en 1883, il en devient seul propriétaire en 1886 au décès de Jules DUBOSCQ. En 1912 il y fait entrer son fils qui poursuivra les activités de l’entreprise jusqu’en 1940. Décédé le 5 février 1923 au 41 rue du Four à Paris VIe.

Membre fondateur du syndicat de l’Optique et des instruments de Précision en 1890 (ancêtre du GIFO), il en est trésorier puis vice-président et président. Lauréat de la société d’Encouragement pour l’Industrie Nationale, membre fondateur du Comité français des Expositions, Philibert PELLIN « eut une existence de grand travailleur et laisse le souvenir d’un homme de profonde modestie et de grand cœur ». Il est promu officier de l’Instruction Publique en 1898 et officier de la légion d’Honneur en 1912. Il est aussi titulaire de nombreux ordres étrangers.

Son fils Félix Marie Philibert PELLIN (1877-1940) se marie le 2 avril 1908 avec Berthe Lucie Marguerite DUPLAN. Outre la direction de son entreprise, il s’investit dans de nombreuses organisations durant toute sa carrière. Il est officier d’Académie et Chevalier de Saint-Stanislas. Il est promu commandeur de la Légion d’Honneur le 28 mai 1936. Lors de son décès le 23 décembre 1940, il est adjoint au maire du VIe arrondissement de Paris et demeure 130 rue de Rennes.

Voir : La maison d’instruments d’Optique et de Précision SOLEIL – DUBOSCQ – PELLIN

PONTY Max (1904-1972)

Max PONTY est né en 1904 à Paris. Après 7 ans de formation à l’imprimerie Draeger il propose ses premières affiches aux grandes entreprises de l’époque : Air France, Radiola, le Louvre, les Galeries Lafayette, etc. et acquiert une notoriété d’affichiste, surtout pendant l’entre-deux guerres. Il devient l’un des sept membres de l’Académie de l’Affiche et rencontre Savignac avec qui il entretiendra de durables relations d’amitié. En 1947, à la suite d’un concours, la Seita choisit le projet de cet artiste pour remplacer les graphismes des paquets de Gitanes.

PONTY enseigne la publicité dans les écoles de dessin de la ville de Paris. Après la Seconde Guerre mondiale, il abandonne son ancienne activité pour étudier le cartonnage de vitrines. Devenant un véritable technicien du travail du carton, PONTY se spécialise dans la création des présentoirs, de brochures, de dépliants… tout le « petit » matériel qui accompagne l’affiche lors d’une campagne publicitaire (PLV dirions-nous aujourd’hui).

C’est ainsi qu’il met au point en 1956 un petit projecteur en carton dénommé CINEMIME pour les éditions Gautier-Languereau, éditeurs de Bécassine. A la même époque il crée un projecteur semblable pour Banania, le CINEBANA qui rencontre un vif succès ainsi que d’autres pour Mère-Picon, le CINEMAGIC, et pour Hachette en 1959, le CINE-ALBUM.

Source : cliquer ici

Voir : Le projecteur CINEBANA Le projecteur CINE-ALBUM - Le projecteur CINEMAGIC -  Le projecteur CINEMIME

REYNAUD Charles Emile (1844-1918)

Emile-Reynaud-123x150  Il a grandi en région parisienne, entouré par des parents qui l’ont initié aux arts et à la mécanique. Sa mère était peintre et son père avait un atelier de mécanique et de gravure. A 13 ans, sur les indications de son père, il réalise une petite machine à vapeur.

En 1864, il suit les cours publics de vulgarisation scientifique par projections lumineuses de l’abbé MOIGNO et apprend le métier d’enseignant-conférencier en devenant son assistant.

En 1877, il est professeur aux écoles municipales industrielles du Puy, ville dont il est originaire, et utilise habilement la projection fixe et animée pour illustrer ses cours. C’est à cette occasion qu’il imagine un appareil appelé “Praxinoscope” pour donner l’illusion du mouvement.En 1878, il s’installe dans le IXe arrondissement de Paris où il se consacre à la construction, à la commercialisation et au développement de ses Praxinoscopes.

« Cet inventeur modeste dont l’existence tout entière fut consacrée à la recherche de l’illusion du mouvement et que seul le manque de moyens matériels, de capitaux, surtout, a empêché d’occuper un des tout premiers rangs dans la lignée des réalisateurs » extrait de “Histoire du cinématographe” par G.-Michel Coissac 1925.

