• Accueil
  • > Recherche : usine gaumont

Résultats de votre recherche

Société des Etablissements GAUMONT

Posté par Patrice Guerin le 24 août 2011

Léon GAUMONT (1864-1946) crée en juillet 1895 la société en commandite “L. GAUMONT et Cie”. Pour cela, il reprend le Comptoir Général de Photographie des frères RICHARD, société de matériel optique et photographique, où il était employé. Son champ d’action s’étend à toutes les applications de la science se rapportant à la photographie. Dès l’avènement du cinéma, l’entreprise est capable de fournir les appareils et films nécessaires. Il fabrique alors des appareils de projection et des caméras, dont une caméra réversible, et commercialise le Chronophotographe de Georges DEMENY.

gaumontsociete01.jpgEn 1903, il prend l’image de la marguerite comme logo, en hommage à sa mère qui se prénommait Marguerite.

Le développement de l’entreprise est tel qu’en 1906, celle-ci est transformée en société anonyme. Son siège social est situé au 57-59 rue saint-Roch à Paris (1er arrondissement, près de l’avenue de l’Opéra). Elle a des agences à Londres, Barcelone, Berlin, Milan, Cleveland et Moscou. La production de appareils et des films se concentre dans les studios Elgé (d’après les initiales du fondateur) aux Buttes Chaumont.

gaumontsociete05.jpg

Dotée d’un capital de départ de 2.500.000 fr., celui-ci sera progressivement augmenté jusqu’à 12.000.000 fr. en 1927.

Au départ, les ateliers de fabrication occupaient un local de 200 m2 situé rue des Alouettes à Paris. Une douzaine d’ouvriers y travaillaient avec l’aide d’un moteur à gaz de 10 chevaux. Progressivement, ils se sont transformés en une vaste usine de 25.000 m2 occupant plus de 1.500 ouvriers et disposant d’une force motrice et de moyens d’éclairage de 1.300 Kw (1927).

gaumontsociete02.jpg gaumontsociete03.jpg gaumontsociete04.jpg

De gauche à droite, vues de 1906, 1907 et 1927. Sur le premier cliché on voit parfaitement le vaste bâtiment de 45 mètres de long et 34 mètres de haut, recouvert de lourdes dalles de verre armé, destiné à abriter les studios de tournage.

« En 1914, la Cité Elgé a l’allure d’un arsenal. A côté des chaines d’assemblage de projecteurs, on trouve les laboratoires pour le développement des pellicules, les ateliers de mécanique, ceux des peintres décorateurs, des menuisiers et des couturières, les plateaux de tournage, les entrepôts des décors, etc… Parmi les 2100 employés de l’époque, beaucoup partiront à la guerre et près de 200 seront tués ou blessés au combat. L’entreprise Gaumont sort amoindrie du conflit. »

gaumontenvelopr.jpg gaumontenvelopv.jpg Prêt d’un collectionneur français J-P.D.

L’entreprise de renommée mondiale, construit non seulement des appareils pour la photo, le cinéma et la projection, mais aussi des T.S.F. et des haut-parleurs, des dispositifs d’éclairage et de démarrage pour les automobiles, des goniomètres et divers appareils pour la marine.

Voir : Les lanternes de projection GAUMONT

gaumontaubertaction.jpg

À l’arrivée du cinéma parlant, au début des années 1930, Léon GAUMONT abandonne les rênes de sa société. Diverses fusions amènent à la création de la société “Gaumont Franco-Film Aubert” (GFFA) et à la vente ou la fermeture des usines, des filiales et agences étrangères. Mise en liquidation en 1934 l’entreprise est reprise en 1938 sous le nom de “Société nouvelle des établissements Gaumont”.

Voir Musée Gaumont

Publié dans Lanternes projection | Pas de Commentaires »

CONTINSOUZA et les appareils de projection

Posté par Patrice Guerin le 18 août 2011

actioncontinsouza.jpg La société des Etablissements Continsouza est créée en 1909.  

Durant la première Guerre Mondiale CONTINSOUZA (voir PORTRAITS) s’installe dans l’usine de La Marque à Tulle, son pays d’origine, pour y fabriquer des fusées, obus et autres matériels de guerre. Après la guerre, il s’établit au 403 de la rue des Pyrénées Paris XXe (photo ci-dessous). Dans ces établissements, il fabrique des appareils pour Pathé, mais aussi pour d’autres entreprises dont GUILBERT et DEMARIA-LAPIERRE. L’usine de La Marque, quant à elle  fabrique le fameux Pathé Baby.

pathecine02.jpg  voir : Charles PATHE et les lanternes de projection

En 1929, de grandes manœuvres financières bouleversent l’industrie cinématographique. A cette époque, les Etablissements CONTINSOUZA dépendent de la Banque Nationale de Crédit (B.N.C.), tout comme la société GAUMONT ainsi qu’AUBERT et FRANCO FILM qui ont déjà fusionnés. Le 12 juin 1930, le rapprochement de ces sociétés donne naissance à GAUMONT-FRANCO-FILM-AUBERT.

Pierre Victor CONTINSOUZA s’occupe alors de la société Mécanique Industrielle de Précision (M.I.P.) qu’il a créée en mars 1928.

Pour en savoir plus sur MIP cliquer ici

Publié dans Lanternes projection | Pas de Commentaires »

Charles PATHE et les lanternes de projection

Posté par Patrice Guerin le 28 janvier 2011

Charles PATHE (1863-1957) commence sa carrière en 1895, avec l’exploitation en France du phonographe inventé par Thomas EDISON en 1877. L’année suivante il fonde la société PATHE FRERES avec son frère Émile afin de commercialiser des projecteurs de cinéma et des films. Après Gaumont, créé en 1895, il s’agit de la plus ancienne entreprise de cinéma au monde.

pathecine15.jpg  Magasins d’exposition et de vente de PATHE-CONSORTIUM-CINEMA à Paris (Xe)

En 1920, Charles PATHE cède les studios de Joinville et la distribution des appareils à une nouvelle société baptisée “PATHE CONSORTIUM CINEMA”, annoncée comme « les plus importantes manufactures du monde de matériel cinématographique ».

pathecine01.jpg  PatheCine16

Dans le catalogue de cette époque, on découvre les principaux appareils cinématographiques fabriqués par PATHE dans les usines Continsouza situées au 403 de la rue des Pyrénées à Paris (XXe).

Voir : CONTINSOUZA et les appareils de projection

pathecine03.jpg pathecine04.jpg pathecine05.jpg pathecine08.jpg pathecine07.jpg

Outre les Postes et Appareils de Projection, on y voit aussi les Appareils d’Eclairage (voir : Lampes à arc électrique Pathé), l’Appareillage Electrique, les Accessoires et tables de projection, le matériel de Prise de vues et de Tirage, le matériel pour l’Enseignement et les Amateurs ainsi qu’une nomenclature générale des pièces.

Voir : Les tables de projection

pathecine 13

En 1923, PATHE commercialise le PATHEORAMA. Il s’agit d’une petite visionneuse permettant de regarder des films fixes sur pellicule souple. Pour l’entreprise cela permet de commercialiser auprès d’un large public des images d’actualités tournées pour le cinéma. Durant une quinzaine d’années le PATHEORAMA évoluera et sera complété par une petite lanterne de projection appelée COCORICO.

Voir : Le Pathéorama et la lanterne Cocorico

Publié dans Lanternes projection | Pas de Commentaires »

 

2ndeavicenne |
kadscen |
entre terre et mer |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Histoire-Géographie-Educati...
| Oppidum anglicus: the city ...
| Joie en Dieu et Descendance...