Voir : Emile REYNAUD, le Théâtre Optique et les Pantomimes lumineuses

ROBERTSON de son vrai nom Etienne Gaspard ROBERT (1763-1837)

Portrait Robertson  C’est un physicien belge, originaire de Liège, qui est surtout connu en France pour ses séances de fantasmagorie dans lesquels il ressuscite les guillotinés de la Révolution.

A 22 ans il entre au séminaire de Liège en tant qu’élève externe et s’inscrit aux cours de peinture de l’académie des beaux-Arts de la ville où il obtient plusieurs récompenses. En septembre 1787, il est ordonné prêtre… un prêtre un peu particulier, plus intéressé par le Diable que par Dieu !

En 1791 il arrive à Paris, en pleine Révolution, et découvre la phantasmagorie du physicien allemand Paul PHILIDOR. Nommé professeur de physique à l’école Centrale du département de l’Ourthe en 1797, il abandonne cette chaire pour revenir à Paris et se lancer dans les spectacles de fantasmagorie dès l’année suivante. En 1799 il s’installe dans un lieu de prédilection pour ce genre de spectacle, le couvent des Capucines abandonné depuis 1790. Après plusieurs vols de matériel et craignant d’être copié, il dépose le brevet de son invention le 7 janvier 1791.

Voir : Brevet d’invention du Fantascope

Au début du XIXe siècle il abandonne la fantasmagorie dont les mystères ont été démasqués pour ouvrir un cabinet de physique dans lequel il multiplie les expériences insolites. Il se met alors à voyager à travers l’Europe, emportant avec lui son cabinet de physique, un spectacle de fantasmagorie et un aérostat racheté à l’armée napoléonienne.

De 1803 à 1816, il réalise une cinquantaine d’ascensions en ballon dans les grandes capitales européennes.

Au début des années 1830, il s’installe définitivement à Paris dans une maison située dans le quartier des Batignolles où il entreprend de rédiger ses mémoires. Le premier volume, publié à compte d’auteur parait en 1831 suivit d’un deuxième tome publié en 1833. Le décès de ROBERTSON n’eut pas les honneurs des journaux, seul le quotidien “La presse” profita de l’occasion pour citer tous les aéronautes disparus précédemment. Il est enterré au cimetière du Père Lachaise à Paris.

Source : “Etienne Gaspard Robertson, la vie d’un fantasmagore” par Françoise LEVIE – Editions du Préambule, Collection Contrechamp – 1990.

Voir : Spectacle de fantasmagorie ROBERTSON

SECRETAN Marc François Louis (1804-1867)

Fils du doyen Samuel SECRETAN et de Jeanne-Charlotte FRANCILLON, il nait à Lausanne en 1804. Destiné à la profession d’avocat, il exerce cette activité pendant plusieurs années tout en se livrant à son goût pour les sciences exactes durant ses loisirs. (NB Une autre biographie indique qu’il aurait été capitaine du génie dans le canton de Vaud avant d’enseigner). Vers 1833/34 il commence à enseigner les mathématiques à l’académie de Lausanne et obtient la chaire de mathématiques en 1838.

En 1844, il se rend à Paris dans le but de satisfaire à son goût pour l’astronomie. C’est ainsi qu’il rencontre monsieur LEREBOURS auquel il s’associe l’année suivante. Durant 10 ans il travailleront ensemble puis il prend seul la direction de cette entreprise renommée lorsque Noël-Marie LEREBOURS prend sa retraite. Il travaille en étroite collaboration avec différents savants dont Léon FOUCAULT et propose, en quelques années, un catalogue comportant plus de 2000 références dans l’optique, la physique, la chimie, la galvanoplastie, etc.

A sa mort, son fils Auguste, né à Lausanne en 1833, mort à Paris en 1874, lui succède avec son cousin Georges Emmanuel SECRETAN, né à Aubonne en 1837.

Voir : Microscope solaire de SECRETAN

TIRANTY Philippe (1883-1973)

tiranty06.vignette  Descendant d’une vieille famille niçoise, c’est un inventeur, photographe et éditeur français qui contribua au perfectionnement, au développement et à la vulgarisation de la photographie entre les deux Guerres Mondiales.

Dans ses ateliers, il invente de nombreuses machines telles que la première machine à affranchir le courrier (1923), un instrument de précision appelé Bande Flamand, un enregistreur de vitesse pour les locomotives ou encore un instrument optique pour les prises de vue aérienne.

Passionné par la photographie, il devient, au fil des années, l’un des premiers distributeurs d’appareils photo en France et fabrique même différents appareils dont une petite lanterne de projection dénommée Gnome. Représentant la firme Leitz en France, il commercialise dès 1925 le fameux Leica. Il édite de nombreux ouvrages sur l’optique, sur les appareils photographiques, et publia de nombreux catalogues très complets sur la Photo et le Cinéma.

Voir : Histoire de l’entreprise TIRANTY

TRUTAT Eugêne (1840-1910)

Eugène Trutat par Nadar Muséum de Toulouse  Né à Vernon dans l’Eure, TRUTAT est le fils d’un officier d’artillerie qui est ensuite affecté à Toulouse. C’est là que le jeune Eugène suit les cours du collège des Jésuites, avant d’aller à Paris faire des études de médecine. Revenu à Toulouse en 1860, il participe à la création du musée d’histoire naturelle dont il sera ensuite conservateur durant 25 ans. Il fait parti de nombreuses sociétés savantes dont la Société Française de Photographie. En 1891, il est nommé Chevalier de la Légion d’Honneur.

Ce photographe, géologue et naturaliste est un grand spécialise des Pyrénées. Il publie régulièrement des articles et ouvrages sur la photographie « on compte 44 monographies et près de 103 articles. Les thèmes abordés sont la photographie (technique, procédés, enseignement, projection), la géologie, la biologie, la paléontologie, la zoologie, la géographie, la sociologie et l’art. » Ses photographies sont conservées dans trois institutions de Toulouse. Parmi ses différents ouvrages, il se trouve trois titres qui nous intéressent plus particulièrement. Le “Traité pratique des agrandissements photographiques” publié en 1891, réédité en 1897 par Gauthier-Villars ; le “Traité général des projections”, tome premier : Projections Ordinaires. Publié en 1897 par Charles Mendel ; “La lanterne à projections” publié en 1897 par Charles Mendel.

 

 

Publié dans | 2 Commentaires »

Lanterne magique et projections familiales – Toverlantaarn

Posté par Patrice Guerin le 27 décembre 2010

chromofamille01.jpg

Lorsque la lanterne magique devint populaire à partir du milieu du XIXe siècle et fabriquée industriellement, elle entra dans de nombreuses familles au détriment des montreurs de lanterne magique.

Voir : Montreurs de lanterne magique  -  Une séance de lanterne magique chez les GrandpierreLa lanterne magique ou le spectacle amusant

chromofamille02.jpg chromofamille03.jpg chromofamille04.jpg

Des petits manuels furent édités pour donner des conseils et révéler les “trucs, astuces et secrets des grands projectionnistes”. Dans l’un de ces documents on peut lire les recommandations suivantes :

« D’un écran blanc te muniras
et d’une lampe mêmement.
L’obscurité demanderas,
Il te la faut absolument.
Devant l’écran te placeras,
Ou derrière indifféremment.
Le pétrole tu emploieras,
Ou l’oxhydrique plus brillant.
Lors la lumière allumeras,
La réglant minutieusement.
Cela faisant tu connaîtras,
Le juste point exactement.
Tes vues alors tu passeras,
Tête en bas sans manquement.
Tes sujets accompagneras,
D’un court texte les expliquant.
De ton public tu recevras,
De justes applaudissements.
Puis le lendemain tu feras,
Comme la veille absolument. »

Voir : Petit spectacle de lanterne magique

chromo29r.jpg chromo29v.jpg

Dans les décennies qui suivront et tout au long du XXe siècle, on trouvera de petits projecteurs économiques destinés aux enfants.
Voir : Le COMICSCOPE et les B.D. américaines des années 40

Publié dans Gravures et Chromos, Images projetees, Projecteurs jouet | Pas de Commentaires »

 

2ndeavicenne |
kadscen |
entre terre et mer |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Histoire-Géographie-Educati...
| Oppidum anglicus: the city ...
| Joie en Dieu et Descendance...